24/10/2014

Revue de presse du 17 au 24 octobre

Le Danemark tente une approche modérée des combattants islamistes à leur retour – 19/10/2014 – Washington Post

Au Danemark, pas un seul combattant n’a été emprisonné à son retour. Au lieu de cela, considérant que la discimination dans leur pays d’origine est tout aussi criminelle que le recrutement de l’Etat Islamique, des fonctionnaires fournissent une aide psychologique en essayant de trouver du travail pour les personnes de retour et des places dans les écoles et les universités. Les fonctionnaires attribuent le ralentissement du flux de nouvelles recrues aux efforts d’entrer en contact avec une mosquée radicale.

 

Les Ahmadis pakistanais doivent choisir entre la mort et le banissement – 21/10/2014 – MO*Magazine

Le Pakistan est le seul pays où les Ahmadis sont poursuivis par la loi, mais les discriminations contre la secte islamique augmentent aussi dans d’autres pays musulmans. “Rester au Pakistan n’était plus possible”, témoigne un Ahmadi qui vit à présent aux Etats-Unis.

 

Le futur incertain d’Oman – 21/10/2014 – Al Monitor

Alors que tant de pays arabes ont succombé à la violence sectaire et au tumulte politique, le Sultanat d’Oman s’est distingué comme un modèle de tranquilité et de tolérance. La stabilité d’Oman est largement attribuée à la popularité de son chef, le Sultan Qaboos bin Said al Said. Les problèmes de santé du sultan auront des implications pour cette nation du Golfe et sa politique étrangère unique.

 

Syrie : Narine Afrine, la femme qui défie l' »État islamique » – 21/10/2014 – Le Point

Chef des unités chargées de protéger Kobané des djihadistes, la combattante illustre la place importante accordée aux femmes par les Kurdes. Son nom est sur toutes les lèvres, mais personne ne connaît son véritable visage. Pourtant, son aura est bien présente de Syrie jusqu’en Irak, auprès des combattants kurdes aux prises avec les djihadistes de l’État islamique (EI).

 

Tunisie, un espoir pour le Printemps arabe – 23/10/2014 – Orientxxi

Malgré les difficultés de la période post-révolutionnaire, la Tunisie continue d’incarner l’espoir du Printemps arabe. Comment expliquer cet optimisme alors que le pays est confronté à une grave crise économique et sociale, qu’il peine à venir à bout des exactions des djihadistes et que les Tunisiens ont très peu de lisibilité sur les élections législatives et présidentielle organisées en octobre et novembre 2014 ?

 

female-fighters-of-the-kurdish-people-s-protection-units-carry-their-weapons-as-they-talk-along-a-road-in-qamishli_5134009

© Reuters/Rodi Said | Des femmes combattantes de l’YPG, branche armée du principal parti politique kurde en Syrie, à Qamishli (nord-est).