27/08/2010

23 au 27 août 2010

– Vent chaud de répression sur l’été algérien (24/8/2010) – Babelmed

Ghania Khelifi dénonce dans son article une attitude de plus en plus stricte du gouvernement algérien sur l’observance religieuse mais aussi par rapport sur le déni de la liberté d’expression. Fait surprenant, deux ouvriers ont été arrêtés pour avoir bu de l’eau durant le mois de Ramadan. Leur procès suscitant de vives réactions a été reporté à la fin septembre. Parallèlement, alors que le gouvernement algérien autorise à nouveau la présence d’ONG étrangères sur son sol, mais ne cède en rien sur la liberté d’expression, muselant par exemple les demandes des familles de disparus.

– Plongés dans la pauvreté: les réfugiés palestiniens au Liban voient peu d’espoir dans la nouvelle loi (Mired in poverty: Palestinian refugees in Lebanon see little hope in new law) (24/8/2010) – The Guardian

Les réfugiés Palestiniens du Liban se sont vu accorder des droits à l’emploi plus étendus. Il leur est en effet interdit d’exercer certaines professions, les reléguant pour l’instant dans les emplois les plus subalternes. Néanmoins, selon l’organisation Human Right Watch, la nouvelle loi ne changera pas grand-chose si les syndicats ne sont pas associés afin de combattre les discriminations. Les freins les plus importants viennent de la communauté chrétienne du Liban qui voit d’un mauvais œil le poids supplémentaire que les Palestiniens représenteraient dans la communauté sunnite.

– Difficile Ramadhan en Egypte (22/8/2010) – El Watan

Le quotidien algérien décrit la situation difficile que vivent durant ce mois de Ramadan des millions d’Egyptiens : hausse des prix, crainte de rupture de stock de blé, coupures d’électricité et d’eau, le tout sur un fond de Ramadan particulièrement ardu à cause des chaleurs. La pénurie de blé russe peut en effet entrainer des conséquences graves pour l’Egypte qui importe la majorité de ses denrées alimentaires. La colère monte au sein de la population. De son côté, le gouvernement tente en vain de rassurer quant aux réserves de l’Etat.

– Les Etats-Unis aident l’armée libanaise à cause de, ou malgré, ce qu’ils recoivent en retour (U.S. Aids Lebanese Military Because of, and Despite, What It Gets in Return) (21/8/2010) – NY Times

Suite à l’épisode de l’arbre déraciné ayant entrainé des échanges de tirs entre armées libanaise et israélienne, des amis de l’Etat hébreu au Congrès américain ont soulevé la question de la pertinence de l’aide militaire au Liban. Robert F. Worth fait néanmoins remarquer que l’aide américaine est indispensable si Washington veut éviter des scénarios du pire, comme une influence ou des aides venant de Russie, de Syrie, ou d’Iran.