19/03/2013

L’instrumentalisation de l’instabilité au profit de l’affermissement du pouvoir politique

Analyse

L’instrumentalisation de l’instabilité au profit de l’affermissement du pouvoir politique

 Par Barah Mikail, directeur de recherches Afrique et Moyen-Orient à la  FRIDE (Madrid), spécialiste du Moyen-Orient

Nouvel extrait de son ouvrage « Une nécessaire relecture du Printemps arabe », éditions du Cygne, Paris, 2012.

Parmi les dénominateurs communs ayant mené à la sclérose du pouvoir, on retrouve cependant un facteur amplement répandu dans la psyché collective des Arabes : l’image du leader en tant que rempart contre les risques d’instabilité pouvant s’imposer au pays. La question israélo-arabe, précitée, est omniprésente ici. Nasser s’était, de son temps, fait fort d’une popularité basée sur les termes de son combat contre Israël et contre les politiques impérialistes. Assad père et fils ont également adopté une posture de garant contre une soumission aux volontés israéliennes et américaines qui a participé de la soumission des Syriens à l’ordre politique établi. Saddam Hussein fera de ce même argumentaire le sien, même si de manière bien moins convaincante.

Lire la suite