The American Secretary of State has made an unplanned visit to Beirut where she met the President of Lebanon last weekend. The country will soon face challenges that could destabilize the region and the United- States know it.

The first challenge is the return in the limelight of the Special Tribunal for Lebanon (STL), that had been launched on March 1st 2009 and which investigates on terrorist attacks in Lebanon among which the one which caused the death of Rafik Hariri on February 14th, 2005. Indeed, the STL ordered on Wednesday the release of four Lebanese generals kept in jail since 2005 in the framework of the investigation. The assassination of the leader and the creation of the STL had poisoned the Syrian-Lebanese relations and the Lebanese got divided between “pro” and “anti-Syrian. » The death of R. Hariri led to the « Cedar Revolution » that demanded the end of the Syrian presence and influence on the Lebanese soil.

Second challenge: June legislative elections. Polls are currently not illuminating on the outcome of the ballot but the Europeans and the Americans, who support the anti-Syrian majority, are worried. Indeed, it is not inconceivable that Hezbollah won.
However, in a context of regional tensions around the “Party of God” and Iran (see our Editorial of April 17th, 2009 « Egyptian Concerns »), such a victory would not be positively seen by both the West and some Arab regimes.

Moreover, in this case, the West would have to face a dilemma it would prefer to avoid: accepting a dialogue with Hezbollah as the winner of the election or returning to a “Palestinian scenario”, boycotting Hezbollah as it is the case with Hamas? Indeed, drawing here a parallel is tempting: both parties are listed as « terrorist organizations » in America and B. Obama said once again that the United States would not engage with Hezbollah until it has recognized Israel and renounced violence.

However, the boycott of Hezbollah could be far more damaging and complicated than the American and European stubbornness not to recognize Hamas as a partner, despite the fear that Hezbollah causes in the West, Israel, Egypt and Saudi Arabia, which is added to the specter of Iran and Syria the “Party of God” is often assimilated to. It would be damaging because the West cannot boycott a Lebanese government as easily as it has boycotted the Syrian regime or the leaders of Hamas in Palestine since Lebanon embodies too many economic, political and cultural interests and ties to the West.

It would be complicated because Hezbollah is not Hamas: the movement is highly structured and witnesses a varied, spread and solid support since the Israeli attack of summer 2006. Its ability to present itself as the defender of the Arabs -and not only the Shiites- against Israel and its impressive communication strategy made the party a recognized player in the whole Arab scene. Hezbollah also stood up to the powerful Israeli military forces in 2006 like no movement or country has ever done. Finally, in contrast to Hamas, the movement has the direct support of some States.

Destabilizing force in the Middle East or symbol of creeping Islamization of the region for some, Hezbollah is for others the only effective resistance to Israel. If the “Party of God” had to take a new position after the Lebanese elections in June, the West would have to make a decision with decisive consequences: to dig a deeper gap between the West and the Arab world or to accept to be coherent towards basic democratic principles.

Luce Ricard

 

 

La Secrétaire d’Etat américaine a effectué le week-end dernier une « visite surprise » à Beyrouth où elle s’est entretenue avec le président libanais. Le pays va devoir faire face à des défis susceptibles de déstabiliser la région et les Etats-Unis le savent.

Tout d’abord, le retour sur le devant de la scène du Tribunal Spécial pour le Liban (TSL) inauguré le 1er mars 2009 et chargé d’enquêter sur les attentats commis au Liban dont celui qui causa la mort de Rafik Hariri le 14 février 2005. En effet, ce mercredi,  le TSL a ordonné la remise en liberté de quatre généraux libanais détenus depuis 2005 dans le cadre de l’enquête. Cet assassinat ainsi que la création du TSL avaient envenimé les relations syro-libanaises et divisé les Libanais entre « pro » et « anti-syriens ». La mort de Rafik Hariri avait alors donné lieu à la « Révolution du Cèdre » qui exigeait la fin de la présence et de l’influence syriennes sur le sol libanais.

Deuxième défi de taille, les élections législatives de juin. Les sondages ne sont pour l’instant pas éclairants sur l’issue du scrutin mais Européens et Américains au premier chef, qui soutiennent la majorité anti-syrienne, sont inquiets. En effet, il ne serait pas inconcevable de voir gagner le Hezbollah.

Or, dans un contexte de tensions régionales autour du « Parti de Dieu » et de l’Iran (voir notre Edito du 17 avril 2009 « Inquiétudes égyptiennes »), une telle victoire ne serait pas vue d’un bon œil tant par les Occidentaux que par certains régimes arabes.
Par ailleurs, les Etats occidentaux se trouveraient dans ce cas face à un dilemme auquel ils n’ont pas envie d’être confrontés : accepter le dialogue avec le Hezbollah en tant que vainqueur des élections ou replonger dans un scénario « à la palestinienne » en le boycottant comme c’est le cas pour le Hamas ? En effet, le parallèle est tentant : les deux partis sont répertoriés comme « organisations terroristes » en Amérique et B. Obama l’a répété : les Etats-Unis ne dialogueront avec le Hezbollah que lorsque celui-ci aura reconnu l’Etat d’Israël et renoncé à la violence.

Cependant, le boycott du Hezbollah risquerait de s’avérer bien plus dommageable et compliqué que l’entêtement aussi bien américain qu’européen à ne pas reconnaître le Hamas comme partenaire et cela malgré les craintes que le Hezbollah suscite en Occident, en Israël, en Egypte et en Arabie Saoudite, ajoutées au spectre de l’Iran et de la Syrie auquel le « Parti de Dieu » est souvent assimilé. Dommageable car l’Occident ne peut pas boycotter un gouvernement Libanais comme il a boycotté le régime syrien ou les leaders du Hamas en Palestine, le Liban représentant trop d’intérêts et de liens économiques, politiques et culturels pour l’Occident.

Compliqué parce que le Hezbollah n’est pas le Hamas : le mouvement est très structuré et dispose de soutiens variés, étendus et solides depuis l’attaque israélienne de l’été 2006. Sa capacité à se poser en défenseur des Arabes -et pas seulement des Chiites- face à Israël et son impressionnante stratégie de communication en ont fait un acteur reconnu sur l’ensemble de la scène arabe. Par ailleurs, il a tenu tête aux puissantes forces militaires israéliennes en 2006 comme aucun mouvement ni pays ne l’avait encore fait. Enfin, contrairement au Hamas, il dispose du soutien direct d’Etats.

