–          Springtime in Sinai – The Economist, 27/08/2011

Following the August 18 bombings around the Egyptian border, the Israeli government is about to allow a redeployment of troops in the Sinai. Until now the Camp David agreement had ruled out any Egyptian military presence in the peninsula. But the growing insecurity in the Sinai since the departure of Mubarak, Israel now consents to a redeployment of Egyptian forces, despite the risk of an imminent change of regime in Cairo.

–          Mauritania: postponement of parliamentary and local elections on an unknown date (Mauritanie : report des élections parlementaires et locales à une date inconnue) – Jeune Afrique, 26/08/2011

Following a request coming from the opposition, the Mauritanian Interior Ministry announced the postponement of elections for the Senate, legislative and municipal due to be held on September 25 and October 16 in the country. The situation in Mauritania is tense since the election, declared fraudulent by the opposition, of President Mohammed Ould Abdel Laziz. The opposition demanded discussions leading to elections in order to restore trust between political partners.

–          Alger puts its condition to recognize the NTC: The rebels must commit against Al Qaeda (Alger pose sa condition pour reconnaitre le CNT : Les rebelles doivent s’engager contre Al Qaïda ) –  Dernières nouvelles d’Algérie, 25/08/2011

The fact that Algiers has raised its conditions to recognize the NTC, does not bode well for relations between the two countries. The relations between the Algerian government and the NTC are cold since the beginning of the Libyan insurgency, Libyan rebels accusing the Algerian regime to provide Qaddafi’s army with weapons of and to adopt a conciliatory diplomatic attitude towards the Libyan former leader.

–          Israel’s exclusive Revolution – Alternet, 24/08/2011

The protest in Israel for more social justice is decrypted by Joseph Dana and Max Blumenthal in terms of its relations with the Palestinian issue. The protesters refuse to link their struggle for social justice to that of the occupation which they believe is exclusively a safety issue. Moreover the « movement of July 14 » has approved the participation of settlers from of Ariel. The tent demonstrations would be more of a movement to mark the revival of the Zionist left.

–          UN Tribunal: A Prosecutor’s « Tunnel Vision » – Al Akhbar English, 24/08/2011

Omar Nashabe analyzes the news of the Special Tribunal for Lebanon (STL) where the indictment was made public on August 17th. By analyzing how the charge is written, it may be suggested that it is politically motivated, and therefore lacking of impartiality. Dealing with the Hezbollah terrorist organization, the attorney for the STL, Daniel Bellemare, has exceeded the international interpretations on the subject. Therefore, it is likely for the trial to lead to an indictment of the Secretary General of Hezbollah, Hassan Nasrallah, as head of the organization.

 

–          Printemps dans le Sinaï (Springtime in Sinai) – The Economist, 27/08/2011

Suite aux attentats commis le 18 août aux alentours de la frontière égyptienne, le gouvernement israélien est sur le point d’autoriser un redéploiement de troupes dans le Sinaï. Or les accords de Camp David avaient exclu toute présence militaire égyptienne dans la péninsule. Mais l’insécurité grandissante dans le Sinaï depuis le départ de Moubarak oblige Israël désormais à consentir à un redéploiement égyptien, malgré le risque d’un changement de régime imminent au Caire.

–          Mauritanie : report des élections parlementaires et locales à une date inconnue – Jeune Afrique, 26/08/2011

Suite à une demande de l’opposition, le ministère de l’Intérieur mauritanien a annoncé le report des élections sénatoriales, législatives et municipales qui devaient se tenir le 25 septembre et 16 octobre dans le pays. Le pays est sous tension depuis l’élection, déclarée frauduleuse par l’opposition, du Président Mohammed Ould Abd el Laziz. L’opposition réclamait des discussions préalables aux élections afin de rétablir la confiance entre les partenaires politiques.

