Press Review

This week in the Press Review : “Syria: near a million people are now besieged”; “Homemade Drones: Daesh’ new weapons”; “Turkey : the law legalizing rape has been abandonned,  but its spirit remains”; “The battle to uncover the truth and future of the Tunisian revolution”; and “Iran pulls the plug on Tehran art exhibition in Berlin”.

Read more

 

Revue de Presse

Cette semaine dans la revue de presse: « Syrie : près d’un million de personnes désormais assiégées » ; « Le drone piégé « fait maison », nouvelle arme de Daech » ; « Turquie : la loi qui « légalise » le viol est retirée , mais l’esprit du texte demeure » ; « La bataille pour révéler la vérité et le future de la révolution tunisienne » ; et « L’Iran laisse tomber l’exposition de Téhéran à Berlin ».

En lire plus

 

Syria: near a million people are now besieged-Le Monde-21/11/2016

The use of the tactics of siege is increasing in Syria, declares the UN boss of the humanitarian operations. Indeed, near a million Syrians would be besieged today. This number, has been constantly rising during the last past year. This one would be essentially used by the Syrian regime. New zones broadened the list of unreachable places for the humanitarian supports. This collective punishment aims at forcing the populations to submit itself or to flee.

Homemade Drones: Daesh’ new weapons-L’Obs-22/11/16

The use of armed drones by the Jihadist group « Islamic State » is increasing. Those ones are either freely purchas on website such as the Fnac and Amazone, either homemade. If drones made by ISIS remain little successful due to their inability to transport big quantity of explosives, the growing interest of the organization for this type of weapon stays all the same a subject of concern for the international community.

Turkey : the law legalizing rape has been abandonned,  but its spirit remains- la Libre Belgique-21/11/2016

Further to the strong popular mobilization, Turkey gave up its bill « legalizing the rape » when the victim is married to her aggressor. The law would also have tolerated rape if the aggressor marries his victim after the incident.  This text was perceived by the public opinion as being a way to legalize and legitimize the situation of the married couples religiously; but also the situation where one of the two spouses (generally the girl) is still minor.

The battle to uncover the truth and future of the Tunisian revolution-Middle East Monitor-24/11/2016

Tunisia threw the first hearings of the Truth and Dignity Instance (TDI) on November 17th. This authority aims at establishing a context in which the promises of transitional justice established by the new Tunisian constitution could be fulfill. This one allows to listen to the voices of the people successively oppressed by the diet of Bourguiba and Ben Ali.

Iran pulls the plug on Tehran art exhibition in Berlin -The Guardian-25/11/2016

Berlin had to welcome next month an exhibition with arts coming from the Tehran’s Museum of Contemporary. Certain pieces of the collection had been bought by the wife of the Sha during the 1970s oil boom. The exhibition has however been cancelled, or postponed because of the incapacity-or the lack of will-of the Iranian authorities to send the art pieces in Europe.

 

Syrie : près d’un million de personnes désormais assiégées-Le Monde-21/11/2016

L’utilisation des tactiques de siège est en hausse en Syrie, déclare le patron des opérations humanitaires de l’ONU. En effet, près d’un million de Syriens seraient aujourd’hui assiégés. Ce nombre, en hausse constante depuis l’année dernière. Celle-ci serait essentiellement utilisée par le régime syrien. De nouvelles zones sont venues allonger la liste des endroits injoignables pour les supports humanitaires. Cette punition collective a pour but de forcer les populations à se soumettre ou à fuir.

Le drone piégé « fait maison », nouvelle arme de Daech-L’Obs-22/11/16

Le groupe Djihadiste « État islamique » utilise de plus en plus de drone dans sa conduite de la guerre. Les drones sont issus soit d’une fabrication artisanale, soit achetés librement sur des sites internet tels qu’Amazone et la Fnac. Si les drones fabriqués par l’EI restent peu performants au sens où ils ne peuvent transporter qu’une petite quantité d’explosifs, mais l’intérêt grandissant de l’organisation pour ce type d’arme reste tout de même un sujet de préoccupation grandissant pour la communauté internationale.

Turquie : la loi qui « légalise » le viol est retirée, mais l’esprit du texte demeure-la Libre Belgique-23/11/2016

Suite à la forte mobilisation populaire, la Turquie a renoncé à son projet de loi « légalisant le viol » lorsque la victime est mariée à son agresseur, ou si celle-ci l’épouse à l’issue des faits. Ce texte était perçu par l’opinion publique comme étant un moyen de légaliser et légitimer la situation des couples mariés religieusement ; mais dont l’un des deux époux (généralement la fille) est encore mineur.

La bataille pour révéler la vérité et le future de la révolution tunisienne-Middle East Monitor-24/11/2016

La Tunisie a lancé les premières auditions de l’instance de Vérité et Dignité (IVD) le 17 novembre. Cette instance a pour but d’établir un contexte dans laquelle les promesses de justice transitionnelle établie par la nouvelle constitution tunisienne pourraient se réaliser. Celle-ci permet de faire entendre les voix de ceux qui ont été opprimés successivement par le régime de Bourguiba puis de Ben Ali.

