Pour la deuxième fois depuis le début de l’été, Damas a reçu la visite de l’envoyé de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient, George Mitchell. Cette constatation permet de dresser deux conclusions : non seulement les relations entre les Etats-Unis et la Syrie se réchauffent mais, cette dernière devient également un acteur incontournable sur la scène régionale moyen-orientale.

Qui aurait parié sur un tel changement il y a quatre ans ?  En 2005, le Premier Ministre libanais Rafik Hariri était assassiné, et la Syrie se voyait très vite accusée d’être impliquée dans l’attentat. La France de Jacques Chirac faisait porter le chapeau à Damas et coupait ses relations diplomatiques avec la Syrie. Les Etats-Unis de leur côté reprochaient à la Syrie de laisser des combattants s’infiltrer en Irak pour combattre le régime pro-américain mis en place. Dans l’Etat de l’Union de 2005, G.W. Bush ajoutait la Syrie à son « Axe du Mal ».

Pour parvenir à un revirement de la situation, il a donc fallu des changements de politique au niveau global mais aussi l’intelligence politique d’un homme, Bachar El-Assad. Lorsque Nicolas Sarkozy est élu en 2007, une fenêtre d’opportunité s’ouvre pour le Président syrien, d’autant plus lorsque son homologue français le courtise afin que la Syrie prenne part à la nouvelle Union pour la Méditerranée. Les relations franco-syriennes se réchauffent au point que Bachar El-Assad est l’invité d’honneur du défilé du 14 juillet 2008 sur les Champs Elysées.

Si sur le dossier libanais, la Syrie adopte un profil bas et se montre coopérative, elle reste intransigeante en ce qui concerne ses relations avec son allié iranien. Sous G.W. Bush, cette alliance écarte toute possibilité de normalisation des relations américaines avec la Syrie. La France tente tant bien que mal de détourner la Syrie de ses amitiés avec Téhéran, mais peine perdue : la Syrie continue d’apporter  son soutien à l’Iran, mais aussi au Hezbollah et au Hamas.

Elu Président des Etats-Unis en novembre passé, Barack Obama inaugure une politique de dialogue avec les pays arabo-musulmans. Bachar El-Assad, fort de ses relations diplomatiques renouées avec la France, pousse alors la Syrie sur l’échiquier régional. Ses atouts : des relations normalisées avec son voisin libanais, un processus de paix lancé avec Israël – bien qu’en suspend, pour ne pas dire sursis depuis l’attaque israélienne sur Gaza – , de bonnes relations avec l’Iran, le Hezbollah et le Hamas, ainsi que de bonnes relations entre le Président syrien et le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas.

La Syrie se présente désormais comme un acteur incontournable d’une part sur la question nucléaire iranienne, d’autre part dans un futur processus de paix israélo-arabe, et enfin même en ce qui concerne la querelle inter-palestinienne entre le Fatah et le Hamas. Le rôle de la Syrie n’est pas encore clairement défini, mais une place de choix lui semble en tous cas réservée aux tables de négociations. Pari gagné donc pour le Président syrien.

 

N.J.O.

 

 

For the second time since early summer, Damascus is hosting US Middle East envoy, George Mitchell. This allows us to draw two conclusions: the relations between the United States and Syria are not only warming, but the latter is also becoming a major player in the Middle East.

Who would have bet on such a change four years ago? In 2005, the Lebanese Prime Minister Rafik Hariri was assassinated, and Syria was quickly accused of being involved in the bombing. Chirac’s France put the blame on Damascus and cut its diplomatic relations with Syria. The United States for their part accused Syria of allowing fighters to infiltrate Iraq to fight against the pro-American government. In 2005 State of Union, Bush added Syria to its « axis of evil ».

To achieve a reversal of the situation, two things were necessary: policy changes at the global level and political intelligence of a man, Bashar Al-Assad. When Nicolas Sarkozy was elected in 2007, a window of opportunity opened for the Syrian President, especially when his French counterpart came to him in order to invite Syria to take part in the new Union for the Mediterranean. The Syrian-French relations were normalized to the extent that Bashar Al-Assad was even invited as a guest of honor at the July 14 defile in 2008 on the Champs Elysees.

With regards to Lebanon, Syria adopted a low profile and cooperated, but it remained intransigent considering to its relations with its ally Iran. Under Bush, the alliance dismissed any possibility of normalization of U.S. relations with Syria. Sarkozy’s France was trying its best to divert Syria to its friendship with Tehran, but in vain: Syria continued to give its support to Iran, but also to Hezbollah and Hamas.

Elected President of the United States in November, Barack Obama opened a dialogue with Arab and Muslim countries. Bashar El-Assad, with its restored diplomatic relations with France, then pushed Syria on the regional chessboard. Its strengths: standard relations with neighboring Lebanon, a peace process launched with Israel – although suspended, if not dead since the Israeli attack on Gaza -, good relations with Iran, Hezbollah and Hamas, as well as good relations between the Syrian President and the President of the Palestinian Authority, Mahmoud Abbas.

Syria is now a key player considering the Iranian nuclear issue on the one hand, as for the Arab-Israeli peace process on the other, and even as regards to the inter-Palestinian feud between Fatah and Hamas. Syria’s role is not yet clear, but a choice place will be kept at the negotiating table. Well done by the Syrian President.

N.J.O.

 

 

Press review – week from July 27 to 31, 2009

 

This week US Middle East envoy George Mitchell  toured widely in the region visiting one after another Israeli, Syrian, Egyptian and Palestinian authorities.

