A look to 2009’s highlights in the Mediterranean

 

The year 2009 began with an event that has marked its entire course: from December 27, 2008 to January 18, 2009, the Israeli operation Cast Lead transformed the Gaza Strip in ruins. More than 1300 Palestinians were killed including 410 children and 104 women, against only 13 Israelis, mostly soldiers. The disproportion of the Israeli attack caused many reactions, but no sanctions. Commissioned by the United Nations, the investigation report of Judge Goldstone accuses Hamas and Israel of war crimes and crimes against humanity but the survey results have been discredited by Israel and a year later, nothing has changed for the Palestinians in Gaza.
The great powers

The launching of the Union for the Mediterranean in July 2008 had raised expectations for stronger foreign policy of the EU vis-à-vis its southern neighbors, but events in the Gaza Strip changed the deal and blocked again the Euro-Mediterranean Partnership process. Following a colorful French presidency, European Union turns to the East with the Czech Presidency. A huge financial support is promised for the reconstruction of Gaza, but the European position does not change towards Hamas what blocks the payment. The Swedish Presidency of the EU began with a diplomatic quarrel with Israel about the statements by the Swedish daily Aftonbladed on the use of organs of Palestinian prisoners by the Israeli army. It is still Sweden that firmed EU’s position on Israeli settlements and the situation in East Jerusalem, voted several weeks ago by the European Council of Foreign Affairs. The appointment in November of Catherine Ashton as High Representative of EU for Foreign Affairs and Security Policy let finally hope a European more cohesive and a clearer foreign policy.

As for the United States, they radically changed their policy in the Middle East through a president believing more in a dialogue between people than in a « clash of civilizations. » But if Obama’s policy in the region was full of good intentions, at the end of the year, it shows a glaring lack of concrete achievements. So after tougher stance against Israel in terms of settlements, the U.S. administration seems finally convinced by the minimal concessions made by the Prime Minister of Israel. As for the hope of witnessing a real American disengagement from Iraq, it has been partly disappointed by the sending of 30 000 more troops to Afghanistan, where the situation has less and less reason to be jealous of Iraq.
Regional players up

The year 2009 has revealed the ingenuity of Syria and its President, Bashar Al-Assad. Rejected by the international community in response to suspicions in the case of Rafik Hariri, Syria has this year taken place, which is moreover a prominent place on the regional scene. Having managed to convince and seduce Nicolas Sarkozy in 2008, Bashar al-Assad launched a process of reconciliation with its Lebanese neighbor. The handshake exchanged a few days ago with Prime Minister of Lebanon Saad Hariri seems to put an end to the quarrels between the two countries. Syria has also begun informal negotiations for a peace process with Israel; unfortunately these have been frozen following the events in Gaza. Damascus has nevertheless demonstrated the United States of Obama that it was a respectable regional player with which it will be necessary to count.

Facing EU’s delay to deal with its case, Turkey is turning increasingly its attention to the East and is positioning itself as a strong actor on the Middle Eastern scene. Mediator in the peace negotiations between Israel and Syria, it adopt a strong stand vis-à-vis the Israeli offensive on Gaza to the extent of ending its military alliance with Israel. This strategy paid off as the European Union has opened the twelfth round of talks on Turkish membership. Turkey firmness toward the Israeli attitude gave it an improved aura in the region. A black spot still remains in Turkish politics: the management of areas with predominantly Kurdish population. In the future, it will certainly remain the stumbling block in the negotiations for accession to the EU.
Those that did not convinced

To say that Israel did not convince is an understatement. The operation Cast Lead in Gaza during the winter gave already the tendency. The results of the February elections in Israel then confirmed a drift to the right, even the extreme right of the Israeli electorate. Benjamin Netanyahu built a government with the far right of Avigdor Lieberman. As for the left, it finally disappeared when Ehud Barak join the new government as Minister of Defense. The settlements expand more and more in Palestinian territories, despite the repeated appeals of the international community. The fate of the Arab population of East Jerusalem is getting worst and worst.

Another regional player disappointed this year. Having enjoyed a period of delay vis-à-vis the global financial crisis, Dubai was finally touched a few weeks ago. The capital of luxury turned into a ghost town, leaving even its biggest fans skeptical about a resurrection of this paradise of the five stars. The rich Abu Dhabi agreed to save his neighbor only because its own stock exchange was in danger. The fate of Dubai let consider the conversion model adapted to the Gulf countries for the post-oil era.

Egypt has not given a very pleasing picture this year. Uneasy since the arrival to power of Hamas in Gaza, Egypt hesitates between security and Arab solidarity. It is therefore of its interest to achieve a reconciliation between Fatah and Hamas. But with its repeated threats of a possible blockade on the border with the Gaza Strip, Egypt could turn the Party of the Islamic Resistance definitely against itself. Internally, the Egyptian society is facing an economic and political heavy situation. The actions of Ayman Nour gave hope for a rebuilding of the opposition but this was soon found gagged. The excessive violence that preceded the two football match with the Algerian team illustrates the state of frustration and tension which is now the one of the Egyptian population.
Miscellaneous

Lebanon still stumbled this year following elections marked by the short victory of the anti-Syrian coalition. The national unity government set up by Prime Minister Saad Hariri still foreshadows a sustainable Lebanese unity.

In Morocco, Mohammed VI celebrated his ten year reign. Between authoritarianism and social reform, the Moroccan king ruled the country with an iron hand even if it often slips in a velvet glove. Nevertheless the problem of Western Sahara persists on which Morocco remains intransigent, as the fate of the « Sahrawi Gandhi », Aminatou Haidar, recalled a few weeks ago.