L’Iran laisse tomber l’exposition de Téhéran à Berlin-The Guardian-25/11/2016

Berlin devait accueillir le mois prochain une exposition avec des pièces provenant du musée d’art contemporain de Téhéran. Certaines pièces de la collection avaient été achetées par la femme du Sha lors du choc pétrolier des années 1970 s. L’exposition a cependant été annulée, ou postposée une énième à cause de l’incapacité ou le manque de volonté- des autorités iraniennes de faire parvenir les pièces en Europe.

 

 

By Chloé de Radzitzky

fillon

François Fillon giving his speech after his victory at the center-right wings parties primaries, Sunday 27th of October. (CITIZENSIDE/FRANCOIS PAULETTO / CITIZENSIDE)

François Fillon won the French primaries of the center-right wing parties’ primaries with 67 %. The internal affairs of the country, such as the employment, security and the economy were until now the focus points of its campaign. It is however interesting to wonder about what the former prime minister of Nicolas Sarkozy proposes regarding foreign policy; and particularly regarding to the Middle East.

The position of the potential future French president on the Syrian crisis is radically different from the one adopted by François Hollande. Hence, François Fillon vows for a strategic partnership with Moscow and Damascus; while France is a part of the international coalition, pushing for the departure of Bachar Al-Assad. He also wants to include Tehran in the process. He asserts that if the Syrian dictator is always in power, it is because he benefits from popular support. He has already declared his will to protect the minorities of the region, particularly the Christian community. Fillon considers that the only way of protecting Christians in the Middle East is to avoid a seizure of power by the Sunnites.

This position towards Syria brings questions about how the relations France and other countries of the region will evolve if Fillon wins the elections. The candidate for presidency risks to shake the traditional French network of alliances in the Middle East by willing to get closer to Iran. It risks to put an end to the favored relations with certain Gulf monarchies, such as Qatar and Saudi Arabia. It is however necessary to be aware that there will probably be a gap between the campaign’s statements and concrete actions if François Fillon won the presidency. Indeed, some of these monarchies have an important role in the French economy, and damaging these relationships could be costly.

Fillon’ s pro-Iran has also urges the journalists of the Times of Israel to wonder about the nature of the relation of their country with the potential future French president. They reviewed several statements, wondering if it is possible for France to support the Iranian interventions in Syria, while insisting on the importance of Israel’s security. Tehran fights the Islamic State on the ground through militias associated with the Hezbollah; and this group was created with the aim of fighting the Jewish State. For what concerns its position regarding to the Palestinians, Fillon insists on the necessity of a two-state solution. On the other hand, he voted on the other hand against the resolution proposing that France recognizes Palestine in 2014.

In conclusion, the relations between France and Middle Eastern countries might be redefined in the hypothesis where François Fillon would become president. It is nevertheless necessary to insist on the fact that nothing is decided yet. Hence, positions held during presidential election campaigns cannot always be as such once the winner effectively takes office.

Sources

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/primaires-droite/2016/11/24/35004-20161124ARTFIG00254-moyen-orient-les-propositions-de-francois-fillon-et-alain-juppe.php

http://www.lorientlejour.com/article/1020258/francois-fillon-les-chretiens-dorient-et-la-russie.html

http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/le-pr-sident-fillon-entre-promesses-et-illusions-557620857

http://www.lorientlejour.com/article/1020453/fillon-ou-juppe-quelles-differences-pour-le-moyen-orient-.html

http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/fran-ois-fillon-le-candidat-de-la-droite-fran-aise-qui-fait-fr-mir-les-musulmans

http://fr.timesofisrael.com/francois-fillon-ami-ou-ennemi-disrael/

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2016/11/24/politique-etrangere-qu-est-ce-qui-differencie-fillon-et-juppe_5036915_4854003.html

 

Par Chloé de Radzitzky

fillon

François Fillon, lors de son discours de victoire de la primaire de la droite, dimanche 27 novembre, à Paris. (CITIZENSIDE/FRANCOIS PAULETTO / CITIZENSIDE)

François Fillon est sorti grand vainqueur des primaires de la droite et du centre ce dimanche avec 67% du suffrage au deuxième tour. Les affaires internes du pays, telles que l’emploi, la sécurité et l’économie ont jusqu’à présent été au centre de sa campagne. Il est cependant intéressant de s’interroger sur ce que l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy propose en matière de politique étrangère ; et particulièrement en ce qui concerne le Moyen-Orient.

La position du potentiel futur président français sur la crise Syrienne divergent en radicalement de celle adoptée par l’actuel président François Hollande. En effet, alors que la France fait partie de la coalition internationale poussant pour un départ de Bachar Al-Assad, François Fillon pousse pour un rapprochement stratégique avec Moscou et Damas (le Figaro). Il veut également inclure Téhéran dans le processus.  Il affirme que si le dictateur Syrien est toujours au pouvoir, c’est parce qu’il bénéficie du soutien populaire. Il déclare sa volonté de protéger les minorités de la région, et principalement la communauté chrétienne (l’Orient le Jour).  Il déclare d’ailleurs que la seule manière de protéger les chrétiens d’Orient est de les préserver d’une prise de pouvoir par les sunnites.

