30/07/2010

Les leçons de Camp David

Il y a dix ans déjà, Bill Clinton, Ehud Barak et Yasser Arafat négociaient à Camp David. L’échec de ces pourparlers est souvent pointé du doigt comme une des causes de la Seconde Intifada. C’était en effet une grande déception pour tous ceux qui avaient misé sur la paix, et encore plus pour les Palestiniens, toujours sans Etat.

Dans une analyse intitulée Il y a dix ans Camp David : une rétrospective, Bichara Khader revisite les événements de juillet 2000 afin de mettre fin à un mythe : Arafat aurait refusé l’offre généreuse de Barak et serait dès lors responsable de l’échec du sommet de Camp David. La « généreuse »  proposition de Barak était la suivante. Israël garderait ses grands blocs de colonies et échangerait ces 10% de la Cisjordanie, contre l’équivalent dans le désert du Néguev. Israël conserverait également la frontière orientale le long du Jourdain, ainsi qu’un contrôle militaire temporaire sur quelque 10% du reste de la Cisjordanie. Le « droit au retour » des réfugiés palestiniens est totalement rejeté, et la souveraineté d’Israël sur l’entièreté de Jérusalem ne peut être discutée. Comment Arafat aurait-il pu accepter cette offre sans perdre le soutien de son peuple ?

Dix ans plus tard, juillet 2010. Mahmoud Abbas est encouragé par les Etats-Unis et l’Europe à s’engager dans des négociations directes et sans conditions préalables avec Benjamin Netanyahou. La position de l’Autorité Palestinienne est pourtant claire : pas de reprises des négociations sans arrêt de la colonisation. S’il revient sur cette décision, Mahmoud Abbas perdra le peu de crédibilité qui lui reste en interne. Le processus de paix est dans une impasse, et de nouveau la responsabilité semble en incomber aux Palestiniens.

Les leçons de Camp David ne semblent donc pas avoir été assimilées, et le même scénario se reproduit aujourd’hui à cette différence près que Mahmoud Abbas ne jouit pas de l’aura de son prédécesseur. Depuis 2007, les tentatives de négociations avortées à répétition n’ont fait qu’éroder sa popularité. Bien qu’il ne paraisse pas toujours le comprendre, Israël a besoin d’un partenaire fort pour bâtir la paix. Plus neutre dans le conflit que son voisin outre-Atlantique, l’Union Européenne a un rôle à jouer pour tenter d’équilibrer les rapports de force entre les parties.

Dix ans après, les Palestiniens sont toujours sans Etat.

Nathalie Janne d’Othée