Another anniversary was noted in Libya where Colonel Gaddafi has celebrated his forty years in power in pomp and excess. 2009 has also been to the Libyan head of state the opportunity to deride the European powers. We can remember the welcome reserved to the controversial author of the Lockerbie bombing, Abdel Basset Ali al-Megrahi when he returned to Tripoli, welcome which shaked the British political world. We can also remember the repeated disputes between Gaddafi and Switzerland to the extent of a demand of a dismantling of Switzerland made by the Colonel in front of the General Assembly of the United Nations.

The Palestinian Authority ends 2009 greatly weakened or even destroyed by the combined blows of Israel and Hamas and the insufficient support of the international community, the United States coming first. The Palestinians blame its to big silence during the Israeli offensive on Gaza, and a lack of results considering the peace negotiations with Israel launched in 2007. In an élan of pride, Mahmoud Abbas announced his resignation in November but that decision already seems too late to save his legitimacy.
So 2009 ended in a very different configuration from that prevailing at the end of 2008. The balance of power has changed, but it is difficult to predict the consequences. If a wish should be given for 2010, it would be a strengthened role of the European Union in the Middle East region, particularly vis-à-vis the Israeli-Palestinian situation, which still and always remains the black point in the region.

Nathalie Janne d’Othée

 

 

Retour sur ce qui a marqué la Méditerranée en 2009

 

L’année 2009 commence par un événement qui en marquera en grande partie le déroulement : du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009, l’opération israélienne Plomb Durci fait de la Bande de Gaza un champ de ruines. Plus de 1300 Palestiniens sont tués dont 410 enfants et 104 femmes, contre seulement 13 Israéliens, la plupart des militaires. La disproportion de l’attaque israélienne provoque de nombreuses réactions mais pas de sanctions. Commandé par les Nations-Unies, le rapport d’enquête du juge Goldstone accuse Israël et le Hamas de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, mais les différents résultats d’enquête sont discrédités et un an après, rien n’a changé pour les Palestiniens de Gaza.
Les grandes puissances

Le tonitruant départ de l’Union pour la Méditerranée en juillet 2008 avait laissé espérer une politique étrangère renforcée de l’Union Européenne vis-à-vis de ses voisins méridionaux, mais les événements de Gaza changèrent la donne, bloquant une nouvelle fois le processus de partenariat euro-méditerranéen. Suite à une présidence française haute en couleur, l’Union Européenne se tourne davantage vers l’Est avec la Présidence tchèque. Une aide financière énorme est promise pour la reconstruction de Gaza, mais la position européenne ne change pas par rapport au Hamas ce qui en bloque le versement. L’arrivée de la Suède à la Présidence commence avec une querelle diplomatique avec Israël à propos des déclarations du quotidien suédois Aftonbladed sur l’utilisation d’organes de prisonniers palestiniens par l’armée israélienne. C’est encore à la Suède qu’on doit une position plus ferme de l’UE concernant les colonies israéliennes et la situation à Jérusalem Est votée il y a quelques semaines par la Conseil européen des Affaires Etrangères. La nomination en novembre de Catherine Ashton comme Haute Représentante de l’UE pour les Affaires étrangère et la politique de sécurité laisse enfin espérer une politique étrangère européenne plus unie et plus claire.

De leur côté, les Etats-Unis ont radicalement changé leur politique au Moyen-Orient grâce à un Président croyant davantage en un dialogue entre les peuples qu’en un « clash des civilisations ». Mais si la politique d’Obama dans la région était pleine de bonnes intentions, elle fait état en cette fin d’année, d’un manque criant de réalisations concrètes. Ainsi après avoir durci le ton face à Israël sur le plan des colonies, l’administration américaine se laisse finalement convaincre par les concessions minimes faite par le Premier Ministre israélien. Quant à l’espoir d’assister à un réel désengagement américain d’Irak, il a été relativement déçu par l’envoi de 30 000 hommes supplémentaires en Afghanistan, où la situation à de moins en moins à envier à l’Irak.
Les acteurs régionaux en hausse

L’année 2009 a révélé l’ingéniosité de la Syrie et de son Président, Bashar Al-Assad. Rejeté de la communauté internationale suite aux soupçons dans l’affaire Rafik Hariri, la Syrie a cette année repris sa place, qui plus est une place de choix, sur la scène régionale. Ayant réussi à séduire et convaincre Nicolas Sarkozy en 2008, Bashar al-Assad s’est engagé dans un processus de réconciliation avec son voisin libanais. Sa poignée de main échangée il y a quelques jours avec le Premier Minsitre libanais Saad Hariri semble mettre un terme définitif aux querelles entre les deux pays. La Syrie a également entamé informellement des négociations en vue un processus de paix avec Israël, malheureusement ces dernières ont été gelées suite aux événements survenus à Gaza. Damas n’en a pas moins démontré aux Etats-Unis d’Obama qu’elle était un acteur régional respectable avec lequel il sera nécessaire de compter.