Cette position à l’égard de la Syrie pousse également à s’interroger sur les relations qu’entretiendra la France avec d’autres pays de la région si Fillon gagne les présidentielles. En se rapprochant de l’Iran, le potentiel futur président risque de secouer le réseau d’alliances traditionnel de la France au Moyen-Orient. Cela effectuera ses relations privilégiées avec certaines monarchies du Golfe tel que le Qatar ou l’Arabie Saoudite (the middle east Eyes). Il faut cependant être conscient qu’il y aura sans doute un écart entre les déclarations faites lors de la campagne et les actes qui seront posés si François Fillon accède à la présidence. En effet, certaines de ces monarchies ont un rôle important dans l’économie française.

Cette position pro-Iran pousse également les journalistes du Times of Israël à s’interroger sur la nature de la relation de leur pays avec le potentiel futur président français. Ils reviennent sur plusieurs déclarations du candidat de la droite et du centre, se demandant s’il est possible pour la France de soutenir les interventions iraniennes en Syrie tout insistant sur l’importance de la sécurité d’Israël. Téhéran combat l’État islamique sur le terrain par le biais de milices associées au Hezbollah. Ce groupe a en effet été créé dans le but de combattre l’État juif. En ce qui sa position quant aux Palestiniens, Fillon insiste sur la nécessité de la mise en place de la solution aux deux États. Il a par contre voté contre la résolution proposant que la France reconnaisse la Palestine en 2014.

En conclusion, les relations qu’entretient la France avec les pays du Moyen-Orient risquent d’être redéfinies dans l’hypothèse où François Fillon deviendrait président. Il faut néanmoins insister sur le fait que rien n’est encore joué dans la mesure où les positions tenues lors des campagnes présidentielles ne peuvent pas toujours être appliquées telle quelle pendant un mandat présidentiel.

Sources

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/primaires-droite/2016/11/24/35004-20161124ARTFIG00254-moyen-orient-les-propositions-de-francois-fillon-et-alain-juppe.php

http://www.lorientlejour.com/article/1020258/francois-fillon-les-chretiens-dorient-et-la-russie.html

http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/le-pr-sident-fillon-entre-promesses-et-illusions-557620857

http://www.lorientlejour.com/article/1020453/fillon-ou-juppe-quelles-differences-pour-le-moyen-orient-.html

http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/fran-ois-fillon-le-candidat-de-la-droite-fran-aise-qui-fait-fr-mir-les-musulmans

http://fr.timesofisrael.com/francois-fillon-ami-ou-ennemi-disrael/

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2016/11/24/politique-etrangere-qu-est-ce-qui-differencie-fillon-et-juppe_5036915_4854003.html

 

Analyse

‘Ashura : La commémoration du martyr de Hussein ibn Ali, petit fils de Muhammad, le prophète de l’islam au sein des communautés chiites à Bruxelles.

Ben Aissa Ikram, Doctorante au sein de la  Faculté Philosophie et Sciences Sociales à l’ULB

L’un des événements annuels les plus importants au sein des communautés chiites et ce, depuis au moins le 10 e siècle[1], se nomme en arabe ‘Ashura , plus souvent énoncé comme la commémoration du martyr de Hussein, petit fils de Muhammad et le troisième imam infaillible pour les chiites. Cet épisode donne lieu pendant dix nuits (au moins) à des commémorations et ce, dans les différents centres et mosquées chiites. Si plusieurs chapitres d’ouvrages scientifiques à ce sujet ont été développés pour des pays comme l’Iran ou le Liban, je pense notamment aux ouvrages de Sabrina Mervin[2] ou encore celui de Geneviève  Gobillot[3], il s’avère que ce phénomène social n’a pas vraiment été étudié en territoire francophone et européen. Aussi, l’objectif de ce texte sera de découvrir les pratiques de l’événement de ‘Ashura au sein de plusieurs réunions chiites à Bruxelles par le biais de mes observations participantes principalement. (méthodologie en annexe)

En lire plus 

 

‘Ashura : La commémoration du martyr de Hussein ibn Ali, petit fils de Muhammad, le prophète de l’islam au sein des communautés chiites à Bruxelles.

Ben Aissa Ikram, Doctorante au sein de la  Faculté Philosophie et Sciences Sociales à l’ULB

L’un des événements annuels les plus importants au sein des communautés chiites et ce, depuis au moins le 10 e siècle[1], se nomme en arabe ‘Ashura , plus souvent énoncé comme la commémoration du martyr de Hussein, petit fils de Muhammad et le troisième imam infaillible pour les chiites. Cet épisode donne lieu pendant dix nuits (au moins) à des commémorations et ce, dans les différents centres et mosquées chiites. Si plusieurs chapitres d’ouvrages scientifiques à ce sujet ont été développés pour des pays comme l’Iran ou le Liban, je pense notamment aux ouvrages de Sabrina Mervin[2] ou encore celui de Geneviève  Gobillot[3], il s’avère que ce phénomène social n’a pas vraiment été étudié en territoire francophone et européen. Aussi, l’objectif de ce texte sera de découvrir les pratiques de l’événement de ‘Ashura au sein de plusieurs réunions chiites à Bruxelles par le biais de mes observations participantes principalement. (méthodologie en annexe)