Force déstabilisatrice du Moyen Orient ou symbole d’islamisation rampante pour certains, le Hezbollah incarne pour d’autres la seule résistance efficace à Israël. Si le « Parti de Dieu » devait prendre une nouvelle place après les élections libanaises de juin, l’Occident aurait une décision lourde de conséquences à prendre : se couper un peu plus du Monde arabe ou accepter une certaine cohérence vis-à-vis de principes démocratiques élémentaires.

Luce Ricard

 

 

Press review – Week from April 27 to 30, 2009

The U.S. Secretary of State Hillary Clinton did an unexpected visit to Lebanon last Saturday in Beirut to ensure that the policy changes of the new American administration will not mean any abandonment of Lebanon, reports Le Figaro. She particularly emphasized that Barack Obama’s decision to rebuild a dialogue with Syria would not be at the expense of Lebanon. This visit is not a coincidence: it took place a few weeks before the Lebanese parliamentary elections and at a time when the investigation by the Special Tribunal for Lebanon (STL) on the assassination of Rafik Hariri seems to be progressing.

The question of Hezbollah and Syria

La Libre Belgique said that the head of the American diplomacy called for elections that must be « transparent and without any external interference. » Mrs. Clinton has advocated for moderated political forces, the U.S. administration fearing a victory of Hezbollah, which is regarded by the United States as a terrorist group. Indeed, B. Obama’s administration has confirmed that it will not talk to Hezbollah until the latter recognizes Israel and renounces to violence. However, on this issue, Hezbollah itself is being reassuring through the voice of the party’s No. 2, Sheikh Naim Kassem, in an interview with AFP in mid-April. He had then ensured that Western countries were already « jostling » to talk with Hezbollah which they can no longer ignore and with which they would have to deal ifit wins the parliamentary elections. Britain had announced last month that it was allowing contacts with Hezbollah, while Washington refused. Western countries openly wish the victory of the anti-Syrian majority.

The Turkish daily Hurriyet stressed that the United States list Hezbollah in terrorist organizations while the party already plays a role in the current Lebanese government. The spokesman for Hezbollah, Ibrahim Mussaoui, criticized the visit of the U.S. Secretary of State, saying that it could have a negative impact even on the pro-US factions in Lebanon if it is perceived as interference. He also denounced what he called « the double standard and disappointment » which includes the United States’ encouragement to Islamic factions to participate in elections and then to refuse the results if they win.

In parallel to this visit to Lebanon that is supposed to reassure on the quality of the relationships the United States want to keep with the country, Darrell Issa, Republican Congressman representing California in the U.S. Congress, with Lebanese origins, is the tireless advocate of Lebanon in America. The Lebanese daily L’Orient le Jour has followed its course within the Lebanese Diaspora in the United States. Darrell Issa has indeed assembled a group of businessmen, doctors, journalists and academics from the Lebanese Diaspora to address the importance of strengthening ties between the United States and Lebanon and on the American desire to see a strong, sovereign and independent Lebanon whose territorial integrity and the UN resolutions would be respected. Questioned byL’Orient le Jour, Darrell Issa considers a victory of Hezbollah in the next parliamentary elections would seriously harm the relations between Lebanon and the United States. According to him, the comparison with the election of Hamas will inevitably be made and a government led by H. Nasrallah would be dangerous for Lebanon. The senator cautiously welcomed the recent meeting of the American Congress with Bashar Al-Asad and believes that many issues remain to be resolved before the establishment of peace with Israel.

For its part, Reuters points out the position of Hezbollah as it has expressed on El Manar channel: the movement believes that Mrs. Clinton meddled in Lebanese affairs during her visit to Beirut and this interference is not in the interest of Lebanon but in the U.S. interests in the region. However, Reuters believes that the clashes between communities expected after the elections could be undermined because of the recent rapprochement of the United States with Syria and Iran.

The Syrian question has obviously been at the heart of the U.S. concerns in Lebanon and in watermark to any question on Hezbollah. Indeed, as reported by the New York Times, Mrs. Clinton, in parallel to her call to see transparent and free from outside influence elections, insisted on the continuation of peace agreements with Syria. The Obama administration has sent two envoys to Damascus last month in order to reopen diplomatic relations.

The investigation on the assassination of R. Hariri by the STL

The visit of Mrs. Clinton was also an opportunity for her to go to the tomb of Rafik Hariri, assassinated four years ago. Indeed, this question has since then poisoned the Lebanese-Syrian relations but also the situation within Lebanon, dividing the population between “pro” and “anti-Syrian. » On March 1st 2009 was established by the UN the Special Tribunal for Lebanon (STL) whose task is to try those suspected of terrorist attacks in Lebanon including the assassination of Rafik Hariri, killed with 22 others in a truck bomb attack in Beirut on February 14th 2005, said Le Figaro. If the investigation has made some progress, many gray areas remain. If the identity of the perpetrator of the suicide car bomb attack of February 14th 2005 still remains unknown, the investigators now suspect that he comes from Saudi Arabia or Iraq. Investigators are now considering the jihadist possibility, dismissing the Palestinian refugee Abu Adass’ claim to be the author of the attack. For them, this claim was a decoy created by the group behind the attack, which would be headed by Hassan Nab’a, a Lebanese already involved in an Islamist revolt in northern Lebanon in 2000.

Another conclusion drawn by the investigators is that, contrary to what a witness had first said, the 4×4 that had exploded at the approach of Rafik Hariri did not come through Syria to enter Lebanon, but from Dubai and Tripoli in northern Lebanon, stressed Le Figaro. Regarding the motive for the crime, investigators still suspect the role of Hariri in favor of a UN resolution on the withdrawal of Syrian troops from Lebanon. However, we still ignore the place where the bomb has been placed in the 4×4 and above all who the backers of this attack are. « Syria? Iran? Both helped by Hezbollah? A criminal group related to the billionaire Hariri’s financial activities? » questioned the journalist of Le Figaro.

