25/11/2011

21 au 25 Novembre 2011

–          Le président yéménite Saleh signe accord pour céder le pouvoir ( Yemeni President Saleh signs deal on ceding power) – BBC– 23/11/2011

Le président yéménite Ali Abdallah Saleh, a signé un accord en vertu duquel doit se retirer après des mois d’agitation. Selon le plan, il va transférer ses pouvoirs à son adjoint avant une élection anticipée et en retour, obtiendra l’immunité. Mais les manifestants dans la capitale yéménite, Sanaa, ont prévenu qu’ils rejetteraient tout accord accordant l’immunité président.Les manifestants ont déclaré que l’initiative du Golfe ignore le «sang des martyrs ». M. Saleh – qui avait unifié le Nord et le Yémen du Sud en 1990 – avait longtemps soutenu qu’il était le seul homme qui pouvait contrôler son pays divisé politiquement et socialement.

–           A Bahreïn, l’opposition exhorte le gouvernement à démissionner ( Bahrain opposition urges government to resign) – Financial Times – 24/11/2011

Des affrontements ont éclaté à Bahreïn un jour après la publication d’un rapport accablant détaillant l’utilisation excessive et systématique de la force et la torture contre les manifestants pro-démocratie plus tôt cette année. Des affrontements entre des jeunes de la majorité chiite sont désormais des faits quasi-quotidiens sur l’île, qui est une alliée des Etats-Unis et dont le gouvernement est dominé par des membres de la communauté minoritaire sunnite. Le cycle de violence met en lumière les défis auxquels est confronté le Roi Hamad Bin Isa Al-Khalifa pour mettre en œuvre les réformes recommandées par le rapport.

–          Les dirigeants palestiniens rivaux se rencontrent mais ne parviennent pas à mettre fin aux divisions ( Rival Palestinian Leaders Meet but Fail to End Rift) – New York Times – 24/11/2011

La réunion, au Caire, a été la première entre M. Abbas, chef du mouvement Fatah, et son rival, Khaled Meshal, le chef politique du Hamas, depuis que les deux hommes ont signé un accord de réconciliation en mai dernier. Depuis, la gestion des territoires palestiniens est restée divisée, avec l’autorité de M. Abbas confinée à la Cisjordanie tandis que le Hamas contrôle l’enclave côtière de Gaza. On ne sait toujours pas après la réunion de jeudi si les deux parties se sont engagées pour le dialogue et si elles ont pris des mesures tangibles pour un partage du pouvoir. Les parties ont convenu d’aller de l’avant avec les élections dans les territoires palestiniens l’année prochaine, selon des responsables présents sur place.

–         L’Armée syrienne libre réclame des frappes aériennes étrangères ciblées – Le Monde –  24/11/2011

Le chef de l’Armée syrienne libre (ASL), qui regroupe des militaire dissidents, s’est prononcé, jeudi 24 novembre, pour des frappes aériennes étrangères contre »certaines cibles stratégiques » pour le régime en place. « Nous ne sommes pas favorables à l’entrée de troupes étrangères, comme cela fut le cas en Irak, mais nous voulons que la communauté internationale nous fournisse un soutien logistique », a déclaré le colonel Riad Al-Assaad, basé en Turquie. « Nous souhaitons aussi une protection internationale, la mise en place d’une zone d’interdiction aérienne et d’une zone-tampon », a-t-il ajouté. Longtemps réticents à toute internationalisation de la question syrienne, les responsables arabes ont décidé d’appeler le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, à « prendre les mesures nécessaires pour appuyer les efforts de la Ligue arabe pour résoudre la crise en Syrie ».

–         La révolution qui n’est pas (encore) ( The revolution that wasn’t (yet))- Euobserver – 24/11/2011

For the past two days, Egypt’s liberation square has once again turned into a battlefield. Attempts by protesters to give the upheaval a heroic touch calling it a ‘revolution 2.0’ cannot mask the sad truth: what was celebrated so euphorically after the ousting of Hosni Mubarak was not a revolution after all, but a military coup. A revolution replaces old institutions, practices and values of the system by new ones. None of this has happened in Egypt. The Supreme Council of the Armed Forces that has de facto ruled the country since the fall of Mubarak’s regime soon lost the Egyptian public’s sympathies through its increasing attempts to cement its own rule. Since the January upturn, the Supreme Council, a remnant of the Mubarak era, has mutated from an acclaimed saviour of the revolution to an autocratic brake bloc.

–         Les Marocains se rendent aux urnes lors d’un jour historique pour la démocratie ( Moroccans go to poll on historic day for democracy)-  Middle East Online – 25/11/2011

Les Marocains se rendent aux urnes ce vendredi pour les premières élections législatives depuis l’entrée en vigueur d’une réforme de la constitution en juillet dernier qui renforce le rôle du Parlement et du Premier ministre. Les sondages d’opinion ne sont pas autorisés mais selon les observateurs, le parti d’opposition la Justice et le parti pour le Développement seraient donnés gagnants après le récent succès du parti islamiste modéré en Tunisie lors des premières élections démocratiques il ya un mois. La constitution amendée donne au Parlement un rôle plus important dans le processus législatif et renforce le rôle du Premier ministre qui doit maintenant être nommé par le roi mais issu du parti qui remporte le plus de sièges dans l’assemblée.