Définition du terme Ashura :

Le terme ‘Ashoura est défini comme le « Nom d’une fête ou (d’une) célébration religieuse prenant place le 10 du mois lunaire de muharram (un des mois du calendrier musulman) et revêtant une signification différente en milieu musulman sunnite ou chiite ».[4]

Le mois de Muharram est comme le nom l’indique, un mois sacré pour tous les musulmans, il débute le lendemain du nouvel an hégirien. En effet, selon la tradition islamique, en l’an 622, la première année du calendrier musulman, Muhammad ainsi que les mekkois de confession musulmane quittent la Mekke après 12 ans de difficulté et de menace envers leur personne, pour aller vivre à Médine. Toujours selon l’histoire de la tradition islamique, certains médinois se convertissent à l’islam avant de rencontrer le nouveau prophète et ces derniers invitent Muhammad ainsi que les musulmans à venir en terre « monothéiste ». Cette rencontre entre les nouveaux convertis et Muhammad se serait faite entre la Mekke et Médine, à un endroit nommé ‘Aqaba. Un événement important, puisqu’il s’agit d’un nouveau départ pour cette jeune communauté de croyants. Cependant, cet aspect-là de l’histoire de l’islam n’est pas la seule chose qui se passe durant cette période qui deviendra dorénavant le nouvel an musulman. Non, un autre événement qui se passe aux environs de 680 mais durant cette période du nouvel an musulman, a retenu l’attention d’une partie de la communauté musulmane, des chiites principalement.

Bruxelles : des chiismes plutôt duodécimains.

Pour rappel, l’islam possède plusieurs courants musulmans, les deux principaux sont : le sunnisme (majoritaire) et le chiisme (minoritaire). Ces deux principaux courants ne sont évidemment pas homogènes, ils possèdent à l’intérieur de leur branche, d’autres mouvements de pensées et qui en fonction, donneront de l’importance ou non à certains événements. Aussi, concernant le phénomène de ‘Ashura au sein des communautés chiites, il est important de souligner que la tendance majoritaire dans le chiisme est le chiisme duodécimain[5], les ismaéliens mais aussi les alévis et les alaouites restent des branches secondaires du chiisme. Les communautés chiites à Bruxelles sont de tendance majoritairement duodécimaine et ce, peu importe les origines des fidèles. Cette affirmation s’explique par l’influence considérable de la révolution iranienne de 1979 et du modèle Jafarite[6] qu’intègre le système de la République Islamique d’Iran mais aussi, un clerc influençant considérablement les communautés chiites à Bruxelles, duodécimain également, en Irak cette fois, à savoir, l’Ayatollah Sistani. Enfin, si appartenir à la vision duodécimaine est certain, il n’empêche que les musulmans chiites ne suivent pas forcément le même clerc ou n’adhèrent pas forcément au système des clercs (cette dernière tendance est minoritaire mais elle existe tout de même). Notons également que si l’islam chiite duodécimain est identifié par une hiérarchie religieuse, il n’y a pas réellement de suivi quant à la pratique de ces derniers et donc du respect des recommandations des clergés. Ainsi, le fait d’adhérer à un clerc reste d’ordre volontaire.[7]

En milieu chiite, ‘Ashura : deuil et commémoration

Durant cette période, les chiites se préparent à commémorer pendant dix jours et plus particulièrement durant les nuits de ces dix premiers jours du mois de Muharram, le fameux massacre de Karbala[8].  De quoi s’agit-il ? Selon la tradition chiite, en l’an 680, Hussein ibn Ali, le petit-fils du prophète Muhammad, sa famille (femmes et enfants compris) ainsi que certains compagnons, se dirigent vers la ville de Kufa,[9] afin de se rallier aux habitants de cette ville contre le pouvoir, non légitime, selon eux, du calife Yazid 1er. Pour se faire, il traverse le désert de Karbala où ils seront pris en otage à cet endroit par les soldats du calife en place, Yazid 1er, fils de Mu’awiya. Ce dernier est celui qui introduira la notion de dynastie en islam et plus particulièrement celle de la première dynastie musulmane, la dynastie Omeyyade (661-750)[10]. Il s’avère que ni Hussein, ni ses compagnons et selon la tradition chiite, ni l’un de ses enfants en bas âge, ‘Abdallah, ne sortiront de ce désert vivant. Les femmes et les enfants et l’un des fils de Hussein[11], malade à l’époque, s’en sortiront vivants mais humiliés. Le discours de la sœur de Hussein, Zaineb  qui est évoqué lors des rassemblements chiites et dans des ouvrages ou films[12] devant le calife en place, est également un récit important, mettant en avant le courage de la femme à dénoncer l’injustice et indirectement son rôle également dans la société. L’un des célèbres textes expliquant les raisons de la lutte de Hussein vis-à-vis du pouvoir en place met en avant ceci : « Hussein ibn Ali dit : « Je ne me suis pas soulevé de gaîté de cœur ni par arrogance ni dans l’intention de semer la corruption ni de commettre l’injustice. Je me suis soulevé pour demander la réforme de la communauté de mon grand-père (le Prophète Mohamed), pour ordonner le bien et interdire le mal. » »[13] Notons qu’historiquement, le décès de Hussein n’est pas remis en question, ce sont surtout les récits développés au sein des communautés chiites qui restent de références provenant des traditions chiites.

