and Netanyahu’s « step » on settlements

 

(Press review – week from August 17 to 21, 2009)

This week President Obama met his Egyptian counterpart Mohammed Hosni Mubarak. The meeting happens in a context of U.S. pressure for the resumption of the peace process, calling for Israel to freeze settlements in the West Bank and East Jerusalem, and for the Arabs to make efforts towards normalization with the Hebrew State.

Warming of relations between Egypt and the United States

It had been five years that the Egyptian President was not received at the White House. As the Wall Street Journal reports, the Bush administration had put pressure on Cairo in the framework of its program of democratization of the Middle East.

According to Soliman Awaad, a spokesman of President Mubarak quoted by AFP, the Egyptian Raïs have made an assessment of progress in human rights to its U.S. counterpart. Mr. Awad also stated that « a too quick change would end on the radicals taking the control, » and that « democracy is a process that goes on. »

As for Barack Obama, he decided to rely on Egypt to support his plans for peace in the region. The New York Times said that the U.S. President had chosen the Egyptian capital to address his speech to Arab-Muslim world. The Egyptian daily Al Ahram, close to the government, relates Obama’s words (reported on the American news channel CBS) recognizing the role of Hosni Mubarak in efforts for peace in the Middle East.

Le Figaro recognizes the renewal of relations between Egypt and the United States, but also underlines the fact that « Egypt is tired of walking sand slipping away under his feet. » The efforts undertaken by Egypt for several years to bring the two parties together failed. According to one diplomat, speaking to Le Figaro, peace will never come on the goodwill of the parties, and therefore requires the pressure of an outsider like the United States.

Prospect of a resumption of the peace process?

The New York Times noted that President Mubarak echoed the words of President Obama stating that things are moving in the right direction, ie towards the resumption of a peace process.

AFP reported the hopes of the Egyptian President for the resumption of the peace process. There is now a real partner for negotiations in view of the improved position of Abu Mazen (Mahmoud Abbas) following the Congress of Fatah held two weeks ago in Bethlehem. AFPadds that Egypt got involved in the inter-Palestinian reconciliation between Fatah and Hamas.

On Israel’s side, the government of Benjamin Netanyahu appears to have finally yielded to U.S. pressure on colonization reported AFP. He declared to be ready to halt construction in settlements, by not issuing new tenders before 2010, but nevertheless leaving the current contracts ongoing and making it clear that he could not act on the private sector. Barack Obama praised Israel for this « step in the right direction. »

The Moroccan daily Le Matin quoted the request made by the Deputy UN Secretary-General for Political Affairs, Oscar Fernandez-Taranco who « urged the Israeli government to freeze settlement activities in Al-Quds East and the West Bank.  » The latter put in parallel the situation in Gaza, where seven months after the Israeli attack any reconstruction could not start due to the lack of raw materials.

In Israel, the reactions to the decision by the Prime Minister to delay the colonization quickly appeared. This decision threatens the young government coalition. A BBC News reports that the Prime Minister said to the recalcitrant members of his government that it was not a freeze, but a « waiting period”. Although official sources said they did not published tenders since November 2008, Yesh Din – an Israeli organization of volunteers for peace – declared that the construction has continued at the same pace, if not faster since.

Another reaction is the one of the Deputy Prime Minister Moshe Ya’alon who participated in a meeting of extreme right activists and would have said not to worry about the United States will, adding further that the anti-settlements movements as Peace Now and the elite were viruses constantly trying to make peace, after which the army is obliged to repair the damage. Haaretz said that these remarks have been strongly criticized by Netanyahu. The daily offers also an analysis of the event. Ya’alon, former commander of the IDF, currently serves as Minister of Strategic Affairs and was seen as a minister close to Netanyahu. But for some time, Ya’alon opposes the Likud leader. The article notes that Netanyahu should have the courage to dismiss the Minister of his cabinet, not only to maintain his power but also to safeguard Israel’s relationship with Washington.

Shimon Peres has meanwhile expressed himself on Jerusalem TV (see website Haaretz) from Russia. He said he sees positively the future trilateral meetings between Benjamin Netanyahu, Barack Obama and Mahmoud Abbas. During the visit of President Hosni Mubarak in Washington, President Obama also revealed that the United States had a peace plan that could take place in September.

The health of the Egyptian Raïs

On the occasion of his visit to Washington, Le Figaro comes back also on the health of the Raïs which leaves doubts about his fitness to remain in power. Mohammed Hosni Mubarak has undergone numerous operations abroad on which the press did not get details. Moreover, the sudden death of her grand-son a few months ago seems to have hit the Egyptian President. The New York Times noted that the Head of State had therefore postponed his first visit to Washington scheduled earlier.

