000_Par8234954The last attacks perpetrated by ISIS on the Turkish soil have pushed finally Turkey to take action against ISIS and against the PKK, which is still consider by Ankara as a terrorist group. This strategic shift allows Turkish security forces to put an end to hypocrisy and to its complacency toward ISIS, which had enjoyed it until now.

These attacks happened last week in Suruç, 32 were reported dead said the local authorities, and in a village (Elbeyli) close to the Syrian border where deadly clash between Daesh fighters and the Turkish army have killed one soldier.

These attacks located in the border area are the most serious since ISIS took control of a large portion of Syrian and Iraqi territory a year ago. Following these attacks, Turkish authorities announced a strengthening of security measures along the 900 km of border that separate Turkey from Syria. Turkish and American presidents, Recep Tayyip Erdogan and Barack Obama have agreed: to fight together against the influx of foreign jihadists in Syria and reinforce as well controls along the Syria border.

Turkey is under pressure after these events and have agreed to allow the United States to conduct air strikes against the jihadists of the Islamic state from several of its air bases, including Incirlik airbase, near the Syrian border.

Until now Turkey, a close ally of the United States and a NATO member since 1952, played in the last Middle East crisis, a minimal role concerning the anti-jihadist operations in Syria and Iraq. Indeed, the Islamic-conservative government of Mr. Erdogan has not intervened militarily due to its complacency towards ISIS that fights both of its archenemies in the region: the government of Bashar al-Assad, and the Syrians and Iraqis Kurds.

During the fighting in Ayn al-Arab (Kobané), located a few kilometers of the Turkish border, ISIS was about to seize the city but Kurdish fighters have opposed a strong resistance and finally won the battle without the help of the Turkish army, which was pre-positioned but have not intervened. Ankara preferred to tacitly support ISIS rather than strengthen the Kurdish cause and the government of Damascus.

A few months ago the Turkish daily newspaper “Cumhuriyet” published on May 29, several photos that have accredited the assumption, vehemently denied by the Islamic-conservative government, that Ankara supplies weapons and ammunitions to the Syrian rebels extremist groups such as Jabhat al Nosra and Islamic State. Following the latest attacks of ISIS in Diyarbakir, which targeted a convoy of the Turkish army, assigned by the authorities to the PKK, the strategic and security situation has evolved rapidly.

These last events have forced Turkish authorities to reassess their strategic position. Thus, they will increase their bombing against EI and the Kurdish rebels of the PKK (Kurdistan Workers’ Party, banned in Turkey) to prevent the creation of a Kurdish state along their borders and then avoid further fragmentation of the country between Kurds and Turks.

The Kurds are probably the biggest losers of the past dismantle of the Ottoman Empire. Indeed The Treaty of Sèvre in 1920 provided the establishment of an autonomous Kurdistan, but it was never take into account by the mandatory powers at this period. Meanwhile, Turkey while undergoing a transformation from the Ottoman Empire into a “Kemalist” Republic, denied completely the existence and the rights of the Kurdish minority in its territory to create a modern nation-state with a secular republic and one people, the Turks.

The sudden arising of the Kurds in Iraq and Syria after the fall of Saddam Hussein and the arrival of the Islamic State could be a nightmare for the Turkish authorities, which fear that this will stimulate Kurdish nationalism in Turkey as well. The last ISIS destabilization attempts and the growing power of Iraqi and Syrian Kurds could eventually destabilize the eastern part of Turkey, or, in the worst-case scenario, it might gradually fragment Turkish territory.

However, this fragmentation of Turkey might not be feasible, non-state and irredentist groups such as ISIS thrive rather in states characterized by a low centralism, a declining economy sand a segmental society.

 

 

La Turquie déclare la guerre à l’organisation de l’État islamique – les 24 juillet – Orientxxi

L’attentat commis par l’organisation de l’État islamique en Turquie le 20 juillet 2015 a mis fin à l’entente de facto entre cette organisation et Ankara. Le gouvernement a autorisé les États-Unis à utiliser la base d’Inçirlik pour des actions militaires contre l’OEI en Syrie et ses forces ont participé à des frappes chez son voisin. Obnubilé jusque-là par sa haine du régime syrien et par la peur de voir les Kurdes profiter du chaos, le gouvernement turc reverra-t-il sa stratégie ? Peut-il accorder aux Kurdes la place qu’ils demandent ou mènera-t-il une guerre sur deux fronts comme il semble s’y engager ?