Le sens donné au martyr de Hussein[14] :

Dans plusieurs sermons et prêches durant et après les dix premiers jours du mois de Muhharram, il est question de se rappeler le sens du martyr de Hussein. Il est à noter que les discours sur lesquels je m’appui viennent de deux années d’observation participante aux commémorations au sein notamment de la Fondation Ahl ul Beit à Molenbeek mais également au sein de la mosquée Reda à Anderlecht. Les sermons sont souvent en langue arabe ou perse puisque les représentants religieux sont souvent des étrangers qui viennent périodiquement parler dans ces centres et mosquée. Les origines des personnes qui fréquentent ces endroits sont multiples : marocaine, libanaise, afghane et iranienne principalement. Il ne sera donc pas question dans ce texte, de parler pour les centres chiites pakistanais, guinéens et irakiens[15].

 Plusieurs slogans font d’ailleurs l’éloge de cet événement, des phrases qui deviennent alors très connues souvent en arabe sont inscrites sur des tissus noirs qui décorent notamment les murs à l’intérieur des centres et mosquées. Deux slogans qui reviennent souvent sont : « Ya laitana kunna ma’akum », « Haihat mina zhilla [16]».  Les discours des intervenants représentent Hussein comme le symbole de la justice mais il est aussi le symbole de la bonne éducation et du bon comportement auxquels doivent s’inspirer les croyants chiites qui suivent  Hussein et plus généralement les Ahl ul beit, la famille du prophète Muhammad. Un autre slogan fort connu qui exprime cette idée de vivre au quotidien cette volonté de justice et du bon comportement et ce peu importe où nous nous trouvons est une phrase que l’on attribue à l’ayatollah Khomeiny est qui dit ceci : « Chaque jour est ‘Ashura et chaque endroit est Karbala ». Ces discours ne sont pas uniquement véhiculés par des imams, ils sont également organisés dans le cadre de majlis[17] par des groupes de femmes par exemple et qui se retrouvent afin d’aborder ces thématiques. Notons que c’est une femme qui intervient pour parler de ces sujets au sein des réunions entre femmes et ces réunions n’ont pas forcément lieu dans les mosquées mais également au sein de certaines maisons des fidèles.  Une de ces réunions a notamment eu lieu avec une soixantaine de femmes (jeunes et moins jeunes) en octobre 2016 lors de la semaine de Toussaint, durant les vacances scolaires. Ce choix est justifié par l’organisatrice par le fait qu’il est plus facile de consacrer du temps à ces commémorations lorsque les fidèles ne sont pas à l’école ou au travail. Cette justification pose la question des périodes de vacances qui ne correspondent pas toujours aux commémorations et périodes sacrées des communautés chiites.

Le majlis en arabe qui signifie une réunion religieuse est un peu l’équivalent iranien que l’on appelle les rowzés, Geneviève Gobillot le définit comme suit : ce « sont des réunions dans un lieu saint, dans un espace public ou encore dans une maison privée durant lesquelles un religieux prêche et souvent chante sa prédication ou des poèmes pieux. On appelle rowzé la lecture des textes traitant de la fin tragique des premiers Imâms ainsi que l’action de commémorer leur martyre. Les lecteurs et chanteurs portent le nom de rowzé-khân. Il s’agit d’improvisateurs dont certains ont fait de sérieuses études théologiques aussi bien que musicales et qui doivent posséder une voix au timbre chaleureux et aux accents convaincants. Ils exercent une influence notable sur les fidèles »[18].

Bien que cette culture des rowzés soient également présente dans les centres et mosquées chiites à Bruxelles, il est à noter qu’elle n’est pas forcément une culture connue de tous et notamment des marocains d’obédience chiite. Aussi, certaines pratiques provenant certainement de la culture persane vont s’infiltrer dans ce courant chiite et s’imposer en tradition chiite. Dans d’autres cas, comme au centre Imam Reda, les rowzés ont également eu une version francophone puisqu’elles sont souvent formulées en arabe. Depuis ces dernières années, des traductions ont lieu pour les croyants qui ne comprennent pas l’arabe ou le persan. Ainsi, les traductions sont souvent une demande des jeunes qui sont francophones de parents chiites. Les demandes de traductions d’ouvrages de prières notamment sont aussi une demande d’un public chiite francophone. Plusieurs ouvrages chiites sont ainsi disponibles en langue française et proviennent souvent de maisons d’édition libanaise.

Concrètement que se passe-t-il ?