During his visit to Damascus, George Mitchell said that President Obama had decided to work for a « comprehensive peace in the Middle East which includes Israel and Palestine, Israel and Syria, Israel and Lebanon and normal relations with all countries in the regions, » saidNouvel Obs.

The Express reports that the U.S. Middle East envoy has stressed during his visit to Cairo that the United States « does not ask anyone a complete normalization at this stage », recognizing « that it will take place later in this process ». He also called on countries to take significant steps.

Al Jazeera details those « significant steps ». Regarding the Arab States, the United States expect them to make « significant steps towards normalization of their relations with Israel. » The Palestinians are required for their part to « expand and improve their security forces, and refrain from words or acts that would make it more difficult to move fast forward to successful negotiations. » Finally, Israel must ensure to « enable better access, movement and economic growth for the Palestinians … and deal with difficult issues such as settlements and outposts.  »

The comeback of Syria on the regional scene

Le Monde highlights the feat : despite a clear position in favor of the Iranian regime and of Hezbollah and Hamas, Bashar al-Assad has been able to restore Syria in the role of a  regional actor that cannot be ignored. The daily commented the failure of the French policy which was trying, by resuming diplomatic relations, to take Syria away from its Iranian ally. On the contrary, Syria has managed to use the blank check offered by France to revive its relations with Washington.

For the second time in just over a month, the U.S. special envoy for the Middle East visited Damascus. Le Monde reminds that on June 14, George Mitchell visited the Syrian capital, breaking the diplomatic cold that prevailed between the two countries since 2005.

Following this visit, Washington has announced the gradual lifting of the economic sanctions imposed to Syria, said AFP. Tommy Vietor, a spokesman for the White House nevertheless warned that « to change the U.S. sanctions would require coordination and close consultation with Congress ». AFP also reminds that Washington also announced on pas June 24 the sending of a new ambassador to Damascus.

According to Israeli news agency Guysen news, as they have done with Iran, the United States try to find a compromise with Syria in order to » make Damascus a new bridge between Islamists and Arab moderates, particularly between Hamas and Fatah.  »

Le Monde also notifies that Syria is a central player in the palestinian inter dialogue: The Syrian capital is hosting the headquarters of Hamas and Hezbollah, while Mahmoud Abbas is coming there regularly to consult his Syrian counterpart.

Haaretz reports the visit of Walid Moallem, the Syrian Minister of Foreign Affairs in London. The latter reminded the central position occupied by Syria regarding the Iranian nuclear issue. He said the willingness of Syria to make the Middle East a zone free of nuclear weapons, and added that Syria was « in a unique position to influence the Iranian policy », although it could not « take decisions in place of Iran “ that  » has to take its decisions according to its interests.  » The minister did not specify what role Syria could play in the crisis between Iran and the majority of the international community.
The Israeli newspaper said that meanwhile Syria does is not very cooperative with the IAEA and that Walid Moallem had carefully avoided answering questions from journalists on the flow of arms passing through Syria to reach Hezbollah or Hamas.

The Arab-Israeli conflict

After the visit to Damascus it is the one of the envoy George Mitchell in Jerusalem which received the more attention. Le Nouvel Obs reminds the recent disagreements between the Obama administration and the Israeli government of Netanyahu. While the United States ask to their ally a complete freeze of the settlements in the occupied territories, a new Jewish settlement in East Jerusalem had rekindled tensions between the two countries.

L’Express reports the Tuesday talks between Netanyahu and Mitchell on this topic. Both declared that there had been some progress towards a solution, even if the American envoy admitted that « There is always a gap between us and the Israelis on the issue of settlements. » The daily noted that it will be difficult to start negotiations with the Palestinians or with Saudi Arabia or Syria, if the phenomenon of colonization does not undergo a complete freeze.

This view is corroborated by an article in the pan-Arab newspaper Ash Sharq Al Awsat, which reported the feeling of the Arab countries that do not accept so much U.S. pressure for a normalization of their relations with Israel. According to them, such a gesture is premature and will remain conditioned by the total ending of the settlement activities in the West Bank.

Al Jazeera’s journalist in Jerusalem, Mike Hanna finally remark that even if the American and Israeli leaders said they had made progress on the issue of settlements, we cannot hide that there are  » substantial differences between the approach of the Obama administration and that of Israel.  »

 

 

Revue de presse – semaine du 27 au 31 juillet 2009

L’envoyé spécial des Etats-Unis pour le Moyen-Orient George Mitchell opérait cette semaine une tournée large au Moyen-Orient visitant tour à tour les autorités israéliennes, syriennes, égyptiennes et palestiniennes.

Lors de son passage à Damas, George Mitchell a déclaré que le Président Obama était décidé à œuvrer pour une « une paix globale au Proche-Orient, cela inclut Israël et la Palestine, Israël et la Syrie, Israël et le Liban ainsi que des relations normales avec l’ensemble des pays de la région », a souligné le Nouvel Obs.

L’Express rapporte que l’envoyé spécial américain pour le Moyen-Orient a souligné lors de sa visite au Caire que les Etats-Unis « ne demandaient à personne une normalisation complète à ce stade », reconnaissant « qu’elle interviendra plus tard dans ce processus ». Il a tout de même appelé certains pays à prendre des mesures significatives.