Some rumors reported by Le Figaro Raïs say that could leave its place to a successor before the end of his term, scheduled for 2011. In this case, his son Gamal Mubarak, 45 years and the chief information officer, Suleimane Omar, 75 seem to be the favorites.

 

 

et « geste » de Netanyahou concernant les colonies

(Revue de presse – semaine du 17 au 21 août 2009)

Cette semaine le Président Obama rencontrait son homologue égyptien, Mohammed Hosni Moubarak. La rencontre s’inscrit dans un contexte de pressions américaines pour la reprise du processus de paix, demandant à Israël le gel des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est,  et aux Etats arabes des efforts en vue d’une normalisation avec l’Etat hébreu.

Réchauffement des relations entre l’Egypte et les Etats-Unis

Cela faisait cinq ans que le Président égyptien n’avait été reçu à la Maison Blanche. Comme le rappelle le Wall Street Journal, l’administration Bush avait mis la pression sur Le Caire dans le cadre de son programme de démocratisation du Moyen-Orient.
Selon Soliman Awaad, un porte parole du Président Moubarak cité par AFP, le raïs égyptien aurait fait un bilan des avancées en matière de droits de l’Homme à son homologue américain. M. Awad  a également déclaré que « le fait de changer trop rapidement donnerait le contrôle aux radicaux », et que « la démocratisation est un processus qui se poursuit ».

Barack Obama a quant à lui décidé de s’appuyer sur l’Egypte pour soutenir ses plans de paix dans la région. Le New York Times rappelle que le Président américain avait choisi la capitale égyptienne pour adresser son discours au monde arabo-musulman. Le quotidien égyptien Al Ahram, proche du pouvoir, rapporte quant à lui les propos d’Obama (déclarés à la chaîne d’information américaine CBS) reconnaissant le rôle d’Hosni Moubarak dans les efforts de paix au Moyen-Orient.

Le Figaro reconnait le renouveau des relations entre l’Egypte et les Etats-Unis, mais souligne aussi le fait que « l’Égypte est lasse de marcher sur du sable qui se dérobe sous ses pieds ». Les efforts entrepris par l’Egypte depuis plusieurs années pour rapprocher les deux parties n’aboutissent pas. Selon un diplomate s’exprimant pour le Figaro, la paix ne viendra jamais de la bonne volonté des parties, et nécessite dès lors les pressions d’un acteur extérieur comme les Etats-Unis.

Perspective d’une reprise du processus de paix ?

Le New York Times a noté que le Président Moubarak a fait écho aux propos du Président américain précisant que les choses bougeaient dans la bonne direction, c’est-à-dire vers  la reprise d’un processus de paix.

AFP rapporte les espoirs du Président égyptien pour la reprise du processus de paix. Selon lui, il existe aujourd’hui un partenaire réel pour des négociations au vu de la position renforcée d’Abou Mazen (Mahmoud Abbas) suite au Congrès du Fatah qui s’est tenu il y a deux semaines à Bethléem. AFP rappelle aussi que l’Egypte s’est investie dans la réconciliation inter-palestinienne entre le Fatah et le Hamas.

Du côté d’Israël, le gouvernement de Benjamin Netanyahou semble avoir enfin cédé aux pressions américaines concernant la colonisation rapporte AFP. Il s’est dit prêt à freiner la construction dans les colonies, en ne publiant pas de nouveaux appels d’offre avant 2010, mais en laissant néanmoins les contrats actuels se poursuivent et ne pouvant pas agir sur le secteur privé. Barack Obama a félicité Israël pour ce « geste dans la bonne direction ».

Le Matin marocain cite quant à lui la demande faite par le sous-secrétaire général de l’Onu aux affaires politiques, Oscar Fernandez-Taranco qui a « exhorté le gouvernement israélien à geler l’implantation de colonies de peuplement à Al-Qods-Est et en Cisjordanie ». Ce dernier a par ailleurs mis en parallèle la situation de Gaza où sept mois après l’attaque israélienne aucune reconstruction n’a pu être entamée faute de matières premières.

En Israël, les réactions à la décision de temporisation de la colonisation par le Premier Ministre ne s’est pas faite attendre. Cette décision menace en effet la jeune coalition au pouvoir.BBC News rapporte les propos du Premier Ministre qui a déclaré face aux récalcitrants de son gouvernement qu’il ne s’agissait pas d’un gel, mais d’une « période d’attente ». Malgré que les sources officielles disent ne plus avoir publié d’appel d’offre depuis novembre 2008, Yesh Din – une organisation israélienne de volontaires pour la paix –  déclare que la construction s’est poursuivie au même rythme, si pas plus vite, depuis.

