18/01/2012

Midi de la Méditerranée – Les sociétés européennes et le printemps arabe : jeux de miroirs dans une région en transformation

L’Institut MEDEA et le Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient CCMO

avec le soutien de

Generation Europe Foundation

ont le plaisir de vous inviter à un déjeuner-débat avec

Mathieu BOUCHARD

Mercredi 18 janvier 2012 de 12h30 à 14h

Dans ses travaux, Edward Saïd a montré comment la science et la littérature européennes des derniers siècles avaient su former et forger une catégorie conceptuelle permettant, par contraste, de définir et distinguer l’Europe : l’Orient. Décrit comme archaïque, statique et fanatique, celui-ci apparaissait ainsi comme le négatif d’une Europe idéale, moderne, progressiste et éclairée. Ce que les sociétés européennes disaient de l’espace méditerranéen, ou ce qu’elles y faisaient, influaient donc aussi bien sur elles-mêmes que sur les sociétés méditerranéennes.

 

Produits par l’histoire, ces jeux de miroirs n’ont pas cessé. Au contraire, ils se multiplient aujourd’hui, bénéficiant à la fois de l’accélération de l’histoire et du rétrécissement des distances. Le soutien des leaders européens d’extrême droite à la droite israélienne, l’engagement pro-palestien des extrêmes gauches européennes, la mise en récit par David Cameron, Nicolas Sarkozy ou Bernard-Henri Lévy de la guerre en Libye ou les réactions en Europe aux succès de partis islamistes aux élections tunisiennes et égyptiennes ne sont pas ainsi seulemet à analyser dans une perspective internationale, au travers par exemple de leur réception en Israël ou dans le monde arabe. Ils le sont aussi dans une perspective intérieure aux sociétés européennes.

 

Concrètement, il s’agit de voir comment les sociétés européennes se saisissent des reconfigurations du monde méditerranéen et quels usages elles en font, comment elles en parlent et comment, en définitive, elles en viennent à (re)parler d’elles-mêmes, de ce qu’elles sont, de ce qu’elles voudraient être ou ne pas être.

 

Mathieu Bouchard, doctorant à l’Université Paris 1, achève une thèse de doctorat sous la direction de Robert Frank. Celle-ci décrit les usages et les appropriations, entre 1947 et 1958, du concept de Moyen-Orient par les Français. Elle montre comment ceux-ci se mobilisent et se divisent en rapport avec l’évolution politique du Moyen-Orient mais aussi comment, en parlant du Moyen-Orient, la société française se met aussi à parler d’elle-même, de ses problèmes et de ses contradictions.

Quand ? mercredi 18 janvier, de 12h30 à 14h

? Generation Europe Foundation, Chaussée St Pierre 123, 1040 Bruxelles

P.A.F. (à payer sur place. Inclus sandwichs et boissons): 5 €

Langue : français ; Q/A en français et anglais

Veuillez confirmer votre participation avant lundi 16 janvier auprès de l’Institut MEDEA :

– par téléphone: 02/231 13 00 ou par fax: 02/231 06 46

– par email: medea@medea.be