21/11/2014

Revue de presse du 14 au 21 novembre

L’Europe a fait peu d’efforts pour aider les Syriens, à présent elle en fera encore moins – 16/11/2014 – Your Middle East

Lorsque le printemps arabe a émergé, la « promotion de la démocratie » par l’Union Européenne a été mise à l’épreuve. Quelques années plus tard, les paroles sont toujours éloignées des actes. Alors que le conflit en Syrie connaît une escalade, Bruxelles n’a pas mobilisé ses ressources pour aider à mettre fin au conflit, ni n’a organisé de plan de migration à visage humain. Dans son discours d’ouverture, Jean-Claude Juncker, le nouveau président de la Commission Européenne, a précisé concernant le Moyen-Orient que l’UE « ne peut se satisfaire de la façon dont notre politique étrangère fonctionne en ce moment. »

 

Thérapie par le théâtre au Liban – 17/11/2014 – OrientXXI

Zeïna Daccache est la pionnière de la dramathérapie au Liban. Avec une technique qui utilise le théâtre à des fins psychothérapeutiques, elle a défrayé la chronique en mettant en scène des détenus des prisons de Roumieh et de Baabda. Aujourd’hui, c’est à Tripoli, dans une ville ravagée par la crise syrienne, qu’elle prépare sa nouvelle pièce avec des femmes libanaises et des réfugiées syriennes. Une occasion de réunir deux mondes et de mettre des mots sur les maux.

_78495836_022822462-1

Image de la vidéo posté par le groupe de l’EI sur Al Hayat TV, qui montrerait le citoyen britannique Abdul Rakib Amin, recruté en juin 2014

On n’est jamais aussi bien que chez soi : que faire des jihadistes qui reviennent – 18/11/2014 – BBC News

On estime que plus de 15 000 jihadistes étrangers de 80 pays se battent aux côtés des militants en Syrie, selon la CIA. Des analystes ont tracé un parallèle entre le conflit actuel et la guerre en Afghanistan des années 1980. Certains pays tentent d’endiguer le flot, d’autres ferment les yeux, mais tous font face au même problème : que faire lorsque les jihadistes rentrent chez eux.

 

Kaboul est-elle une ville sûre ? – 19/11-2014 – MO*Magazine

La sécurité est un concept relatif et large, surtout en Afghanistan. C’est pourquoi la Belgique offre une protection à la plupart des réfugiés afghans. Pourtant, notre pays a renvoyé, bien qu’au compte goutte, des jeunes à Kaboul en prétendant qu’il s’agit d’une « région sûre ». Mais le retour à la capitale afghan est-il vraiment sûr ? Tine Danckaers a évalué la situation à Kaboul et a parlé avec des ministres et parlementaires afghans, des ONG internationales et des expatriés.

Succession incertaine à Oman – 20/11/2014 – OrientXXI

Oman a servi d’intermédiaire entre les États-Unis et l’Iran et joue un rôle diplomatique actif dans la région. D’où l’inquiétude — partagée par la population — que suscite dans plusieurs capitales l’état de santé du sultan Qabous ibn Said. Celui-ci n’ayant pas de descendant direct, la procédure de désignation d’un nouveau monarque s’annonce en effet compliquée. La jeune société civile qui a émergé durant le « printemps omanais » de 2011 et 2012 est quant à elle peu disposée à consentir au renouvellement d’un modèle autoritaire qui a depuis longtemps atteint ses limites.