09/04/2010

5 au 9 avril 2010

– Pourquoi c’est encore bloqué (Why it is still stuck) (8/4/2010) – The Economist

Revenu dans le rang des puissances fréquentables depuis 2005, la Libye jouit aujourd’hui de l’argent européen et américain qui abonde sur ses marchés. Néamoins, le caractère égocentrique et imprévisible de l’indétrônable Mouammar Kadhafi freine les investissements étrangers dans le pays. Quant à la population, elle bénéficie certes de services publics gratuits, mais elle ne jouit pas d’une réelle liberté. Les réformateurs sont loin de parvenir à leur but en Libye .

– Soudan : Omar el-Béchir fait cavalier seul (7/4/2010) – Afrik.com

Les tensions sont de plus en plus fortes au Soudan. Le boycott des élections par certains partis d’opposition, qui accusent le parti d’Omar el Béchir de vouloir bourrer les urnes, donne lieu à un climat d’insécurité. Les menaces d’expulsion du chef d’Etat poussent Véronique de Keyser, chef de la mission d’observation de l’Union européenne  au Soudan, à remettre en question la présence de la mission.

– Omar Al-Bachir, le symbole d’un régime sanglant et autoritaire (6/4/2010) –Le Monde

A quelques jours des élections au Soudan, Jean-Philippe Rémy, correspondant du Monde à Nairobi dresse le portrait du Président Omar Al-Bashir, un simple militaire propulsé en 1989 au pouvoir au Soudan parce qu’il semblait facilement manipulable. Plus de vingt ans et de nombreuses atrocités après, par les  l’homme est toujours à la tête de l’Etat soudanais.

– Le FMI anticipe la mise en péril de la croissance économique en Cisjordanie par Israël et les Etats Arabes (I.M.F. Says West Bank Economic Growth Is Imperiled by Israel and Arab States) (7/4/2010) – New York Times

Le Fonds Monétaire International prépare un rapport sur l’économie palestinienne, complimentant le la Cisjordanie et met en avant l’importance des dons de la part des pays occidentaux, notamment européens. Cependant, le FMI émet des doutes quant aux taux de croissance, qui seraient mis en danger par Israël et les Etats Arabes.

 

– Nasrallah, le Hezbollah et l’assassinat de Rafic Hariri (5/4/2010) – Nouvelles d’Orient, le blog d’Alain Gresh (Monde diplomatique)

Alain Gresh souligne la réaction du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah sur la chaîne Al Manar face aux rumeurs de l’implication du mouvement dans l’assassinat de l’ancien Premier Ministre Rafik Hariri. Selon la presse libanaise, un certain nombre de membres du mouvement auraient en effet été interrogés par le tribunal pénal international mis en place par les Nations-Unies. Nasrallah dit vouloir continuer à coopérer avec la commission d’enquête internationale, sauf si « la commission continue à encourager les fuites destinées à tromper l’opinion ».