 

Maroc – premières étapes de Uber au Maghreb – le 28 Juillet – Moyen-Orient Eye

MEE parle aux conducteurs et aux clients utilisant Uber au Maroc, actuellement dans une phase de test à Casablanca.

 

La plage: une bouée de sauvetage de Gaza – le 29 Juillet – Moyen-Orient Eye

Comme une vague de chaleur torride déjà est réglé à intensifier au milieu des pannes de courant et des pénuries d’eau, les Gazaouis trouvent la survie par le bord de la mer

 

L’Arabie Saoudite est en train de se rapprocher des Frères musulmans? – le Juillet 29 – Al Jazeera

Au milieu de l’expansion ISIL continue et une menace perçue de l’Iran, l’Arabie saoudite a été la recherche de nouveaux alliés.

 

 

Turkey declares war on the organization of the Islamic State – July 24th – Orientxxi

The attack by the organization of the Islamic state in Turkey July 20, 2015 ended the de facto agreement between that organization and Ankara. The government permitted the US to use the Incirlik base for military action against Syria OEI and its forces participated in strikes in its neighbor. Obsessed far by his hatred of the Syrian regime and the fear of the Kurds enjoy the chaos, the Turkish government does review its strategy? Can it grant the Kurds instead they ask or he will conduct a two-front war as it seems engage in it?

 

Morocco – Uber’s first steps in the Maghreb – July 28th – Middle East Eye

MEE speaks to drivers and customers using Uber in Morocco, currently in a test phase in Casablanca.

The beach: Gaza’s one lifeline – July 29th – Middle East Eye

As an already scorching heatwave is set to intensify amid power outages and water shortages, Gazans find survival by the sea shore.

 

Is Saudi Arabia warming up to the Muslim Brotherhood? – July 29th – Al Jazeera

Amid continued ISIL expansion and a perceived threat from Iran, Saudi Arabia has been searching for new allies.

 

 

Par Mac-Henry Saillard

000_Par8234954

Les récentes attaques de Daesh sur le sol turc ont finalement poussée la Turquie à agir contre Daesh et le PKK (parti des travailleurs du Kurdistan, interdit en Turquie), ce dernier étant considéré par Ankara comme un groupe terroriste. Ce revirement stratégique à l’encontre de Daesh a fait s’évanouir la complaisance dont ce dernier jouissait en Turquie.

Les attaques de la semaine dernière furent attribuées à l’EI,  ont eu lieu à Suruç (32 morts) et près de la frontière syrienne, dans le village d’Elbeyli, suite à un accrochage meurtrier entre des combattants de Daesh et l’armée Truque qui fit un mort coté truc.

Ces attaques dans la zone frontalière sont les plus sérieuses depuis que le groupe État islamique a pris le contrôle de larges portions de territoire en Syrie et en Irak il y a plus d’un an. Suite à ces attaques, les autorités turques ont annoncé un renforcement des mesures de sécurité le long des 900 km de frontière qui séparent la Turquie de la Syrie. Les présidents turc Recep Tayyip Erdogan et américain Barack Obama ont convenus de lutter ensemble contre l’afflux de djihadistes étrangers en Syrie et de renforcer le contrôle à la frontière syro-turque.

La Turquie, sous pression, a donc décidé de permettre aux États-Unis de mener des frappes aériennes contre les djihadistes de l’Etat islamique à partir de plusieurs de ses bases aériennes, dont celle d’Incirlik, située près de la frontière syrienne.

Jusqu’à présent la Turquie, membres de l’OTAN, s’était contentée d’une participation minimale aux opérations anti-djihadistes. En effet le gouvernement Islamo-conservateurs d’Erdogan, n’est pas intervenu militairement dans le conflit syrien laissant les mains libre à Daesh qui combat deux de ses principaux ennemies dans la région : le gouvernement de Bachar Al Assad, issue de la secte Chiite Alaouite et les Kurdes de Syrie et d’Irak. En effet lors des combats de Kobané, suitée à quelques kilomètres de la frontière turque qui avaient opposés Daesh aux combattants Kurdes, l’armée Turque n’est pas intervenue, Ankara préférant alors soutenir tacitement Daesh plutôt que de renforcer la cause Kurde et le gouvernement de Damas.