The murder was back on the limelight this week due to the decision of the STL on Wednesday to order the release of four Lebanese generals imprisoned since August 2005 in the frame of the investigation. These former generals were the former head of the presidential guard, Mustafa Hamdan, the former Director General of the General safety, Jamil Sayyed, the former head of the Internal Security Forces, Ali Hajj, and the former chief of military intelligence, Raymond Azar, said AFP. In two reports, the inquiry commission mandated by the United Nations spoke of « converging evidence » on the involvement of Syrian and Lebanese intelligence services in the attack. Since 2005, Syria denies any involvement in the case. A few weeks before the legislative elections where the anti-Syrian parliamentary majority is headed by the son of Rafik Hariri, Saad Hariri, such a decision is not trivial.

Le Figaro reports that the Prosecutor of TSL, Daniel Bellemare, said that « the available information at present were not sufficiently credible to warrant an indictment. » Mustafa Hamdan was accused of having « cleaned » the crime scene in the hours following the attack while Ali Hajj withdrew some bodyguards to the former Prime Minister, a few months before his death.

In Romandie newsAFP reports that the son of Rafik Hariri, Saad Hariri, leader of the anti-Syrian coalition, said he “welcomes any decision of the STL.” This intervention took place in response to a positive response from Hezbollah. Indeed, Saad Hariri wanted to stress that, contrary to what some had hoped, this decision was the beginning and not the end of the STL’s investigation that he fully trusts.

 

 

Revue de presse – Semaine du 27 au 30 avril 2009

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a profité d’une « visite surprise » au Liban samedi dernier pour assurer à Beyrouth que le changement de politique de la nouvelle administration américaine ne signifiait pas un abandon du Liban, rapporte Le Figaro. Elle a plus particulièrement insisté sur le fait que la politique d’ouverture de Barack Obama vis-à-vis de la Syrie ne se ferait pas aux dépens du Liban.

Cette visite n’est pas un hasard du calendrier : elle intervient quelques semaines avant les élections législatives libanaises et à un moment où l’enquête menée par le Tribunal Spécial pour le Liban (TSL) sur l’assassinat de Rafik Hariri semble progresser.

La question du Hezbollah et de la Syrie

La Libre Belgique rappelle que la chef de la diplomatie américaine a appelé à un scrutin « transparent et sans ingérence extérieure ». Mme Clinton a prôné la modération, l’administration américaine craignant une victoire du Hezbollah, considéré par les Etats-Unis comme un groupe terroriste. En effet, la nouvelle administration Obama a confirmé qu’elle ne parlerait au Hezbollah que lorsque ce dernier aura reconnu Israël et renoncé à la violence. Néanmoins, sur cette question, le Hezbollah lui-même s’est voulu rassurant par la voix du numéro 2 du parti, le Cheikh Naïm Kassem, dans une interview accordée à l’AFP à la mi-avril. Ce dernier a assuré que les pays occidentaux « se bousculent » pour parler au Hezbollah qu’ils ne peuvent plus ignorer et avec lequel ils seraient obligés de traiter en cas de victoire du parti aux législatives. La Grande-Bretagne avait annoncé le mois dernier avoir autorisé des contacts avec le Hezbollah, alors que Washington s’y refusait.  Les pays occidentaux souhaitent de leur côté une victoire de la majorité anti-syrienne.

Le quotidien turc Hurriyet souligne que les Etats-Unis classent le Hezbollah dans les organisations terroristes alors qu’il joue un rôle dans l’actuel gouvernement libanais. Le porte-parole du Hezbollah, Ibrahim Moussaoui, a critiqué la visite de la Secrétaire d’Etat américaine, estimant même qu’elle pourrait avoir un impact négatif sur les factions pro-américaines au Liban si elle est perçue comme une interférence. Il a par ailleurs dénoncé ce qu’il appelle « les doubles standard et déception » qui consistent pour les Etats-Unis à encourager les factions islamiques à participer aux élections  puis à refuser les résultats lorsque celles-ci gagnent.

En parallèle de cette visite censée rassurer le Liban sur la qualité des relations que les Etats-Unis comptent entretenir avec ce dernier, Darrel Issa, représentant républicain de la Californie au Congrès américain d’origine libanaise se fait l’infatigable défenseur  de la cause libanaise. C’est le quotidien libanais l’Orient le Jour qui a suivit son parcours au sein de la diaspora libanaise aux Etats-Unis. Darrel Issa a en effet réuni un groupe d’hommes d’affaires, de médecins, de journalistes et académiciens issus de la diaspora libanaise afin de traiter de l’importance du renforcement des liens entre les Etats-Unis et le Liban ainsi que sur la volonté américaine de voir un Liban fort, souverain, indépendant et dont l’intégralité territoriale est respectée tout comme les résolutions onusiennes. Interrogé par l’Orient le Jour, Darrel Issa considère qu’une victoire du Hezbollah aux élections législatives nuirait gravement aux relations entre le Liban et les Etats-Unis. Selon lui, la comparaison avec l’élection du Hamas sera inévitablement faite et un gouvernement dirigé par H. Nasrallah serait dangereux pour le Liban. Le sénateur salue prudemment la récente rencontre du Congrès américain avec Bachar Al-Asad et estime que de nombreuses questions doivent encore être réglées avant l’instauration d’une paix avec Israël.

De son côté, Reuters souligne la position du Hezbollah que ce dernier a exprimé sur la chaîneEl Manar : le mouvement estime que Mme Clinton s’immisce dans les affaires libanaises en traitant des futures élections et cette immixtion ne se fait pas dans l’intérêt du Liban mais bien dans les intérêts américains dans la région. Cependant, Reuters considère que les affrontements intercommunautaires à prévoir  à l’occasion des élections pourraient être amoindris du fait des récents rapprochements des Etats-Unis avec la Syrie et l’Iran.

La question syrienne a bien évidemment été aussi au cœur des inquiétudes américaines au Liban et en filigrane de toute question sur le Hezbollah. En effet, comme le rapporte le New York Times, Mme Clinton, en parallèle de voir les élections transparentes et libres de toute influence extérieure, a insisté sur la poursuite d’accords de paix avec la Syrie. L’administration Obama a d’ailleurs envoyé deux émissaires à Damas le mois dernier dans un objectif de réouvertures des relations diplomatiques.