Autre réaction, celle du Vice-Premier Ministre Moshe Ya’alon qui aurait participé à une réunion d’activistes d’extrême-droite et aurait déclaré ne pas se soucier des Etats-Unis, en ajoutant en outre que les mouvements anti-colonisation comme La Paix Maintenant et les élites étaient des virus qui essayent sans cesse de faire la paix, et après lesquels l’armée est obligée de réparer les dégâts. Haaretz précise que ces propos ont été vivement critiqués par Netanyahou. Le quotidien livre également une analyse de l’événement.  Ya’alon, ancien commandant en chef de Tsahal, occupe actuellement la fonction de Ministre des questions stratégiques et était vu comme un Ministre proche de Netanyahou. Mais depuis quelques temps, Ya’alon s’oppose au leader du Likoud. L’article remarque que Netanyahou devrait avoir le courage de virer le Ministre de son cabinet, non seulement pour maintenir son pouvoir mais également pour sauvegarder les relations d’Israël avec Washington.

Shimon Peres s’est quant à lui exprimé sur Jerusalem TV (voir site de Haaretz) depuis la Russie. Il a dit voir positivement les futures rencontres trilatérales entre le Benjamin Netanyahou, Barack Obama et Mahmoud Abbas. Durant la visite du Président Hosni Moubarak à Washington, Barack Obama a quant à lui révélé que les Etats-Unis avaient un plan de paix qui pourrait prendre place dès septembre.

La santé du raïs égyptien

A l’occasion de sa visite à Washington, Le Figaro revient par ailleurs sur l’état de santé du raïs qui depuis quelques temps laisse planer des doutes sur son aptitude physique à rester au pouvoir. Mohammed Hosni Moubarak a subi de nombreuses opérations à l’étranger sur lesquelles la presse n’a pas obtenu de détails. De plus la mort soudaine de son petit-fils il y a quelques mois semble avoir fort touché le Président égyptien. Le New York Times précise même que le chef d’Etat aurait pour cette raison reporté sa visite à Washington premièrement prévue plus tôt.

Certaines rumeurs rapportées par le Figaro disent que le raïs pourrait laisser sa place à un successeur avant la fin de son mandat, prévue en 2011. Dans ce cas, son fils Gamal Moubarak, 45 ans et le chef des renseignements Omar Suleimane, 75 ans partiraient favoris.

 

 

En Israël, les derniers faits politiques relatés par la presse ont démontré la faiblesse de la formation gouvernementale mise en place en mars dernier par Benjamin Netanyahou. Le point faible ne s’est cependant pas présenté là où on l’attendait, c’est-à-dire entre le Likoud et les travaillistes, mais au sein même du Likoud.

Cette semaine Obama félicitait Israël pour « le geste fait dans la bonne direction » suite à la décision prise par Benjamin Netanyahou concernant les colonies. Ce dernier a déclaré qu’aucun appel d’offre ne serait publié par le gouvernement d’ici à 2010, précisant que les appels en cours comme les appels du secteur privé ne seraient pas touchés par cette mesure. Ce geste qui n’en est finalement pas un, a réussi à mettre le Premier Ministre en difficulté dans son propre parti. Le coup de massue est venu du Vice Premier Ministre Moshe Ya’alon. Celui qu’on disait proche de Netanyahou aurait assisté à un meeting politique de l’aile d’extrême droite du parti et aurait déclaré qu’Israël ne devait pas tenir compte des pressions américaines.

Les yeux se tournent alors tous vers le Premier Ministre, qui pour gérer cette crise a dû rentrer prématurément de vacances. Les déclarations de son Ministre des questions stratégiques mettent Netanyahou à mal à la fois au sein de son propre gouvernement, mais également sur la scène internationale. Moshe Ya’alon semble vouloir s’allier l’extrême droite, espère peut-être provoquer par ces réactions l’ire d’Ehud Barak, et par conséquent la sortie des travaillistes du gouvernement. Le Vice Premier Ministre pourrait alors prendre fonction à la tête de la Défense, voire au poste de Premier Ministre. Manœuvre ambitieuse, mais qui risque également d’aggraver la crise existante entre Israël et son allié historique, les Etats-Unis.

Six mois à peine après les élections, la coalition gouvernementale semble se fissurer. Netanyahou se retrouve entre le marteau et l’enclume puisque que chaque gage de bonne foi montré aux Etats-Unis, aussi petit soit-il, semble ébranler profondément les bases de son gouvernement. L’argument d’absence d’un interlocuteur palestinien valable est souvent utilisé par Israël, mais cette fois-ci il peut être retourné. Il est difficile d’imaginer qu’un réel processus de paix puisse voir le jour avec ce gouvernement au pouvoir.

