28/10/2011

24 au 28 Octobre 2011

–          Nahda tend les bras à ses rivaux tunisiens laïcs (Nahda to reach out to Tunisian secular rivals)- The Financial Times – 25/10/2011

Le parti islamiste tunisien, grand gagnant de la première élection démocratique du pays tend les bras à ses rivaux laïcs car il souhaite promouvoir un État démocratique stable. M. Ferjani a déclaré : Nahda veut sécuriser le poste de Premier ministre dans le gouvernement de coalition mais il invite à rejoindre la coalition le parti du Congrès pour la République, dirigée par Moncef Marzouki, un ancien dissident exilé en France, et le groupe Ettakatol, dirigée par Mustafa Ben Jaafar, un leader de l’opposition vétéran. Malgré quelques soupçons, les islamistes déclarent que ces craintes sont infondées et que leur but principal est d’offrir au monde un modèle qui prouve que la démocratie et l’islam sont compatibles.

–           Coup dur pour la Syrie : la Turquie accueille les combattants anti-Assad (In Slap at Syria, Turkey Shelters Anti-Assad Fighters)- The New York Times – 27/10/2011

Alors qu’elle était l’un des plus proches alliés de la Syrie, la Turquie accueille désormais un groupe armé d’opposition menant une insurrection contre le gouvernement du président Bachar al-Assad. Elle fournit ainsi un refuge au commandant et à des dizaines de membres du groupe de l’Armée libre syrienne en leur permettant d’orchestrer des attaques à travers la frontière à partir d’un camp gardé par l’armée turque. Le soutien aux insurgés s’inscrit dans une vaste campagne turque pour saper le gouvernement de M. Assad. La Turquie devrait imposer des sanctions à la Syrie et augmenter son soutien au  Conseil national syrien, qui s’est formé à Istanbul.

–          Des femmes yéménites brûlent leurs voiles pour protester contre la violence du régime en place ( Yemen women burn their veils to protest regime violence)- Haaretz – 27/10/2011

Des centaines de femmes yéménites ont mis le feu à leurs voiles traditionnels pour protester contre la répression brutale du gouvernement depuis le soulèvement populaire du pays, des affrontements dans la capitale et une autre ville ont tué 25 personnes. Les femmes au Yémen ont acquis un rôle clé dans le soulèvement contre le régime autoritaire du président Ali Abdallah Saleh qui a éclaté en mars dernier, inspiré par les autres révolutions arabes. Leur rôle s’est accru lorsq’une femme yéménite militante, Tawakkul Karman, a reçu le prix Nobel de la Paix avec deux femmes libériennes pour saluer leur lutte pour les droits des femmes.

–          Le prix Sakharov décerné à cinq militants du Printemps arabeLe Monde – 27/10/2011

Le Parlement européen a décerné, jeudi 27 octobre, son prestigieux prix Sakharov pour la liberté de l’esprit à cinq militants du Printemps arabe, a-t-on appris de source parlementaire. Les lauréats sont le protestataire tunisien Mohamed Bouazizi— honoré à titre posthume –, la militante égyptienne Asmaa Mahfouz, le dissident libyen Ahmed Al-Zubair Ahmed Al-Sanusi, l’avocate syrienne Razan Zeitouneh et le caricaturiste syrien Ali Farzat, a précisé cette source.

–          Libye après Kadhafi. Un nouveau calendrier ( Libya after Qaddafi. A new timetable)- The Economist – 29/10/2011 

Quand les nouveaux dirigeants de la Libye ont déclaré le 23 Octobre que leur pays, avec la chute de Syrte et la mort de Mouammar Kadhafi, avait été définitivement libérée, une horloge constitutionnelle et électorale a commencé s’est déclenché. Tout d’abord, dans un mois, le président de l’actuel Conseil national de transition, Mustafa Abdel Jalil, doit nommer un gouvernement intérimaire. Dans les trois mois, la Libye devra voter des lois électorales préliminaires. Et dans les huit mois, les Libyens  devront élire environ 200 délégués à une assemblée constituante. La nouvelle constitution devra être  approuvée par un référendum dans un an, ce qui signifie la mi-2013. Une fois que la constitution est approuvée, les élections pour un parlement et plus tard pour un président vont suivre. Tout cela devrait prendre quelques années.