Nous l’avons compris, les dix jours qui succèdent au nouvel an du calendrier hégirien et qui entament le mois de Muharram sont pour les croyants chiites  une période de recueillement et de méditation par rapport à l’histoire de Hussein ibn ‘Ali, ses compagnons ainsi que les femmes et les enfants présents. Il est à noter que si durant dix nuits, il y a au sein des communautés chiites des commémorations, tout ce qui se passe, se réalise en fait, le jour même de ‘Achoura. L’idée d’étaler les différents événements qui se seraient passés s’exprime par le fait qu’il y a une volonté d’offrir une nuit à une figure martyre de cette commémoration ainsi que des leçons à en tirer.

Concrètement, plusieurs éléments restent communs aux différents centres et mosquées chiites : la lecture du Coran, la prière commune, la lecture d’un texte intégrant l’ouvrage  « Les Clés du Paradis » du haditologue ‘Abbas Qummi et qui s’appelle « Ziyarât ‘Achoura[19] », l’histoire d’un des martyrs, les chants deuil et enfin, le repas.

La ziyarat ‘Achoura [20]:

Ce texte constitue une forme d’allégeance à Hussein. Il s’agit pour le lecteur de parler directement à Hussein afin de reconnaître l’injustice commise en l’an 680, le jour de ‘Achoura. Cela va plus loin qu’une confirmation d’allégeance et de reconnaissance, il est question aussi de demander à Dieu justice contre ceux qui sont à l’origine de cet assassinat, les noms sont également cités. Le texte est écrit en arabe mais plusieurs éditions ont traduit l’ouvrage, notamment en persan et en français. La formulation du texte a donné lieu à des récitations orales en arabe, la langue originale du texte,[21] ces récitations en chanson également[22]sont accessibles via internet.

Quels moyens de communication entre les croyants chiites ? :

Les moyens de communications sont multiples : par le biais du centre ou de la mosquée fréquenté(e) par le fidèle mais aussi, par SMS ou par mail et enfin, comme pour le centre Reda à Anderlecht, il est possible de suivre les commémorations de deuil via leur chaîne Youtube[23]« Imam Reda »[24]. Il est important de souligner qu’un autre centre, en France, travaille via les réseaux sociaux et notamment Youtube depuis plusieurs années, c’est le  Centre  Zahra à Montreuil[25].

Phénomène social :

Les fidèles se réunissent, souvent en fin de journée afin de commémorer l’événement de ‘Ashura. Pluieurs organisateurs hommes et femmes sont déjà présents sur place afin d‘accueillir les fidèles, mais aussi afin de s’occuper du bon déroulement de la soirée. Une fois la prière et la lecture de la ziyarat effectuées, le récit de l’épisode de la figure tombée en martyr est souvent formulé avec un lien contemporain sur la manière dont le fidèle devrait agir en s’inspirant de ces martyrs. Le fidèles arrivent parfois en retard et ne sont donc pas toujours présent au tout début. C’est que ces rassemblements sont religieusement considérés comme importants. Ensuite, les chants religieux terminent la soirée avant le repas. Ces chants évoquent avec tristesse la situation développée dans le discours et parfois, ces chants sont considérés négativement par les fidèles qui ne sont pas habitués à les entendre, il est question pour eux de manque d’authenticité.  Les femmes ne sont pas absentes durant ces chants de tristesse, en réalité, elles accompagnent également en tapant légèrement sur leur poitrine. Le battement qui se fait au même moment tant chez les hommes que chez les femmes donne l’impression d’un battement de cœur. Les lumières sont d’ailleurs éteintes à ce moment-là afin que chacun puisse se recueillir dans une ambiance particulière de commémoration. Néanmoins, dans d’autres lieux, ces les lumières allumées, en cercle, que les hommes et les femmes, qui sont séparés, se frappent la poitrine. Il est à noter que si cette culture de se frapper sur la poitrine est connue du public iranien, afghan, pakistanais ou encore irakien, il n’empêche que pour les personnes d’origine marocaine par exemple, cette pratique n’est pas une tradition connue, cela peut s’expliquer par le fait que beaucoup de ces fidèles d’origine marocaine se sont convertis à un moment donnée au chiisme et souvent après la révolution iranienne de 1979.

A Bruxelles, il n’existe pas de processions[26], avant le repas qui achève la soirée de commémoration et durant les chants tristes, ceux qui le souhaitent, se lèvent et se frappe la poitrine avec parfois des cris de « Ya  Hussein », « Ya ‘Abbas » ou encore « Ya Mahdi. » [27] Cette pratique de se frapper la poitrine nommée « latmiyât » a une importance selon les mosquées et les groupes qui s’y trouvent.

Les femmes sont donc bien présentes puisqu’elles réalisent le suivi durant toute la soirée, ce sont par contre les hommes qui se chargent de préparer le repas souvent sur place, les distributions de nourriture se font en collaboration avec les hommes et les femmes. Parfois, les jeunes et les enfants sont mobilisés pour effectuer une lecture du Coran ou pour réciter un poème faisant l’éloge des martyrs. Plus que cela, lors de la nuit qui commémore la mort du fils de Hussein, un bébé qui se voit transpercer d’une flèche d’un soldat de Yazid 1er selon la tradition chiite, les familles sont invitées à ramener cette nuit-là les enfants et les bébés afin de se rappeler ensemble ce martyr.

