24 heures en images - dimanche 23 novembre© AFP Ahmad Gharabli | While the three times holy city of Jerusalem is currently driven by violent tensions, young Palestinian practice parkour in front of the Dome of the Rock, on the 21st of November. « Parkour helps me experience freedom and release the pressure that I have to face every day » said a young Palestinian traceur to » Obs « last year.

 

Press review

21st – 28th November

Europe Takes Stronger Measures, Albeit Symbolic, to Condemn Israeli Policies – 22/11/2014 – New York Times

European nations, Israel’s largest trading partners and a historical bastion of support, are taking stronger measures to support Palestinian sovereignty and condemn what many see as aggressive, expansionist Israeli policies. After years of mounting frustrations widely expressed but rarely acted on, politicians from Britain, France, Spain and Sweden have embraced symbolic steps to pressure Israel into a more accommodating stance toward the Palestinians.

Read the press review

 

Europe Takes Stronger Measures, Albeit Symbolic, to Condemn Israeli Policies – 22/11/2014 – New York Times

European nations, Israel’s largest trading partners and a historical bastion of support, are taking stronger measures to support Palestinian sovereignty and condemn what many see as aggressive, expansionist Israeli policies. After years of mounting frustrations widely expressed but rarely acted on, politicians from Britain, France, Spain and Sweden have embraced symbolic steps to pressure Israel into a more accommodating stance toward the Palestinians.


Sikhs-minority in Pakistan is the object of discrimination
– 23/11/2013 – Dewereldmorgen

The small sihk-minority from the North of Pakistan suffers hard under the Islamic fundamentalism. The sikhs escape to cities as Peshawar, but the government is not motivated to help them. Balwan Singh is a man of 84 years old with a grocery in Peshawar. He is a sihk, a small minority group of about forthy thousand in the whole country. Still he feels a strong connection with Pakistan, because Guru Nanak, the founder of the sikh-religion, was born here.


Netanyahu’s government vote a project strengthening the « Jewish » character Israel
– 24/11/2014 – France 24

The government of Benjamin Netanyahu on Sunday approved a bill that strengthens the Jewish character of the State of Israel. His opponents fear that this text will weaken the democratic foundations of the country and the rights of its Arab minority. On Wednesday the Knesset will begin discussing the bill that no longer defines Israel as a « Jewish and democratic » state but as « the national state of the Jewish people ».


Presidential bipolarization in Tunisia, a risk for democracy
– 26/11/2014 – OrientXXI

In the last part of 2014, Tunisia has been living to the rhythm of elections. Three elections in three months: the parliamentary elections on October 26th, the first round of the presidential election on November 23rd and a second round scheduled for late December. This new round will allow to Tunisian citizens to decide between two candidates that received the majority of votes among the twenty-two running: Beji Caid Essebsi, with 39.46% of votes and Moncef Marzouki, 33.43%. The battle between these two figures, who embody the polarization of Tunisian political life, will be tough.


The Taliban’s psychiatrist
– 26/11/2014 – BBC News

In the late 1990s the Taliban controlled Afghanistan, but the fighting that brought them to power left many militants struggling with the psychological effects of war. One doctor recognised the problem and, although he disagreed with the Taliban’s ideology, agreed to treat them.

 

Revue de presse

Du 21 au 28 novembre

L’Europe prend des mesures plus sévères, bien que symboliques, pour condamner la politique israélienne – 22/11/2014 – New York Times

Les nations européennes, les principaux partenaires commerciaux d’Israël et un bastion de soutien historique, prennent des mesures plus sévères pour soutenir la souveraineté des Palestiniens et condamner ce que beaucoup voient comme une politique agressive et expansionniste. Après des années de frustration accumulée largement exprimée mais qui n’a entraîné aucune réaction, des politiciens britanniques, français, espagnols et suédois ont franchi un pas symbolique pour pousser Israël à adopter une posture plus accomodante vis-à-vis des Palestiniens.

