09/05/2012

L’Iran dans la nouvelle configuration régionale : un empire déçu?

Mercredi 9 mai, de 12h30 à 14h00

L’Institut MEDEA et

le Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient

ont le plaisir de vous inviter à un déjeuner-débat avec

David Rigoulet-Roze
enseignant et chercheur, rattaché à l’Institut d’Analyse Stratégique (IFAS)
Membre du CCMO

La logique apparente voudrait que la vague des révoltes, puis des révolutions arabes qui ont vu des régimes alliés des Occidentaux renversés – en Tunisie, en Egypte, voire au Yémen – profitable géopolitiquement parlant à l’Iran. En contrepoint d’une lecture quelque peu hâtive des occidentaux, Téhéran s’est d’ailleurs empressée de considérer que lesdites révolutions arabes s’inscrivaient dans une dynamique de « révolution islamique mondiale ». La suite des événements paraîtrait même lui donner raison avec l’arrivée au pouvoir, assez prévisible du reste, des islamistes que cela soit en Tunisie, en Egypte ou en Libye. Mais il s’agit sans doute d’un effet d’optique quant au bénéfice géopolitique supposé de l’Iran. D’abord, parce qu’en fait de « révolution islamique », il conviendrait plutôt d’employer le terme de « révolution islamiste » pour bien la différencier – de part son obédience sunnite et non chiite – de la révolution islamique d’Iran de 1979. Ensuite, parce que la dynamique révolutionnaire au sein du monde arabe a rapidement engendré en certains endroits, comme c’est le cas à Bahreïn, une dynamique clairement contre-révolutionnaire de la part de certains Etats arabes sunnites notamment ceux du CCG menés par l’Arabie saoudite pays pour lequel les revendications de la population bahreïnie n’auraient fait que masquer une stratégie de déstabilisation iranienne via l’instrumentalisation de la majorité d’une population d’obédience chiite. On serait ainsi passé d’un hypothétique « printemps arabe » à une période de « guerre froide régionale » entre le monde arabo-sunnite et l’Iran chiite qui n’aurait rien à envier, en termes de risque de conflagration régionale, à la guerre éponyme entre les deux « supergrands ».

Quand ? Mercredi 9 mai, de 12h30 à 14h00
Où ? Maison des Parlementaires, 21 rue de Louvain, 3ème étage, salle 10.
P.A.F. (à payer sur place. Inclus sandwichs et boissons) : 5 €
Langue : français ; Q/A en français et anglais

Veuillez confirmer votre participation avant lundi 7 mai auprès de l’Institut MEDEA :
– par téléphone : 02/231 13 00 ou par fax: 02/231 06 46
– par email : medea@medea.be