Décor des pièces et des murs des centres et mosquées :

L’événement de ‘Ashura s’invite sur les murs des centres et mosquées chiites à Bruxelles mais également au sein des maisons des fidèles chiites en affichant des drapeaux de couleur noir et souvent avec des calligraphies et des dessins rappelant le martyr de Hussein. Les inscriptions sont souvent en arabe et parfois en persan. Les principaux slogans qu’on y trouve sont : « Ya Hussein : Shahîd Karbala », « Labbayka Ya Hussein », « Ya Zeinab », « Ya ‘Abbas », « Ya  Aba ‘Abdillah[28] ». Les couleurs utilisés sont souvent du rouge vif qui évoque le sang coulé à cette période. Le dessin du cheval blanc de Hussein entaché du sang de ce dernier est également une image qui revient, parfois (voir ci-dessous) un rassemblement de femmes et d’enfants qui pleurent la perte de Hussein autour du cheval est dessiné. Les fidèles sont majoritairement vêtus de noir afin de se considérer en deuil. Notons que ces décorations ne seront pas retirées après les dix jours de Muharram car 40 jours plus tard, il y a ce que l’on appelle en arabe « arba’een » et où l’on se commémore à nouveau le martyr de Hussein. Dans la tradition islamique, les 40 jours sont une symbolique de souvenir après le décès d’un mort, d’un proche en l’occurrence.

Il m’a semblé intéressant d’évoquer le sens de ‘Ashura en territoire sunnite. En effet, la vision de ce jour est bien différente de celle des communautés chiites. Bien que le sunnisme soit multiple, trois éléments peuvent rassembler la notion de ‘Ashura au sein du premier courant islamique.

image-hussein-karbala

hussein-karbala-2

En milieu sunnite ‘Ashura : jeûne, festivités et partage 

Le jeûne :

La tradition de jeûner durant cette journée de ‘Achoura, est justifiée dans plusieurs traditions islamiques sunnites, mentionnons celle-ci : « Il est particulièrement recommandé de jeûner le dixième jour de Mouharram : le jour de ‘Ashoura. En effet, le Prophète, que la Paix et la Bénédiction de Dieu soient sur lui, dit : « le jeûne de ‘Ashoura fait absoudre les péchés de l’an passé » (rapporté par Mouslim) [29]»

Plus que cela, cette journée fait également allusion à une tradition juive : «C’est (le jour de ’Achoura) un jour béni. C’est le jour au cours duquel Dieu sauva les enfants d’Israël de leur ennemi, raison pour laquelle Moïse le jeûna [30]».  Muhammad aurait alors rajouté que le prophète Moise est un prophète pour les musulmans également et que ces traditions n’entraient pas en opposition avec les traditions islamiques, bien au contraire.

Festivités et partage :

Dans plusieurs pays où la religion majoritaire est l’islam, des célébrations ont lieu durant cette période, notamment au Maroc. Le port de vêtements nouveaux, un repas copieux (sucré pour certains) ou encore l’offre de cadeaux pour les enfants prouvent que la journée de ‘Achoura reste un bon souvenir pour les personnes qui la célèbrent. Quelle est la signification réelle de ce jour ? Il y a certainement un lien entre la tradition juive évoquée plus haut mais aussi le fameux départ des musulmans en 622 de la Mekke vers Médine. Un départ important puisque les difficultés et les menaces envers cette communauté par les polythéistes de la Mekke cessent afin d’apporter un lieu où les musulmans pourront vivre librement leur foi.

En conclusion,

Le jour de ‘Achoura est un événement qui depuis le 10e siècle au moins a créé des tensions et une séparation entre les musulmans majoritairement sunnites et la minorité chiite.[31] Ainsi, si pour les sunnites la célébration nécessite notamment jeûne, préparation de repas, de confiseries et offrandes, pour les chiites, « certains portent des vêtements noirs durant ces deux mois, d’autres se contentent de les arborer les jours mêmes du deuil. On évite les fêtes joyeuses, comme les mariages, durant cette période. Les jours même du deuil, on s’abstient de consommer confiseries et fruits secs, aliments qui rappellent les fêtes joyeuses. [32] » Ainsi, cet événement qui se réalise chaque année représente une certaine cassure entre les deux principaux courants de l’islam.

 

Annexes

Annexes et méthodologie

Bibliographies :

  1. J&D., SOURDEL, Dictionnaire historique de l’islam, PUF, Paris, 2007.
  2. , GOBILLOT, Les Chiites, Brepols, Belgique, 1998.
  3. BOSTANI, A., Le martyre de l’Imam Hussein, édition BAA, Beyrouth, 2012
  4. Havre du Savoir, http://havredesavoir.fr/la-verite-sur-le-jeune-du-jour-de-ashoura/
  5. Observations participantes au sein des centres, des mosquées et des foyers chiites à Bruxelles.