Al Jazeera détaille ces « mesures significatives ». En ce qui concerne les Etats arabes, les Etats-Unis attendent d’eux qu’ils fassent « des pas significatifs vers une normalisation de leurs relations avec Israël ». Les Palestiniens doivent de leur côté “étendre et améliorer leurs forces de sécurité, et s’abstenir de mots ou d’actes qui rendraient plus difficile l’avancée rapide vers des négociations réussies”. Enfin, Israël doit faire en sorte de “rendre possible de meilleurs accès, mouvements et croissance économique pour les Palestiniens… et de traiter les questions difficiles comme les colonies et les postes avancés. »

Retour de la Syrie sur la scène régionale

Le Monde souligne l’exploit : malgré des positions claires en faveur du régime iranien ainsi que pour le Hezbollah et le Hamas, Bachar el-Assad a réussi à rendre à la Syrie sa place d’acteur régional incontournable. Le quotidien français commente l’échec de la politique française qui voulait, en renouant des relations diplomatiques, détourner la Syrie de son allié iranien. A l’inverse, la Syrie a réussi à se servir de blanc seing que lui offrait la France pour renouer avec Washington.

La presse rappelle qu’en 2005, la Syrie s’était retrouvée ostracisée de la communauté internationale du fait de sa présumée implication dans l’assassinat du premier ministre libanais Rafic Hariri.

Pour la deuxième fois en un peu plus d’un mois, l’envoyé spécial américain pour le Moyen-Orient s’est rendu à Damas. Le Monde rappelle en effet que le 14 juin dernier, George Mitchell s’était rendu dans la capitale syrienne, brisant le froid diplomatique qui régnait depuis 2005 entre les deux pays.

Suite à cette visite, Washington a annoncé la levée progressive des sanctions économiques qui pesaient sur la Syrie, annonce AFP. Tommy Vietor, un porte-parole de la Maison Blanche a néanmoins averti que « Modifier les sanctions américaines réclamerait une coordination et des consultations étroites avec le Congrès ». AFP rappelle en outre que Washington a également annoncé le 24 juin passé l’envoi d’un nouvel ambassadeur Damas.

Selon l’agence de presse israélienne Guysen news, de même qu’ils l’ont fait avec l’Iran, les Etats-Unis « jouent la carte du compromis avec la Syrie » dans le but de « faire de Damas un nouveau pont entre islamistes et Arabes modérés, notamment entre le Hamas et le Fatah ».

Le Monde remarque en effet que la Syrie est un acteur central du dialogue interpalestinien : la capitale syrienne accueille en effet les sièges du Hamas et du Hezbollah, tandis que Mahmoud Abbas s’y rend régulièrement pour prendre l’avis de son homologue syrien.

Haaretz rend compte de la visite de Walid Moallem, le Ministre syrien des Affaires étrangères à Londres. Ce dernier a rappelé la position centrale qu’occupait la Syrie en ce qui concerne la question nucléaire iranienne. Il a affirmé la volonté de la Syrie de faire du Moyen-Orient une zone exempte d’armes nucléaires, et a ajouté que la Syrie était dans « une position unique pour influencer les choix politiques iraniens » bien qu’elle ne pouvait pas « prendre les décisions à la place de l’Iran », celui-ci « devant prendre ses décisions en fonction de ses intérêts ». Le ministre n’aurait pas précisé quel rôle la Syrie pourrait jouer dans la crise qui oppose l’Iran à la majorité de la communauté internationale.

Le quotidien israélien rappelle que de son côté l’Iran n’adopte pas une attitude très coopérative avec l’AIEA et que Walid Moallem a soigneusement évité de répondre aux questions des journalistes concernant les flux d’armes passant par la Syrie et destinés au Hezbollah ou au Hamas.

Conflit israélo-arabe

Après la visite à Damas, c’est celle de l’envoyé Georges Mitchell à Jérusalem qui a fait couler le plus d’encre. Le Nouvel Obs rappelle les récents désaccords entre l’administration Obama et le gouvernement israélien de Netanyahou. Alors que les Etats-Unis exigent de leur allié un gel total des colonies dans les territoires occupés, un projet d’implantation juive à Jérusalem Est avait ravivé les tensions entre les deux pays.

L’Express rend compte des pourparlers qui se sont déroulés mardi entre Mitchell et Netanyahu à ce sujet. Les deux hommes ont fait part d’avancées vers une solution, même si l’émissaire américain a avoué qu’ « Il y a toujours un fossé entre nous et les Israéliens sur la question des implantations ».  Le quotidien fait remarquer qu’il sera difficile de débuter des négociations avec les Palestiniens ou encore avec l’Arabie Saoudite ou la Syrie, sans que le phénomène de la colonisation ne subisse un gel total.

Cet avis est corroboré par un article du journal panarabe Ash Sharq Al Awsat, rapporté qui rapporte le sentiment des pays arabes qui n’acceptent plus beaucoup les pressions américaines pour une normalisation de leurs relations avec Israël. Selon eux, celle-ci est prématurée et restera conditionnée par l’arrêt total de la colonisation en Cisjordanie.

L’envoyé d’Al Jazeera à Jérusalem, Mike Hanna remarque enfin que même si les dirigeants américains et israéliens ont déclaré avoir avancé sur le dossier des colonisations, on ne peut pas cacher qu’il existe « des différences substantielles entre l’approche de l’administration Obama et celle d’Israël ».

