07/11/2008

Réunion des Ministres des Affaires étrangères pour l’Union pour la Méditerranée

Revue de presse : semaine du 3 au 7 novembre 2008

Le Monde l’annonçait déjà vendredi passé : la réunion des Ministres des Affaires étrangères de l’Union pour la Méditerranée à Marseille les 3 et 4 novembre n’allait pas être de tout repos. Le quotidien français dépeint un monde arabe vexé des freins consécutifs mis par Israël contre la participation de la Ligue arabe dans le Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée. A Alger, on a « l’impression qu’Israël mène la danse », tandis qu’à Rabat on qualifie ce blocage d’« incompréhensible et absurde ». Ce désaccord a par ailleurs provoqué l’annulation d’une réunion de réflexion sur l’eau à Amman prévue la semaine passée.

Estimant qu’à peine quatre mois après sa création, l’UPM est déjà en « quête d’un second souffle », le Figaro explique la crise entre les pays arabes et Israël vient de la différence d’interprétation entre eux sur le statut d’observateur octroyé à la Ligue Arabe par la Déclaration de Paris : « Traditionnellement, la Ligue arabe participe aux réunions des ministres des Affaires étrangères euro-méditerranéens, mais désormais elle souhaite être plus systématiquement présente, au grand dam des Israéliens. »

Le quotidien algérien « L’Expression » incrimine aussi l’Union Européenne en disant que « dès le départ il semble qu’il y ait eu maldonne dans la mesure où les 27 Etats membres de l’UE, y compris les pays n’ayant pas de rivage avec la Méditerranée, en sont partie prenante, alors que ce n’est pas le cas pour les pays arabes membres de la Ligue arabe. Il n’y a aucune raison en fait que le Danemark et la Pologne (juste un exemple) soient membres de l’UPM, mais pas le Koweït ou le Qatar. » D’autre part, le choix d’une ville du Nord de la Méditerranée pour accueillir le siège du secrétariat fait dire au journal algérien « qu’une UMP avec toutes ses institutions installées en Europe ne reflète aucunement l’esprit qui a présidé à sa fondation. »

Le Monde exprime un point de vue mitigé après la réunion, avec une édito intitulé « L’UPM sauvé des eaux » à coté d’une journaliste qui qualifie  l’Union pour la Méditerranée de « succès pour la France ». Les Ministres se sont en effet accordés sur de nombreux points comme le siège du Secrétariat qui se situera à Barcelone ou le nom du forum qui sera non plus « Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée » mais simplement une « Union pour la Méditerranée », ce qui « n’a l’air de rien mais est quand même un assez beau succès pour Nicolas Sarkozy ». De plus la Ligue arabe a été acceptée par Israël a tous les niveaux de participation de l’UPM et « deux postes sur les cinq ou six secrétaires adjoints seront accordés l’un à un Israélien, l’autre à un Palestinien. Ce qui est tout à fait inédit ». Florence Beaugé souligne néanmoins un échec « assez important » : « Il n’y a pas de poste de secrétaire général », qui « n’a pas été défini, dans la mesure  Tunisie a retiré sa candidature » vexée qu’on lui ai retiré le siège du secrétariat. Aucune autre candidature n’a pour l’instant été proposée.

Le quotidien espagnol El Pais annonce que le secrétariat sera installé dans la propriété Palau del Pedralbes, offerte à Alphonse XIII comme pied à terre lors de ses passages à Barcelone. A raison El Pais relève le caractère bénéfique pour la ville de l’implantation du Secrétariat, qui attirera sans doute un certains nombre de lobbies et d’organisations satellites.