–          Alger pose sa condition pour reconnaitre le CNT : Les rebelles doivent s’engager contre Al Qaïda –  Dernières Nouvelles d’Algérie, 25/08/2011

Alger a posé ses conditions pour reconnaître le CNT, ne laissant rien augurer de bon pour les relations entre les deux pays. Les relations entre le gouvernement algérien et le CNT sont froides depuis le début de l’insurrection libyenne, les rebelles libyens accusant le régime d’Alger de fournir en armes l’armée de Kadhafi ainsi que d’adopter une attitude diplomatique conciliante envers le despote libyen.

–          La révolution exclusive d’Israël (Israel’s exclusive Revolution) – Alternet, 24/08/2011

Le mouvement de protestation israélien pour davantage de justice sociale est décrypté par Joseph Dana et Max Blumenthal au regard de ses relations avec la question palestinienne. Les manifestants refusent de lier leur lutte pour la justice sociale à celle de l’occupation qu’ils estiment être uniquement une question de sécurité. Ainsi le « mouvement du 14 juillet » a approuvé la participation de participants venus de la colonie d’Ariel. La manifestation des tentes serait donc davantage un mouvement marquant le renouveau de la gauche sioniste.

–          Tribunal des NU : la « vision en tunnel » du procureur  (UN Tribunal: A Prosecutor’s “Tunnel Vision”) – Al Akhbar english, 24/08/2011

Omar Nashabe analyse l’actualité du Tribunal Spécial sur le Liban (TSL) dont la mise en accusation a été rendue publique le 17 août. Selon l’analyse, la manière dont l’accusation est écrite peut laisser croire qu’elle est politiquement motivée, et donc manquer d’impartialité. Traitant le Hezbollah d’organisation terroriste, le procureur du TSL, Daniel Bellemare, a outrepassé les interprétations internationales sur le sujet. Par conséquent, il est plus que probable que le procès mène une inculpation du Secrétaire Général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, en tant que responsable de l’organisation.

 

The storm continues to blow for Arab dictators. After the fall of Ben Ali and Mubarak, Muammar Gaddafi, the « Brother Leader » is no longer the master of Tripoli. Although he is still at large, he keeps still some capacity for harm in the conflict that has already killed more than 20,000. After a reign of 42 years marked by inconsistency and folly, a new era for the Libyan people arises. While the Europeans are already positioning themselves for the country’s reconstruction and exploitation of hydrocarbons, one may question the possibility that one day Libya becomes a democracy.

The National Transitional Council (CNT), now located in Tripoli, has been recognized to date by almost 60 countries as the legitimate government of Libya, including Chad and Burkina Faso  – countries believed to have provided mercenaries Gaddafi at the start of the rebellion – and the African Union is preparing to do so today.

We know little of the CNT. Its leader, Mustafa Abdeljalil, was a judge who used to make decisions that run counter to the opinion of the regime. As President of the Court of Appeal in Tripoli, he confirmed twice the death sentence of the Bulgarian nurses. In 2007, Abdeljalil was appointed Minister of Justice. In August 2010, a representative of Human Rights Watch praised the fact that Abdeljalil has « very well taken a stand » against arbitrary arrest and prolonged detention without trial.

While the head of the CNT seems honest, it was reported by the newspaper Libération that Abdelhakim Belhaj, one of the rebel commanders, now Military Governor of Tripoli, is a jihadist close to al Qaeda well known by U.S. intelligence. It is difficult today to know whether the CNT has good intentions, as Abdeljalil wrote the French newspaper Le Monde in April 2011:

« We set up local committees, and a National Transitional Council, to conduct our struggle to an end for ever, give rise to a democracy first and to administer our devastated country until the day when all women and all people of Libya could,  free of Gaddafi and his family, finally speak openly through transparent and free elections. « 

However, will these promises turn into action? Libya has no experience of democracy, no independent press, no well-established institutions – everything was decided by Gaddafi – no civil society and a tradition of tribalism. The road to democracy will be long and difficult.