 

 

After the death of his father Hassan II on 24 July 1999, Muhammad VI ascended the throne. Morocco is therefore preparing to celebrate the ten years of reign of the king next week, giving the opportunity to many retrospectives on this first decade. The break with the time of Hassan II is real. Nevertheless those who are tempted to see his son as a retiring or lax sovereign are far from the truth. Under his outside of a king modern, close to the people, even « cool », the one nicknamed « M6 » leads the country with an iron hand.

Given the discretion displayed by the young sovereign, it is often difficult to discern his true nature. Granting very few hearings to the press, the latter has to understand him through his actions. We can thus see a king who frequents much more associations and projects in Morocco, than he makes speeches during some solemn ceremonies. If necessary, the monarch can either roll up his sleeves. He also denigrates the international scene, where meetings and statements may seem a waste of time. Those few words and many acts show a very pragmatic sovereign.

Equally determined as was his father, M6 prefers to use the soft power. His popularity gives him the tools to implement his reforms and projects. We have seen him imposing a new family code – the Mudawana – despite protests from the ultra-conservative fringe of the population, or setting up a commission on the abuses to human rights during Hassan II’s reign at the expense sometimes of the old intelligentsia that was hanging around the crown. The people love and support him so no matter what the politicians and other dignitaries think when the king decides to change things.

Strange compared to a perceived rigorous personality, the lifestyle of the monarch is far from sober. He ranks among the wealthiest sovereign in the world and the press is often eager to reveal the splendor of the palace. In addition to the inherited wealth, Muhammad VI has the qualities of a businessman, which enabled him to quintuple the assets of the crown in ten years. But in addition, a significant part of the population lives below the poverty line in a two-speed Morocco. Surprisingly, this lavish lifestyle does not affect the popularity of the king.

Between discretion and determination, firmness and softness, or real interest to the poor standard and living a luxurious life, the royal antinomies are everywhere and are losing those who attempt to define the personality of Muhammad VI. As an enlightened monarch would do it, he offers the country what he thinks to be good for him. In ten years he has led Morocco on the path of openness and modernity, but without paying much attention to democratic practices. Despite some appearances, the King reigns and continues to govern.

N.J.O.

 

 

A la mort de son père Hassan II le 24 juillet 1999, Mohammed VI montait sur le trône. LeMaroc s’apprête donc à fêter les dix années de règne du roi la semaine prochaine, ce qui donne l’occasion de nombreuses rétrospectives sur cette première décennie. La rupture avec l’époque d’Hassan II est bien réelle. Néanmoins ceux qui seraient tentés de voir en son fils un souverain effacé ou laxiste sont loin de la vérité. Sous ses dehors de souverain moderne, proche du peuple, voire « cool », celui que l’on surnomme « M6 » mène le pays d’une main de fer.

Au vu de la discrétion dont fait preuve le jeune souverain, il est souvent difficile de discerner sa vraie nature. N’accordant que très peu d’auditions à la presse, cette dernière doit se contenter de le comprendre à travers ses actes. Ainsi on peut voir un roi qui fréquente beaucoup plus volontiers les associations et chantiers du Maroc, qu’il ne dispense de beaux discours lors de cérémonies ampoulées. Le monarque n’hésite pas non plus à retrousser sa chemine si nécessaire. Il dénigre par ailleurs la scène internationale, dont les réunions et les déclarations peuvent lui paraître des pertes de temps. Peu de paroles mais des actes qui montrent un souverain très terre à terre.

Tout aussi déterminé que l’était son père, Mohammed VI préfère la méthode douce. Ainsi sa popularité lui donne les instruments nécessaires à l’implémentation de ses réformes et de ses projets. On l’a vu imposer de la sorte un nouveau code de la famille – la Moudawana – malgré les protestations de la frange ultraconservatrice de la population, ou encore mettre en place une commission sur les exactions aux droits de l’Homme sous Hassan II au détriment parfois de l’ancienne intelligentsia entourant la couronne. Le peuple l’aime et le soutient, peu importent donc les politiciens et autres dignitaires lorsque le souverain décide de changer les choses.

Etrange par rapport à une personnalité qu’on perçoit rigoureuse, le train de vie du monarque est loin d’être austère. Il se range parmi les souverains les plus fortunés au monde et la presse ne se prive pas pour révéler les fastes du palais. Outre les richesses héritées,Mohammed VI a les qualités d’un businessman, ce qui lui a permis de quintupler les avoirs de la couronne en dix ans. Or, à côté de cela, une part importante de la population vit en dessous du seuil de pauvreté dans un Maroc à deux vitesses. Etonnement, ce mode de vie fastueux ne porte pas atteinte à la popularité du roi.

Entre discrétion et détermination, douceur et fermeté ou encore intérêt réel pour les indigents et train de vie luxueux, les antinomies royales sont légions et perdent ceux qui tenteraient de circonscrire la personnalité de Mohammed VI. A la manière d’un monarque éclairé, il offre au pays ce qu’il pense être bon pour lui. En dix ans, il a ainsi mené le Maroc sur la voie de l’ouverture et de la modernité, mais sans faire grand cas des pratiques démocratiques.  Malgré certaines apparences, le roi règne et continue de gouverner.

 

N.J.O.

 

 

Revue de presse – semaine du 20 au 24 juillet 2009

Ayant accédé au trône à la mort de son père le 23 juillet 1999, le souverain marocain Mohammed VI s’apprête à fêter ses dix ans de règne le 30 juillet prochain.  Le fils d’Hassan II a entrepris de poursuivre la politique d’ouverture initiée à la fin du règne de son père. A 46 ans et après ces dix années à régner sur le Maroc, le bilan est positif pour celui que l’on surnomme « M6 » bien qu’il reste encore de nombreux points noirs au tableau.

