18/10/2016

Revue de presse du 10 octobre-14 octobre 2016

Des milliers de personnes au Yémen protestent contre l’attaque aérienne mortelle alors que la coalition saoudienne donne son accord pour une enquête-Le Washington Post-10/10/2016.

Des millions de personnes ont protesté dans les rues de Sanaa au Yémen pour dénoncer l’attaque aérienne ayant fait 100 morts lors de funérailles. Celle-ci avait été lancée par la coalition menée par l’Arabie Saoudite. Elle déclare que l’attaque n’aurait pas dû être dirigée contre des civiles. Les personnes présentes aux funérailles étaient principalement des supporters des Houthis, opposants au gouvernement soutenu par l’Arabie Saoudite.  La coalition bénéficie du soutien des Américains qui ont affirmé être fortement perturbés par cet incident. La Maison Blanche a déclaré qu’elle enverrait un expert sur place pour éclaircir le déroulement des événements et qu’elle était prête à ajuster son aide à la coalition en fonction des résultats.

L’Etat tunisien vilipendé par l’ONU pour sa déconsidération de sa culture amazighe-The Huffington Post Maghreb-11/10/2016

Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies (CERSCR) a récemment déclaré que la Tunisie dénigrait sa propre culture amazighe. La délégation tunisienne avait pourtant affirmé que le pays respectait la diversité ainsi que les minorités. Ces allégations n’ont pas suffi à convaincre le CERSCR. Celui-ci reproche à la Tunisie sa définition réductrice de l’identité arabe et musulmane qui pourrait mener à des violations des droits linguistiques et culturels amazighes.

Quand l’Iran va-t-elle abandonner Bachar al-Assad ?-Aljazeera-12/10/16

L’Iran a jusqu’à présent été d’un grand soutien au régime Syrien sans lequel Assad n’aurait probablement pas pu rester au pouvoir. En effet, Téhéran a envoyé de l’aide tant diplomatique que militaire. Ce soutien semble inconditionnel et perdure dans le temps. Pourtant, d’un point de vue pragmatique, trois situations pourraient pousser l’Iran à revoir ses options. En effet Ahmed al-Burai, professeur à l’Université d’Istanbul Aydin, considère que trois scénarios pourraient amener Téhéran à changer de stratégie. Tout d’abord, un changement dans la politique extérieure Russe à l’égard de la Syrie pourrait aller à l’encontre des intérêts iraniens. Ensuite, les perspectives de plus en plus expansionnistes de l’Iran concernant ses voisins arabes et Turques pourraient également amener le pays à modifier sa politique extérieure à l’égard de la Syrie. Le pays pourrait finalement réaliser que le maintien d’Assad ne sert plus ses intérêts.

L’Égypte ébranlée par un typhon économique-Orientxxi-14/10/2016

L’Egypte hésite à dévaluer  sa monnaie pour la seconde fois cette année, alors que le prix de l’eau et l’électricité ne cessent d’augmenter et que les recettes d’exportation et du tourisme diminuent. Si le monde des affaires attend cette nouvelle avec impatience, une telle décision risquerait d’avoir un impact négatif sur les masses égyptiennes. Les experts attribuent ce problème de devise à ce qui est couramment appelé de la « gestion sale ». Ce type de gestion consiste à déterminer la valeur de la devise à l’issue d’un processus politique au lieu de laisser la loi de l’offre et de la demande faire son travail.

Tentative de coup d’Etat en Turquie: des mandats contre 189 magistrats-RTBF-15/10/2016

Après la tentative de putsch ayant eu lieu en Turquie en juillet dernier, le gouvernement mis en place une purge pour évincer les soi-disant sympathisant de Gülen, prédicateur supposé du coup d’état. Cette vague de purges s’est poursuivie cette semaine avec l’émission de 189  mandats d’arrêts à l’encontre des magistrats turcs. Ceux-ci sont accusés d’avoir utilisé la messagerie cryptée Bylock, soupçonnée d’avoir été l’outil de communication des putschistes.