On the European side, the race for reconstruction contracts has already begun, as planned. Military or financial aid, Europeans and Americans do not count desert Libyan territory and seek to position themselves strategically in order to obtain the favor of the « Libya of tomorrow. »

Before the fall of the « Guide of the Revolution of the Libyan Arab Jamahiriya », Libya produced 1.6 million barrels of oil per day (2% of world production) and its reserves are estimated at 43 billion barrels. The country was the 17th largest oil producer in the world and third in Africa. Oil accounted for 95% of exports, 85% were destined for Europe.

Abdeljalil Moustapha, has previously promised to reward, for the reconstruction of the country, states that have helped Libya « based on the support » they have given the insurgents. The French and British companies seem to be in the best position. Italy, which was more reluctant to participate in the NATO coalition, risks losing the dominance it had before the outbreak of the rebellion.

Geoffroy d’Aspremont

 

La tempête continue de souffler pour les dictateurs arabes. Après les chutes de Ben Ali et Moubarak, Mouammar Kadhafi, le « frère guide » n’est plus le maître de Tripoli. Bien que ce dernier soit toujours en fuite, il garde cependant toujours une certaine capacité de nuisance dans ce conflit qui aurait déjà fait plus de 20000 morts. Après 42 ans de règne sans partage marqué par l’inconsistance et la folie, une nouvelle ère s’ouvre désormais pour le peuple libyen. Alors que les européens se positionnent déjà en vue de la reconstruction du pays et de l’exploitation des hydrocarbures, On peut se questionner sur la possibilité de voir un jour une Libye démocratique.

Le Conseil National de Transition (CNT), installé désormais à Tripoli, a été reconnu à ce jour par près de 60 pays comme le gouvernement légitime de la Libye, dont le Tchad et le Burkina Faso –  pays soupçonnés d’avoir fourni des mercenaires à Kadhafi dès le début de la rébellion. L’Union Africaine s’apprête à le faire aujourd’hui.

On sait peu de choses du CNT. Son chef, Moustapha Abdeljalil, a été un juge qui avait pour habitude de rendre des jugements allant à l’encontre de l’avis émis par le régime. En tant que président de la cour d’appel de Tripoli, il a confirmé par deux fois la peine de mort des infirmières bulgares. En 2007, Abdeljalil est nommé ministre de la justice. En août 2010, une représentante de Human Rights Watch loue le fait qu’Abdeljalil ait « très bien pris position » contre les arrestations arbitraires et les détentions prolongées sans procès.  On peut espérer qu’il ne soit donc pas un simple opportuniste.

Alors que le chef du CNT semble donc intègre, on apprenait par le journal Libération que Abdelhakim Belhaj, l’un des chefs militaires rebelles, aujourd’hui gouverneur militaire de Tripoli, serait un djihadiste proche d’Al Qaîda bien connu des services secrets américains. Il est donc difficile aujourd’hui de savoir si le CNT a des intentions louables, comme Abdeljalil  l’écrivait au journal français Le Monde en avril 2011:

« Nous avons constitué des comités locaux, puis un Conseil national de transition, pour conduire à son terme notre lutte sans retour, faire naître une première démocratie et administrer notre pays exsangue en attendant le jour où toutes les femmes et tous les hommes de Libye pourraient, débarrassés de Kadhafi et de sa famille, s’exprimer enfin au grand jour à travers des élections générales, transparentes et libres. »

Mais Ces promesses se transformeront elles en actes ? La Libye n’a aucune expérience de la démocratie, pas de presse indépendante, pas d’institutions bien établies – tout était dirigé par le clan de  Kadhafi –  pas de société civile et une longue tradition de tribalisme. Le chemin sera donc long et semé d’embûches.

Du côté Européen, la course aux contrats de reconstructions a, comme prévu, déjà commencé. Aide militaire ou financière, les européens et les américains ne comptent pas déserter le territoire libyen, et cherchent à se positionner de façon stratégique en vue d’obtenir les faveurs de la « Libye de demain ».