Selon Jeune Afrique, les différents projets qu’il a lancé rendent le bilan de ses dix ans de règne « plus que positif, mais d’un poids relatif au regard des chantiers à venir ».

L’agence de presse Belga décrit elle ces premières années de règne comme « une décennie marquée par des réformes importantes et la persistance de points noirs ». Il faut en tous cas reconnaître que le Maroc bouge, en témoigne le « statut avancé » que lui a accordé l’UE le 13 octobre 2008.

Les grands chantiers de ces dix années

Le Premier Ministre Abbas El Fassi explique lors d’une conférence rapportée dans le quotidien marocain Le Matin, que : « La méthodologie adoptée par S.M. le Roi durant une décennie est celle d’un «juriste attaché à garantir une concordance entre droits politiques et droits socio-économiques, sur la base de la réconciliation avec le passé afin de consolider la confiance entre l’Etat et la société et entre toutes les composantes de la nation».

Dans cette perspective, le roi a entamé de grandes réformes sociétales comme l’Instance équité et réconciliation (IER), l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) ou encore la Moudawana (le nouveau code de la famille).

Lorsque Mohammed VI décide de mettre en place une commission pour enquêter sur les violations des droits humains sous le règne de son père, il lève selon RFI un tabou. La commission Instance équité et réconciliation (IER) reste l’un des plus grands succès du nouveau souverain à ce jour, même si 66 personnes sont toujours portées disparues et que sur ordre du monarque, les bourreaux ne sont jamais poursuivis. La Commission a néanmoins contribué à indemniser les victimes des « années de plomb », souligne AFP.

Le quotidien Le Matin se penche quant à lui sur l’INDH qu’il qualifie de « fleuron de la politique sociale de S.M. le Roi ». Mohammed VI a voulu centrer le changement social autour de l’humain, et a entamé sous le titre d’Initiative nationale pour le développement humain, un vaste programme de réforme parmi lesquelles « la rénovation du système éducatif national, la réforme du système de santé et l’élargissement de la couverture médicale, l’accès au logement, la réalisation d’équipements sociaux et culturels ainsi que le développement humain ». Ce programme jouit par ailleurs de nombreux soutiens internationaux.

Le code de la famille est enfin un des grands projets qu’a porté Mohammed VI lors de ces dix premières années de règne. La Moudawana a été réformée en 2004 dans le sens d’une amélioration du statut des femmes, ce qui a provoqué la colère des fondamentalistes. Aujourd’hui, les femmes jouissent de droits quasiment égaux à ceux des hommes, ce qui rend difficile des pratiques comme la polygamie ou la répudiation explique l’AFP.

D’autre part, l’agence Belga souligne que le monarque alaouite a voulu réaffirmé son rôle comme Commandeur des croyants (Amir al-Mouminine) et cela pour mieux contrôler la religion et les fidèles et « empêcher les dérives d’imams intégristes ».

Belga rapporte également que Mohammed VI s’est en outre beaucoup investi dans de grands chantiers comme l’électrification de l’ensemble du territoire, l’amélioration des axes de communication et des réseaux de transports en communs, ainsi que la construction de toutes pièces du colossal port de Tanger Med.

Lacunes

A côtés de ces multiples avancées qu’à connu le Maroc de ces dix dernières années, de nombreux efforts restent encore à faire en matière de justice, de corruption, d’éducation, d’inégalités sociales et de liberté de la presse.

AFP rapporte que « L’indépendance de la justice est régulièrement critiquée par la presse et les ONG marocaines, qui affirment que torture et détentions arbitraires continuent ».

En matière de corruption, RFI rapporte que « Transparency International classe le Maroc à la 80e place sur 177 pays ». Ce problème semble en outre prendre de l’ampleur ces dernières années.

Du côté de l’éducation, RFI souligne que, malgré un programme d’alphabétisation intensive, 40 % de la population est encore analphabète.

L’agence Belga souligne en outre la disparité des situations sociales dans un Maroc où « la misère la plus noire côtoie souvent l’opulence la plus insolente ». Le pays se range en effet à la 126e place dans le rapport mondial sur le développement humain 2007-2008 du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement).

Enfin, la liberté de la presse est enviable par rapport à d’autres voisins arabes, selon AFP, mais n’est respectée qu’à condition qu’on ne porte pas atteinte à la religion officielle (sunnite malékite), à la monarchie, ou encore à l’intégrité territoriale.

La discrétion internationale

Autant l’intérêt du monarque est grand pour les grands chantiers et les questions sociales propres à son pays, autant son désintérêt l’est pour la politique extérieure.

Le Figaro explique que Mohammed VI déserte les grands sommets internationaux comme le lancement de l’Union pour la Méditerranée à Paris en 2008, ou encore le dernier sommet des non-alignés en Egypte la semaine passée. Par ailleurs, il n’hésite pas à intervenir de manière « peu diplomatique » sur la scène internationale. Ainsi lors du sommet arabe de Doha, le souverain, absent, a envoyé une « lettre assassine » aux autres dirigeants arabes, les tançant sur leur désunion perpétuelle.

Jeune Afrique souligne l’intérêt du roi pour une région délaissée par son père : l’Afrique sub-saharienne. Mohammed VI effectue des voyages réguliers et il n’est pas rare de le voir « parcourir au volant d’un véhicule emprunté les quartiers populaires de Brazzaville ou de Dakar ».

