14/01/2011

10 au 14 janvier 2011

– La jeunesse se soulève
10/01/2011 – La Libre

Cet article analyse dans le détail les soulèvements populaires et leurs raisons d’être en Tunisie et en Algérie. Le chômage, absence d’emploi et de perspective d’avenir mais aussi le mépris du régime tunisien pour sa population a alimenté l’indignation des Tunisiens alors qu’en Algérie, c’est la hausse brutale des prix des denrées de première nécessité qui a été à l’origine des troubles. Ce sont surtout les jeunes diplômés chômeurs qui ont été le moteur de la mobilisation dans les deux pays. Mais dans le cas de la Tunisie, où les libertés fondamentales sont le plus cyniquement bafoués, le mouvement s’est propagé à d’autres couches de la société, elles aussi étouffées par le régime. Dans les deux pays, le pouvoir et la richesse nationale sont en outre confisqués par un cercle restreint proche du régime, sans investissement dans l’avenir du pays et de sa population.

– Le Liban confronté à une nouvelle crise politique
13/01/2011 – RFI

Après la démission massive des 11 ministres Hezbollah ou alliés, la coalition gouvernementale s’est effondrée suite au refus de Saad Hariri de désavouer le Tribunal spécial pour le Liban avant la publication de l’acte d’accusation. L’Arabie saoudite et la Syrie avaient pourtant conduit une médiation pour amener à un accord inter-libanais et éviter que le pays ne sombre à nouveau dans une crise politique mais Washington y aurait fait obstacle, selon la presse libanaise. L’issue de cette nouvelle crise et la formation d’un nouveau gouvernement est d’autant plus incertaine que la majorité au Parlement a été destructurée par le ralliement récent du leader druze, Walid Joumblatt au camp pro-syrien.

Les diplomates européens disent que Jérusalem-Est doit être traitée comme la capitale palestinienne (EU diplomats say East Jerusalem should be treated as Palestinian capital)
10/01/2011 – Haaretz

Un rapport établi par les chefs des missions diplomatiques européennes à Jérusalem et à Ramallah estime que Jérusalem-Est devrait être traité comme la capitale de l’Etat palestinien et recommande d’encourager un boycott des produits israéliens de Jérusalem-Est. Le rapport, achevé le mois dernier, a été envoyé aux principaux corps de l’UE de la politique étrangère, le Comité politique et de sécurité à Bruxelles mais n’a pas été publié directement vu le caractère sensible de son contenu. Les recommandations faites dans le rapport sont sans précédent et constituent les bases de sanctions à l’égard de l’Etat d’Israël.

– Les politiques font l’impasse sur les reproches et appelent à une résolution interne (Politicians pass blame, call for domestic solution)
13/01/2011 – Daily Star

Les politiciens libanais semblent d’accord sur la nécessité du dialogue interlibanais pour venir à bout de la crise politique déclenchée par la démission des ministres Hezbollah. Les politiciens de tous bords ont exhorté à ce qu’aucun groupe ne fasse appel à la rue pour soutenir ses revendications et l’opposition a affirmé que ce n’était pas dans ses intentions.

– Tunisie : les gages de Ben Ali, symboles d’un « régime aux abois »
12/01/2011 – Le Monde

Pour trouver une sortie de crise aux révoltes populaires, le régime tunisien a annoncé le limogeage du ministre de l’intérieur, Rafik Haj Kacem, et la libération de toutes les personnes emprisonnées depuis le début du mouvement. Le quotidien livre une analyse des motivations des gages donnés par le président Ben Ali. Le balbutiement de celui-ci entre des formes de répression brutale et des gestes d’apaisement caractérisés par des mesures de relance et l’appel au dialogue national, est symptomatique de la faiblesse du pouvoir et de sa volonté de reprendre le contrôle. Mais tout le monde se rend bien compte qu’il s’agit d’un discours de diversion et la mobilisation ne faiblit pas. Les gages donnés par Ben Ali semblent davantage destinés à apaiser les soutiens étrangers et à répondre aux pressions américaines.
Concernant l’éventualité de l’effondrement du régime, il est évident que celui-ci n’est pas fini en tant que système, mais il n’a plus de soutiens. Sa légitimité populaire et auprès des élites tunisiennes est désormais réduite à zéro et c’est l’ère post-Ben Ali qui se prépare actuellement.

Les tirs de roquettes en Israël vont cesser, dit le Hamas
12/01/2011 – L’Express

Les dirigeants de groupes armés palestiniens de la bande de Gaza ont déclaré mercredi au Hamas qu’ils allaient mettre fin aux tirs de roquettes en direction d’Israël pour ne pas provoquer une nouvelle offensive de Tsahal, se conformant ainsi aux engagements pris il y a deux ans de faire cesser les tirs de roquettes ou d’obus de mortier contre Israël.

– Les Tunisiens prudents sur les concessions (Tunisians cautious on concessions)
14/01/2011 – Al Jazeera

Après un discours historique du président Ben Ali, ce jeudi 13 janvier 2011, promettant de baisser le prix des denrées de première nécessité, d’ouvrir le pays aux libertés politiques et de mettre fin à la censure des médias et d’internet, les Tunisiens ont manifesté leur joie face à la première victoire de leur lutte mais restent néanmoins prudents. Après 23 années d’un contrôle total et d’une répression qui ont atteint leur paroxysme durant les évènements récents, beaucoup sont sceptiques sur la sincérité du discours et le perçoivent comme de la poudre jetée aux yeux des plus naïfs pour préparer une phase de répression mieux organisée