Nathalie Janne d’Othée

 

 

In Israel, the latest political facts described by the press have shown the weakness of government training establishment in March by Benjamin Netanyahu. The weak point, however, did not present itself where it was expected, ie between the Likud and the Labor Party, but within the Likud.

This week Obama praised Israel for « the step in the right direction » following Benjamin Netanyahu’s decision on the settlements. The latter said that no new tender would be issued by the Government by 2010, indicating nevertheless that the current tenders and the one issued by the private sector would not be affected by this measure. This step, even small, managed to put the Prime Minister in trouble in his own party. The real blow came from the Deputy Prime Minister Moshe Ya’alon. Well known to be close to Netanyahu, the latter attended a political meeting of the extreme right wing of the party and declared that Israel should not take U.S. pressure into account.

The eyes now all turn to the Prime Minister, who had to come back prematurely from holidays to manage this crisis. This statement by his Minister on strategic issues put Netanyahu in a difficult position on the one hand within his own government, on the other on the international scene. Moshe Ya’alon seems to want to join the far right. By these reactions, he hopes maybe to provoke the ire of Ehud Barak, and therefore the Labor party’s withdrawal from the government. The Deputy Prime Minister could then take over the leadership of Defense, or even the function of Prime Minister. An ambitious maneuver, but that may also exacerbate the existing crisis between Israel and its historical ally, the United States.

Six months after the elections, the ruling coalition already appears to be splitting. Netanyahu is between a rock and a hard place because each sign of good faith shown to the United States, however small, seems to deeply undermine the foundations of his government. The argument of lack of a valid Palestinian interlocutor is often used by Israel, but this time it may be returned. It is difficult to imagine that a real peace process can be initiated with this government in power.

 

Nathalie Janne d’Othée

 

 

(Revue de presse – semaine du 10 au 14 août 2009)

Le Monde et le Figaro l’ont annoncé cette semaine :  le chef du PKK, Abdullah Ocalan s’apprête à publier le ce samedi 15 août depuis l’île-prison d’Imrali, « une feuille de route » pour conclure une paix durable entre le gouvernement turc et les Kurdes.
Le choix de la date est symbolique puisque comme le rappelle Guillaume Perrier, envoyé spécial du Monde dans le Sud-Est turc, c’est le 15 août 1984 que les premières attaques du PKK ont été lancées simultanément depuis Simdinli près de la frontière turco-irakienne,  et depuis Eruh situé plus à l’Est.

Le Monde rappelle aussi dans un autre article que le mouvement a abandonné ses revendications séparatistes pour se rabattre sur une reconnaissance de « droits culturels et d’une autonomie politique ». L’annonce du leader historique du PKK a été entendue par Ankara, un dialogue se met progressivement en place.

De son côté, le Figaro rappelle que c’est cette année l’anniversaire des 25 ans de lutte du PKK. Dans le Sud-Ouest de la Turquie, les partisans du parti d’Ocalan restent nostalgiques en se rappelant de ces années d’espoirs de sacrifices. Mais comme l’a déclaré le maire d’Eruh, Melihan Oktay, « le sang a assez coulé, le temps est venu de trouver une réponse politique ». Le quotidien souligne tout de même que si le peuple kurde est las de la lutte armée, ses revendications demeurent quant à elles inchangées.
Le quotidien suisse Le Temps rapporte quand à lui les espoirs d’Abdullah Demirbas, maire de la municipalité de Sur, dans le centre ville de Diyarbakir : « Les événements actuels sont positifs. Malgré les nombreuses difficultés, je pense que nous allons vers une solution à la question kurde. Toutes les conditions sont réunies : le peuple veut une solution, le PKK aussi, la société civile, nos voisins du Moyen-Orient, l’Union européenne et les Etats-Unis. C’est une occasion historique qui se présente à nous, mais pour cela nous avons besoin de volonté politique. »

Le site anglophone du quotidien Hurriyet, soulignait mercredi la mise en garde d’Ahmet Turk, le président du parti pro-kurde modéré DTP (Demokratik Toplum Partisi), quant à un éventuel échec des pourparlers actuels qui mènerait à de nouvelles frustrations.