Lire la revue de presse

 

Photo de la semaine

24 heures en images - dimanche 23 novembre

© AFP Ahmad Gharabli |Alors que la ville trois fois sainte est actuellement traversée par la plus grande tension, des jeunes Palestiniens pratiquent le parkour devant le dôme du Rocher de Jérusalem, le 21 novembre 2014. « Le parkour m’aide à éprouver la sensation de liberté et à relâcher la pression que je subis au quotidien », disait un jeune traceur palestinien à « l’Obs » l’an dernier.

 

 Par Geoffroy d’Aspremont

Oubliant les récriminations passées sur la sévère répression qui a suivi le renversement du président Morsi en 2013 par l’armée, l’Italie, puis la France ont accueilli le nouveau maitre de l’Egypte, le Maréchal Al-Sissi, avec tous les honneurs. Voici le nouveau régime liberticide du Caire légitimé par les européens.

Les discussions ont principalement tourné autour de la situation en Libye, la négociation de contrat militaires, et bien sûr la lutte contre le « terrorisme » qui offre au gouvernement égyptien un prétexte suffisant vis-à-vis des européens pour justifier la sévère répression et les réductions des libertés individuelles et collectives en Egypte. Ni les Italiens ni les Français ne se sont montrés très critiques concernant les exactions de la répression en Egypte, préférant glorifier « un partenaire stratégique » incontournable, comme l’a souligné Rome, ou « un grand pays et grand partenaire de la France », comme cela a été entendu à Paris.

Paris s’est surtout préoccupé de négocier avec le Maréchal Al-Sissi la vente de matériel militaire, telles que 2 nouvelles corvettes – après l’achat de quatre corvettes DCNS – et d’avions Rafale pour moderniser la force aérienne égyptienne. Ce matériel n’est évidemment, selon Paris, pas concerné par la suspension des exportations de matériel de « répression interne » décrétée par les Etats membres de l’Union européenne, en août 2013. Paris prétend avoir évoqué avec le président égyptien les problèmes liés aux droits de l’homme, mais que « Le message est celui d’un soutien au processus de transition ».

Peut-on vraiment parler de processus de transition quand plus de 1400 opposants ont déjà été tués depuis le coup d’état de juillet 2013, 15000 autres emprisonnés, dont de nombreux mineurs d’âge, que les condamnations à mort pleuvent, que de nouvelles lois donnent un blanc-seing au gouvernement pour interdire, réprimer ou assimiler à des terroristes tout groupe ou association qui perturberait l’ordre public ou porterait atteinte à l’unité nationale ?

Une fois de plus, l’Europe, et la France en particulier, démontrent bien que les valeurs qu’ils prétendent défendre ne font pas le poids face aux intérêts économiques et sécuritaires à court terme. Concernant la Libye, chacun s’est évertué à s’inquiéter de la propagation des groupuscules islamiste et à défendre une solution politique, sans faire de propositions concrètes ni s’attaquer aux racines de cette propagation.

Il ne faut pas être un fin analyste pour constater qu’il n’y a pas de transition « démocratique » en Egypte, mais une volonté de maintien par tous les moyens d’un régime militaire autoritaire. Montrer son soutien à un tel régime et lui vendre les armes qui lui permettront d’assurer encore plus efficacement son maintien en place ne sont certainement pas le meilleur message d’un soutien à une transition « démocratique ». La France persévère donc dans les erreurs du passé, de soutien à des dictateurs, comme cela avait été tant décrié au moment des « Printemps arabes ».

Quel message en effet ce soutien à un régime répressif fera-t-il passer ? Vis-à-vis de la jeunesse et de la société civile égyptienne – et arabe dans son ensemble – un sentiment d’abandon, après les très grands espoirs de changements qu’avait suscité le renversement par ceux-ci de Moubarak, dont le régime actuel n’est que la continuation. Vis-à-vis des groupes religieux radicaux, de l’eau au moulin de leurs diatribes anti-occidentales et donc de la justesse de la cause qu’ils prétendent défendre et des moyens ultra violents qu’ils emploient pour y parvenir.

Par ce soutien à un régime dictatorial tel qu’il s’est remis en place en Egypte., la France – et l’Europe dans son sillage – démontre comme toujours que le décalage entre les valeurs de démocratie, de paix, de liberté qu’elle prétend incarner et les intérêts économiques et sécuritaires à court terme est une réalité bien ancrée dans leur politique. Ce décalage ne pourra malheureusement que brouiller son message, réduire sa crédibilité, son influence à terme comme acteur de changement et d’amélioration dans la région.