L’enquête sur l’assassinat de R. Hariri par le TSL

La visite de Mme Clinton a également été l’occasion pour elle d’aller se recueillir sur la tombe de Rafik Hariri, assassiné il y a quatre ans. En effet, cette question n’a pas fini d’envenimer les relations libano- syriennes mais aussi l’intérieur même du Liban divisé entre « pro » et « anti-syriens ». Le 1er mars 2009 a été créé par l’ONU le Tribunal Spécial pour le Liban (TSL), et est chargé de juger les auteurs présumés d’attaques terroristes au Liban dont l’assassinat de Rafik Hariri, tué avec 22 autres personnes dans un attentat à la camionnette piégée à Beyrouth le 14 février 2005, rappelle le Figaro. Si l’enquête a fait quelques avancées, de nombreuses zones d’ombre subsistent. Si on ne connaît toujours pas l’identité de l’auteur kamikaze de l’attentat à la voiture piégée du 14 février 2005, on soupçonne aujourd’hui qu’il vienne d’Arabie Saoudite ou d’Irak. Les enquêteurs penchent pour la piste djihadiste, écartant la revendication du réfugié palestinien Abou Adass. Pour eux, cette revendication était un leurre créé par le groupe à l’origine de l’attentat qui serait dirigé par le Libanais Hassan Nab’a, déjà impliqué dans une révolte islamiste au Liban-nord en 2000.

Autre conclusion des enquêteurs, contrairement à un témoignage, le 4×4 qui avait explosé à l’approche de Rafik Hariri ne serait pas passé par la Syrie pour entrer au Liban mais par Dubaï et Tripoli, au nord du Liban, révèle également Le Figaro. Concernant le mobile du crime, les enquêteurs de la commission soupçonnent toujours le rôle d’Hariri en faveur d’une résolution de l’ONU sur le retrait des troupes syriennes du Liban. Par contre, le lieu où a été piégé le 4×4 reste inconnu tout comme les commanditaires de cet attentats. « La Syrie ? L’Iran? Les deux aidés par le Hezbollah ? Une piste criminelle liée aux activités financières du milliardaire Hariri ? » s’interroge le journaliste du Figaro.

L’assassinat a été remis sur le devant de la scène cette semaine via la décision du TSL de mercredi d’ordonner la libération de quatre généraux libanais détenus depuis août 2005 dans le cadre de l’enquête. Il s’agit de l’ex-chef de la garde présidentielle, Moustafa Hamdane, de l’ex-directeur général de la Sûreté générale, Jamil Sayyed, de l’ex-chef des Forces de sécurité intérieure, Ali Hajj et de l’ex-chef des renseignements de l’armée, Raymond Azar, rappelle l’AFP. Dans deux rapports, une commission d’enquête mandatée par l’ONU avait parlé de « preuves convergentes » sur l’implication des services de renseignements syriens et libanais dans l’attentat. Depuis 2005, la Syrie nie toute implication dans l’affaire.A quelques semaines d’élections où la majorité parlementaire anti-syrienne est dirigée par le fils de Rafik Hariri, Saad Hariri, une telle décision n’est pas anodine.

Le Figaro rapporte que le procureur du TSL, Daniel Bellemare, estime «que les informations dont il disposait à l’heure actuelle n’étaient pas suffisamment crédibles pour justifier la mise en accusation.» Moustafa Hamdane avait été accusé d’avoir fait «nettoyer» la scène de crime dans les heures qui ont suivi l’attentat, quant à Ali Hajj, il avait retiré des gardes du corps à l’ancien premier ministre, quelques mois avant sa mort.

Dans Romandie news, l’AFP rapporte que le fils de Rafik Hariri, Saad Hariri, chef de file de la coalition anti-syrienne, a déclaré « saluer toute décision du TSL ». Cette intervention s’est inscrite en réponse à la réaction positive du Hezbollah. En effet, Saad Hariri a tenu à souligner que, contrairement à ce que certains espéraient, cette décision ne marquait pas la fin mais le début de l’enquête du TSL, à qui il accorde toute sa confiance.

 

 

La conférence sur le racisme, dite de Durban II, qui s’est déroulée cette semaine à Genève a fait couler beaucoup d’encre dans la presse internationale. Les réactions ont été passionnées suite aux propos du président iranien Mahmoud Ahmadinejad sur le caractère raciste de l’Etat d’Israël, les uns les dénonçant haut et fort, les autres les appuyant avec vigueur. En définitive, cette intervention prévisible a réussi à occulter les réels enjeux de la rencontre.

Tout d’abord, il est en effet étonnant d’observer des réactions aussi virulentes face à une allocution d’une part prévisible, d’autre part en deçà des habitudes du président iranien. Frôlant pourtant souvent le négationnisme, Mahmoud Ahmadinejad s’est lundi contenté de parler du  caractère « totalement raciste » du gouvernement israélien. Néanmoins, coïncidence fâcheuse ou choisie, la date correspondait à la commémoration de la Shoah ce qui a rajouté au tumulte qui a suivi. Dans cet épisode, ceux que l’on plaint peu souvent sont finalement les Palestiniens qui ont tout à perdre à être défendus par un tel provocateur.

A côté de cela, si l’Etat d’Israël ne peut être qualifié de « totalement raciste », il faut avouer que les politiques appliquées depuis quelques temps prêtent le flanc à de telles critiques : non respect des termes d’Annapolis, poursuite de la construction dans les colonies et offensive hors de toutes proportions dans la Bande de Gaza. Aujourd’hui, le gouvernement israélien fraichement élu, loin de faire un quelconque mea culpa, semble adopter une attitude d’arrogance inédite vis-à-vis des Etats-Unis et de l’Union Européenne.

Enfin la formule qui prétend que les absents ont toujours tort ne se justifie en rien cette fois-ci. Israël a en effet joué le jeu de la chaise vide mais a en définitive gagné puisqu’aucune mention n’a été faite dans la déclaration finale des crimes de l’occupation israélienne dans les territoires palestiniens.

Piètre résultat donc pour une conférence dont l’utilité est plus que discutable. L’abolition du racisme dans le monde ne découlera jamais de grands discours, mais bien d’actes concrets. Et les frasques du président Ahmadinejad ont une fois de plus attiré l’attention ailleurs que sur la situation des Palestiniens dont la réalité quotidienne ne fait qu’empirer.

