24/08/2012

Du 20 au 24 août

Les forces de sécurité libyennes ont arrêté 32 membres d’un réseau organisé de loyalistes de Moummar Kadhafi, liés aux attentats à Tripoli à la veille de l’anniversaire de la chute de la ville aux combattants rebelles. Les trois voitures piégées ont explosées près des bâtiments du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité dans la capitale libyenne, tuant deux personnes. Il s’agit des premières attaques fatales depuis la révolte menée au renversement le régime de Kadhafi.

Le Ministre russe des Affaires Étrangères, Sergueï Lavrov, a mis en garde les pays occidentaux contre une action unilatérale en Syrie après que le président Barack Obama ait déclaré que les forces américaines pourraient agir si le Président syrien autorisait l’utilisation d’armes chimiques contre les rebelles. L’avertissement de Lavrov a souligné l’intention du gouvernement de Moscou à contenir les initiatives internationales pour mettre fin à la crise en Syrie à l’ONU.

Le général Martin Dempsey, chef d’État-major des armées américaines, a effectué à Bagdad sa première visite depuis la fin du retrait des troupes des États-Unis en décembre, en soulignant que le gouvernement de Washington avait encore un rôle important à jouer en Irak, en tant que « partenaire ». Il s’est entretenu à Bagdad avec le premier ministre, Nouri al-Maliki, et son homologue irakien, le général Babaker Zebari.

Dans la ville de Tripoli, le nombre de morts au cours des combats entre des militants armés pro- et anti- Damas est monté au moins à 12. Plus de 100 personnes ont été blessées dans les combats qui ont éclaté, cette semaine, sur une ligne de démarcation sectaire entre le quartier sunnite de Bab al-Tabbaneh et la zone alaouite de Jebel Mohsen.

L’armée de Bachar al-Assad poursuivait ses bombardements ce jeudi près de Damas mais aussi à Alep, où la bataille fait rage depuis plus d’un mois. Le Ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, exclut d’office une « no fly zone globale » mais, en revanche, soutien que l’hypothèse d’une zone particulière, autour de laquelle il pourrait y avoir une espèce d’interdit, émise par Hillary Clinton, mérite d’être étudiée.