Devant les atermoiements de l’Union Européenne à traiter son dossier, la Turquie se tourne de plus en plus à l’Est quant à elle et se positionne comme un acteur fort sur la scène moyen-orientale. Médiatrice dans les négociations de paix entre Israël et la Syrie, elle a adopte une attitude intransigeante face à l’offensive israélienne sur Gaza au point de finalement mettre fin à son alliance militaire avec Israël. Cette stratégie s’avère payante puisque l’Union Européenne vient d’ouvrir le douzième volet des négociations concernant l’adhésion de la Turquie. Sa fermeté par rapport à l’attitude israélienne lui vaut une aura renforcée dans la région. Un point noir subsiste néanmoins dans la politique turque : la gestion des zones à population majoritairement kurde. Cette pierre d’achoppement ne manquera pas de freiner les négociations pour son adhésion à l’UE.
Ceux qui n’ont pas convaincu

Dire qu’Israël ne convainc pas est un faible mot. L’opération plomb durci sur Gaza durant l’hiver donnait déjà le ton. Les résultats des élections de février en Israël n’ont fait que confirmer une dérive à droite, voire à l’extrême droite de l’électorat israélien. Benjamin Netanyahou constitue un gouvernement avec l’extrême droite d’Avigdor Lieberman. Quant à la gauche, elle disparait définitivement lorsqu’Ehud Barak se compromet en devenant Ministre de la Défense du nouveau gouvernement. La colonisation s’étend de plus en plus dans les territoires palestiniens, malgré les appels incessants de la communauté internationale. Le sort de la population arabe de Jérusalem Est inquiète de plus en plus.

Dans un autre registre un autre acteur régional a déçu cette année. Ayant bénéficié un temps d’un sursis face à la crise qui touchait la planète financière, Dubaï a finalement succombé il y a quelques semaines. La capitale du luxe s’est transformée en ville fantôme, laissant même ses plus grands adeptes sceptiques quant à une résurrection du paradis des cinq étoiles. La riche Abu Dhabi n’a accepté de sauver sa voisine que parce que sa propre bourse se trouvait en danger. Le sort de Dubaï fait réfléchir sur le modèle de reconversion adapté aux pays du Golfe dans l’ère de l’après-pétrole.

L’Egypte n’a pas non plus donné une image très avenante cette année. Mal à l’aise depuis l’arrivée au pouvoir du Hamas à Gaza, l’Egypte hésite entre sécurité et solidarité arabe. Il est donc de son intérêt de parvenir à une réconciliation entre le Fatah et le Hamas. Mais par ses menaces répétées de concernant un éventuel blocage de la frontière avec la Bande de Gaza, l’Egypte risque de tourner le Parti de la résistance islamique définitivement contre elle. Sur le plan interne, la société égyptienne fait face à une situation économique et politique lourdes à portée. Les actions d’Ayman Nour ont laissé espérer la reconstruction d’une opposition mais cette dernière s’est vite retrouvée muselée. Les violences excessives qui ont précédé les deux rencontres sportives avec l’équipe de football d’Algérie illustrent l’état de frustration et de tension dans lesquelles se trouve aujourd’hui la population égyptienne.
Divers

Le Liban a encore tangué cette année suite à des élections marquées par la victoire courte de la coalition anti-syrienne. Le gouvernement d’unité nationale mis en place par le Premier Ministre Saad Hariri laisse néanmoins présager une unité libanaise durable.
Au Maroc, Mohammed VI a fêté ses dix ans de règne. Entre réformes sociales et autoritarisme, le souverain alaouite gouverne le pays d’une main de fer même si celle-ci se glisse souvent dans un gant de velours. Perdure néanmoins le problème du Sahara Occidental sur lequel le Maroc demeure intransigeant, comme l’a rappelé il y a quelques semaines le sort réservé à Aminatou Haidar, la « Gandhi sahraouie ».

Un autre anniversaire a été fêté en Libye où le colonel Kadhafi a célébré ses quarante années au pouvoir dans le faste et l’excès. 2009 a également été pour le chef d’Etat libyen l’occasion de tourner les puissances européennes en bourrique. On se rappelle ainsi de l’accueil controversé réservé à l’auteur des attentats de Lockerbie, Abdel Basset Ali Al-Megrahi, à son retour à Tripoli, accueil qui a contribué à ébranler le monde politique britannique. On se souvient aussi des différends à répétition entre Khadafi et la Suisse qui ont été jusqu’à la demande d’un démantèlement de la Suisse faite par le colonel devant l’Assemblée Générales des Nations-Unies.

L’Autorité Palestinienne termine quant à elle l’année 2009 très affaiblie, voire réduite à néant par les coups conjugués d’Israël et du Hamas ainsi que par le soutien insuffisant de la communauté internationale, les Etats-Unis en tête. Les Palestiniens lui reprochent un trop grand silence pendant l’offensive israélienne sur Gaza, et un manque de résultats suite aux négociations de paix entamées en 2007 avec Israël. Dans un sursaut de fierté, son Président Mahmoud Abbas a annoncé sa démission en novembre mais cette décision semble déjà trop tardive pour sauver sa légitimité.

2009 s’achève donc dans une configuration bien différente de celle qui prévalait en 2008. Les équilibres et les rapports de force ont changé, mais il est difficile d’en prédire les conséquences. Si un souhait devait être donné pour 2010, ce serait celui d’un rôle renforcé de l’Union Européenne dans la région moyen-orientale, en particulier vis-à-vis de la situation israélo-palestinienne, qui reste encore et toujours le point noir de la région.

 

Nathalie Janne d’Othée

 

 

– Mahmoud Abbas prolongé à la tête de l’Autorité palestinienne (Mahmoud Abbas prolonged at the head of the Palestinian Authority) (17/12/2009) – Le Monde

The central council of the Palestinian Liberation Organisation (PLO) has prolonged, this Wednesday, the mandate of the President of the Palestinian Authority, Mahmoud Abbas. The length of the mandate is undetermined, but President Abbas reiterated his desire to resign from his position following the elections to take place sometime next year.

 

– CIA working with Palestinian security agents (17/12/2009) – Guardian

The CIA is alleged to have offered support to Palestinian security agents known to have detained and tortured a number of Hamas supporters in the West Bank. These allegations come less than a year after the signing of a law by President Obama prohibiting torture of prisoners by U.S. authorities.

