25/04/2008

Le nouveau printemps de l’Euromed

L’idée de cet édito est née d’une constatation faite ces dernières semaines : les choses bougent sur la scène euro-méditerranéenne. Force est donc de constater que l’Union pour la Méditerranée de M. Sarkozy, bien qu’encore à l’état de projet, a réveillé un enthousiasme endormi depuis quelques années.

Colloques, rencontres, dialogues en tous genres se succèdent à un rythme de plus en plus effréné, comme si tous voulaient faire entendre leurs idées avant la fondation de la nouvelle « Union » le 13 juillet prochain à Paris. Faisons le tour de quelques initiatives du genre.

Ayant pour l’instant lieu à Tanger du 24 au 26 avril, les Rencontres Euromed organisées conjointement par le Centre Nord-Sud du Conseil de l’Europe et l’Association Espace Alternatifse focalisent sur les migrations et le dialogue interculturel.

Avec le même focus, du 23 au 25 avril, la Fondation Boghossian organise à Bruxelles des rencontres sur le thème « Temps long / Temps court, L’Orient et l’Occident parlent d’un monde moderne ». Alliant conférences-débats, projections et concerts, la Fondation invite le public à un dialogue avec l’Orient au sens large, de la Méditerranée au Japon.

La Fondation Anna Lindh organise quant à elle, le 22 mai prochain, une Nuit du Dialogue Euro-méditerranéen durant laquelle « des groupes et individus dans les trente-sept pays vont s’unir tous ensemble dans un événement unique et commun pour la promotion du dialogue et de la coexistence entre les peuples ». Cela aura lieu une semaine avant la réunion des Ministres Euro-méditerranéens de la Culture, à Athènes où les résultats de l’événement seront présentés.

Enfin, du 26 au 29 juin se tiendra à Monaco le Forum Crans Montana sur le thème du « Nouveau rôle de la Méditerranée ». Des acteurs clés y aborderont des thèmes aussi divers que le dialogue des civilisations, la place de la femme dans la vie publique, la sécurité et le transport maritime ou encore les fonds souverains. S’y déroulera également la 4e réunion des Parlementaires Nationaux et Européens.

Cette succession de rencontres, locales ou internationales, dénote donc bien un « nouveau printemps de l’Euromed ». Néanmoins, les événements sont si nombreux que dès le départ l’impression est celle d’une dispersion de l’énergie. Certes il est bénéfique que les idées viennent de toutes part, mais seront-elles prises en compte, auront-elles une réelle influence ? Espérons donc que cette relance sur la scène euro-méditerranéenne ira de paire avec une rationalisation de l’action.

N.J.O.