04/10/2010

4 au 8 octobre 2010

Des experts préparent le deuxième sommet de l’UPM L’Expression(03/10/2010)

Alors que le sommet des chefs d’états et de gouvernements de l’Union pour la Méditerranée devrait se tenir, si tout va bien, au mois de novembre, des experts de l’Institut de prospective économique du monde méditerranéen (Ipemed), qui ne veulent pas que l’Europe et le Maghreb continuent de voir leur poids diminuer sur la scène internationale face à des géants américains ou asiatiques, agitent des idées avec comme seule ambition de participer à lever les obstacles à la construction de la région. Ces propositions portent sur une meilleure intégration de l’espace financier, la sécurité alimentaire et la libre circulation des personnes en Méditerranée.

Faut-il négocier avec Al Qaïda? Réalités (04/10/2010)

Face aux enlèvements d’occidentaux dans la région du Sahel et du sud Maghreb, Zyed Kirchen questionne les deux options possibles qui s’offrent aux gouvernements occidentaux face à Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI). La force, avec la mort récente d’un otage, a prouvé ses limites tandis que le payement des rançons ne fait que renforcer ces groupes et donc le cercle vicieux de la violence. Il note cependant que le jihadisme dans cette région est marginal comparé à l’Irak ou l’Afghanistan. L’auteur questionne enfin le prosélytisme des « richards » du golfe qui finance des écoles coraniques wahhabistes dans le Sahel et le sud Maghreb au lieu de dépenser leur argent au développement économique de la région.

Ouverture des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne : 5 ans déjà… OVIPOT (04/10/2010)

Quel bilan peut-on tirer des cinq premières années de négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE? 13 chapitres sur 35 ont été ouverts et un seul seulement (science et recherche) à été refermé. La lenteur des négociations est due bien entendu aux réticences d’ordre politiques et culturelles de certains états membres et des opinions publiques de voir un pays de 76 millions d’habitants à grande majorité musulmans intégré l’Union alors que l’économie turque affiche le 17ème PIB mondial et une croissance à deux chiffres. De plus le nouveau statut de puissance régional fait dire à certain analyste que l’adhésion à l’UE n’est peut-être plus la priorité du gouvernement, ce qu’a contredit le négociateur en chef avec l’UE, Egemen Baðýþ qui a répété que « le but ultime est l’adhésion pleine et entière ».

Al Qaida accusé d’attaquer des cibles occidentals au Yemen (Al-Qa’ida blamed as western targets hit in YemenThe Independant (07/10/2010)

Des militants présumés d’Al-Qaïda ont attaqué deux cibles occidentales au Yémen, hier, tirant une roquette à la voiture d’un diplomate britannique et tuant un Français dans une installation de gaz et de pétrole. Les deux attaques font suite au renforcement de la sécurité dans la capitale du pays dont les conflits avec une résurgence d’Al-Qaida, les sécessionnistes dans le sud et les rebelles chiites dans le nord ont soulevé des craintes de l’Occident et du Golfe arabe que le pays est sur le point de devenir un État défaillant. Ces craintes sont accentuées après que bras armé d’Al-Qaida au Yémen ait revendiqué la tentative d’attentat sur un avion de ligne aux États-Unis. Les nombreux jeunes chômeurs qui composent la population sont considérés comme des recrues potentielles pour les combattants islamistes.

Le serment de loyauté de Liebermann n’est pas contraire à la Constitution, il est imprudent (Liebermann’s loyalty oath is not unconstitutional; it is unwise)Haaretz (10.08.2010)

La modification proposée à la loi sur la citoyenneté n’a pas vraiment ajouter quelque chose à la demande existante qu’une personne qui cherche à être naturalisé soit «un citoyen loyal de l’Etat d’Israël. » La proposition ne met pas l’accent sur l’obligation de l’État à assurer la pleine égalité entre tous ses citoyens. Elle est donc problématique, car elle peut être perçue comme une discrimination ouverte ou tacite envers les non-Juifs. En effet, le projet de loi n’exigerait un serment d’allégeance que de ceux qui veulent devenir citoyens, non ceux qui le sont déjà. En outre, la discrimination peut être invoquée si le projet de loi exonère de prêter serment les juifs qui deviennent citoyens à travers la loi du retour.