05/02/2010

1er au 5 février 2010

– Untouched by War, in Iraq (Les isolés de la guerre) (28/01/2010) – New York Times

Le New York Times nous offre un reportage sur le village iraquien de Halaichiya, situé au Sud du pays.
Complètement isolé du reste du pays, cette bourgade tient sa particularité au fait de n’avoir (pratiquement) jamais vu d’américains et d’être totalement non touchée par la guerre. Cela est quasi rare dans ce pays, où le conflit a éclaté depuis mars 2003.
Par la rencontre avec les villageois est mise en valeur la solitude de ce village, qui malgré le fait d’être protégé de la guerre, souffre de ne se sentir concerné par la politique du pays et de ne pas être muni d’infrastructures de base tel que des routes et une école.

– Fresh border clashes on Saudi-Yemen border as Yemen rejects rebel’s truce offer (Affrontements à la frontière saoudienne-yéménite: le rejet de la trêve par le Yémen) (31/01/2010) – Gulf News

La frontière entre le Yémen et l’Arabie Saoudite est déstabilisée par la présence de rebelles chiites.  Le gouvernement yéménite refuse une trêve avec le groupe Al Houthi étant donné qu’ils n’ont pas cessés leurs attaques dans le pays voisin. En effet, Sanaa fait de la non agression du territoire saoudien une condition sine qua non du cessez-le-feu.
De plus, leur stratégie s’inscrit, selon le gouvernement du Yémen, comme voulant se servir de ces trêves pour préparer des nouvelles actions. Cela est une source de tension entre ces deux pays de la péninsule, sachant que l’Arabie Saoudite a perdu plus de 100 soldats depuis le début des affrontements en novembre 2009.

– Sudan’s elections: divorced from hope (Les élections soudanaises : la fin de l’espoir) (02/02/2010) – The Guardian

L’auteur nous fournit dans ce présent article sa déception par rapport aux élections prévues pour avril 2010. Effectivement, l’Accord de paix entre le Nord et le Sud Soudan prévoit une série d’élections dont la première, à l’échelle nationale, est une élection présidentielle et parlementaire.
Cependant, l’ét at des lieux de la scène politique soudanaise montre que sur la liste des candidats à l’élection présidentielle, la majorité sont des hommes politiques soudanais, connus du peuple et n’apportant aucun souffle de nouveauté sur le pays.
L’exception concerne Kamel Idris : il a fait ses preuves dans le domaine humanitaire et est perçu comme le candidat indépendant et jeune.  Néanmoins il lui est reproché de n’avoir aucune expérience en politique.
L’euphorie des préparations aux élections présidentielles soudanaises est freinée par le paysage politique qui n’apporte finalement pas de nouveaux visages.

– Rachid: 2010 to be « hard year » for Egypt economy (2010, une année difficile pour l’économie égyptienne) (31/01/2010) – Al Masry Al Ayoum

Les pronostiques sur l’économie égyptienne sont pessimistes pour l’année 2010.
Durant le forum annuel de Davos en janvier 2010, Rachid Mohamed Rachid, Ministre égyptien de l’Economie et de l’Industrie, a expliqué que l’année 2010 s’annonce difficile pour l’économie de son pays.
La crise financière se fait toujours ressentir et son impact sur l’économie égyptienne sera, a priori, toujours d’actualité pour l’année à venir.
Cela a été l’occasion d’exposer son point de vue critique sur l’imposition de la taxe carbone par les pays industrialisés.