28/01/2011

24 au 28 janvier 2011

– Le patron de l’UPM démissionne
26/01/2011 – RFI

Le secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée, le Jordanien Ahmad Massa’deh, a présenté sa démission mercredi 26 janvier.Officieusement, on laisse entendre que Ahmad Massa’deh aurait eu une vision plus politique que technique de l’UPM et que les blocages permanents l’empêchaient de réaliser ces ambitions.

– Manifestations au Yémen : des milliers de personnes appellent le président à démissionner (Yemen protests: Thousands call on president to leave)
27/01/2011 – BBC News

Des membres de l’opposition yéménite et de jeunes militants ont organisé des manifestations anti-gouvernementales, appelant à des réformes économiques et à la fin de la corruption, dans plusieurs lieux de la capitale, Sanaa. Ces révoltes sont inspirées par la révolution tunisienne qui a mis fin au règne de Ben Ali. Le président yéménite Ali Abdullah Saleh, allié de l’Occident dans sa lutte contre le terrorisme, est au pouvoir depuis 1978.

– Le candidat du Hezbollah Najib Mikati a été désigné Premier ministre
26/01/2011 – France 24

Najib Mikati, le candidat soutenu par le Hezbollah, a été désigné Premier ministre par le président libanais Michel Sleimane.Il est chargé de former un nouveau gouvernement.Le camp du 14 mars, dont son prédécesseur Saad Hariri fait partie, manifeste leur colère et dénonce un « coup d’état » du Hezbollah. Avec désormais la majorité au Parlement, le Hezbollah contrôle le gouvernement et a les cartes en main pour faire cesser toute coopération du Liban avec le Tribunal Spécial pour le Liban.

– Les réseaux sociaux étouffés, la révolte égyptienne continue dans la rue
26/01/2011 – Jeune Afrique

Des manifestations anti-gouvernementales en partie inspirées par le tumulte en Tunisie ont lieu en Egypte provoquant des affrontements violents avec la police dans plusieurs villes, y compris Le Caire et Suez. Les manifestants appelent au départ du président Moubarak.Le gouvernement égyptien a déclaré illégales les manifestations et procèdent à de nombreuses arrestations. Twitter et Facebook, par lesquels transitaient les appels au rassemblement, ont été bloqués dans le pays.Mais le blocage des réseaux sociaux n’a pas atteint ses objectifs puisque sur Twitter, les informations continuent tout de même d’affluer.

– Le Maroc est-il vraiment si différent de la Tunisie?
24/01/2011 – L’Expansion

La possibilité d’une contagion de la révolution tunisienne fait les gros titres de la presse ces derniers jours. Le Maroc semble épargné par ces risques. Pourtant, la situation du pays présente bien des similitudes avec ses voisins. L’article met en évidence une économie touchée par la crise et de graves inégalités, un taux de pauvreté conséquent, un taux d’alphabétisation encore faible, une corruption envahissante et une presse qui, bien que plus libre que dans le reste du Maghreb, ne peut s’exprimer sur certains sujets. Le Maroc cherche à se prémunir d’une contagion par différentes actions, comme la constitution d’un stock de céréales pour bloquer la hausse des prix.