N.J.O.

 

 

The conference on racism, known as Durban II, held in Geneva this week has been much discussed in the international press. Reactions were passionate after Iranian President Mahmoud Ahmadinejad’s speech on the racist character of Israel, some denouncing it loudly, the others supporting it vigorously. Ultimately, this predictable intervention has succeeded in concealing the real challenges of the meeting.

First, it is indeed surprising to observe so virulent reactions facing a speech firstly so predictable, secondly below the habits of the Iranian president. Coming often close to Holocaust denial, Mahmoud Ahmadinejad did only spoke Monday on the « totally racist » character of the Israeli government. Nevertheless, chosen or unfortunate coincidence, the date corresponded with the commemoration of the Holocaust which has added to the tumult that followed. In this episode, the so seldom complained are finally the Palestinians who stand to lose from being defended by such a troublemaker.

Besides, if the State of Israel can not be described as « totally racist », one must admit that the policies pursued for some time are open to such criticism: non compliance with the terms of Annapolis, further construction in the settlements and offensive out of all proportion in the Gaza Strip. Today, the newly elected Israeli government, far from any mea culpa, appears to adopt a new attitude of arrogance vis-à-vis the United States and European Union.

Finally the formula that claims that the absent are always wrong are not justified this time. Israel has played the game of the empty chair, but ultimately won since no mention was made in the final declaration of the crimes of the Israeli occupation in the Palestinian territories.

The outcome is poor at last for a conference whose purpose is more than questionable. The abolition of racism in the world does not happen with big speeches, but by concrete actions. And escapades of President Ahmadinejad once again drew attention away from the situation of Palestinians whose daily reality is getting worse and worse.

N.J.O.

 

 

Revue de presse – semaine du 20 au 24 avril 2009

La conférence de Durban de 2001contre le racisme avait donné lieu à des divisions notoires entre pays sur les questions de l’assimilation du sionisme au racisme souhaitée par les pays arabes, sur l’égalité homme/femmes et les droits des homosexuels entre autres. Depuis, l’ONU avait travaillé à ce qu’un tel désaveu ne se reproduise pas. Cependant, la conférence de Durban II de cette semaine à Genève a vu l’histoire se répéter avec le scandale provoqué par les provocations du président iranien à la tribune qui a traité Israël d’ « Etat raciste ».

Une conférence boycottée avant même son lancement

Avant même son lancement, l’Australie, l’Allemagne, la Pologne, l’Italie et les Pays-Bas avaient rejoint les Etats-Unis et Israël dans leur décision de ne pas se rendre à Genève, rappelle Le Figaro. Barack Obama avait même traité avant le début des travaux le sommet d’ « hypocrite » et « contre-productif », craignant qu’il ne donne l’occasion au leader iranien d’obtenir une tribune pour faire le procès d’Israël. En effet, en 2001 en Afrique du Sud, les Etats-Unis et Israël avaient quitté la conférence de Durban après que les Etats arabes aient assimilé le sionisme au racisme. « Israël n’est pas un Etat raciste » non plus car dans sa déclaration d’indépendance, l’égalité entre tous, Juifs et non- Juifs, est proclamée. G. Papy reconnaît que ces textes n’empêchent pas des comportements racistes en Israël. Le journaliste rappelle que le 12 juin prochain les électeurs iraniens devront désigner leur nouveau président et s’inquiète de ce que les réformateurs ne « partent pas gagnants ».

Réactions

En Europe

Les réactions européennes ont avant tout été caractérisées par le rejet inconditionnels des propos du leader iranien tant sur la Shoah que sur la caractérisation d’Israël comme Etat raciste et l’assimilation du sionisme au racisme. Dans son édito « Ahmadinejd jusqu’à l’écœurement » paru dans La Libre Belgique, Gérald Papy revient sur ces propos. Il y explique que « le sionisme n’est pas une idéologie raciste » car s’il s’agit d’un « Etat pour les Juifs » il n’exclue pas les autres citoyens. « Israël n’est pas un Etat raciste » non plus car dans sa déclaration d’indépendance, l’égalité entre tous, Juifs et non- Juifs, est proclamée. G. Papy reconnaît que ces textes n’empêchent pas des comportements racistes en Israël. Le journaliste rappelle que le 12 juin prochain les électeurs iraniens devront désigner leur nouveau président et s’inquiète de ce que les réformateurs ne « partent pas gagnants ».

Néanmoins, Alain Gresh fait retentir un son de cloche plus critique de la position occidentale dans les blogs du Monde diplomatique, « Nouvelles d’Orient« . Dans son article, il dénonce en effet une campagne occidentale « de désinformation, de fantasmes » dans le traitement de l’intervention d’Ahmadinejad, dont les positions sont connues et dont l’attitude était plus que prévisible.  Il rappelle par exemple que dans son discours, « on ne retrouve aucune des négations de l’holocauste dont le président s’était fait le porte-parole ». Par ailleurs, Alain Gresh cite le quotidien panarabe de Londres, Al-Quds al-Arabi, qui explique avant même le lancement de la conférence « qu’Israël a déjà gagné la bataille sans y avoir pris part et que, comme d’habitude, les Arabes ont perdu, malgré leur participation » puisque la résolution finale de Durban II ne dit rien sur Israël, les crimes de Gaza et l’oppression des Palestiniens, après la pression des Etats-Unis et de l’Europe sur la délégation palestinienne.

En Israël

Le quotidien turc Hurriyet rapporte que le député israélien Silvan Shalom a considéré pendant son déplacement en Pologne pour le Jour de la mémoire de l’Holocauste, que l’Iran essayait de répéter le traitement que l’Allemagne nazie avait donné aux Juifs. A Jérusalem, le discours d’Ahmadinejad a en effet été prononcé alors que l’Etat hébreu commémore la Shoah.

Par ailleurs, Israël a rappelé son ambassadeur de Berne, le président suisse étant le premier chef d’Etat occidental à avoir formellement invité le Président iranien Ahmadinejad, selonHurriyet. Officiellement, Israël a rappelé son ambassadeur « pour consultation » montrant ainsi son mécontentement suite à la participation à Durban II d’Ahmadinejad à Genève, connu pour son déni de l’Holocauste.

