22/09/2014

Où en est le dialogue des cultures en Méditerranée ?

Par Servane Poncet

Près de 90 personnes, acteurs de la société civile, membres de diverses organisations euro-méditerranéennes et promoteurs du dialogue interculturel, ont répondu présents pour la conférence-débat organisée le 15 septembre au Parlement belge par l’Institut MEDEA, chef de file du réseau belge de la Fondation Anna Lindh. Nous avons eu l’honneur d’accueillir le président de la Fondation Anna Lindh (FAL), André Azoulay, son directeur exécutif, Andreu Claret, ainsi que Roel Deseyn, vice-président de l’institut MEDEA et représentant du parlement fédéral belge.

Cette rencontre était l’occasion d’évoquer à la fois les enjeux liés au changement social dans la région euro-méditerranéenne, au travers des conclusions du dernier rapport de la fondation, mais également de présenter les actions concrètes menées ces deux dernières années par la Fondation et ses partenaires en matière de dialogue interculturel.

BelAfrika 1

Projection du clip vidéo gagnant du concours « We tube, smash clichés in a clip ! »

En effet, après dix ans d’existence et alors qu’elle gère le plus grand réseau de la société civile impliqué dans la promotion du dialogue interculturel dans 42 pays euro-méditerranéens, la FAL doit plus que jamais démontrer l’importance de son action. A l’heure où l’instabilité géopolitique domine le monde arabe et où le repli sur soi grandit d’un côté comme de l’autre de la Méditerranée, la promotion du dialogue comme instrument de résolution des conflits et outil de coexistence entre les peuples doit rester au cœur des actions de la Fondation. En tant qu’institution internationale, elle doit réagir face aux crises qui secouent la région et, non seulement exprimer son inquiétude face aux récents événements à Gaza, en Irak et en Syrie, mais également imaginer des actions concrètes pour traduire son engagement et sa solidarité.

Dans ce sens, le dernier Rapport sur les tendances interculturelles et le changement social publié par la FAL[1], est un outil indispensable pour comprendre et décrypter les tendances actuelles dans la région euro-méditerranéenne. La Fondation Anna Lindh a réalisé un sondage (mené par Gallup) dans 13 pays, dont la Belgique, sur les tendances interculturelles dans la région euro-méditerranéenne. Le rapport, intitulé ‘Tendances Interculturelles Euro-Med 2013’, se base sur une enquête d’opinion réalisée sur la base d’un échantillon de 13.500 personnes vivant sur les deux rives de la Méditerranée, en parallèle d’analyses produites par des experts sur les enjeux clés qui alimentent actuellement les débats publics tels que l’islam, l’Occident et la modernité, les médias et les perceptions interculturelles, les différences et les similarités dans les systèmes de valeur, ou encore les perspectives régionales de paix. Le premier constat établi au travers de ce rapport est celui d’une proximité des valeurs entre le nord et le sud de la Méditerranée, qui remet en cause l’idée d’un «choc des civilisations », ainsi qu’une envie de connaissance mutuelle et une demande croissante d’échanges et de mobilité.

Si le rapport est porteur d’espoir en ce qui concerne les valeurs, en revanche, la perception de «l’autre» reste souvent déformée, révélant un « choc d’ignorance » plus qu’un choc des civilisations, qui vient d’abord de l’ignorance de soi qui peut renforcer et reproduire les préjugés. Pour la Fondation Anna Lindh, il est donc primordial de mener des actions dans le domaine interculturel, car le rapprochement entre les deux rives de la Méditerranée commence par une meilleure compréhension mutuelle entre les communautés au sein même des sociétés concernées.

La régression culturelle et la violence auxquels nous assistons aussi bien au nord qu’au sud de la Méditerranée semblent aujourd’hui contredire les résultats du rapport. Mais, outre la remise en contexte nécessaire depuis les révolutions de 2011, il faut souligner que la volonté de changement et de liberté reste un mouvement de fond toujours présent dans les sociétés arabes, et qui semble parfois occulté dans les médias. Le rapport met en évidence un fort potentiel de construction d’un futur commun, mais aussi la persistance de perceptions faussées qui viennent de loin, entre autres d’une histoire complexe entre l’Europe et les pays arabes. La politique alimente un durcissement de ces perceptions qui peut aboutir à une radicalisation, c’est pourquoi le travail auprès des sociétés civiles apparaît comme essentiel, et en particulier auprès des jeunes, aussi bien dans les domaines de l’éducation, de la culture et des médias.

Ainsi, cette conférence a été l’occasion de parler des projets concrets impulsés par le réseau belge de la Fondation Anna Lindh en matière de dialogue interculturel. Le concours «We tube, Smash clichés in a clip !» [1], réalisé en 2013, a permis à des jeunes de réaliser des clips vidéos pour briser les préjugés et susciter la réflexion sur le bien vivre ensemble et la diversité. Le projet du « Parlement des enfants »[2], mené en 2013 par l’association liégeoise « Le monde des possibles », avait pour objectif de créer des espaces de dialogue entre les enfants de Liège et de Gaza et de permettre un véritable échange. Enfin, le projet MEDIMAGES[3], impulsé par Euromed Audiovisuel avec le soutien de la Fondation, vise à promouvoir l’éducation à l’image en formant des enseignants pour qu’ils puissent lancer des pistes de réflexion et susciter le débat chez les écoliers en projetant différents films choisis en fonction des thèmes abordés, au Maroc, mais aussi en Egypte et en Jordanie. Ces initiatives montrent le dynamisme de la Fondation et de ses partenaires afin d’avoir un impact sur les perceptions mutuelles, déconstruire les préjugés et promouvoir la diversité.

André Azoulay, président de la Fondation Anna Lindh et conseiller du roi Mohammed VI du Maroc, a apporté un éclairage précieux sur le contexte actuel en Méditerranée. Revendiquant son appartenance à la communauté juive marocaine, et très engagé pour la reconnaissance d’un Etat palestinien, il a rappelé à juste titre le danger des amalgames. Alors que l’islam et le judaïsme, qui cohabitent de longue date dans la région, ont grandement contribué au développement de l’Europe moderne, la religion sert aujourd’hui d’alibi à des haines stériles et contre lesquelles il faut se battre au quotidien. La Méditerranée existera en tant qu’espace politique lorsque les gouvernements pourront créer des passerelles d’échange entre ses sociétés civiles, c’est pourquoi la FAL a plus que jamais besoin d’exister. La notion de « citoyen du monde » implique de réfléchir tout d’abord sur sa propre identité et de la définir pour pouvoir s’ouvrir à l’autre, d’où l’importance de l’éducation civique des deux côtés de la Méditerranée. Comme l’a souligné M. Azoulay, « le plus important n’est pas le monde qu’on laissera à nos enfants mais les enfants qu’on laisse à ce monde».

10380325_341441059365307_2481714337000520442_n

M. Azoulay, président de la Fondation Anna Lindh

[1] Disponible sur http://www.annalindhfoundation.org/download-full-reports

[2] Plus d’information sur http://www.medea.be/2013/04/we-tube-smash-cliches-in-a-clip-un-concours-video-sur-la-multiculturalite/

[3] Plus d’information sur http://leparlementdesenfants.wordpress.com/

[4] Plus d’information sur http://medisnetwork.net/index.php/en/medimages