Le Courrier International rapporte qu’Ahmet Tûrk a rencontré Recep Tayyip Erdogan le 5 août dernier, ce qui représente une grande première. Le premier ministre turc refusait en effet de dialoguer avec le DTP tant que le parti n’acceptait pas de qualifier de « terroriste » le PKK. Le Courrier International souligne un autre fait marquant : Yalcin Akdogan, conseiller d’Erdogan et travaillant depuis 5 ans sur la question kurde, était présent durant l’entretien. Pour trouver une solution, Yalcin Akdogan prône trois choses : le lancement d’un processus, plutôt que l’établissement d’un dispositif de lois, Abdullah Ocalan peut contribuer à la solution mais ne peut être partie aux négociations, des propositions « provocatrice ou radicales » peuvent mettre le processus en échec.

Selon le Monde pourtant, la politique du premier ministre Erdogan n’est pas claire. Ce dernier ne fait que reconnaître la « possibilité d’une meilleure compréhension à moyen et long terme ». Si la reconnaissance de droits culturels au peuple kurde semble être sur la bonne voie, l’amnistie des combattants du PKK n’est pas encore envisagée. Or il s’agit de plusieurs milliers de militants kurdes qui se cachent encore actuellement dans les montagnes du Nord-Est du Kurdistan irakien. Le Monde rappelle enfin que les opérations «antiterroristes » continuent à être menées conjointement par Ankara et Washington pour affaiblir la guérilla.

Le processus enclenché dernièrement porte à la fois des espoirs et des craintes.
Hurriyet et le Monde parlent d’une réunion entre les représentants kurdes et Tusiad, l’association des patrons turcs. Différents segments de la société sont cette fois-ci intégrés dans les discussions et le seront dans les éventuelles solutions trouvées. Mais si le dialogue est enclenché, rares sont les optimistes quant au changement des mentalités.

Ainsi, dans Hurriyet également, l’éditorialiste Ertugrul Ozkok se pose la question de savoir si un Turc élirait un jour un Kurde – qui se revendique comme tel – à la présidence de la République. Un tel changement s’est révélé possible aux Etats-Unis, qui 15-20 ans après une vague de racisme, a vu le premier afro-américain être élu à la Maisons Blanche. La réponse qu’il donne est claire. Selon lui, en Turquie, les Kurdes continueront dans un avenir proche à voter pour des Kurdes, et les Turcs pour des Turcs.  Selon lui, une révolution « à la Obama » n’est pas encore d’actualité en Turquie et le changement est une fois de plus relayé dans le futur.

 

 

(Press review – week from August 10 to 14, 2009)

Le Monde and Le Figaro announced it this week, the head of the PKK, Abdullah Ocalan is getting ready to publish this Saturday 15 August from the prison island of Imrali, « a roadmap » to conclude a lasting peace between the Turkish government and the Kurds.

The choice of the date is symbolic because as recalled by Guillaume Perrier, special envoy ofLe Monde in the South East of Turkey, the 15 August 1984 the first attacks were launched by the PKK at the same time from Simdinli near the Turkish border with Iraq, and from Eruh situated further west.

Le Monde points out in another article that the movement has abandoned its separatist claims to rely on a recognition of « cultural rights and political autonomy. » The announcement of the historic leader of the PKK was heard by Ankara, a dialogue is gradually emerging.

For its part, Le Figaro said that this year is the anniversary of 25 years of struggle of the PKK. In the southeast of Turkey, supporters of Ocalan’s party are still nostalgic when remembering those years of hopes and sacrifices. But as stated by the mayor of Eruh, Melihan Oktay, « Enough blood has flowed; it is time to find a political answer. » The daily points out however that if the Kurdish people are tired of fighting, its claims remain unchanged.

The Swiss daily Le Temps reported the hopes of Abdullah Demirbas, Mayor of the municipality of Sur in the city center of Diyarbakir: « The current events are positive. Despite numerous difficulties, I think we are moving towards a solution to the Kurdish question. All conditions are met: the people want a solution, the PKK as well as the civil society, our neighbors in the Middle East, the European Union and the United States. This is a historic opportunity in front of us, but for this we need political will.  »

The site of the daily English Hurriyet, pointed out Wednesday the warning of Ahmet Turk, the chairman of the pro-Kurdish DTP moderate (Demokratik Toplum Partisi), about a possible failure of the current process, that could lead to new frustrations.

Le Courrier International reported that Ahmet Turk and Recep Tayyip Erdogan met on 5 August, which represents an important fact. The Turkish Prime Minister refuses to dialogue with the DTP as the party would not qualify the PKK as « terrorist ». Le Courrier International highlights another important milestone: Yalcin Akdogan, an Erdogan adviser working for 5 years on the Kurdish question, was present during the interview. To find a solution, Yalcin Akdogan advocates three things: the launch of a process, rather than establishment of a system of laws, Abdullah Ocalan can contribute to the solution but cannot take part in negotiations, proposals « provocative or radical » could make the process fail.

