11/07/2008

L’UPM sur les starting blocks : peur d’un faux départ

Jour J-2 avant le lancement du projet d’Union pour la Méditerranée et une impression : l’enthousiasme pour la relance de la politique Méditerranéenne de l’UE n’a jamais semblé aussi bas.

La nouvelle Union – qui n’en est pas vraiment une – aurait pu faire les premiers titres de l’actualité européenne s’il n’y avait pas eu le « non » irlandais du 13 juin. Les Européens se préoccupent désormais plus de leur propre avenir et semblent moins disposés au lancement d’un grand projet en Méditerranée. A noter en passant que Nicolas Sarkozy n’a même pas mentionné le projet lors de son discours sur France 3 la veille de son entrée en fonction à la présidence européenne. Le président français place-t-il déjà ses pions ailleurs ?

Du coté des partenaires Sud-méditerranéens, le soutien au projet a baissé depuis sa récupération par l’Union Européenne. La critique la plus virulente vient sans grande surprise du Président libyen, Mouammar Kadhafi. Celui-ci n’était pas partie du processus de Barcelone et accepte difficilement l’ancrage de l’Union pour la Méditerranée au sein de l’ancien cadre de coopération Euromed. Seul un observateur libyen sera donc envoyé dimanche à Paris. Bien que les autres dirigeants du Sud Méditerranéen aient annoncé leur présence, leur prudence par rapport au projet est palpable.

Suite à ces réactions, il semble logique de se poser la question de la légitimité de la futureUnion pour la Méditerranée. Que compte-t-elle réellement apporter ? N’est-elle pas tombée dans les travers qu’elle dénonçait ? D’un projet léger, la voilà en effet lourde de 43 membres, contre 39 pour le Processus de Barcelone, et 23 pour la Politique de Voisinage. D’un dialogue d’égal à égal entre les partenaires, le Sud risque à nouveau d’avoir pour interlocuteur une bureaucratie européenne qui le dépasse.

Néanmoins le projet a réveillé la réflexion sur la coopération Euromed et nous souhaitons pour cela le voir aboutir. Espérons que le sommet du 13 juillet donnera un nouvel élan à un dessein a l’état d’esquisse… Il va falloir ce weekend faire preuve de persuasion et d’éloquence pour convaincre tous les partenaires de s’investir dans la nouvelle Union pour la Méditerranée.

N.J.O.