Avant la chute du « guide de la Révolution de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste », la Libye produisait 1,6 million de barils de pétrole par jour (2% de la production mondiale) et ses réserves sont estimées à 43 milliard de barils. Le pays était le 17e producteur de pétrole dans le monde et troisième en Afrique. Le pétrole représentait plus de 95% des exportations du pays, dont 85% à destination de l’Europe.

Moustapha Abdeljalil, a déjà auparavant promis de récompenser, lors de la reconstruction du pays, les États ayant aidé la Libye « en fonction du soutien » qu’ils ont apporté aux insurgés. Les entreprises pétrolières françaises et britanniques semblent donc les mieux placées. L’Italie, quant à elle, qui s’est montrée plus rétissante à participer à la coalition de l’OTAN, risque de perdre la place prédominante qu’elle avait avant le déclenchement de la rébellion.

Geoffroy d’Aspremont

 

Europeans and Americans all called on Syrian President to resign last night. On the web a campaign has also being launched this Friday afternoon to ask Bashar al Assad to leave his post (# TellBashar2Go). On Friday, the protests have flared up. And unfortunately, it is the same as for the repression by the regime, which has not much left to lose. Will we assist the departure of Assad this weekend? The wind seems in any case to have finally turned for the Syrian regime in place. Let’s take a glance at the future prospects for Syria.

Le Nouvel Observateur presented this week the main opposition figures. They are numerous, but seem hardly being able to constitute a united force. Between the exiles and the opponents of the interior, the secular and the religious, those who agreed to participate in the opposition rally at the Hotel Semiramis in June and the others …

Is it the lack of unity of the opposition that prevented the Western governments to adopt a clear discourse vis-à-vis the Syrian president till yesterday? This factor has probably played a role, but the official reason is that the great powers were waiting for the regime to launch a reform program. And this program did not yet see the daylight. The international community has lost patience … but nevertheless ruled out any military intervention to protect Syrian civilians. How to avoid the comparison with the case of Libya, where at the same stage, this same international community decided to send the tanks to defend the Libyan civilian?

But it is not just the major powers who question the future of Syria. Carole Alfarah, a young Syrian photographer interviewed for Le Monde a few Damascenes citizens on their vision for the future of the country. Opinions are divided on the topic. Many people envision a reformed Syria, freer, more democratic, but still under the authority of Bashar al Assad. But is it not once again the uncertain future that push some to stick to the status quo?

The future may be full of uncertainties, but as emphasized by the opposition figure Suhair Atassi, there is no possible turning back. Many Syrians have paid with their lives, their desire for change. Giving up so close, as underlined by the young woman, would betray all those martyrs of freedom. Beyond denial of the status quo, it is therefore now necessary to lay the foundations of the new Syria.

 

Nathalie Janne d’Othée

 

Les Européens et les Américains ont tous appelés le Président syrien à démissionner hier soir. La toile aussi se déchaine, une campagne étant lancée pour demander à Bashar al Assad de quitter son poste (#TellBashar2Go). En ce vendredi, les manifestations ont repris de plus belle. Et malheureusement, il en est de même pour la répression du régime, qui acculé n’a plus grand-chose à perdre. Assistera-t-on au départ d’Assad ce weekend ? Le vent semble en tous cas avoir définitivement tourné pour le régime syrien en place. Jetons un coup d’œil sur les perspectives futures pour la Syrie.

Le Nouvel Observateur présentait cette semaine les principales figures de l’opposition. Elles sont nombreuses, mais semblent difficilement pouvoir constituer une force unie. Entre les exilés et les opposants de l’intérieur, les laïques et les religieux, ceux qui ont accepté de participer au rassemblement de l’opposition à l’hôtel Sémiramis en juin  et les autres, …

Est-ce le manque d’unité de l’opposition qui aurait empêché les chancelleries occidentales d’adopter un discours clair vis-à-vis du Président syrien jusqu’ici? Ce facteur a sans doute joué une rôle, mais la raison officielle est que les grandes puissances attendaient que le régime mette en place un programme de réformes. Un programme qui, semble-t-il, peine à voir le jour. La communauté internationale a donc perdu patience… mais a néanmoins exclu toute intervention militaire pour protéger les civils syriens. Comment éviter la comparaison avec le cas libyen où au même stade, cette même communauté internationale décidait d’envoyer ces chars pour défendre les civils libyens ?

