09/07/2010

Visite de Netanyahou à la Maison Blanche

La rencontre de ce mardi entre le Président des Etats-Unis et le Premier Ministre israélien a été anormalement positive vu les divergences et les tensions qui existent depuis plus d’un an entre les deux pays. Barack Obama a qualifié son interlocuteur de quelqu’un « voulant prendre des risques pour la paix ». La dernière visite de Benjamin Netanyahou en mars à la Maison Blanche avait pourtant reçu un accueil froid de la part du Président américain. Et depuis, aucun élément ne semblait augurer une relation plus chaleureuse. 

S’il n’y a pas eu de changement intrinsèque de la situation entre les deux pays, les contextes ont quant à eux changé.

Obama parvient en effet progressivement à mi-mandat, ce qui l’oblige à penser à sa réélection. Or les succès de sa présidence sont encore minces, et sont désormais occultés par la catastrophe pétrolière qui dévaste le Golfe du Mexique. Dans une période aussi critique, il ne peut donc se permettre de se mettre le lobby pro-israélien à dos. Or ce dernier exerce des pressions permanentes pour une meilleure relation israélo-américaine.

De son côté, Netanyahou est décidé à se présenter sous le jour d’un homme de paix. Il veut montrer sa bonne volonté à la communauté internationale, et à ainsi faire oublier l’épisode malheureux de la flottille. Il veut également renvoyer la responsabilité de l’échec des négociations sur l’Autorité Palestinienne. Le Premier Ministre israélien est par ailleurs sous tension au sein de son propre gouvernement, où les franges de l’extrême droite soutiennent une reprise de la colonisation à la fin du moratoire, le 26 septembre prochain.

L’Autorité Palestinienne a réagi à cette rencontre en rappelant sa position : « pas de négociations sans arrêt de la colonisation ». Elle a également souligné que la bonne volonté israélienne ne s’exprimait pour l’instant que par des paroles, et qu’elle attendait de voir des actes.

Au final il est néanmoins possible de tirer un point positif de la rencontre de cette semaine puisque tous s’accordent enfin sur une chose : les négociations indirectes n’ont rien donné et les résultats ne pourront être obtenus que par des pourparlers directs entre israéliens et palestiniens. Cela dit, ce constat avait déjà été dressé par la plupart des observateurs. Cela mis à part, cette rencontre ne paraît pas porter en elle les racines d’une reprise du processus de paix et ressemble davantage à un leurre destiné à embellir une situation qui malheureusement ne change pas.

Nathalie Janne d’Othée