According to Le Monde, however, the policy of Prime Minister Erdogan is not clear.  He merely recognizes the possibility of better understanding in the medium and long term. But if the recognition of cultural rights to Kurdish people seems to be on track, amnesty for PKK fighters are not yet considered. And several thousand Kurdish militants are still hiding in the north-eastern of the Iraqi Kurdistan. Le Monde points out that the operations against « terrorism » continue to be conducted jointly by Ankara and Washington to weaken the guerrillas.

The recently initiated process creates both hopes and fears.

Hurriyet and Le Monde spoke of a meeting between the DTP and TÜSÝAD, the Association of Turkish patrons. Different segments of society are this time integrated into the discussions and will be in the possible solutions. But if the dialogue has begun, few are optimistic about the change in the attitudes.

Thus, in Hurriyet, the editorialist Ertugrul Ozkok raises the question whether a Turkish would once elect a Kurd – that calls itself as such – as President of the Republic. Such change has proved possible in the United States, that 15-20 years after a wave of racism, elected the first African American to the White House. The answer he gives is clear. According to him, in Turkey, the Kurds will continue in the near future to vote for Kurds and the Turks for Turks. According to him, a revolution « as Obama’s » is not close to happen in Turkey and the change is once again postponed.

 

 

Press review – week from August 10 to 14, 2009

Le Monde and Le Figaro announced it this week, the head of the PKK, Abdullah Ocalan is getting ready to publish this Saturday 15 August from the prison island of Imrali, « a roadmap » to conclude a lasting peace between the Turkish government and the Kurds.

The choice of the date is symbolic because as recalled by Guillaume Perrier, special envoy ofLe Monde in the South East of Turkey, the 15 August 1984 the first attacks were launched by the PKK at the same time from Simdinli near the Turkish border with Iraq, and from Eruh situated further west.

Le Monde points out in another article that the movement has abandoned its separatist claims to rely on a recognition of « cultural rights and political autonomy. » The announcement of the historic leader of the PKK was heard by Ankara, a dialogue is gradually emerging.

For its part, Le Figaro said that this year is the anniversary of 25 years of struggle of the PKK. In the southeast of Turkey, supporters of Ocalan’s party are still nostalgic when remembering those years of hopes and sacrifices. But as stated by the mayor of Eruh, Melihan Oktay, « Enough blood has flowed; it is time to find a political answer. » The daily points out however that if the Kurdish people are tired of fighting, its claims remain unchanged.

The Swiss daily Le Temps reported the hopes of Abdullah Demirbas, Mayor of the municipality of Sur in the city center of Diyarbakir: « The current events are positive. Despite numerous difficulties, I think we are moving towards a solution to the Kurdish question. All conditions are met: the people want a solution, the PKK as well as the civil society, our neighbors in the Middle East, the European Union and the United States. This is a historic opportunity in front of us, but for this we need political will.  »

The site of the daily English Hurriyet, pointed out Wednesday the warning of Ahmet Turk, the chairman of the pro-Kurdish DTP moderate (Demokratik Toplum Partisi), about a possible failure of the current process, that could lead to new frustrations.

Le Courrier International reported that Ahmet Turk and Recep Tayyip Erdogan met on 5 August, which represents an important fact. The Turkish Prime Minister refuses to dialogue with the DTP as the party would not qualify the PKK as « terrorist ». Le Courrier International highlights another important milestone: Yalcin Akdogan, an Erdogan adviser working for 5 years on the Kurdish question, was present during the interview. To find a solution, Yalcin Akdogan advocates three things: the launch of a process, rather than establishment of a system of laws, Abdullah Ocalan can contribute to the solution but cannot take part in negotiations, proposals « provocative or radical » could make the process fail.

According to Le Monde, however, the policy of Prime Minister Erdogan is not clear.  He merely recognizes the possibility of better understanding in the medium and long term. But if the recognition of cultural rights to Kurdish people seems to be on track, amnesty for PKK fighters are not yet considered. And several thousand Kurdish militants are still hiding in the north-eastern of the Iraqi Kurdistan. Le Monde points out that the operations against « terrorism » continue to be conducted jointly by Ankara and Washington to weaken the guerrillas.

The recently initiated process creates both hopes and fears.

Hurriyet and Le Monde spoke of a meeting between the DTP and TÜSÝAD, the Association of Turkish patrons. Different segments of society are this time integrated into the discussions and will be in the possible solutions. But if the dialogue has begun, few are optimistic about the change in the attitudes.

