11/03/2011

7 au 11 mars 2011

– Le Koweit confronté à une importante manifestation anti-gouvernementale 09/03/2011 – RFI

L’émirat de Koweït a vécu le 8 mars une importante manifestation de mécontentement politique. Devant un bâtiment gouvernemental, sur une place de la capitale, baptisée pour la circonstance « Place du changement », un millier de Koweïtiens se sont rassemblés pour réclamer le départ du Premier ministre, accusé d’incompétence, et des réformes politiques.

– Après les manifs, Mohammed VI promet des réformes au Maroc 10/03/2011 –Rue 89

Le roi Mohammed VI a annoncé le 09 mars 2011 une réforme constitutionnelle allant en particulier vers un renforcement du statut du premier ministre et l' »élargissement des libertés individuelles ». Le premier ministre sera nommé, selon la prochaine constitution, au sein du « parti politique arrivé en tête des élections » et non plus désigné par le souverain, selon le discours du roi, le premier prononcé depuis les manifestations du 20 février pour réclamer des « réformes politiques profondes ».

– Tunisie: troisième gouvernement provisoire pour gérer la transition07/03/2011 – L’Express

Exit les derniers ministres hérités du président déchu Ben Ali: le Premier ministre tunisien par intérim, Béji Caïd Essebsi, a formé lundi un gouvernement composé de technocrates dont la mission première est la sécurité et l’économie. Les nouvelles autorités ont immédiatement donné un autre signal fort en annonçant la dissolution de la redoutée Direction de la sécurité du territoire (DST) et de la police politique qui a fait régner la terreur durant les 23 ans de pouvoir de Zine El Abidine Ben Ali.

– Libye: les Occidentaux à la recherche d’une position commune 10/03/2011 –RTBF

Les négociations diplomatiques, visant à mettre en place une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye, sont complexes. Deux réunions importantes sont prévues, ce jeudi, à Bruxelles, au sein de l’Union Européenne et de l’Otan, pour tenter de trouver une position commune sur la Libye.

– La révolte gronde aussi en Arabie saoudite 09/03/2011 – slate

Les germes de la révolte sont bien présents en Arabie Saoudite. Près des 40 % des Saoudiens de 20 à 24 ans sont sans emploi. Une succession de scandales a révélé le degré de corruption et de népotisme des institutions étatiques. Mais si à l’époque où les Saoudiens étaient pauvres et à la traîne en matière d’éducation, d’aspirations et d’infrastructures, le pétrole guérissait toutes les plaies sociales,  aujourd’hui, les Saoudiens ont d’autres aspirations. Ils sont jeunes, instruits, connectés et savent s’exprimer. Surtout, ils sont au fait des revendications sociales et politiques qui secouent les régimes autoritaires du monde arabe. De plus, les tentatives d’apaisement semblent ne plus suffire. La population veut être représentée dans la vie politique et compter dans la vie économique. Un parlement élu est demandé à l’unanimité. Ces aspirations sont d’autant plus importantes à suivre que c’est quand l’Arabie saoudite se soulèvera que le monde arabe et ses relations avec l’Occident en seront bouleversés à jamais.