Jihad. Expansion et déclin de l’islamisme

KEPEL (Gilles), Jihad. Expansion et déclin de l’islamisme, Paris, Gallimard, 2001, 452 p.

Commentaire

1970-2000 : il fallait que ces trente ans soient écoulés pour que le regard du chercheur puisse saisir avec netteté le phénomène historique particulier qu’a constitué l’expansion, puis le déclin, de l’islamisme, dans la fin du vingtième siècle. Gilles Kepel a accompagné de très près le développement des premiers mouvements qui se réclamèrent du  » jihad « , et voulurent instaurer l’Etat islamique. Il en analyse les succès, en décryptant leurs ressorts politiques et sociaux : alliance d’une classe moyenne désireuse d’acquérir une liberté politique et de classes populaires en quête de révolution pure et dure. Il en analyse également l’entrecroisement avec les intérêts des grandes puissances et des puissances régionales : le jeu des Etats-Unis et de l’Arabie Saoudite pour soutenir un islamisme sunnite conservateur, notamment par une surenchère en matière de mœurs, qui fasse pièce à l’islamisme révolutionnaire et anti-capitaliste des responsables chiites de Téhéran, puis l’émancipation des dirigeants Talibans d’Afghanistan qui, grisés de leur victoire contre les forces de l’Union soviétique, échappent aux desseins de leurs protecteurs pour décider eux-mêmes du destin de leur pays, au risque de le faire régresser vers un moyen-âge fanatisé.

La description des forces politiques et sociales qui s’affrontent et des logiques qu’elles emploient fait toute la force du livre de Gilles Kepel, qui se lit aussi comme une grande fresque historique du dernier demi-siècle. Où l’on mesure que l’un des phénomènes les plus spectaculaires de cette période, à l’échelon de nombreuses nations du monde musulman, comme à l’échelle des relations internationales, fut représenté par la diffusion, l’apogée, puis la mise en échec et le reflux, d’une pensée politique radicalement nouvelle fondée sur le recours exclusif à l’Islam comme mode d’organisation de la société.

Cette pensée politique et religieuse à la fois répondait d’un même mouvement au malaise identitaire des jeunes nations musulmanes rejetant l’épisode sombre de la colonisation, et aux revendications sociales et politiques vécues de manière de plus en plus violentes dans des régimes autoritaires constitués, dans les premières années de leur indépendance, par la consolidation nécessaire du monde bipolaire hérité de la guerre froide.

La conclusion que Gilles Kepel tire de son analyse minutieuse de l’évolution des événements et des doctrines, dans l’ensemble du monde musulman, de l’Indonésie à la Mauritanie, en passant par le Pakistan, l’Afghanistan, l’Iran, les Pays du Golfe, l’Egypte, l’Algérie et le Maroc, est relativement optimiste : il perçoit dans les remises en cause actuelles l’ébauche d’un mouvement cohérent vers une  » démocratie musulmane  » où les aspirations que traduisait l’islamisme pourront être satisfaites par des évolutions civiques et des réformes sociales, à condition bien sûr que les élites actuelles en comprennent l’urgence…

« En ce tournant de siècle et de millénaire, il leur revient d’intégrer les groupes sociaux qui avaient été tenus à l’écart depuis les indépendances, et de favoriser l’enfantement d’une sorte de démocratie musulmane, sachant mêler de manière inédite culture, religion, et modernité politique comme économique. Ce scénario suppose que les élites rajeunies qui accèdent au pouvoir, du Maroc de Mohammed VI à la Jordanie d’Abdallah II, de l’entourage technocratique et militaire du président algérien Bouteflika à celui du président indonésien  » Gusdur  » Wahid, soient capables de se projeter dans l’avenir, et de  » partager le gâteau  » aujourd’hui pour le faire croître demain. Si ces élites se contentent de tirer un profit immédiat et égoïste de la décrue de l’islamisme, sans s’engager dans la réforme, le monde musulman sera confronté, à court terme, à de nouvelles explosions, que leur langage soit islamiste, ethnique, racial, confessionnel ou populiste. »

Khaled Elraz, Afrik.com