Thus, in Hurriyet, the editorialist Ertugrul Ozkok raises the question whether a Turkish would once elect a Kurd – that calls itself as such – as President of the Republic. Such change has proved possible in the United States, that 15-20 years after a wave of racism, elected the first African American to the White House. The answer he gives is clear. According to him, in Turkey, the Kurds will continue in the near future to vote for Kurds and the Turks for Turks. According to him, a revolution « as Obama’s » is not close to happen in Turkey and the change is once again postponed.

 

 

Revue de presse – semaine du 10 au 14 août 2009

Le Monde et le Figaro l’ont annoncé cette semaine :  le chef du PKK, Abdullah Ocalan s’apprête à publier le ce samedi 15 août depuis l’île-prison d’Imrali, « une feuille de route » pour conclure une paix durable entre le gouvernement turc et les Kurdes.
Le choix de la date est symbolique puisque comme le rappelle Guillaume Perrier, envoyé spécial du Monde dans le Sud-Est turc, c’est le 15 août 1984 que les premières attaques du PKK ont été lancées simultanément depuis Simdinli près de la frontière turco-irakienne,  et depuis Eruh situé plus à l’Est.

Le Monde rappelle aussi dans un autre article que le mouvement a abandonné ses revendications séparatistes pour se rabattre sur une reconnaissance de « droits culturels et d’une autonomie politique ». L’annonce du leader historique du PKK a été entendue par Ankara, un dialogue se met progressivement en place.

De son côté, le Figaro rappelle que c’est cette année l’anniversaire des 25 ans de lutte du PKK. Dans le Sud-Ouest de la Turquie, les partisans du parti d’Ocalan restent nostalgiques en se rappelant de ces années d’espoirs de sacrifices. Mais comme l’a déclaré le maire d’Eruh, Melihan Oktay, « le sang a assez coulé, le temps est venu de trouver une réponse politique ». Le quotidien souligne tout de même que si le peuple kurde est las de la lutte armée, ses revendications demeurent quant à elles inchangées.
Le quotidien suisse Le Temps rapporte quand à lui les espoirs d’Abdullah Demirbas, maire de la municipalité de Sur, dans le centre ville de Diyarbakir : « Les événements actuels sont positifs. Malgré les nombreuses difficultés, je pense que nous allons vers une solution à la question kurde. Toutes les conditions sont réunies : le peuple veut une solution, le PKK aussi, la société civile, nos voisins du Moyen-Orient, l’Union européenne et les Etats-Unis. C’est une occasion historique qui se présente à nous, mais pour cela nous avons besoin de volonté politique. »

Le site anglophone du quotidien Hurriyet, soulignait mercredi la mise en garde d’Ahmet Turk, le président du parti pro-kurde modéré DTP (Demokratik Toplum Partisi), quant à un éventuel échec des pourparlers actuels qui mènerait à de nouvelles frustrations.

Le Courrier International rapporte qu’Ahmet Tûrk a rencontré Recep Tayyip Erdogan le 5 août dernier, ce qui représente une grande première. Le premier ministre turc refusait en effet de dialoguer avec le DTP tant que le parti n’acceptait pas de qualifier de « terroriste » le PKK. Le Courrier International souligne un autre fait marquant : Yalcin Akdogan, conseiller d’Erdogan et travaillant depuis 5 ans sur la question kurde, était présent durant l’entretien. Pour trouver une solution, Yalcin Akdogan prône trois choses : le lancement d’un processus, plutôt que l’établissement d’un dispositif de lois, Abdullah Ocalan peut contribuer à la solution mais ne peut être partie aux négociations, des propositions « provocatrice ou radicales » peuvent mettre le processus en échec.

Selon le Monde pourtant, la politique du premier ministre Erdogan n’est pas claire. Ce dernier ne fait que reconnaître la « possibilité d’une meilleure compréhension à moyen et long terme ». Si la reconnaissance de droits culturels au peuple kurde semble être sur la bonne voie, l’amnistie des combattants du PKK n’est pas encore envisagée. Or il s’agit de plusieurs milliers de militants kurdes qui se cachent encore actuellement dans les montagnes du Nord-Est du Kurdistan irakien. Le Monde rappelle enfin que les opérations «antiterroristes » continuent à être menées conjointement par Ankara et Washington pour affaiblir la guérilla.

Le processus enclenché dernièrement porte à la fois des espoirs et des craintes.
Hurriyet et le Monde parlent d’une réunion entre les représentants kurdes et Tusiad, l’association des patrons turcs. Différents segments de la société sont cette fois-ci intégrés dans les discussions et le seront dans les éventuelles solutions trouvées. Mais si le dialogue est enclenché, rares sont les optimistes quant au changement des mentalités.