D’ailleurs le quotidien turc Cumhuriyet a publié le 29 mai dernier, des photos qui ont accrédité l’hypothèse farouchement démentie par le gouvernement islamo-conservateur d’Ankara, de livraisons d’armes aux rebelles extrémistes syriens dont Jabhat al Nosra et Daesh.

Mais suite aux derniers attaques de Daesh et à l’attentat à Diyarbakir attribué par les autorités truc au PKK, la situation stratégique et sécuritaire a évolué rapidement. Cela a poussé les autorités turques à réévaluer leurs positions stratégique et à bombarder Daesh et les rebelles Kurdes du PKK pour éviter que ce crée un Etat kurde aux frontières de la Turquie.

Les Kurdes sont sans aucun doute les grands perdants du partage de l’empire Ottoman. En effet le traité de Sèvre en 1920 prévoyait la constitution d’un Kurdistan autonome, mais cela ne fut jamais pris en compte par les puissances mandataires de l’époque. Au même moment, la Turquie alors en pleine transformation passant de l’Empire Ottoman à la République Kémaliste, a nié totalement l’existence et les droits de la forte minorité kurde présente sur son territoire pour créer un Etat-nation moderne avec une république laïque et un peuple, le peuple turc.

Le réveil des Kurdes d’Irak et de Syrie suite à la chute de Saddam Hussein et à l’arrivée de Daesh pourrait bien être le cauchemar des autorités turques qui craignent que cela ne réveille le nationalisme kurde de Turquie. Les tentatives de déstabilisation de Daesh ainsi que la monté en puissance des Kurdes d’Irak et de Syrie pourraient à terme déstabiliser la partie est de la Turquie, ou, dans le pire des scénarios fragmenter petit à petit du territoire turc.

Cette fragmentation de la Turquie, qui est un état centralisé et bien établit, est cependant peu envisageable dans l’immédiat ; les groupes non-étatiques irrédentistes comme Daesh, au contraire, prospèrent dans des états faibles caractérisé par un faible centralisme, une économie déliquescente et une société segmentaire.

 

 

 

 

US struggling to recruit Iraqi troops to fight Isis, Pentagon chief admits – The Guardian

The US defense secretary Ashton Carter has painted a bleak picture of the country’s efforts to train fighters in Iraq and Syria, revealing the military has trained fewer than a third of the Iraqi troops it expected would lead the fight against the Islamic State.

US defense secretary tries to calm Mideast jitters over Iran deal – 21st of July 2015 – Jordan Times

US Defense Secretary Ashton Carter sought to reassure anxious Middle East allies Tuesday over the Iran nuclear deal during a regional tour that includes stops in Israel, Jordan and Saudi Arabia. Carter met Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, a fierce critic of the landmark Iran accord, before flying on to Jordan, a key partner in the US-led war on Daesh terrorist group. Addressing military personnel from six nations in the anti-Daesh coalition at a Jordanian air base, he said the United States and Israel had a « common commitment to countering Iranian malign influence in the region ».

Iran’s chief nuclear negotiator receives hero’s welcome in Teheran. 20th of July – Middle East Eye.

Mohammad Javad Zarif the Iranian Foreign Minister gave to some Iranian journalists a special occasion to interview him about the agreement by inviting them to join him aboard his plane during the flight back to Tehran, after the signature of that landmark deal between Iran, the United States and other world powers in Vienna.

Sarkozy is trying to revive the Union for the Mediterranean in Tunis – – 21st of July – Le Figaro.

We thought that the UPM was swept by successive Arab Spring, but Nicolas Sarkozy seems to want to revive the Union for the Mediterranean (UFM). This organization was launched in 2008, the goal was to brings together both countries of the European Union and bordering the Mediterranean. At the time, almost all the heads of state gathered in Paris to celebrate this new space for dialogue. However the Gaza war in December 2008, the fall of the Egyptian rais and co-chairman of the UFM, Hosni Mubarak, had chipped away the project.