 

– Londres-Jérusalem : crise diplomatique ? (London-Jerusalem : diplomatic crisis?) (16/12/2009) – Jerusalem Post

British-Israeli relations reached this week a critical diplomatic low following an arrest warrant delivered by British lawyers against Israel’s Tzipi Livni during a visit to London for her role in Operation Cast Lead conducted last year in Gaza. The British government is currently seeking desperate solutions to resolve an increasingly heated episode in its relations with the Jewish State.

 

– Kuwait shares extend gains as political clouds clear (17/12/2009) – Gulf Times

After a dramatic plunge of the Emirati stock market, it seems that Dubai will end the year in more reassuring fashion. The easing of political tensions within the national parliament has allowed the return of foreign investment to the financial oasis.

 

 

– Mahmoud Abbas prolongé à la tête de l’Autorité palestinienne (17/12/2009) –Le Monde

Le conseil central de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a prolongé, ce mercredi, le mandat du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. La durée de son mandat est indéterminée, mais Président Abbas a tenu à souligner qu’il quitterai son poste lors des prochaines élections tenues avec le Hamas.

 

– CIA working with Palestinian security agents (La CIA travaille avec des agents de sécurité palestiniens) (17/12/2009) – Guardian

La CIA est accusée d’avoir offert son soutien à des agents de sécurité palestiniens qui ont détenu et torturé des sympathisants du Hamas en Cisjordanie. Ces allégations surviennent moins d’un an après la signature d’une loi par Président Obama prohibant de la torture de détenus par les autorités américaines.

 

– Londres-Jérusalem : crise diplomatique ? (16/12/2009) – Jerusalem Post

Les relations israélo-britanniques ont atteint cette semaine une situation diplomatique critique suite à la délivrance d’un mandat d’arrêt contre l’israélienne Tzipi Livni lors d’une visite à Londres pour son rôle dans l’opération Plomb Durci menée il y a un an à Gaza. Le gouvernement britannique cherche désespérément à résoudre un épisode de plus en plus houleux  dans ses relations l’Etat Hébreu.

 

– Kuwait shares extend gains as political clouds clear (Les actions du Koweit reprennent de la valeur alors que les nuages politiques se dissipent) (17/12/2009) –Gulf Times

Après un plongeon vertigineux de la bourse Emirati, il semblerait que Dubaï finira l’année de façon plus rassurante. L’apaisement des tensions politiques au sein du parlement national favorisera en effet le retour d’investissements étrangers à Dubaï.

 

 

 

Wednesday the “Halles de Schaerbeek” in Brussels hosted a preparatory day to the first session of the Russell Tribunal on Palestine. It was launched on previous March and will hold its first session in Barcelona at the beginning of next March. This first public meeting was rewarded by a full house come to listen to the presentations of academics, lawyers and representatives of associations on the complicity and failures of the European Union, through which allow the State of Israel to violate international law with impunity.

The intervention of the former Dutch Prime Minister Dries van Agt was particularly noticeable. Regretting the lack of coherence of the EU in its relations with Israel, he applauded the recent conclusions of the European Council of Ministers, but noted, however, that no concrete steps have been provided if Israel did not comply. The EU often finds it difficult to suit the action to the word, and despite many tools at its disposal, continues to play a minor role, mainly economic and financial, on the Middle East arena.

The Russell Tribunal is therefore a « no!  » of protest from the citizens against the inaction of the international community : no the violation of international law will not go unpunished, no we will not forget the Inalienable Rights of the Palestinian people (see UN website devoted to the question of Palestine), no we will not allow our governments to be complicit in these violations. Lord Bertrand Russell defined the first goal of the Russell Tribunal on Vietnam (1966) as to « prevent the crime of silence. » The court is therefore based on two aspects: the rigorous legal expert reports and testimony on the one hand, the scale media of a court opinion on the other.

In terms of media resonance, the Russell Tribunal on Palestine is still at a early stage. It is nevertheless possible to find a mention of this first public event in the two major Belgian and French speaking dailies : La Libre Belgique and Le Soir. Even more surprising, the Belgian free daily Metro devoted this morning a full page to an interview with Stéphane Hessel who participates at the drafting of the Universal Declaration of Human Rights and who now sponsors the Russell Tribunal on Palestine.

The Russell Tribunal presents itself as a citizen initiative meant to reaffirm the primacy of international law as the basis for the settlement of the Israeli Palestinian question and which recalls that there can be no peace without justice in the Israeli-Palestinian conflict. But beyond this conflict, as highlighted by Gianni Tognoni of the Permanent Peoples’ Tribunal (Bologna, Italy), the Russell Tribunal for Palestine is also a « critical test for a minimum credibility of international law » and it concerns then our common future.

Nathalie Janne d’Othée

To learn more about the Russell Tribunal on Palestine, visit:http://www.russelltribunalonpalestine.org/

 

 

Mercredi les Halles de Schaerbeek à Bruxelles recevaient une journée préparatoire à la première session du Tribunal Russell sur la Palestine. Celui-ci avait été lancé en mars dernier et tiendra sa première session à Barcelone début mars prochain. Cette première séance publique fut gratifiée par un public venu nombreux pour écouter les exposés de personnalités du monde académique, juridique et associatif sur les complicités et les manquements de l’Union Européenne, grâce auxquels l’Etat d’Israël se permet trop souvent de violer impunément le droit international.

