11/02/2011

Ma’salama Hosni!

18heures (heure égyptienne) : Breaking news, Moubarak a donné autorité au Conseil Suprême des Forces Armées pour gérer les affaires du pays. Explosion de joie !

Cette victoire du peuple égyptien est belle parce qu’elle est synonyme d’espoir, non seulement pour les autres pays arabes, mais aussi pour tous les autres peuples qui vivent sous l’oppression. Un dictateur peut en effet se retrouver sans ressources si son peuple décide de lui ôter sa légitimité. Merci au peuple égyptien pour cette leçon de courage et de persévérance !Mais même si la soirée sera à la fête, la lutte n’est pas finie. Tout comme en Tunisie, le président n’est que la partie émergée de l’iceberg. Le peuple égyptien devra rester vigilant pour veiller à ce que l’ensemble de l’appareil d’Etat soit réformé en profondeur. La vigilance sera également de mise face à une armée qui sort renforcée de cette crise de dix-huit jours.

Le défi démocratique auquel l’Egypte fait aujourd’hui face n’est pas des moindres. Les occupants de la place Tahrir n’étaient pas un groupe homogène, mais une multitude de sensibilités qui tendaient – et tendent encore- vers un même but. La jeunesse égyptienne a par exemple réveillé l’Egypte, mais aucun des vieux partis traditionnels ne la représente. La traduction de ses revendications en propositions politiques positives demandera donc un effort soutenu. Mais ces derniers dix-huit jours nous ont montré qu’en matière d’efforts et de courage, le peuple égyptien n’était pas en reste.

Nathalie Janne d’Othée