Turkey bombs Islamic State targets in Syria 24th of July – BBC World

Turkish planes have for the first time carried out air strikes against Islamic State (IS) group targets in Syria. Police also launched raids against IS and Kurdish militants across the country, arresting 297 people, the Prime Minister’s office said. On Thursday, Turkish forces exchanged fire with IS fighters near the Syrian border. One Turkish soldier was killed.

 

Le Secrétaire d’Etat à la Défense à admis que les Etats-Unis et l’Irak peinaient à trouver de recrues pour combattre Daesh. – The Guardian

Le secrétaire d’Etat américain à la Défense Ashton Carter a dépeint un tableau sombre des efforts des Etats-Unis pour former des combattants en Irak et en Syrie. Il a révélé que l’armée a formé moins d’un tiers des troupes irakiennes qu’elle prévoyait, pour mener la lutte contre l’État islamique.

Le Secrétaire d’Etat à la Défense tente de calmer la nervosité du Moyen-Orient suite à l’annonce de l’accord avec l’Iran – 21 Juillet 2015 – Jordan Times.

Le Secrétaire américain à la Défense Ashton Carter lors d’une tournée régionale qui inclus Israël, la Jordanie et l’Arabie saoudite, a cherché à rassurer les alliés de l’Amérique au Moyen-Orient mardi suit à l’accord sur le nucléaire avec l’Iran. Ashton Carter a rencontré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, un opposant féroce à l’accord historique Iran, avant de repartir vers la Jordanie, un partenaire clé dans la guerre menée par les Etats-Unis contre le groupe terroriste Daesh. S’adressant à des responsables militaires de six nations participants à la coalition sur une base de l’armée de l’air Jordanienne le Secrétaire d’Etat a déclaré « qu’Israël et les Etats-Unis avaient un engagement commun pour contrer l’influence Iranienne dans la région ».

Un accueil de héros pour le négociateur de retour à Téhéran – 20 Juillet 2015 – Middle East Eye

Après avoir signé un accord nucléaire historique entre son pays, les États-Unis et d’autres puissances mondiales à Vienne, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a donné aux journalistes de son pays une occasion spéciale pour l’interviewer sur l’accord en les invitant à se joindre à lui à bord de son avion pendant le vol de retour à destination de Téhéran.

À Tunis, Sarkozy tente de ressusciter l’Union pour la Méditerranée – 21 Juillet 2015 – le Figaro

On la pensait balayée par les printemps arabes successifs. Mais Nicolas Sarkozy semble vouloir faire revivre l’Union pour la Méditerranée (UPM), une organisation lancée en 2008 qui rassemble les pays de l’Union européenne et riverains de la mer Méditerranée. À l’époque, presque tous les chefs de l’Etat s’étaient rassemblés à Paris pour célébrer ce nouvel espace de dialogue. La guerre de Gaza en décembre 2008 avait ébréché le projet. La chute du raïs égyptien et co-président de l’UPM, Hosni Moubarak, a terminé de fragiliser l’édifice en 2011.

La Turquie a bombardées en Syrie des objectifs liés à l’États islamiques – 24 Juillet – BBC World

Des avions de combats turcs ont pour la première fois effectués des frappes aériennes contre l’Etat islamique (EI) en Syrie. La police a également lancé des raids contre l’EI ainsi que les militants pro-kurdes à travers tout le pays, arrêtant 297 personnes, d’après bureau du premier ministre. Jeudi près de la frontière syrienne, les forces armées turques ont eu un accrochage avec des combattants de l’EI, un soldat turc a été tué.

 

 

Iran and the members of the Security Council plus Germany (P5 + 1) agreed, after 12 years of chaotic negotiations; they have clinched a landmark deal on the Iranian nuclear issue. John Kerry and Javid Zarif reached a compromise to solve the nuclear impasse. The conclusion of this agreement is a success: for Obama, currently mired in the Middle East, for Iran, which will run back into the community of nations. Moreover, it is also a success for the members of the P5 + 1 who negotiated for 12 years an agreement on the Iranian nuclear issue.