Autre perspectives, celle du quotidien israélien Haaretz qui voit dans cette affaire le manque flagrant d’investissement israélien dans les relations publiques alors que l’Etat hébreu devrait expliquer sa position aux opinions publiques.

Dans le monde arabe

Du côté arabe, les points de vue sont plus diversifiés. Le quotidien algérien El Watan, dans son édito intitulé « un racisme en cache un autre » estime qu’il ne faut pas s’étonner « de la mobilisation spontanée et bruyante » de pays ayant fermé les yeux sur  « les crimes abominables commis par les Israéliens à Gaza » pour « saborder la conférence de l’ONU sur le racisme. » Pour l’éditorialiste, les Etats occidentaux sont les « infatigables avocats d’Israël » et agiter « l’épouvantail de l’anti- sémitisme relève tout bonnement de la mauvaise foi. » Selon lui, en « prenant la défense d’Israël, les pays (occidentaux) tentent de faire diversion sur le phénomène du racisme(…), le droit des minorités est également un leurre dans le monde dit libre ». Il déplore enfin que les pays arabes, autrefois alliés de la résistance palestinienne, ne la soutienne plus et estime que c’est là « la rançon des nouvelles alliances stratégiques tissées par la plupart des régimes arabes avec les Etats-Unis. »

Assez paradoxalement, la presse moyen-orientale et en particulier la presse palestinienne adopte un ton très différent et s’inscrit dans un rejet de l’intervention iranienne en tant qu’appui à la cause palestinienne.

De son côté, le Palestine Monitor revient sur la position du leader iranien comme défenseur de la cause palestinienne.  « Est-ce cet homme, largement reconnu comme un extrémiste, qui va promouvoir le discours sur la cause palestinienne ? » s’interroge le journaliste du Palestine monitor rappelant qu’Ahmadinejad ne jouit d’aucune crédibilité en matière de respect des Droits de l’Homme. Le site d’information palestinienne souligne que le soutien iranien à la cause palestinienne n’a concrètement pas donné de résultats. En terme politique et diplomatique, l’Iran n’a certainement fait aucun bien à la Palestine et a même au contraire aidé aux divisions internes. Pour le Palestine Monitor, le président iranien se moque de la cause palestinienne mais l’utilise à des fins populistes et pour justifier sa politique. Enfin, le journaliste propose que la prochaine fois, un Palestinien pourrait peut être lui-même parler au nom de la Palestine et réussir à garder le public dans la salle.

Pour Asharq al Awsat, Ahmadinejad s’adressait dans son discours au monde arabe uniquement et non à la communauté internationale. Cependant, le journaliste s’interroge sur nécessité de prononcer encore et toujours des discours alors que la cause palestinienne a aujourd’hui besoin d’action. Or, l’Iran n’a rien fait dernièrement pour soutenir la Palestine. Par contre, le leader iranien se rend en ce moment coupable dans son pays d’actions éclipsées par la communauté internationale au profit de ce discours à Genève. En effet, le cas de la jeune irano- américaine condamnée à 8 ans de prison pour espionnage et la rencontre du président suisse avec son homologue iranien sont des sujets auxquels la presse devrait prêter une plus grande attention.

Un revers pour l’ONU ?

Pour Le Figaro, Ban Ki-moon  « a raté son pari ». La conférence avait pour objectif de rassembler les Etats sur des valeurs communes, elle a fait l’inverse et a pour certains, prouvé que les Etats occidentaux qui avaient refusé de s’y rendre avaient eu raison.

Hurriyet rappelle que le Secrétaire Général des Nations unies avait condamné les boycotts de la conférence et s’est dit profondément déçu, regrettant que « des Etats qui devraient aider à construire un chemin pour un avenir meilleur ne soient pas là. »

Or, dans La Libre Belgique Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères, déclare que « Durban II n’est pas du tout un échec » si on prend en considération le texte finalement adopté, où les thèmes de l’antisémitisme, de la discrimination sur les personnes, de la liberté d’expression, du génocide, de  la mémoire de l’holocauste, des droits des femmes, de la traite des êtres humains, des personnes atteintes du VIH et des personnes handicapées ont été abordés.

Néanmoins, le projet de déclaration finale a été adopté mardi après-midi au lieu de vendredi, rapporte Le Figaro. Les diplomates auraient préféré accélérer le processus d’adoption au cas où d’autres Etats décideraient de quitter la conférence avant la fin. Ce texte a été débarrassé des sujets de conflits.  Il ne s’attache plus à Israël et à la question de la diffamation des religions que les Occidentaux avaient retenues comme « lignes rouges ». Le passage sur la mémoire de l’Holocauste a lui été retenu, contre l’avis de l’Iran. Par ailleurs, le texte réaffirme la déclaration et le programme d’action de Durban de 2001 que les Etats-Unis avaient alors refusé d’adopter  à cause de paragraphes traitant du conflit israélo-palestinien.

Déconvenue pour l’ONU et son secrétaire général, malgré l’adoption du texte, l’intervention d’Ahmadinejad pourrait décourager certains pays occidentaux de continuer à payer pour des conférences servant de tribunes aux provocations de certains leaders. Néanmoins, il a été précisé que cet événement ne remettrait paradoxalement pas en cause les rapprochements prévus entre l’Iran et les Etats-Unis.

 

 

Press review – week from April 20 to 24, 2009

The conference against racism in Durban in 2001 had led to divisions between the participants on issues such as the assimilation of Zionism with racism desired by the Arab countries, the question of gender equality and the rights of homosexuals among other matters. Since then, the United Nations had worked for such a failure not to happen again. However, the Durban II conference in Geneva this week has seen history repeating itself with the scandal of the provocations of the Iranian President from the UN rostrum who called Israel a “racist State”.
A conference boycotted even before its own launching

Even before the launching of the conference, Australia, Germany, Poland, Italy and the Netherlands had joined the United States and Israel in their decision not to go to Geneva, said Le Figaro. Barack Obama had even considered the summit as « hypocritical » and « counter-productive » before its start, fearing that it would give the opportunity for the Iranian leader to get a platform to attack Israel. Indeed, in 2001 in South Africa, the United States and Israel had left the conference in Durban after the Arab states had equated Zionism with racism.

