06/12/2013

Réflexion sur la production cartographique dans les médias: le cas de la Syrie (partie 2)

Analyse

Réflexion sur la production cartographique dans les médias: le cas de la Syrie (partie 2)

Par Antonin Grégoire, journaliste indépendant au Liban, et Jennifer Casagrande, doctorante en géographie et histoire urbaine à l’Université de Strasbourg (France)

Principes de complexité, champ réservé de « l’expert »

Dans le cas de la Syrie, quels paradigmes font loi dans la production de l’information cartographique ?

En recherche, un objet d’étude est un construit social, tout comme la carte qui le représente, en particulier lorsque cette carte est thématique. Elle constitue une projection[1], donc n’est pas neutre. A travers la construction d’une carte, les choix de représentation de réalités sur le terrain sont projetés sur l’objet et représentent donc un acte sélectif voire déformant et réducteur. Cet acte traduit le système de pensée, de l’imaginaire de son auteur, formaté par son milieu social d’appartenance, c’est à dire son capital culturel. L’objet-carte ou l’objet d’étude ne se construit pas de manière neutre, il représente une projection de la réalité. (Bailly, 2010, Bourdieu, 2001).

Lire la suite