L’hebdomadaire revient d’autre part sur les relations toujours tendues entre le Maroc et l’Algérie. Mohammed VI avait cru pouvoir améliorer la situation mais un de ses proches avoue que « tant que Bouteflika sera là, rien ne sera possible ». Tout en effet sépare les deux hommes : âge, langage, références politiques et culturelles, ainsi que le tempérament. Le souverain entretient au contraire des bonnes relations avec la Mauritanie que le futur devrait voir s’améliorer encore puisqu’un des favoris de M6, le général Ould Abdelaziz, vient d’y être élu.

Les particularités du successeur d’Hassan II

Jeune Afrique consacre sa une à ce « Roi à part ». L’hebdomadaire souligne les particularités du règne de Mohammed VI, souvent aux antipodes de ce qu’était celui d’Hassan II. M6 a ainsi rendu leur liberté d’expression à de nombreuses voix que son père avait fait taire : mouvement indépendantistes sahraouis, républicains…. Le palais royal et sa vie auparavant cachée font aujourd’hui les choux gras de la presse. De son côté par contre, M6 est tout sauf un communicateur et reste très discret sur lui et l’idée qu’il se fait du métier de roi.

Cette discrétion lui vaut de rester une énigme pour beaucoup,  commente l’agence Belga. De son côté, le site Internet de RFI qualifie de « véritable mystère » ce roi qui ne donne que très peu d’interviews à la presse internationale, voire aucune aux journalistes marocains.

Le politologue Mohammed Tozy explique au Figaro que M6 préfère « être aimé que craint », tandis que Jeune Afrique parle du « Père Noël » par rapport au « Père Fouettard » qu’était son père. Mohammed VI entretient un excellent contact avec la population et n’hésite pas à par exemple lui-même distribuer de la soupe aux sans logements à l’occasion du Ramadan. Sa proximité des gens ordinaires lui offre une cote de popularité haute auprès du peuple marocain, à l’inverse de son prédécesseur.

Mais attention, le Figaro fait bien remarquer que « Cette discrétion affichée n’enlève rien à l’étendue de son pouvoir ». Mohammed Tozy explique que «Il n’y a pas eu de rupture en termes institutionnels, la monarchie occupe toujours la même place dans le système politique». Encore loin d’une monarchie parlementaire, on parlerait ici davantage d’une « monarchie exécutive ».

Les proches conseillers de la couronne ont également connu des changements depuis la fin du règne d’Hassan II. M6 préfère lui s’entourer de contemporains qu’il choisit, comme nous l’apprend Jeune Afrique, parmi les anciens du Collège royal et parmi ses amis de jeunesse. Les conseillers traditionnels de la couronne, demeure néanmoins non loin du roi, qui prend également régulièrement les conseils de technocrates en ce qui concerne l’économie du Maroc.

Du côté des finances royales, M6 n’a pas restreint et a même surpassé le train de vie royal de son père. Afrik.com rappelle qu’il a été classé 7e fortune royale du monde par le magazine Forbes. Sa fortune estimée à 500 millions de dollars en 2000 aurait été multipliée par cinq depuis, une richesse choquante pour qui sait qu’ « au Maroc plus de 5 millions de personnes vivent avec moins d’un euro par jour (10 dirhams) et que le pays est classé au 108e rang mondial en terme de richesse par habitant, selon l’Onu », et que  « Par ailleurs, la dette extérieure publique du Maroc en hausse de 10 % sur un an en 2008, est estimée à 16,6 milliards de dollars, soit 20 % du PIB du royaume ».

L’hebdomadaire marocain Tel Quel se penche plus en profondeur sur les finances du roi. On apprend ainsi qu’en 1999, Mohammed VI a hérité d’un holding qu’il a depuis transformé en « véritable machine de guerre économique que rien ne peut plus arrêter ».

Au niveau de sa vie privée, contrairement au harem d’Hassan II, Mohammed VI a épousé Selma Bennani que l’hebdomadaire Jeune Afrique qualifie volontiers de « première dame » et qui, détentrice d’un diplôme d’ingénieur informaticienne, mène de nombreuses actions caritatives.

 

 

Press review – week from July 20 to 24, 2009

Having acceded to the throne following the death of his father on 23 July 1999, the king of Morocco Muhammad VI is preparing to celebrate its ten years of reign on 30 July. The son of Hassan II undertook to pursue the policy of openness initiated at the end of the reign of his father. At 46 years and after ten years ruling Morocco, the result is positive for the one often called « M6 », although many black spots remain.

According to Jeune Afrique, the various projects he started make the balance of its ten year reign « more than positive, but of a relative weight in terms of the efforts to come. »

The Belga news agency described these early years of reign as « a decade of major reforms and the persistence of black spots. » We need to recognize that Morocco is moving, evidenced by the « advanced status » granted by the EU on 13 October 2008.

Major projects of the decade

Prime Minister Abbas El Fassi explained at a conference reported in the Moroccan daily Le Matin that « The methodology adopted by His Majesty the King for a decade is the one of a jurist committed to ensure a match between political rights and socio-economic rights, on the basis of reconciliation with the past to build confidence between the state and society and among all components of the nation.  »

In this perspective, the king began major social reforms such as Equity and Reconciliation Commission (IER), the National Initiative for Human Development (NIHD) and the Moudawana (the new Family Code).