Reactions

In Europe

European reactions were primarily characterized by the unconditional rejection of what the Iranian leader said concerning the Holocaust and the characterization of Israel as a racist State and equating Zionism with racism. In his editorial « Ahmadinejd ad nauseam » published in La Libre Belgique, Gérald Papy looked back on this accusation. He explains that « Zionism is not a racist ideology » because if Israel is indeed a “State for Jews” it does not exclude other citizens. He also highlights that Israel is not a racist State either because in its declaration of independence, equality among all Jews and non-Jews is proclaimed. G. Papy recognizes that such principles do not prevent racism Israel. The journalist recalls that on June 12th, the Iranian voters will elect their new president and he expresses his concerned seeing that the reformers are not considered as potential winners for the moment.

Nevertheless, Alain Gresh gives a much more critical analysis of the Western position in theMonde diplomatique’s blog, « Nouvelles d’Orient« . Indeed, in his article, he denounces a Western campaign of « disinformation and fantasies » concerning the treatment of the intervention of Ahmadinejad, whose positions are well-known and whose attitude was more than predictable. He recalls, for example, that in his speech, « there were no denials of the Holocaust ». Besides, Alain Gresh quotes the Pan-Arab London daily Al-Quds al-Arabi that said before the launching of the conference that « Israel has already won the battle without having taken part and, as usual, the Arabs lost, despite their participation » as the final resolution of Durban II is silent on Israel, the Gaza crimes and the oppression of Palestinians, after pressure from the United States and Europe on the Palestinian delegation.

In Israel

The Turkish daily Hurriyet reports that the Israeli MP Silvan Shalom has said during his trip to Poland for the Day of the Remembrance of the Holocaust that Iran was trying to repeat the treatment Nazi Germany had given the Jews. Ahmadinejad’s speech took place while the Hebrew State was commemorating the Holocaust.

Furthermore, Israel has recalled its ambassador to Bern since the Swiss president is the first Western head of State to have formally invited the Iranian President Ahmadinejad, according to Hurriyet. Officially, Israel has recalled its ambassador « for consultations » showing its discontent following Ahmadinejad’s participation in Durban II in Geneva while the leader is known for his denial of the Holocaust.

Focusing on other prospects, the Israeli daily Haaretz sees in this case the lack of investment of Israel in public relations since the Hebrew State never tries to explain to public opinions its position and the reason of its choices.

In the Arab world

On the Arab side, the views are more diversified. The Algerian daily El Watan, in its editorial entitled « behind one type of racism lies another type of racism » believes it is not surprising to have witnessed « the noisy and spontaneous mobilization » of countries that have turned a blind eye on « the heinous crimes committed by Israelis in Gaza « to “scuttle the UN conference on racism”. For the editorialist, the Western states are « tireless advocates of Israel » and waving « the bogy of anti-Semitism is simply hypocrisy ». According to him, « taking the defense of Israel, countries (Western) try to create a smoke screen on the phenomenon of racism (…) since the right of minorities is also a lure in the so-called free world. » Finally he regrets that the Arab countries, once allies of the Palestinian resistance are not supportive anymore and believes that this is « the price of new strategic alliances forged by most Arab regimes with the United States. »

Somewhat paradoxically, the Middle Eastern press and especially the Palestinian press adopt a very different tone and reject the Iranian intervention as a support to the Palestinian cause.

Meanwhile, the Palestine Monitor questions the position of the Iranian leader as a defender of the Palestinian cause. « Is this man, widely recognized as an extremist, who will promote discourse on the Palestinian cause?” asks the reporter of the Palestine Monitor, recalling that Ahmadinejad has no credibility in the field of human rights. The information site stresses that the Iranian support for the Palestinian cause has not shown any concrete results. In terms of politics and diplomacy, Iran has certainly done no good to Palestine and has even helpedto internal divisions. For the Palestine Monitor, the Iranian president does not care about the Palestinian cause but uses it for populist reasons and to justify his policy. Finally, the journalist suggests that next time, a Palestinian himself could be speaking on the behalf of Palestine and maybe successfully keep the public in the room.

According to Asharq al Awsat, Ahmadinejad addressed to the Arab world and not to the international community. However, the journalist questions the need to make speeches while the Palestinian cause now needs action. Besides, he highlights that Iran has done nothing lately to support Palestine. On the other hand, the Iranian leader’s speech may be a way to create a smoke screen on the actions he is launching now in his own country and the international press should detach itself from his speech in Geneva to follow what is going on in Iran.  Indeed, the case of the young Iranian-American sentenced to 8 years in prison for spying activities is highly controversial and the Swiss president of the meeting with his Iranian counterpart is also a matter the press should pay more attention to.

A humiliation for the UN?

For Le Figaro, Ban Ki-moon « has missed his bet. » The conference aimed at bringing together the States on common values while the opposite happened and we may think a posteriori that the Western countries which had previously refused to join the conference had been right.

Hurriyet said that the Secretary General of the United Nations had condemned the boycott of the conference and was deeply disappointed, regretting that some « States that should help building a path for a better future were not there. »

However, in La Libre Belgique, Bernard Kouchner, the French minister of Foreign Affairs, said that « Durban II is not a failure » if we consider the text that has been finally adopted, where the themes of anti-Semitism, discrimination on people, freedom of expression, genocide, the memory of the Holocaust, women’s rights, trafficking of human beings, people with HIV and people with disabilities have been addressed.

The draft of the final declaration was adopted on Tuesday afternoon instead of Friday, reports Le Figaro. The diplomats would have preferred to accelerate the adoption process in case other States decide to leave the conference before the end. This text has been cleared off of conflict topics. It does not deal with Israel neither on the issue of defamation of religions that Westerners had identified as « red lines ». The passage on the memory of the Holocaust has been upheld, against the advice of Iran. In addition, the text reaffirms the 2001 Declaration and Action program that the United States had refused to adopt because of paragraphs dealing with the Israeli-Palestinian conflict.

This is a setback for the UN and its secretary general, despite the adoption of the text. Besides, the presence of Ahmadinejad could deter some Western countries to continue to pay for conferences that are used as platforms for the provocations of certain leaders. However, it was said that this event would not affect the planned rapprochement between Iran and the United States.