This very precise and technical agreement allows Iran to develop its civilian nuclear industry and escape the sanctions, but at the same time, it blocks at least for ten years any will of military nuclear program for Iran.

The atmosphere was festive in the streets of Tehran following the announcement of the conclusion of the agreement. The preparation of the forthcoming parliamentary elections on 26 February 2016 has already begun and will help to inflame passions. The reformers, marginalized or jailed since 2009 after demonstrations against the re-election of Mahmoud Ahmadinejad begin to get out of prison after serving their sentence and seek to unify their forces. All actors in the social and political life are ready to play their role with that new breakthrough which opens new perspectives.

On the US side, the president must face the discontent of Republicans, which has majority in Congress, and Israeli government, which is seeking to sabotage the agreement. In the perspective that Congress endorses this agreement, Obama is trying to minimize the scope of the document stating that it solves the risk of nuclear proliferation in the Middle East through its technical and restrictive aspect nevertheless it is still necessary to combat Iranian influence in the region. King Abdullah II of Jordan, which comes from a Sunni dynasty, had summed up a few years ago the fears of all the Sunni Arab monarchies when he warned about the « danger of the emergence of a Shiite crescent ». Hence, Obama tries to reassure Sunni Arab allies and Israel who find that their agreement is unfavorable to their interests.

Israel has always declared its hostility to the regime in Tehran and to such an agreement. In 2008, there were rumors about possible Israeli strikes on Iranian nuclear facilities. Over the past decade, the Israeli Mossad was involved in numerous targeted assassination of Iranian scientists in order to delay the nuclear program. The NSA had also made such maneuvers in 2010 with the development of Stuntex, a virus that attacked centrifuges software. For Israel, this agreement does not reduce the ability of Iran and just saves time. Netanyahu will therefore use all possible levers to hinder this agreement

This agreement might lift international sanctions over Iranian economy. A resumption of diplomatic relations might be consider between Iranians and Americans.

The return of Iran on the international scene could be favorable. Thus to ensure the survival of the Mullah regime and improve an economic situation marked by the financial and economic sanctions Ayatollah Khamenei had  to consent to the agreement to be negotiated and signed. The gradual thawing of Iranians banking assets, which have been stuck abroad, could generate about 100 billion dollars. That would be a great news for a country with a GDP that exceeds barely 500 billion dollar a year. However, it would be naive to believe that in a few months the country will become an Eldorado for business and that the state will fundamentally change its structure.

In geopolitical terms, the agreement could eventually shift the balance of power in the Middle East. This would pave the way for a more open dialogue with Iran.

Even though the agreement is conclude, there is no question to speak of democratization. If Iran is more flexible and more conciliatory on certain subjects that are at the heart of regional tensions;

Iran will more likely tighten the screw at the interior level; the government will reinforce ideological control. We shall recall that the Iranian regime at the beginning have been built from the inside against its external enemies that are Iraq (with the secular regime imposed by Saddam Hussein), United States and Israel.

Obama has made a risky bet with this agreement. Indeed, he is trying to reach out Iran to “impose” a more conciliatory position on Iranian regional policy. He tries to have an influence over that cold war between Iran and Saudi Arabia, which lead to a fratricidal war between Sunni and Shiite.

Without doubt, it is also a further way to counter and degrade ISIS that becomes a greater danger each day and a major threat to regional security.

Nevertheless, this agreement is a success,on a diplomatic level after twelve years of negotiations encompassing Iran, the United States and five others players, with diverging views and goals.

 

Par Marc-Henry Saillard

iran-us-kerry

L’Iran et les membres du conseil de sécurité plus l’Allemagne (P5+1) sont tombés d’accord ! Le 14 juillet 2015 au terme de 12 ans de négociations chaotique un accord a été conclu sur le dossier nucléaire Iranien. John Kerry et Javid Zarif ont trouvé un compromis permettant de sortir de cette impasse nucléaire. La conclusion de cet accord est un succès pour Obama, actuellement empêtré au Proche-Orient, c’est un succès pour l’Iran qui pourra réintégrer le concert des nations.

Cet accord, très précis et très technique, permet à l’Iran de développer son industrie nucléaire civile et d’échapper aux sanctions, mais dans le même temps il bloque pendant au moins dix ans toute velléité de programme nucléaire militaire pour les iraniens.