L’intervention de l’ancien Premier Ministre néerlandais Dries Van Agt a été particulièrement remarquée. Déplorant le manque de cohérence de l’UE dans ses rapports avec Israël, il a applaudi les récentes conclusions du Conseil des ministres européens, mais a toutefois noté qu’aucune mesure concrète n’avait été prévue au cas où Israël n’obtempérait pas. L’Union Européenne peine souvent à joindre le geste à la parole, et malgré des outils nombreux  à sa disposition, continue à jouer un rôle effacé, essentiellement économique et financier, sur la scène moyen-orientale.

Le Tribunal Russell est donc un « non ! » citoyen de protestation face à cette inertie de la communauté internationale : non aux violations du droit international ne resteront pas impunies, non nous n’oublierons pas les droits inaliénables du peuple palestinien (voir site des Nations-Unies consacré à la question de Palestine), non nous ne laisserons pas nos gouvernements être complices de ces violations. Lord Bertrand Russell avait défini comme premier objectif du tribunal Russell sur le Vietnam (1966) de « prévenir le crime de silence ». Le tribunal se base donc sur un double aspect : la rigueur juridique des rapports d’expertise et des témoignages d’une part, l’ampleur médiatique d’un tribunal d’opinion d’autre part.

En termes de retentissement médiatique, le tribunal Russell sur la Palestine n’en est qu’à ses débuts. Il est néanmoins possible de trouver une mention de ce premier événement public dans les deux grands quotidiens francophones de Belgique : La Libre Belgique et Le Soir. Plus étonnant encore, le quotidien gratuit Metro consacrait ce matin une pleine page à une interview avec Stéphane Hessel, rédacteur de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et parrain du Tribunal Russell sur la Palestine.

Le Tribunal Russell se présente donc comme une initiative citoyenne pour remettre le droit au centre de la question israélo-palestinienne qui rappelle qu’il ne pourra y avoir de paix sans justice dans le conflit israélo-palestinien. Mais au-delà de ce conflit, comme le soulignait Gianni Tognoni du Tribunal Permanent des peuples (Bologne, Italie), le Tribunal Russell pour la Palestine est aussi un « test critique pour la crédibilité minimale du droit international » et en cela concerne notre avenir à tous.

Nathalie Janne d’Othée

Pour en savoir plus sur le Tribunal Russell sur la Palestine, consultez le site :http://www.russelltribunalonpalestine.org/

 

 

LES MIDIS DE LA MÉDITERRANÉE (11)

Debriefing du Congrès d’Alicante sur l’Education et les Migrations entre le Sud et le Nord de la Méditerranée

avec

Charles-Ferdinand Nothomb
Ministre d’Etat belge, Vice-Président du Mouvement Européen International, Vice-Président du MEDEA.

Jeudi 17 décembre 2009,

Organisée par le Mouvement européen-Belgique et MEDEA,
au Mouvement Européen Belgique, 63 avenue d’Auderghem, 1040 Bruxelles.

Compte-rendu : Nathalie Janne d’Othée

Présentation générale du Congrès d’Alicante

par Nathalie Janne d’Othée, directrice de l’Institut MEDEA

Les 19, 10 et 21 novembre dernier, s’est tenu le Congrès d’Alicante sur l’Education et les Migrations. Ce congrès s’inscrivait dans la lancée du Dialogue Sud/Nord Méditerranée inauguré en 2006 à Alger à l’initiative d’organisations du Nord et du Sud de la Méditerranée, dont le Mouvement Européen International et la Bibliothèque d’Alexandrie. Cette année, ces deux partenaires se sont associés à la Communidad de Valence et à la Casa Mediterraneo pour explorer deux thèmes centraux dans les relations entre les deux rives de la Méditerranée, l’éducation et les migrations, au cours d’un nouveaux Congrès à Alicante. Des réunions préparatoires ont eu lieu à Zaghreb, à Rabat, au Caire et à Bruxelles, réunissant public et experts de ces pays afin de construire la base documentaire du Congrès.

Le Congrès s’est ensuite déroulé en deux temps : un premier temps en atelier permettait aux participants d’échanger leurs idées et leurs expériences, dans un deuxième temps, les résultats de ces ateliers étaient exposées en séances plénières par deux rapporteurs, le professeur Bichara Khader pour les migrations et le professeur Iman El-Kafass pour l’éducation, en présence de décideurs politiques. Ces derniers ont alors eu l’occasion de réagir par rapport aux propositions reçues.

Le Congrès eu le privilège de compter sur des participants de qualité et fut une réussite. Le Vice-Président du Mouvement Européen International et Ministre d’Etat, M. Charles-Ferdinand nous fait aujourd’hui le plaisir de nous résumer les résultats de ces deux jours de Congrès. Vous aurez ensuite la possibilité de réagir à ces conclusions, d’y ajouter votre impression du Congrès d’Alicante si vous y étiez, les idées qu’elles suscitent chez vous si vous n’y étiez pas.

 

Congrès d’Alicante : Debriefing

par Charles-Ferdinand Nothomb

L’actualité nous montre que les thèmes de l’éducation et des migrations sont essentiels. Mais de ces questions il est important de traiter sur un pied d’égalité avec nos partenaires du Sud. C’est ce que nous avons tenté de faire à Alicante, et avant cela durant les réunions préparatoires. Celles-ci étaient une manière appropriée de parler dans un premier temps dans un cercle restreint et plus homogène, ce qui est souvent plus aisé, avant de présenter ces idées devant une assemblée plus large et beaucoup plus diversifiée.

Nous avons la chance d’avoir avec nous les deux rapporteurs de choix qu’ont été les professeurs Bichara Khader de l’Université Catholique de Louvain (UCL – Belgique) et Iman El-Kafass de l’American University in Cairo (AUC – Egypte).