Mais il n’y a pas que les grandes puissances qui s’interrogent sur l’avenir de la Syrie. Carole Alfarah, jeune photographe syrienne a interrogé pour le Monde des citoyens Damascènes sur leur vision de l’avenir du pays. Les avis sont partagés sur le sujet. Nombreux sont ceux qui imaginent une Syrie réformée, plus libre, plus démocratique, mais encore sous l’autorité de Bashar al Assad. Mais n’est-ce pas une fois encore l’avenir incertain qui pousse certains à se raccrocher au statu quo ?

L’avenir est peut-être plein d’incertitudes, mais comme le souligne la figure de l’opposition Suhair Atassi, il n’y a plus vraiment de retour en arrière possible. Un grand nombre de Syriens ont payé de leurs vies leur désir de changement. Abandonner si près du but serait, selon la jeune femme, trahir tous ces martyrs de la liberté. Au-delà d’un refus du statu quo, il est donc aujourd’hui nécessaire de jeter les bases de la nouvelle Syrie.

 

Nathalie Janne d’Othée

 

–          One man’s stand against an Israel Settlement – The Independent, 18/08/2011

Mr Ayid inherited 25 dunams (6.25 acres) from his father, but seven years ago a platoon of Israeli soldiers and paramilitary border police arrived, sealing off 1.5 acres of his property that lay within the expanded municipal boundary of Jerusalem. He watched in frustration as bulldozers tore apart the agricultural terraces where he grew wheat and laid the foundations for two large residential blocks. The land was expropriated by an Israeli government order.

–          The noose is tightening around Tripoli where the CNT fears the massacre (L’Etau se resserre autour de Tripoli où le CNT craint le massacre) – Jeune Afrique, 18/08/2011

With its recent military successes, the Libyan rebellion strives to increase the fronts around Tripoli to cut its supplies. Everywhere, the rebellion grew, as shown in taaking the strategic refinery of Zawiyah. The President of the CNT Mustafa Abdeljalil, interviewed by the pan-Arab daily Asharq al-Awsat, said he feared the looming battle in Tripoli will be « a real slaughter in view of the behavior of Gaddafi. »

–          The End of Misinformation – Dar Al Hayat, 18/08/2011

Finally, the Lebanese, and with them the Arabs and the world, can say that the truth about the assassination of Rafic Hariri has become quite clear, with its features accurately defined, and that they can, after the trial – in absentia until further notice – of the accused begins, be certain that what they and their country have been through, since the attempted assassination of Marwan Hamadeh in October 2004, reaching its peak in February 2005, and until today, are only links in a long series whose “protagonists” are well known, their goals having been exposed.

–          It was a directed investigation that has discredited international Justice (C’était une enquête orientée qui a discrédité la justice international) – Al Watan, 19/08/2011

The Special Tribunal of the United Nations for Lebanon (STL) on Wednesday released the full indictment against members of Hezbollah in the attack that killed former Lebanese President Rafik Hariri in 2005. In an interview with El Watan, a former journalist with Radio France and writer Richard Labeviere traces the events that marred the investigation which was, in his view, directed.

–          Terror attacks have damaged Israel’s Peace with Egypt – Haaretz, 19/08/2011

Peace with Egypt, a central pillar of Israel’s security for three decades, was badly hurt Thursday. An active war between Israel and Egypt has not broken out yet, but there is hostility, and unhindered acts are taking place from Egypt’s sovereign territory. Prime Minister Benjamin Netanyahu’s belligerent threats to punish those who attack Israel do not deter the terror organizations.