L’endiguement de la propagation de l’islam radical se fera par le soutien aux forces démocratiques et la défense de nos valeurs et non pas par le soutien à des régimes dictatoriaux comme en Egypte ou dans le Golfe, et dans un autre contexte, par le soutien à la politique suicidaire du gouvernement israélien. Pendant que l’Europe n’apprend toujours pas la leçon de ses erreurs passées, les moteurs du changement dans les pays arabes désespèrent de notre soutien et de l’établissement de régimes réellement démocratiques dans la région.

 

 

Foto van de week

 

24 heures en images - dimanche 23 novembre

 

© AFP/AHMAD GHARABLI | Hoewel de driemaal heilige stad momenteel gekenmerkt wordt door zware spanningen, doen jonge Palestijnen aan parkour voor de koepel van Rocher in Jeruzalem, op 21 november 2014. « Parkour helpt me een gevoel van vrijheid te ervaren en te ontsnappen aan de druk waaronder ik dagelijks sta’, zegt een Palestijnse jongen in « l’Obs » vorig jaar.

 

Persoverzicht

21 november – 28 november

Europa neemt zwaardere, hoewel symbolische, maatregelen om het Israëlisch beleid te veroordelen – 22/11/2014 – New York Times

Europese landen, Israëls belangrijkste handelspartners en een historische steunbasis, nemen zwaardere maatregelen om de Palestijnse soevereiniteit te steunen and om het aggressieve,  expansionistische beleid van Israël te veroordelen. Jarenlang stapelde de frustraties zich op en werden geuit, maar er werd zelden naar gehandeld. Maar nu hebben politici van Groot-Brittanië, Frankrijk, Spanje en Zweden symbolische stappen ondernomen om Israël onder druk te zetten om een toegeeflijkere houding aan te nemen ten opzichte van de Palestijnen.

Lees het vervolg

 

 

Europa neemt zwaardere, hoewel symbolische, maatregelen om het Israëlisch beleid te veroordelen – 22/11/2014 – New York Times

Europese landen, Israëls belangrijkste handelspartners en een historische steunbasis, nemen zwaardere maatregelen om de Palestijnse soevereiniteit te steunen and om het aggressieve,  expansionistische beleid van Israël te veroordelen. Jarenlang stapelde de frustraties zich op en werden geuit, maar er werd zelden naar gehandeld. Maar nu hebben politici van Groot-Brittanië, Frankrijk, Spanje en Zweden symbolische stappen ondernomen om Israël onder druk te zetten om een toegeeflijkere houding aan te nemen ten opzichte van de Palestijnen.

Sikhs-minderheid Pakistan doelwit van discriminatie23/11/2013 – Dewereldmorgen 

De kleine sikh-minderheid in het noorden van Pakistan heeft zwaar te lijden onder het islamitische fundamentalisme. De sikhs vluchten naar steden als Peshawar, maar de regering staat niet te springen om ze te helpen. Balwan Singh is een 84-jarige man met een groentewinkeltje in de stad Peshawar. Hij is een sikh, een kleine minderheidsgroep van zo’n veertigduizend zielen in het hele land. Toch voelt hij een sterke band met Pakistan, want hier is Guru Nanak geboren, de stichter van de sikh-godsdienst.

Netanyahu’s regering stemt een voorstel om het “Joodse karakter” van Israël te versterken – 24/11/2014 – France 24

De regering van Benjamin Netanyahu keurde op zondag een voorstel goed dat het Joodse karakter van de Israëlische staat versterkt. Zijn tegenstanders vrezen dat dit de democratische fundamenten van het land, alsook de rechten van de Arabische minderheid zal afzwakken. Op woensdag zal de Knesset beginnen met de bespreking van het voorstel dat Israël niet langer definieert als een “Joodse en democratische” staat, maar als “de nationale staat van het Joodse volk”.