 

 

Egypt has recently decided to make public the arrest of members of a Hezbollah cell in mission in Egypt. According to the Egyptian authorities, their aim was to carry out terrorist actions against Israeli tourists in Sinai while they just wanted to help Palestinian militias according to Hassan Nasrallah. However, these arrests have taken place four months ago. For the press, this delay has allowed Egypt to keep in its hands a means of pressure on Hezbollah and Iran. Why does it use it today? It seems that Egypt, like Saudi Arabia, is concerned about the growing position of Iran in the region and the interest of the new American president for the latest. For his « tour of Muslim countries, » B. Obama had chosen Turkey as a starting point. In his speech, Iran occupies an important place, especially since the announcement of a resumption of direct negotiations between the United States and Iran. Some of the countries that were far ahead of American concerns may feel left aside. This is what Egypt seems to experience, once again drawing attention on an Iran it will now have to take into account in the Middle East.

Indeed, new balances seem to be created in the region. First, one of these shifts concerns the involvement of the United States. If yesterday, Egypt and the oil producers of the Gulf were seen as key partners of the American diplomacy in the Middle East, B. Obama now seems to review the weight of such alliances. Washington turned first to a state whose influence and recent developments have been much discussed: Turkey, which is an undeniable economic but also diplomatic power that B. Obama would see as a bridge between the West and the East, through its accession to the European Union. Second, the American relation with Iran may witness a turning point. If this diplomatic warming occurred, it would put an end to the « Iranian threat » that pushes the United States to support those who feel under duress of Tehran. Egypt may therefore be right to fear to be no longer a privileged partner of America.

Another shift in the region is the changing balance between Shiites and Sunnis since the American invasion in Iraq in 2003. For a long time assimilated to Iran, Shiites seem now to recover a growing role in the region. Being the majority in Iraq, they are now, thanks to the new political regime imposed by the United States, able to run the country. Moreover, the aura gained by Hezbollah in 2006 following the conflict in Lebanon goes now beyond the supporters of the movement and Shiites and is spread throughout the Arab world.

Without going so far as to speak of a « Shiite crescent », a term that is often used in the media fearing a polarization of the Muslim world between Shiites and Sunnis, we cannot deny a certain strengthening of the Shiite influence even if they remain a small minority. Some regimes already denounced Shiites as agents of Tehran: relevant fear or new means of diverting people from the failure of the national political life?

The beginning of this century witnessed a profound and lasting remodeling of prevailing equilibriums in the region that the new choices of the Obama administration merely highlight. We must now take into account those new balances and among them the new position of Shiites in the Middle East.

Luce Ricard

 

 

L’Egypte a décidé de rendre publiques les arrestations de membres  d’une cellule du Hezbollah en mission en Egypte -pour mener des actions terroristes contre des touristes israéliens dans le Sinaï d’après les autorités égyptiennes, pour aider des milices palestiniennes selon Hassan Nasrallah. Or, ces arrestations auraient eu lieu il y a quatre mois. Pour la presse, ce décalage a permis à l’Egypte de garder sous la main un moyen de pression sur le Hezbollah et sur l’Iran. Pourquoi l’utiliser aujourd’hui ? Il semblerait que l’Egypte, comme l’Arabie saoudite, s’inquiète de la position grandissante de l’Iran dans la région et de l’intérêt que lui porte le nouveau président américain. Pour sa « tournée des pays musulmans », B. Obama avait choisi la Turquie comme point de départ. Dans ses discours, l’Iran occupe une place considérable, notamment depuis l’annonce d’une reprise des négociations directes entre les Etats-Unis et l’Iran. De là à ce que les pays qui étaient jusqu’à présent en tête des préoccupations américaines se sentent mis de côté, il n’y a qu’un pas. Pas que l’Egypte paraît avoir franchi, attirant une nouvelle fois l’attention sur un Iran avec qui il faudra désormais compter au Moyen-Orient.

En effet, des équilibres nouveaux semblent se créer dans la région. Tout d’abord en ce qui concerne les Etats-Unis. Si hier,  l’Egypte et les Etats pétroliers du Golfe étaient perçus comme les partenaires clefs de la diplomatie américaine au Moyen-Orient, B. Obama semble aujourd’hui revoir le poids de ces alliances. Washington se tourne d’abord vers un Etat dont l’influence et les développements récents ont fait couler beaucoup d’encre : la Turquie, indéniable puissance économique mais aussi diplomatique que B. Obama verrait bien comme pivot entre Occident et Orient, via son adhésion à l’Union européenne. Ensuite, la politique américaine vis-à-vis de l’Iran connaît un tournant. Si ce réchauffement diplomatique avait lieu, il mettrait fin au « spectre iranien » qui pousse les Etats-Unis à soutenir ceux qui se sentent menacés par Téhéran. L’Egypte aurait donc raison de craindre de ne plus être l’un des partenaires privilégiés de l’Amérique.

Autre rééquilibrage dans la région, celui des Chiites vis-à-vis des Sunnites et ce depuis l’invasion américaine en Irak en 2003. Pendant longtemps assimilés à l’Iran, les Chiites voient leur place grandir. Majoritaires en Irak, ils sont aujourd’hui, grâce au nouveau régime politique imposé par les Etats-Unis, en mesure de diriger le pays. Par ailleurs, l’aura qu’a acquise le Hezbollah en 2006 suite au conflit au Liban a dépassé le cadre des sympathisants du mouvement et des Chiites pour s’étendre dans l’ensemble du monde arabe.

Sans aller jusqu’à parler d’un« croissant chiite », terme souvent utilisé dans les médias craignant une bipolarisation du Monde musulman entre Chiites et Sunnites, on ne peut nier un certain renforcement de l’influence chiite même si ceux-ci restent largement minoritaires. Certains régimes dénoncent les Chiites comme agents de Téhéran : crainte légitime ou nouveau moyen  de détourner leur population des déroutes de la vie politique nationale ?

Ce début de siècle a vu un remodelage profond et durable des équilibres qui prévalaient dans la région que les nouvelles orientations de l’administration Obama ne font que mettre en lumière. Désormais Il faudra entre autres compter avec la nouvelle place des Chiites au Moyen-Orient.

Luce Ricard