13/10/2014

Revue de presse du 3 au 10 octobre

Beyrouth combat la corruption qui “empoisonne” la ville – 5/10/2014 – Al Jazeera 

Des activistes de la capitale libanaise collectent des témoignages de corruption, dans un effort pour juguler cette pratique. Environ 5% du produit interieur brut (PIB) du Liban est perdu dans des fuites illégales chaque année. Tout s’achète et se vend, depuis le contournement des lois de circulation jusqu’à l’obtention d’un poste de fonctionnaire, en passant par l’assurance d’une position politique stable, selon un rapport de U4, un groupe de ressources anti-corruption basé en Norvège. Le Liban se place 127ème sur 177 pays sur le “Corruption Perceptions Index” de Transparency International. Sept autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord arrivent à faire pire.

 

Reconnaissance de l’« Etat de Palestine » par la Suède – 06/10/2014 – MENA Post

Le vendredi 3 octobre 2014, la Suède, via son Premier ministre Stefan Löfven a fait une annonce historique en déclarant qu’elle allait reconnaitre l’« Etat de Palestine ». Cette déclaration coïncide avec la fête judaïque de Yom Kippour. Ayant déjà voté en faveur du statut d’observateur de la Palestine à l’ONU en 2012, la Suède confirme son soutien au peuple palestinien en promettant une reconnaissance officielle de l’Etat, rejoignant ainsi une majorité de pays l’ayant déjà fait (112 selon l’AFP et 134 selon l’Autorité palestinienne).

 

L’archéologie comme excuse à l’annexion de Jérusalem-Est – 07/10/2014 – MO*Magazine

Silwan, Jérusalem-Est occupée, jeudi 2 octobre. Majd Gaith, 23 ans, n’arrive toujours pas à croire ce qui s’est passé il y a deux jours. Il secoue la tête régulièrement, en essayant d’expliquer la situation sur le terrain au moyen d’une carte. Dans la  nuit de lundi à mardi, environ dix colons juifs se sont installés dans sept immeubles, accompagnés par la police. “Les voisins suspectaient déjà que quelque chose allait se passer”, dit Majd.

 

Pourquoi la Turquie ne vient-elle pas au secours de Kobané ? – 09/10/2014 – Le Monde

L’organisation Etat islamique était en passe de prendre la ville kurde de Kobané, en Syrie, jeudi 9 octobre. L’assaut des djihadistes dans cette région frontalière de la Turquie a poussé quelque 300 000 habitants à fuir, dont plus de 200 000 ont trouvé refuge en Turquie. Ankara a massé des troupes à la frontière. Son Parlement a voté, le 2 octobre, un dispositif permettant au gouvernement d’intervenir militairement en Irak et en Syrie pour lutter contre l’Etat islamique. Pourtant, les forces turques ne portent pas secours aux combattants kurdes qui défendent la ville. Pourquoi ?

 

Le Yemen est remodelé par la rébellion et les intrigues politiques – 9/10/2014 – The Guardian

En juin dernier encore, le président Obama recommandait le Yemen comme un modèle de ce qui peut être accompli au Moyen-Orient sans envoyer des troupes au sol. Le mois dernier, cependant, le modèle yéménite est tombé en pièces lorsque des rebelles autoproclamés les Partisans de Dieu ont balayé la capitale, Sana’a, prenant le contrôle de points stratégiques et précipitant la dissolution du grouvernement.

 

©AP/Lefteris Pitarakis | Een Turkse Koerd kijkt naar een luchtaanval op Kobani,  in Syrië, aan de Turks-Syrische grens op 8 oktober 2014.

©AP/Lefteris Pitarakis | Un Kurde de Turquie regarde les frappes aériennes sur Kobané, en Syrie, à la frontière turco-syrienne, le 8 octobre 2014.