Aujourd’hui c’est au suivi d’Alicante qu’il est nécessaire de penser. Il peut être envisagé dans le cadre du Dialogue 5+5 en ce qui concerne les migrations, ou pour ce qui concerne l’éducation, dans celui de la conférence Euromed qui aura lieu sur cette question en Slovénie durant la Présidence espagnole de l’UE (premier semestre 2010).

Quelles sont les conclusions générales qui ont pu être tirées du Congrès d’Alicante ?

En matière d’éducation, les participants au Congrès ont constaté une nécessité de l’initiation à l’interculturalité dès le plus jeune âge, un trop plein de diplômés dans certaines branches qui atterrissent dès lors au chômage et la qualification peu adaptée des migrants.

En ce qui concerne les migrations, les pays du Sud ont fait remarquer qu’eux aussi faisaient face à un phénomène migratoire. Il est nécessaire de définir les qualifications qui ont de l’avenir ainsi que d’améliorer la reconnaissance et l’équivalence des diplômes entre les deux rives de la Méditerranée. Une des solutions récurrentes dans les discussions est celle de la migration circulaire, une mobilité accrue entre les deux rives de la Méditerranée, dans les deux sens et aller-retour. Mais cela nécessite une politique moins restrictive en matière de visas de la part de l’Union Européenne. A noter que la solution de l’immigration choisie, défendue entre autre par le Président Sarkozy, est peu appréciée. Le concept de migration circulaire est davantage conçu comme un développement commun des deux rives de la Méditerranée.

Au croisement de l’éducation et des migrations, il faut par exemple améliorer l’image des uns et des autres dès l’enseignement primaire, améliorer la mobilité des universitaires, tirer profit des pôles d’excellence existant sur les deux rives de la Méditerranée. Il est également important de penser à l’intégration des migrants dans nos sociétés du Nord, et à la préparation des migrants au Sud (par exemple en définissant les métiers de l’avenir, qui leur permettraient de facilement trouver du travail).

Dans ces domaines se situant à l’intersection des deux thèmes, il est possible d’imaginer de nombreuses solutions originales, ou de développer certaines qui existent déjà mais en insuffisance :

  • Pour faciliter l’intégration, il est nécessaire de cultiver la culture d’origine ;
  • Chaque année la plupart des européens d’origine maghrébine retournent pour les vacances au Maroc, en Algérie, en Tunisie. Il serait intéressant de développer des universités d’été en profitant de ces échanges de population, de cultures ;
  • Imaginer des programmes de formation des professeurs à la culture d’origine de leurs élèves (histoire, langue, spécificités sociologiques) ;- Utilisation de l’éducation à distance pour ceux qui n’ont pas la possibilité de bouger.

Débat

Marine Imberecht, Centre de culture européenne : Il existe des institutions très pointues en Afrique du Nord sur le développement durable qui incluent les migrations. De plus, les conclusions du Congrès en matière de migrations n’incluent pas les aspects historiques qui sont pourtant essentiels.

M. Belguenani : Le Congrès était très intéressant mais on peut néanmoins regretter un nombre trop restreint de représentants de la société civile indépendante du Sud de la Méditerranée. De plus les discours des représentants politiques européens étaient éloignés de la réalité. De la part des politiques du Sud de la Méditerranée, on a pu assister à trop de doubles discours entre ce qu’ils disent et ce qui se passe vraiment. Les transferts de fonds des émigrés les intéressent beaucoup. Vous parlez d’enseigner leur culture d’origine aux enfants mais à l’heure actuelle, il existe trop peu d’écoles qui prodiguent cet enseignement en dehors des mosquées.

M. Barakat : Il est intéressant de regarder à combien se chiffrent les transferts dans l’autre sens,  c’est-à-dire des migrants européens. Pour qu’il y ait de l’interculturalisme, il faut que les enfants de migrants aient quelque chose à donner, mais ils ne connaissent pas bien leur culture d’origine. Il est également nécessaire de souligner l’importance des médias satellitaires.

M. Ebermann : Je viens de rentrer du Caire où j’étais en poste comme représentant de l’UE en Egypte. A Alicante, vous avez visé des objectifs envisageables dans les quarante ans à venir, mais l’avenir est peu prometteur pour les 10-15 ans à venir. L’Union Européenne ne peut pas dicter ce qu’elle veut dans l’éducation. Elle peut le faire à travers la Ligue arabe. Elle peut peut-être avoir plus d’influence concernant la mobilité estudiantine, mais certains problèmes demeurent hors de son ressort comme la difficulté qu’ont les parents de laisser partir leurs filles pour un séjour prolongé à l’étranger par exemple. Le problème de l’Euromed est financier d’une part –  il existe peu de possibilités de bourses d’étude – et provient d’autres par de la difficulté à obtenir des visas. Un terme important utilisé dans les conclusions d’Alicante est celui du brain drain mis en perspective avec celui du brain gain. En Chine, les étudiants qui partent rentrent ensuite au pays, pas en Egypte. Pourquoi ?Point de vue migrations, à nous de balayer devant notre porte : la migration et les jeunes sont essentiels à l’Europe.

M. Boone : Je tenais juste à dire qu’une association interculturelle a fait un livre sur la Belgique pour que les enfants de migrants puissent ensuite expliquer ce qu’ils ont appris à leurs parents. Mme ImberechtIl est très intéressant de souligner les avantages que comporte la pédagogie Freinet en ce qui concerne toutes ces problématiques.

M. Khalifa : Il existe un programme de la Ligue Arabe qui permet à de jeunes arabes européens de voyager, de se rencontrer et d’échanger des expériences.M. KrönerIl existe également une technique qui pourrait être utilisée, c’est celle d’un bus pour l’éducation.

