25/02/2011

21 au 25 février 2011

Un mécontentement qui ne date pas d’hier 23/2/2011 – The National (dans le Courrier International)

Les problèmes structurels du Yémen sont selon James Spencer autrement plus criant que l’insurrection des Houthis du nord, la rébellion du Mouvement du Sud ou les opérations meurtrières d’al Qaida dans la péninsule arabique : une croissance démographique en hausse, une population majoritairement jeune et sous-employée, une diminution rapide des ressources. Le problème de la culture du qat illustre bien la situation complexe dans laquelle se trouve le pays.

– Les liens de l’Europe avec la Libye mis en question (Europe’s Ties With Libya Questioned) 22/2/2011 – Wall Street Journal

La réponse de l’UE et de ses Etats membres à ce qui se passe en Libye est venue, mais demeure critiquée pour son retard. Le WSJ pose la question des raisons de ce retard, et donc des intérêts de l’Europe en Libye. L’Europe n’a pas hésité à se mouiller jusqu’au cou avec Kadhafi ces dernières années. En ligne de mire se trouve l’Italie qui non seulement est totalement dépendante de la Libye pour son approvisionnement en pétrole mais qui profite largement des pétrodollars libyens. L’Angleterre a quant à elle récemment relâché le présumé coupable des attentats de Lockerbie en échange d’un juteux contrat pour BP.

– Les Jordaniens demandent du changement (Jordanians demand change)  21/2/2011 – Al Jazeera (opinion)

S’ils ne demandent pas de changement de régime, les Jordaniens ne demandent pas moins des réformes en profondeur. Visé en premier lieu, le pouvoir exécutif trop étendu du Roi. Pour l’instant, le roi Abdallah a semblé vouloir répondre aux aspirations du peuple en laissant se produire les manifestations, et en démettant l’ancien gouvernement de ses fonctions. Mais les Jordaniens ne se satisferont pas de ce genre de réformes cosmétiques. Le traité de paix avec Israël fait partie des politiques remises en cause par la population.

– Netanyahou devrait voir le veto des Etats-Unis aux NU comme un avertissement (Netanyahu should view U.S. veto at the UN as a warning) 21/2/2011 –Haaretz

Les Etats-Unis ont finalement imposé leur veto à la proposition de résolution proposée par l’Autorité Palestinienne visant à rendre la colonisation illégale, et cela malgré le fait que les 14 autres membres du Conseil de Sécurité aient voté en sa faveur. L’éditorial de Haaretz relève qu’un tel vote montre l’isolement du gouvernement de Netanyahou, et embarrasse les Etats-Unis révélant ses deux faces. Netanyahou ferait bien de tenir compte de l’avertissement que constitue cette résolution et d’imposer un nouveau moratoire sur la colonisation s’il ne veut pas se retrouver totalement en port- à-faux par rapport aux mouvements démocratiques actuels dans le monde arabe.