 

–          Un homme debout contre une implantation israélienne (One man’s stand against an Israel Settlement) – The Independent, 18/08/2011

M. Ayid avait hérité de 25 dunums (6,25 hectares) de son père, mais il ya sept ans, un peloton de soldats israéliens et la police des frontières sont arrivés, isolant 1,5 hectares de sa propriété qui se trouvait dans les limites municipales de Jérusalem élargi. Il a regardé dans la frustration les bulldozers déchirer les terrasses agricoles où poussait du blé et poser les fondations de deux grands blocs d’habitation. La terre a été expropriée par une ordonnance du gouvernement israélien.

–          L’Etau se resserre autour de Tripoli où le CNT craint le massacre – Jeune Afrique, 18/08/2011

Forte de ses derniers succès militaires, la rébellion libyenne s’évertue à multiplier les fronts autour de Tripoli pour la couper de ses approvisionnements. Partout, la rébellion progresse, comme le montre la prise de la raffinerie stratégique de Zawiyah.
Le président du CNT Moustapha Abdeljalil interrogé par le quotidien panarabe Asharq al-Awsat, a dit qu’il craignait sur la bataille qui se profile à Tripoli  « une véritable boucherie au vu du comportement de Kadhafi ».

–          La fin de la désinformation (The End of Misinformation) – Dar Al Hayat, 18/08/2011

Enfin, les Libanais, et avec eux les Arabes et le monde, peuvent dire que la vérité sur l’assassinat de Rafic Hariri est devenu assez clair, avec ses caractéristiques définies avec précision, et qu’ils peuvent, après le début du procès des accusés – par contumace jusqu’à nouvel avis -, être certain que ce qu’eux et leur pays ont traversé, depuis la tentative d’assassinat de Marwan Hamadé en Octobre 2004, atteignant son apogée en Février 2005, et jusqu’à aujourd’hui, ne sont que les maillons d’une longue série dont les «protagonistes »sont bien connus, et  leurs objectifs bien exposés.

–          C’était une enquête orientée qui a discrédité la justice internationale – Al Watan, 19/08/2011

Le Tribunal spécial des Nations unies pour le Liban (TSL) a publié mercredi l’acte d’accusation complet visant des membres du Hezbollah dans l’attentat qui a tué l’ancien président libanais, Rafic Hariri, en 2005. Dans une interview accordée à El Watan, l’ancien journaliste de Radio France et écrivain Richard Labevière retrace les événements qui ont émaillé l’enquête sur l’assassinat de Rafic Hariri qui a été selon lui, orientée.

–          Les attaques terroristes ont endommagés la Paix entre Israel et l’Egypte (Terror attacks have damaged Israel’s Peace with Egypt) – Haaretz, 19/08/2011

La paix avec l’Egypte, un pilier central de la sécurité d’Israël depuis trois décennies, a été grièvement touchée jeudi. Une guerre active entre Israël et l’Egypte n’a pas encore éclaté, mais il y a hostilité, et des actes se déroulent sans entrave du territoire souverain de l’Egypte. Les Menaces de guerre du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour punir ceux qui attaquent Israël ne dissuadent pas les organisations terroristes.

 

Au moment où des manifestations à l’échelle nationale contre le coût de la vie en Israël ont rassemblé plus de 300.000 manifestants dans les rues au cours de ces derniers jours, le ministre de l’intérieur israélien Eli Yishai a officiellement donné son accord pour la construction de 1.600 nouveaux logements à Jérusalem-Est, tandis que l’autorisation pour 2.700 autres est attendue très prochainement. Le gouvernement israélien insiste que ces nouveaux projets de logement à Ramat Shlomo, Givat Hamatos et Pisgat Zeev sont nécessaires afin de remédier aux problèmes de manque de logement dans le pays.

