31/08/2012

Du 27 au 31 août

Accusé d’avoir une politique étrangère « passive » ou « attentiste » et exhorté à prendre des initiatives alors que la France assume depuis le 1er août la présidence tournante du Conseil de Sécurité de l’ONU, le Président français François Hollande a remis la main sur le dossier en demandant à l’opposition de former un gouvernement provisoire de la nouvelle Syrie et en assurant que le gouvernement de Paris le reconnaîtra.

Le Ministre iranien des Affaires Étrangères, Ali Akbar Salehi, a exhorté les délégués au sommet du Mouvement des Pays Non-Alignés (MNA), dimanche dernier, à s’opposer aux sanctions imposées à l’Iran par les États occidentaux afin de l’empêcher de développer ses activités nucléaires. L’Iran a accueilli les délégués du groupe des Pays en développement à la réunion, voulant démontrer ainsi que les nations occidentales ne l’avaient pas isolé du reste du monde.

Des procureurs français ont ouvert une enquête pour meurtre à propos du vieux leader palestinien, Yasser Arafat, décédé dans un hôpital militaire près de Paris en 2004. On a affirmé à l’époque qu’Arafat serait mort d’une cirrhose du foie, mais ses dossiers médicaux n’ont jamais été publiés par la France. Les théories du complot selon lesquelles il a été assassiné par les services secrets israéliens ou d’autres ennemis ont tourbillonné dans le Moyen-Orient au cours des huit dernières années.

En Tunisie, la problématique des dernières nominations dans les médias publics ne s’est pas encore estompée. Les nouvelles polémiques se sont développées concernent le mandat de dépôt décidé par la chambre d’accusation près le tribunal de Tunis contre Sami Fehri, patron de la chaîne Ettounsiya, et ensuite concernant les documents publiés par le site BusinessNews attestant de la création par le ministre conseiller auprès du chef du gouvernement, Lotfi Zitoun, d’une société au Royaume Uni, Azzaytoona Television LTD, qui serait derrière la chaîne de télévision Zitouna TV, proche du parti islamiste au pouvoir, Ennahda.

Malgré la menace d’une attaque militaire israélienne ou américaine sur les installations nucléaires iraniennes, selon un rapport publié par l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA), l’Iran a doublé le nombre de centrifugeuses d’enrichissement d’uranium dans un bunker souterrain. Toutefois, un député iranien a déclaré ce rapport a été politiquement motivé.