04/12/2009

30 novembre au 4 décembre 2009

– Thinking through Arab Unity (Organiser l’unité arabe), Prince Khalid al-Faisal (02/12/2009) – The Guardian

Le mois prochain se tiendra au Koweït la réunion Fikr8 de la Fondation de la Pensée arabe, présentée comme un effort des pays arabes pour rétablir l’unité arabe économique et sociale dans la région. Récemment éclipsées par le ralentissement économique mondial, les questions d’unité économique arabe et les initiatives régionales seront rétablies au cœur des discussions. La huitième réunion de la Fondation de la pensée arabe cherche à démontrer que le progrès et le développement dans la région sont vitaux si l’on souhaite matérialiser l’ambition d’une plus grande unité économique arabe.

 

– Un pas en avant pour l’Union pour la Méditerranée : le CdR installera le 21 janvier 2010 l’Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne (ARLEM)(02/12/2009) – Comité des Régions

Luc Van den Brande, président du CdR, a annoncé ce mardi que la première réunion officielle de l’Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne se tiendra à Barcelone le 21 Janvier 2010 prochain. L’objectif principal de l’Assemblée est la renaissance d’un processus de Barcelone stagnant; un effort qui, selon le président du CdR, exige « l’appui de tous ses partenaires ».

 

– Le clair-obscur de la diplomatie algérienne (03/12/2009) – El Watan

Une mauvaise communication, des différences politiques et des déclarations manquant de clarté ont été les ingrédients d’une réponse algérienne tardive face aux accusations égyptiennes, quelques jours après les incidents violents qui ont vu les supporters des deux équipes nationales de football s’affronter lors des matchs qualificatifs pour la Coupe du Monde 2010. Rapidement politisés, ces événements ont aggravé les tensions entre les gouvernements égyptien et algérien. Des questions ont été soulevées sur la capacité du gouvernement algérien à intervenir efficacement et, avant tout, rapidement, dans les querelles politiques entre le Caire et à Alger.

 

– Israel in a row with European Jerusalem (Israël en querelle avec un Jérusalem européen) (01/12/2009) – Gulf Times

Les relations entre l’UE et Israël un subi un nouveau coup dur cette semaine après l’annonce d’un projet de proposition de l’UE identifiant Jérusalem-Est comme la capitale officielle d’un futur Etat palestinien. La présidence suédoise de l’UE, particulièrement ciblée par les critiques d’Israël, semble soutenir la création d’un Etat palestinien « qui comprend la Cisjordanie et de Gaza et Jérusalem-Est comme capitale ». En outre, les israéliens ont contesté la validité de l’UE comme médiateur central dans la relance du processus de paix au Moyen-Orient.

 

– Debt crisis tests Dubai’s ruler (La crise de la dette test le souverain de Dubai), R.F. Worth et H. Timmons (03/12/2009) – New York Times

Cheikh Mohammed bin Rashid al Maktoum, souverain de la ville-Etat de Dubaï, avait réduit au silence toute critique en créant avec succès ce que cet article décrit comme « le Xanadu du 21ème siècle dans le désert ». Dubaï est en effet devenu un exemple de réussite économique, que le cheikh décrit modestement comme la matérialisation de « seulement 10% de sa vision ». Néanmoins, les événements économique de cette dernière semaine dans le Golfe, à un moment où Dubaï lutte sous des dettes excédant 80 milliards de dollars, pourraient mettre en péril les plans ambitieux du Cheikh. Comment l’architecte de Dubaï réagira-t-il face à cette difficile phase financière? Cet oasis économique peut-il émerger sain et sauf? Les prochains jours seront sans aucun doute cruciaux pour le souverain de Dubaï, il ne reste qu’à attendre et voir.

 

– A droite, la crispation contre l’Islam s’exprime librement , S. Le Bars (04/12/2009) – Le Monde

Les débats sur le vote anti-minaret en Suisse ont commencé à se propager au-delà des Alpes, s’installant comme sujet controversé sur la scène politique française. Les commentaires et le soutien politique pour ce vote, ont clairement souligné les tensions au sein de la société française et du spectre politique concernant l’islam et l’intégration des communautés musulmanes dans l’Hexagone, au moment où la question de l’identité nationale française semble donner du fil à retordre au gouvernement français.