Palestiniens et mouvements d’opposition israéliens contre les colonies ont unanimement critiqué l’utilisation par les gouvernement des manifestations condamnant le coût de la vie pour justifier la nécessité économique de construire ces nouveaux logements. Selon le porte-parole du ministère de l’intérieur israélien, Roei Lachmanovich, cette décision controversée a été prise pour des fins économiques et non politiques (voir Guardian, 11/08/2011).

Alors que les chiffres semblent suggérer qu’une expansion des colonies pourrait accroître la disponibilité de logements abordables et ainsi calmer l’envolée des prix du marché de l’immobilier, la majorité des Palestiniens considère cette dernière autorisation de colonies à Jérusalem Est comme rien de plus qu’un coup politique du gouvernement israélien pour enraciner sa présence dans les territoires occupés. Ainsi, alors que le nombre de colons juifs dans les territoires occupés n’a cessé d’augmenter depuis 1967 atteignant aujourd’hui proche d’un demi million de colons, la reprise des négociations entre palestiniens et israéliens a subi un énième mauvais coup, peut-être fatal.

A l’échelle internationale,  aucune condamnation concrète de la part des américains n’a, pour l’heure, était faite. En Europe, la Haute Représentante de l’UE Catherine Ashton a décrié la « menace » de ces nouveaux efforts de colonisations « à la viabilité d’un accord » sur une possible solution négociée entre les deux partis, et s’est limité à l’expression du « profond regret » qu’une telle décision ait été prise par les autorités israéliennes. (voir la déclaration de la HR Catherine Ashton, 12/08/2011).

Rien n’a donc changé. Les justifications économiques fondées sur les demandes sociales des manifestations de ces derniers jours ont offert au gouvernement israélien une nouvelle raison de concrétiser ses ambitions politiques dans les territoires occupés, qui vont clairement à l’encontre d’une solution négociée au conflit. En outre, les réactions américaines et européennes  sont restées de nouveau beaucoup trop timides pour contrarier les ambitions colonisatrices israéliennes et ainsi ramener tout le monde à la table des négociations.

Andrew Bower

 

In the midst of nationwide protests against the high costs of living in which 300,000 protestors have taken to the streets over the past few days, the Israeli interior minister Eli Yishai has given official approval for the building of 1,600 new settlements in East Jerusalem, while another 2,700 are expected to get approbation in the coming days. The Israeli government insists that these new housing projects in Ramat Shlomo, Givat Hamatos and Pisgat Zeev are necessary in order to address housing shortages in Israel.

Palestinians and Israeli anti-settlement opposition groups have criticised the Israeli’s government intention to use the mass protests which have been taking place across its country in the name of more affordable lives to justify the construction of new settlements as an economic necessity. According to a spokesman of the interior ministry, Roei Lachmanovich, this controversial decision was economic and by no means political (see Guardian, 11/08/2011).

While the figures may suggest that increasing housing projects may indeed allow an increase in accommodation availability and thus stem soaring prices on the housing market, for most Palestinians this most recent approval for new settlements is but another political move by the Israeli government to further enroot its hold in occupied territory. Hence, with the number of Jews settling in the West Bank and East Jerusalem since 1967 now reaching nearly half a million, the resumption of negotiations with the Palestinians over a two-states solution has taken another severe, if not fatal, blow.

On an international scale, no concrete US condemnation of the settlement approval was made. In Europe, EU High Representative Catherine Ashton described these new approvals as a “threat to the viability of an agreement” over a possible negotiated outcome and limited herself to expressing her “deep regret” that such decision was taken by Israeli authorities (see Statement by HR Catherine Ashton, 12/08/2011).

Nothing has changed. The economic justifications based on the social demands of the demonstrations of the past few days have given the Israeli government another justification for carrying out its political ambitions, which clearly rules out any chance of reaching a negotiated outcome to the conflict. Meanwhile, the timid reactions from American and European leaders will not be sufficient to upset Israel’s colonialist ambitions and thus to gather once again all parties around the negotiating table.

Andrew Bower