When Muhammad VI decided to establish a commission to investigate human rights violations during the reign of his father, he lifted a taboo says RFI. The Equity and Reconciliation Commission (IER) remains one of the biggest success of the new sovereign to this day, even if 66 people are still missing and that on the orders of the monarch, the perpetrators are never prosecuted. The Commission has nevertheless contributed to compensate the victims of « years of lead, » said AFP.

The daily Le Matin concentrates on the NIHD qualified as « the jewel of the social policy of His Majesty the King ». Muhammad VI has sought to focus on social change around humans, and began under the title of National Initiative for Human Development, a comprehensive reform program, including « the renovation of the national education system, the reform of the health system and the expansion of the health coverage, the access to housing, the construction of social and cultural amenities and also human development.  » This program benefits from much international support.

The new Family Code is also one of major projects that Muhammad VI brought to life during these first ten years of reign. The Moudawana was reformed in 2004 in a sense of improving the status of women, which provoked the wrath of fundamentalists. Today, women have almost equal rights with men, making practices such as polygamy and repudiation uneasy to wage,explains AFP.

On the other hand, the Belga agency stressed that the Alaouite monarch wanted to reaffirm his role as Commander of the Faithful (Amir al-Mumineen) to take a greater control on the religion and the faithful and « to prevent the excesses of fundamentalist imams. »

Belga also reported that Muhammad VI has invested heavily in major projects such as electrification of the entire territory, has improved lines of communication networks and transportation, and has began to build from scratch the huge port of Tangiers Med.

Gaps

Aside of these progress made in the last ten years, much remains to be done in the fields of justice, corruption, education, social inequality and freedom of the press.

AFP reports that « Judicial independence is regularly criticized by the press and Moroccan NGOs, which claim that torture and arbitrary detention continue”.

On corruption, RFI reported that Transparency International ranked Morocco in the 80th place among 177 countries. This problem seems to gain momentum in recent years.

On education, RFI stresses that, despite an intensive literacy program, 40% of the population is still illiterate.

The agency Belga further emphasizes the disparity in social situations in Morocco, where « the blackest misery often meets the more insolent opulence. » The country ranks at the 126th place in the global report on human development of the 2007-2008 UNDP (United Nations Development Program).

Finally, freedom of the press is enviable compared with other Arab neighbors, according toAFP, but is met only if they do not affect the official religion (Sunni Malekite), the monarchy, or the territorial integrity.

International discretion

How great is the interest of the monarch for the major projects and the social issues of his country, how great is his disinterest for foreign policy.

The Figaro explains that Muhammad VI is often absent from the major international summits such as the launching of the Union for the Mediterranean in Paris in 2008, or the last summit of the Non-Aligned Movement in Egypt last week. Nevertheless, he does not hesitate to intervene in a « undiplomatic » way in the international arena. For instance, in the Arab summit in Doha, the sovereign, who was absent, sent a cruel letter to other Arab leaders in order to criticize their perpetual disunity.

Jeune Afrique stresses the interest of the king for a region neglected by her father: Sub-Saharan Africa. Muhammad VI conducts regular tours and it is not uncommon to see him  » driving a borrowed car in the neighborhoods of Brazzaville or Dakar ».

The weekly returns on the still tense relations between Morocco and Algeria. Muhammad VI had thought to improve the situation, but one of his advisors admits that « until Bouteflika will be there, nothing will be possible. » Everything separates the two men: age, language, political and cultural references, as well as temperament. The sovereign has in the opposite good relations with Mauritania which could improve in the future since one of M6’s favorites, General Ould Abdelaziz, has been elected.

The peculiarities of the successor of Hassan II

Jeune Afrique devotes its front page to a King that it qualifies as particular. The weekly highlights the peculiarities of the reign of Muhammad VI, often at the exact opposite of Hassan II. M6 has given their freedom of expression to many people that his father had been silenced: Sahrawi independence movement, the Republicans …. And if the royal palace and his life previously hidden are now splashed all over the papers, it is the contrary as for Muhammad VI. M6 is anything but a communicator and is very discreet about his life and the idea that it has from the job of king.

Because of this discretion, the king remains an enigma for many, said the agency Belga. According to RFI’s website, the king stays a « mystery » as he gives very few interviews to the international press, to none to the Moroccan journalists.

The political scientist Muhammad Tozy explains in the Figaro that M6 prefers « to be loved than feared », while Jeune Afrique speaks of a « Santa Claus » besides the « Mr Bogeyman » who was his father. Muhammad VI has an excellent contact with the people. He does not hesitate for instance to distribute free soup to people without housing on the occasion of Ramadan. Its proximity to ordinary people gives him a high popularity among the Moroccan people, unlike his predecessor.

But the Figaro is right to note that « This discretion does not diminish the extent of his authority. » Muhammad Tozy explains that « There has been no break in institutional terms, the monarchy still holds the same position in the political system. » Still far from a parliamentary monarchy, we are more talking about of an « executive monarchy”.

Close advisers of the crown have also undergone major changes since the end of the reign of Hassan II. M6 prefers to surround himself with contemporaries he chooses among the elders of the Royal College and friends of youth, as we learn from Jeune Afrique. Traditional advisers of the crown remain close to the king who also regularly takes the advice of technocrats with regard to the economy of Morocco.

