13/07/2012

Du 9 au 13 juillet

L’Arabie Saoudite a largement échappé à la vague de protestations qui ont renversé depuis l’année dernière quatre chefs d’Etat arabes et ont secoué les autres gouvernements. Cependant, le gouvernement saoudien a annoncé que lundi deux hommes ont été tués après les manifestations dans une zone musulmane chiite à la suite de l’arrestation d’un dignitaire religieux chiite.

Bien que le Sultanat d’Oman ait échappé aux conséquences du Printemps Arabe, les récentes protestations sur le chômage des jeunes à Suhar, la deuxième ville omanaise, et l’arrestation de 14 activistes des droits de l’Oman à juin génèrent un mécontentement croissant dans cette monarchie du Golfe.

La réouverture des travaux de l’Assemblée par le nouveau Président égyptien, Mohammed Morsi, a eu lieu le dernier mardi et n’a duré qu’une douzaine de minutes. À cette occasion, le Président du Parlement, Saad al-Katatni, a indiqué que le Président n’avait pas violé la décision de la Haute Cour Constitutionnelle en annulant la dissolution de l’Assemblée du Peuple.

Mercredi dernier, pendant que des accrochages opposaient forces syriennes et combattants anti-régime à Damas, Moscou, qui recevait un dirigeant de l’opposition syrienne, annonçait néanmoins continuer à livrer des armes à Damas et apportait un inflexible soutien à Bachar Al-Assad.

Le Congrès s’apprête à durcir radicalement les sanctions économiques contre l’Iran, tant les parlementaires des deux principaux partis expriment leur impatience sur les pressions des États-Unis pour mettre fin à l’expansion du programme nucléaire de l’Iran.