Presidentiële polarisatie in Tunesië, een risico voor de democratie – 26/11/2014 – orientxxi 

Aan het eine van 2014 zal Tunesië leven volgens de verkiezingen. Drie stemmingen in drie maanden: de wetgevende verkiezingen op 26 oktober, de eerste ronde van de presidentsverkieizngen op 23 november en de tweede ronde, die voorzien is voor eind december, voor de twee kandidaten die zich reeds konden onderscheiden van de 22 anderen. Béji Caïd Essebsi behaalde 39,46% van de stemmen en Moncef Marzouki 33,43%. De strijd tussen beiden belooft stevig te worden, aangezien ze politieke tweestrijd verpersoonlijken.

De psychiater van de Taliban – 26/11/2014 – BBC

In de late jaren ‘90 controleerde de Taliban Afghanistan, maar de gevechten die hen aan de macht brachten leidde tot heel wat psychologische problemen bij de militanten. Slechts een dokter erkende het probleem en stemde, hoewel hij het niet eens was met de ideologie van de Taliban, in om hen te behandelen.

 

L’Europe prend des mesures plus sévères, bien que symboliques, pour condamner la politique israélienne – 22/11/2014 – New York Times

Les nations européennes, les principaux partenaires commerciaux d’Israël et un bastion de soutien historique, prennent des mesures plus sévères pour soutenir la souveraineté des Palestiniens et condamner ce que beaucoup voient comme une politique agressive et expansionniste. Après des années de frustration accumulée largement exprimée mais qui n’a entraîné aucune réaction, des politiciens britanniques, français, espagnols et suédois ont franchi un pas symbolique pour pousser Israël à adopter une posture plus accomodante vis-à-vis des Palestiniens.

 

La minorité Sikh du Pakistan est l’objet de discriminations – 23/11/2013 – Dewereldmorgen

La minorité Sikh du nord du Pakistan souffre du fondamentalisme islamique. Les Sikhs s’échappent dans des villes comme Peshawar, mais le gouvernement n’est pas prêt à les aider. Balwan Singh est un homme de 84 ans qui tient une épicerie à Peshawar. Il est Sikh, une minorité ethnique d’environ 40 000 personnes dans tout le pays. Il ressent cependant un lien fort avec le Pakistan, car c’est là qu’est né Guru Nanak, le fondateur de la religion sikh.

 

Le gouvernement Netanyahou vote un projet renforçant le caractère « juif » d’Israël – 24/11/2014 – France 24

Le gouvernement de Benjamin Netanyahou a approuvé dimanche un projet de loi qui renforce le caractère juif de l’État d’Israël. Ses adversaires craignent que ce texte affaiblisse les fondements démocratiques du pays et les droits de sa minorité arabe. […] La Knesset doit désormais se prononcer en plusieurs lectures, dont la première mercredi, sur ce projet de loi qui ne définit plus Israël comme un État « juif et démocratique », mais comme « l’État national du peuple juif ».

 

Bipolarisation présidentielle en Tunisie, un risque pour la démocratie – 26/11/2014 – orientxxi

En cette fin d’année 2014, la Tunisie aura vécu au rythme des consultations électorales. Trois scrutins en trois mois : des élections législatives le 26 octobre, le premier tour de l’élection présidentielle le 23 novembre et un second tour prévu fin décembre pour départager les deux candidats qui se sont distingués parmi les vingt-deux en lice. Béji Caïd Essebsi a obtenu 39,46 % des voix et Moncef Marzouki 33,43 %. La bataille s’annonce rude entre ces deux figures qui incarnent la bipolarisation de la vie politique.

4528047_3_0a9c_a-l-ouverture-des-bureaux-de-vote-dimanche_2fe2e69c283bba4d190dcee5e8ed12e6

A l’ouverture des bureaux de vote dimanche, dans le centre-ville de Tunis, les votants se pressaient nombreux avec le sentiment partagé de vivre une journée historique. | © NICOLAS FAUQUÉ / imagesdetun

 

Le psychiatre des Talibans – 26/11/2014 – BBC

A la fin des années 1990, les Tlibans contrôlaient l’Afghanistan, mais les combats qui les ont menés au pouvoir ont laissé beaucoup de militants luttant contre les effets psychologiques de la guerre. Un docteur a reconnu le problème, bien qu’il soit en désaccord avec l’idéologie des des Talibans, et a accepté de les soigner.