Professeur Safar : Ce qui serait intéressant, ce serait de souligner la spécificité d’Alicante. Il s’agit ici d’une formule nouvelle. Depuis l’embargo pétrolier, différentes formules ont été avancées pour rapprocher les deux rives de la Méditerranée. Elles n’ont été qu’autant d’échecs car elles n’étaient pas à un niveau de négociation qui concernait le citoyen. A Alicante, le choix des problématiques était judicieux, ainsi que celui du public. Dans notre réseau Strademed, nous avons discuté d’Alicante. La plupart des universitaires ne pensent pas qu’une telle formule soit bonne. Moi j’ai défendu l’idée contraire, les citoyens et les académiques doivent se rencontrer pour parvenir à des résultats originaux.Nous voulons une zone de libre-échange, mais nous ne voulons pas de la libre-circulation. L’éducation doit donc se centrer sur le transfert.

M. Ryelandt : Le rôle des autorités publiques était excessif à Alicante. Intéressant mais excessif. La société civile d’Afrique du Nord est faible comme l’a déjà souligné M. Belguenani : les associations ont tendance à faire références aux ministres, à se cacher derrière eux. Iman El-Kafass jouait par contre très bien le rôle d’une société civile indépendante.Du point de vue organisationnel, un congrès comme Alicante devrait bénéficier de plus de préparation en petits groupes, mais devrait également aborder des sujets plus restreints, mieux définis.Il faut réfléchir à l’intégration. En ce qui concerne le brain gain, il faut promouvoir la migration circulaire. On a trop tu le besoin de migrants que l’Europe rencontrera dans les années à venir.

M. Bruneel : Il faut utiliser les réseaux de professeurs existant pour véhiculer les nouvelles méthodes.

Mme Imberecht : Il faut également insister sur le contentieux que représente la colonisation.

M. Raphael John : La migration n’est pas qu’économique : qu’en est-il des prisonniers politiques en Afrique du Nord ? Pour les diplômés, il est difficile de trouver un emploi dans ces pays parce qu’il faut des pistons, du népotisme pour y arriver. On ne parle pas assez de tout ça.M. ChamasUn problème est également dans la double identité des immigrés : ils se sentent mal et dans leur pays d’accueil et dans leur pays d’origine.

Conclusions

par Charles-Ferdinand Nothomb

Plusieurs conclusions peuvent être tirées de nos discussions aujourd’hui :

  • D’un point de vue temps, les politiques ont eu trop de temps impartis par rapport au but réel du congrès qui est de faire parler la société civile ;
  • Le problème des Droits de l’Homme mérite qu’on lui accorde une place spéciale: il est nécessaire de mettre des outils à disposition des minorités ;
  • Faiblesse de la société civile au Sud de la Méditerranée : on ne peut pas faire autrement que de prendre ce qui existe, même si ce n’est pas parfait. Notre réseau permet à certaines personnes de bouger un peu sans passer par les autorités et c’est déjà un bien.
  • On a beaucoup parlé de l’intégration des migrants ici, comment leur donner les bonnes clés ? Il faut également que nous laissions une porte ouverte pour qu’il y ait une collaboration.
  • Pour donner une alternative aux mosquées en ce qui concerne l’enseignement de la culture d’origine, les représentations de ces pays pourraient également jouer un rôle.

Afin que ces conclusions parviennent aux autorités compétentes, afin que de réels changements surviennent, nous devrons inscrire le suivi d’Alicante dans les deux présidences européennes suivante :

  • Les questions de l’éducation dans la zone Euromed à aborder durant la conférence qui aura lieu en Slovénie sous présidence espagnole (premier semestre 2010) ;
  • Les questions d’emplois à aborder durant la présidence belge (second semestre 2010).

 

LES MIDIS DE LA MÉDITERRANÉE SONT ORGANISÉS CONJOINTEMENT PAR L’INSTITUT MEDEA ET LE MOUVEMENT EUROPÉEN BELGIQUE.

INSTITUT MEDEA

Contact : Nathalie Janne d’Othée

Tel : +32 2 231 13 00

Email : Medea@medea.be

Site web : www.medea.be

MOUVEMENT EUROPEEN-BELGIQUE

Contacts: Laetitia de Fauconval et Lin Vanwayenbergh

Tel +32 2 231 06 22

Email : info@mouvement-europeen.be

Site web :www.mouvement-europeen.be / www.europese-beweging.be

 

C’est dans le cadre des Midis de la Méditerranée que s’est fait le débriefing belge du Congrès d’Alicante (voir ci-dessous). Le Vice-Président du Mouvement Européen International, le Ministre d’Etat Charles-Ferdinand Nothomb a donc exposé les différents points retenus par les rapporteurs des ateliers « éducation » et « migration », avant d’ouvrir le débat à l’assistance. De nombreux participants belges du Congrès étaient venus et ont contribué par leurs remarques et leurs observations à en enrichir les conclusions.

Le débat a tourné autour des limites et de la portée des conclusions dudit Congrès. Ont ainsi été souligné d’une part la trop grande place prise par les responsables politiques et la faiblesse de la société civile, d’autre part les possibilités qu’offrent un réseau comme celui qui s’est rassemblé à Alicante, et la nécessité pour l’Europe d’aborder les thèmes de l’éducation et des migrations en dialogue, en partenariat avec ses voisins du Sud.

Voir notes .

 

The Belgian debriefing of the Congress of Alicante (see below) took place in the framework of the “Midis de la Méditerranée”. The Vice-President of the European Movement International, the Minister of State Charles-Ferdinand Nothomb outlined the various points raised by the reporters of the two workshops on ‘education’ and ‘migrations’, before opening the discussion to the audience. Many Belgian participants of the Congress were present and contributed with their comments and observations to enrich its conclusions.