L’atmosphère était à la fête dans les rue de Téhéran suite à l’annonce de la conclusion de l’accord. La préparation des prochaines élections parlementaires du 26 février 2016 a d’ores et déjà commencé et va contribuer à attiser les passions. Les réformateurs, marginalisés ou emprisonnés depuis 2009 après les manifestions contre la réélection de Mahmoud Ahmadinejad commencent à sortir de prison, après avoir purgé leur peine, et cherchent à unifier leurs forces. Tous les acteurs de la vie sociale et politique sont prêts à jouer leur rôle dans le contexte d’ouverture sans doute relative que promet cet accord pour les iraniens.

Du côté américain le président doit faire face au mécontentement des républicains, majoritaire au congrès, et d’Israël qui cherchent par tous les moyens à saboter cet accord. Dans la perspective que cet accord soit avaliser par le congrès, Obama tente de minimiser la portée du document en déclarant qu’il résout les risques de prolifération nucléaire au Moyen-Orient par son aspect technique et restrictif ; mais qu’il est toujours nécessaire de combattre l’influence iranienne dans la région. Obama tente de rassurer les alliés arabe sunnite et Israël qui trouvent que accord leurs est défavorable.

Israël a toujours proclamé son hostilité au régime de Téhéran et à un tel accord. En 2008 des rumeurs circulaient sur d’éventuelles frappes Israélienne sur les installations nucléaire Iranienne. Durant la décennie passée le Mossad Israélien a été impliqué dans de nombreux assassinats ciblés de scientifiques Iraniens dans le but de retarder leurs programmes nucléaires. La NSA avait également développé en ce sens en 2010 le virus Stuntex qui s’attaquait aux logiciels des centrifugeuses iraniennes. Pour Israël cet accord ne réduit en rien la capacité de l’Iran et permet juste de gagner du temps. Netanyahou va donc user de tous les leviers possibles pour faire obstacle à cet accord

Cette heureuse conclusion pourrait signifier une levée des sanctions internationale. Une reprise des relations diplomatiques pourraient être envisagé entre Iraniens et Américains.

Le retour de l’Iran sur la scène internationale pourrait lui être bénéfique. Pour assurer la survie du régime des Mollah et améliorer une situation économique marquée par les sanctions économique et financière l’Ayatollah Khamenei avait donné son accord de principe pour que cet accord soit négocié et signer. Le dégel progressif des avoirs Iraniens bloqué à l’étranger pourrait rapporter au pays environ 100 milliard de dollar. Cela serait une bulle d’air dans un pays où le PIB dépasse avec difficulté 500 M$/ans. Cependant il serait naïf de croire qu’en quelques mois le pays deviendra un Eldorado pour les affaires, que l’État coopèrera avec l’Arabie saoudite et modifiera en profondeur sa structure.

Au point de vue géopolitique l’accord pourrait modifier l’équilibre plus que précaire du Moyen-Orient. Cela ouvrirait la voie à un dialogue plus ouvert avec l’Iran. Mais il n’est pas question pour autant de parler de démocratisation. Si l’Iran se montre plus flexible et plus conciliante sur certains sujets qui sont au cœur des tensions régionales il est probable qu’a l’intérieur du pays il y est une reprise en main idéologique car le régime issue de la révolution Islamique s’est toujours construit de l’intérieur contre les ennemies extérieurs que sont : L’Irak alors à aux mains des Sunnite sous Saddam, les Etats-Unis et Israël.

Obama avec cet accord fait un pari risqué, celui de tendre la main à l’Iran, pour avoir un second levier d’influencer sur la guerre froid que ce livre l’Arabie Saoudite et l’Iran pour la domination régioanle. C’est sans doute à terme un moyen supplémentaire de contrer l’organisation Etat Islamique qui devient chaque jour un danger de plus en plus grand pour la sécurité régionale.

Quoi qu’il en soit cet accord est un succès d ‘un point de vue diplomatique car obtenu au bout de douze de négociation englobant l’Iran les Etats-Unis et 5 acteurs aux points de vues et aux objectifs divergeant sur la résolution de la crise iranienne.