Ainsi, dans Hurriyet également, l’éditorialiste Ertugrul Ozkok se pose la question de savoir si un Turc élirait un jour un Kurde – qui se revendique comme tel – à la présidence de la République. Un tel changement s’est révélé possible aux Etats-Unis, qui 15-20 ans après une vague de racisme, a vu le premier afro-américain être élu à la Maisons Blanche. La réponse qu’il donne est claire. Selon lui, en Turquie, les Kurdes continueront dans un avenir proche à voter pour des Kurdes, et les Turcs pour des Turcs.  Selon lui, une révolution « à la Obama » n’est pas encore d’actualité en Turquie et le changement est une fois de plus relayé dans le futur.

 

 

At the end of July, the historic leader of the PKK Abdullah Ocalan announced that it would disclose a « roadmap » on 15 August to reach a definitive peace between the Turkish government and the PKK. In recent weeks, a process was initiated and raised some hopes. This time the parties seem of goodwill and impatient to put an end to the current violence.

On the Kurdish side, the strategy of armed struggle has lived twenty five years with little results. In recent years, the PKK has seemed ready to drop its weapons. The Party has abandoned its separatist aims, to claim only the recognition of cultural rights for the Kurdish people, as well as political autonomy. So far, however, the echo was not positive on the Turkish side. Ankara’s silence had caused the resurgence of actions by the PKK from their shelter in the mountains of the Iraqi Kurdistan. The response did not take long to come from the Turkish side.

To evolve, the question had to be dealt with in the political arena. The European Union, trying to ensure the minority rights, has always supported such a process. However, in recent years, the accession process of Turkey to the EU has slowed, which does not encourage Ankara to make progress.

The Kurds are not ready to make major concessions; the statement of Ocalan will probably confirm their claims. And if the recognition of cultural rights to the Kurds is now well accepted by the majority of the Turks, it will certainly be different for political autonomy. As for amnesty for PKK fighters, it is considered as possible by some people as Yalcin Akdogan, Erdogan advisor on the Kurdish issue, but will it be accepted by other more nationalistic fringes of the population?

The process has been launched, but both parties now walk on eggshells. For the Kurdish guerrilla « to come down the mountain” and drop its weapons, Ankara will have to work smart. While on the side of the European Union, the time has come to encourage these actions by resuming more actively negotiations on membership with Turkey.

 

Nathalie Janne d’Othée

 

 

A la fin du mois de juillet dernier, le leader historique du PKK, Abdullah Ocalan, a annoncé qu’il divulguerait une « feuille de route » le 15 août pour parvenir à une paix définitive entre le gouvernement turc et les militants du PKK. Depuis quelques semaines, un processus a été enclenché et suscite quelques espoirs. Les parties semblent cette fois-ci de bonne volonté et surtout impatientes d’en finir avec les actualités violentes.

Côté kurde, la stratégie de la lutte armée a vécu pendant vingt cinq ans, sans grands résultats. Depuis quelques années déjà, les militants du PKK semblent prêts à lâcher les armes. Le Parti a abandonné ses visées séparatistes, pour ne revendiquer qu’une reconnaissance des droits culturels du peuple kurde, ainsi qu’une autonomie politique. Jusqu’à présent néanmoins, l’écho n’était pas positif côté turc. Ce silence d’Ankara avait provoqué la recrudescence des actions du PKK depuis le refuge des montagnes du Kurdistan irakien. La riposte ne se fit pas attendre du côté turc.

Pour évoluer, la question se devait donc d’être traitée dans l’enceinte politique. L’Union Européenne, veillant au respect des minorités a toujours soutenu un tel processus. Néanmoins depuis quelques années, le processus d’adhésion de la Turquie dans l’Europe a ralenti, ce qui n’incite pas Ankara à faire des progrès.

Les Kurdes ne sont pas prêts à faire de grandes concessions, la déclaration d’Ocalan confirmera sans doute leurs revendications. Et si la reconnaissance de droits culturels au Kurdes est aujourd’hui bien acceptée par la majorité des Turcs, il en sera certainement différemment de l’autonomie politique. Quant à l’amnistie pour les membres du PKK, elle est envisagée par certains, comme le conseiller d’Erdogan sur la question kurde, Yalcin Akdogan, mais sera-t-elle acceptée par d’autres franges plus nationalistes de la population ?

La machine est donc lancée, mais les deux parties marchent aujourd’hui sur des œufs. Pour que la guérilla kurde « descende de la montagne » et pose ses armes, Ankara devra œuvrer intelligemment. Tandis que du côté de l’Union Européenne, c’est le moment où jamais d’encourager le mouvement en reprenant plus activement les négociations d’adhésion avec la Turquie.

Nathalie Janne d’Othée