The debate addressed the limits and scope of the conclusions of the Congress. The highlighted points were on the one hand the too big place taken by politicians and the weakness of civil society, on the other hand the opportunities offered by a network such as the one that gathered in Alicante, and the need for Europe to address issues as education and migrations in partnership with its southern neighbors.

See notes (in French).

 

 

– La confiance par 122 voix sur 124 présents Hariri : « Les divergences ne doivent pas aboutir à une cassure nationale » (11/12/2009) – L’Orient le Jour

Le gouvernement d’Union Nationale mis en place par Saad Hariri a reçu la confiance du Parlement par 122 voix sur 124 présents. Le nouveau Premier Ministre a souligné que les divergences qui étaient apparues lors des débats concernant la déclaration gouvernementale n’étaient pas un symptôme d’un futur échec, mais bien un signe d’une démocratie saine. Il a néanmoins rappelé que son gouvernement œuvrerait au relèvement du Liban, et  qu’il devait rester uni. Si celui-ci devenait un gouvernement « de divisions et de barricades », Saad Harairi a déclaré qu’il serait le premier à poser la question de confiance. Le Premier Ministre a terminé son discours en insistant sur quatre points de convergence auxquels tous les Libanais s’accordent : le devoir de faire face à Israël et de défendre les droits des Libanais est l’affaire de tous, la stabilité du Liban dépend d’une stratégie de solidarité arabe, le respect de la Constitution et des accords de Taëf, et les besoins des Libanais en tant que premier point du programme gouvernemental.

– UK issues new guidance on labelling of food from illegal West Bank settlements (L’Angleterre émet une nouvelle orientation sur l’étiquetage des denrées alimentaires provenant des colonies de peuplement illégales en Cisjordanie) – Ian Black & Rory Mc Carthy (10/12/2009) – The Gardian

La Grande- Bretagne augmente la pression sur Israël afin que les produits provenant des colonies illégales de Cisjordanie soient distingués des produits Palestiniens. Pour l’instant, l’inscription « Produit de Cisjordanie » ne le permet pas. Le Département de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales ( Department for the Environment, Food and Rural Affairs – Defra ) a également déclaré que ce serait une infraction de déclarer des produits des colonies comme  « Produit d’Israël ». Le Foreign Office a précisé qu’il ne s’agissait pas d’une mesure de boycott, jugée improductive pour le processus de paix. Selon le Ministère des Affaires Etrangères Israélien, la politique de taxation différentielle de l’UE vis-à-vis des produits des colonies ne va pas de pair avec un étiquetage distinct dans les supermarchés, mesure dont l’ultime but est le boycott.

– L’UE accuse Israël de jouer la division sur la question de Jérusalem-Est (10/12/2009) – Nouvelobs.com (avec AP)

L’Union Européenne accuse Israël de tenter de diviser les 27 afin que ceux-ci reviennent sur une résolution adoptée mardi et appelant à faire de Jérusalem la capitale partagée des deux futurs Etats. Des sources avaient déjà révélé que des pressions avaient déjà été exercées afin que la résolution ne fasse pas de Jérusalem-Est la capitale du futur Etat palestinien. Le Ministre suédois des Affaires Etrangères, Carl Bildt,  a averti Israël que la politique à mener avec l’UE ne doit pas être celle de « diviser pour régner ».

– The Copenhagen Summit: Balanced Measures are Needed (Le Sommet de Copenhague : un besoin de mesures équilibrées) Randa Takkieddine (9/12/2009) –Dar Al Hayat

Randa Takkieddine souligne la vulnérabilité des pays en développement et des pays producteurs de pétroles par rapport aux changements du climat, mais rappelle qu’ils pâtissent également beaucoup des mesures prises par les pays industrialisés. L’Arabie Saoudite est représentée par une grande délégation à Copenhague, présidée par le Ministre du pétrole, Ali al-Nuaymi, qui rappelle que malgré les rumeurs, que le pays appelle à une protection de la planète pour éviter le réchauffement, mais désire que le fardeau des mesures soit partagé de manière égale par tout le monde.

– La Crise : bilan et impact sur le bassin méditerranéen – (9/12/2009) – IPEMED

Abdeljellil Bouzidi, de Hiram Finance explique que les économies du Sud méditerranéens n’ont pas ou peu subi la crise financière du fait de leur faible interconnexion aux places boursières internationales. Mais lorsque la crise financière s’est transformée en crise réelle, ces pays en ont durement subi les effets. Deux indicateurs : la détérioration du PIB et des balances courantes. Abdeljellil Bouzidi recommande à ces économies de baser leur relance sur la demande interne, plutôt que sur les exportations, et dans ce but, il faut améliorer l’attractivité de ce pays pour les entreprises étrangères et transformer l’épargne en investissements productifs.

Les pays du Sud de la Méditerranée avaient fait de gros efforts pour restaurer une certaine stabilité macroéconomique et cela en vue d’attirer les investissements directs étrangers, qui de 2000 à 2006 sont passés de 10 à 60 milliard de dollars. La crise de 2008 a eu pour effet de réduire fortement ces investissements. Des études du PNUD montrent que la région méditerranéenne doit créer quelque 100 millions d’emplois dans les 15 prochaines années, ce qui est infaisable sans une intervention du secteur privé national et international. Raddhi Meddeb, directeur général d’Ipemed, souligne que : « Les besoins de la région sont des opportunités d’investissements et de croissance pour les investisseurs du Nord et des Pays du Golfe, mais également des relais de croissance pour les entreprises du Nord ».