 

 

The Cairo streets where girls pretend to be boys – July 12th – The Guardian

Life is hard for the children who scrape a living on Egypt’s streets. They deal daily with horror and hunger, but for the girls the struggle is worse – which is why some of them dress as boys. Patrick Kingsley hears their stories

Former Palestinian hunger-strikers speak out – July 13th – Middle East Eye

World headlines focus on Khader Adnan and his 55-day hunger strike, but what are the lives of the hunger strikers really like?

 

Agreement on Iran’s nuclear: a key to open what door? – July 14th – Orientxxi

After marathon negotiations, Iran and the permanent members of the UN Security Council plus Germany (the « 5 + 1 ») have finally agreed on July 14 to a very technical and detailed agreement allowing Iran to develop its civilian nuclear industry and escape the sanctions, but blocking for at least ten years any hint of military nuclear program. In fact, this text was negotiated directly between Iran and the United States and its scope thus extends far beyond the nuclear issue.

 

Tunisia state of emergency life – July 16th – Orientxxi

On 4 July 2015, the head of the Tunisian government Beji Caid Essebsi decreed a state of emergency. Eight days earlier, a jihadist attack against a resort near Sousse had killed 38 tourists. The investigation revealed that there was a link between the attack and the one that had occurred three months earlier, on March 18, killing 22 people among the tourists visiting the National Museum of Bardo. Both attacks were claimed by the organization of the Islamic State. Tunisians how do they live this situation? Testimony.

 

Tourism to Iran set to rise sharply after nuclear deal – July 17th – The Guardian

Iran is hoping that the nuclear agreement struck in Vienna this week will create a further boost to a tourist industry that has already relaxed visa requirements and is planning to build new hotels to attract visitors to its ancient sights

 

 

 

Ces rues du Caire où les filles  prétendent être des garçons – le 12 Juillet – The Guardian

La vie est dure pour les enfants qui vivotent dans les rues d’Egypte. Ils traitent tous les jours avec l’horreur et la faim, mais pour les filles la lutte est encore pire, ce qui explique pourquoi certaines d’entre elles s’habillent comme les garçons. Patrick Kingsley rapporte leurs histoires.

 

Les anciens grévistes de la faim palestiniens s’expriment- le 13 Juillet – Moyen-Orient Eye

Les unes du monde entier se concentrent en ce moment sur la cas de Khader Adnan et sa grève de la faim de 55 jours, mais ses conditions de vie sont-elles celles de tous les grévistes de la faim ?

 

Accord sur le nucléaire iranien : une clé pour ouvrir quelle porte ? – le 14 juillet – Orientxxi

Après des négociations marathon, l’Iran et les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne (les « 5+1 ») se sont finalement mis d’accord le 14 juillet sur un accord très technique et très détaillé permettant à l’Iran de développer son industrie nucléaire civile et d’échapper aux sanctions, mais bloquant pendant au moins dix ans toute velléité de programme nucléaire militaire. En fait, ce texte a été négocié directement entre l’Iran et les États-Unis et sa portée dépasse donc largement la question du nucléaire.

 

Tunisie, la vie en état d’urgence – le 16 juillet – Orientxxi

Le 4 juillet 2015, le chef de l’État tunisien Béji Caïd Essebssi décrétait l’état d’urgence. Huit jours plus tôt, un attentat djihadiste contre une station balnéaire près de Sousse avait coûté la vie à 38 touristes. L’enquête a révélé qu’il y avait un lien entre cette attaque et celle qui s’était produite trois mois plus tôt, le 18 mars, faisant 22 morts parmi les touristes qui visitaient le musée national du Bardo. Les deux attentats ont été revendiqués par l’organisation de l’État islamique. Comment les Tunisois vivent-ils cette situation ? Témoignage.

 

Le tourisme en Iran devrait fortement augmenter après l’accord sur le nucléaire – 17 Juillet – The Guardian

L’Iran espère que l’accord nucléaire signé à Vienne cette semaine permettra de créer un nouvel élan à une industrie touristique qui a des exigences de visa déjà détendu et envisage de construire de nouveaux hôtels pour attirer les visiteurs de ses sites antiques.