Considering the royal finances, M6 did not restrict, and did even surpass the lifestyle of his royal father. Afrik.com recalled that he was ranked 7th Royal fortunes of the world by Forbes magazine. His fortune estimated at $ 500 million in 2000 would have increased fivefold since then, a wealth that may be shocking for those who know that « in Morocco more than 5 million people live with less than one euro per day (10 dirhams) and that the country is ranked at 108th position worldwide in terms of wealth per capita, according to the UN, « and that » Moreover, the public external debt of Morocco increasing at the rate of 10% in 2008, is estimated at 16.6 billion dollars, or 20% of the GDP of the Kingdom.  »

The weekly Tel Quel explored in greater depth the king’s finances. We learn that in 1999, Muhammad VI has inherited a holding company that has since transformed into a « real economic war machine that nothing can stop”.

In terms of his private life, at the opposite of the harem of Hassan II, Muhammad VI married Selma Bennani qualified by the weekly Jeune Afrique as a real « first lady » who is holding a degree in computer engineer and has been involved in many charities.

 

 

Pendant qu’en Iran, la répression gouvernementale étouffe progressivement le mouvement de protestation, la communauté internationale tergiverse sur l’attitude à adopter face aux velléités nucléaires de la République islamique. La rencontre entre Barack Obama et son homologue russe, Dimitri Medvedev et le sommet du G8 à l’Aquila en Italie étaient deux occasions de voir la communauté internationale changer de position par rapport à l’Iran, et pourtant il n’en fut rien.

Les déclarations de Joe Biden dimanche sur la chaine de télévision CNN ont cependant jeté le trouble sur la stratégie américaine vis-à-vis de l’Iran. Selon Biden, les Etats-Unis ne « peuvent dicter à une nation souveraine ce qu’elle peut ou ne peut pas faire (…) si elle considère que son existence est menacée ». Ces propos revenaient pour beaucoup à donner un feu vert à Israël. Obama est alors venu au secours de son Vice-Président en réaffirmant la volonté américaine d’un processus négocié avec l’Iran et en expliquant que les propos de Joe Biden n’étaient rien de plus que la reconnaissance de la souveraineté d’Israël.

Il est néanmoins curieux de remarquer que la « reconnaissance de la souveraineté nationale » par les Etats-Unis ne semble accordée que parcimonieusement. En effet, s’il est du droit souverain d’Israël de primo détenir la bombe nucléaire (non-officiellement mais au su de tous) et deuxio de menacer d’attaquer l’Iran, il n’est pas du droit souverain de la République des mollahs d’en faire de même vis-à-vis d’Israël. La non-ingérence reste donc  soumise au principe de deux poids deux mesures.

Toutefois, l’attitude américaine demeure pour l’instant l’attentisme que ce soit par rapport à la question nucléaire ou par rapport aux troubles qui ont suivi les élections en Iran, avec néanmoins une date butoir qui tend à se rapprocher au fil du temps. Durant la rencontre avec Benjamin Netanyahou en mai passé, Barack Obama avait pour la première fois admis une échéance avec la « réévaluation possible de la stratégie du dialogue à la fin de l’année » (voir notre revue de presse du 20/5/2009). Aujourd’hui les dirigeants du G8, Russie comprise, se sont accordés pour une réévaluation de la situation lors de la réunion du G20 à Pittsburgh en septembre prochain.

L’administration Obama semble désormais vouloir inclure la question nucléaire iranienne dans un cadre plus large d’une négociation mondiale sur la dénucléarisation. Mais jusqu’à quand pourra-t-elle convaincre le reste du monde de la suivre face à un Iran de moins en moins politiquement correct et qui en outre, persiste dans son mutisme ? Tandis que la perspective d’un processus négocié perd tous les jours en crédibilité, la communauté internationale semble quant à elle perdre patience.

N.J.O.

 

 

While in Iran, government repression gradually suppresses the protest, the international community is procrastinating on how to deal with the nuclear ambitions of the Islamic Republic. The meeting between Barack Obama and his Russian counterpart, Dmitry Medvedev and the G8 summit in L’Aquila in Italy were two occasions for the international community to change its position according to Iran, but it did not happen.

The statements by Joe Biden Sunday on CNN, however, blurred for a while the U.S. strategy vis-à-vis Iran. According to Biden, the United States  » cannot dictate to another sovereign nation what they can and cannot do  when (…) their survival is threatened by another country ». Those words were interpreted by many analysts as the U.S. giving a green light to Israel. Obama then came to rescue his Vice-President reaffirming the U.S. commitment to a negotiated process with Iran and explaining that Joe Biden did nothing more than to recognize the sovereignty of Israel.

Nevertheless, it is curious to note that the « recognition of national sovereignty” by the United States seems to be granted parsimoniously. While it is first the sovereign right of Israel to hold the nuclear bomb (not officially but with the knowledge of all) Secondly, and then its right to threaten to attack Iran, it is not the sovereign right of the Iranian government to do the same vis-à-vis Israel. Non-interference remains subject of the principle to double standards.

However, the U.S. attitude remains for now the expectation concerning the nuclear issue or the unrest that followed the elections in Iran, but with a deadline which tends to move closer over time. During the meeting with Benjamin Netanyahu in past May, Barack Obama first admitted “a possible reassessment of the strategy of dialogue at the end of the year « (see our press review of 20/5/2009). Today the G8 leaders, including Russia, agreed to a reassessment of the situation at the G20 meeting in Pittsburgh in September.

The Obama administration now seems to include the Iranian nuclear issue in a broader context of global negotiations on denuclearization. But how long can he convince the rest of the world to follow in front of an Iran less and less politically correct and which also persists in its silence? While the prospect of a negotiated process that loses all day’s credibility, and the international community that seems to lose patience.

N.J.O.