[1] SOURDEL, J&D., Dictionnaire historique de l’islam, PUF, p.29

[2] MERVIN, S., Les mondes chiites et l’Iran, IFpo, Beyrouth, 2007.

[3] GOBILLOT, G., Les Chiites, Ed., Brepols, Belgique, 1998.

[4] SOURDEL, J1D., Dictionnaire historique de l’islam, PUF, p.29

[5] Ces fidèles chiites croient en la lignée de douze imams considérés comme infaillibles, le dernier étant en occultation et appelé le Mahdi.

[6] Ce terme est une autre manière de parler des chiites duodécimains, il s’agit de l’école Jafarite, qui fait allusion au nom d’un des douze imams.

[7] Notons également qu’une personne qui souhaite devenir chiite peut le faire sans passer par une quelconque autorité, il n’y a pas un rituel spécifique à respecter, exception faite de reconnaître la wilaya de ‘Ali, le fait que ‘Ali est bien le successeur légitime de Muhammad et choisi par Dieu.

[8] Une ville en Irak actuellement mais qui était un désert lors des événements commémorés.

[9] Ville en Irak également.

[10] SOURDEL, J&D., Dictionnaire historique de l’islam, p.460

[11] Il deviendra un des imams infaillibles, à savoir l’imam Zein el ‘Abdine, le fameux « Sajjad » celui qui se prosterne. Il est également –toujours selon la tradition chiite- l’auteur de célèbres invocations, encore utilisés actuellement par les chiites et ces textes intègrent une des parties de l’ouvrage, Les Clés du Paradis, de Abbas Qummi.

[12] Exemple d’animation en lien avec ‘Ashura : https://www.youtube.com/watch?v=S2bzqcNlVPM, discours en chant de Zaineb : https://www.youtube.com/watch?v=dtBF493QKiM

[13] BOSTANI, A., Le martyr de l’Imam Hussein, édition BAA, Beyrouth, 2012.

[14] Notes prises dans le cadre de mes différentes présences aux prêches pendant les périodes de commémoration au sein des communautés chiites de Bruxelles de 2014 à 2016.

[15] Ces centres sont des minorités au sein des communautés chiites. Il n’en existe pas beaucoup contrairement aux centres et mosquées chiites d’origine marocaine et iranienne.

[16] « Ah, si seulement nous étions avec vous », « Loin de nous l’humiliation ! ».

[17] Des réunions religieuses.

[18]  GOBILLOT, G., Les Chiites, éditions Brepols, P.114-115

[19] Visite de ‘Achoura.

[20] Texte en question : http://www.duas.org/ashura/z_ashura.htm

[21] https://www.youtube.com/watch?v=28-YI7mZltc : Lecture de la « Ziarat ‘Ashura » en arabe.

[22] https://www.youtube.com/watch?v=tstSVP-wHyY: Chant de la « Ziarat ‘Ashura » en arabe.

[23] https://www.youtube.com/user/centreimamreda : chaîne Youtube du centre Imam Reda.

[24] Reda fait allusion au huitième imam chiite des chiites duodécimains.

[25] https://www.youtube.com/user/centrezahra

[26] Néanmoins, cette année à Anvers, un rassemblement en l’honneur de Hussein s’est réalisé, le samedi 19/11/2016 à partir de 18h par un centre chiite d’Anvers.

[27] « Oh Hussein », « O Abbas » (fait allusion au frère de Hussein d’une mère diifférente), « Oh Mahdi » (fait allusion au douzième imam chiite occulté).

[28] « O Hussein : O martyr de Karbala », « Nous répondons à ton appel O Hussein », « O Zeinab », « O ‘Abbas », « O père de Abdallah ».

[29]http://havredesavoir.fr,  http://havredesavoir.fr/la-verite-sur-le-jeune-du-jour-de-ashoura/ : site consulté le 4/10/15

[30] Idem.

[31] SOURDEL, J&D., Dictionnaire historique de l’islam, Puf, p.30

[32] GOBILLOT, G., Les  Chiites, Brepols, p. 184

 

Annexes

  • La partie Empirique :

L’objectif de cette partie est multiple :

  1. Connaître la communauté chiite de Belgique par le biais d’entretiens.
  2. Soumettre un questionnaire aux différentes mosquées et centres chiites à propos des tendances chiites auxquelles les croyants se sentent appartenir mais aussi à propos de l’ouvrage étudié, à savoir le Mafatih Al-Jinan.
  3. Observations participantes aux différents évènements et occasions en lien avec le calendrier chiite et lors desquels la communauté chiite organise et se rassemble durant ces moments spirituels.

Comme évoqué plus haut, l’utilisation de ces différentes méthodes vont me permettre d’avoir plus d’informations sur la communauté chiite de Belgique sur laquelle il n’y a pas beaucoup de recherches. Concernant le questionnaire (voir en annexe), il permettra d’avoir un échantillon de ce que les chiites pensent de cet ouvrage et ce par le biais de plusieurs questions, mais aussi, de connaître les différentes tendances et origines sur le territoire belge et plus particulièrement bruxellois. Enfin, la troisième partie, qui a été effectuée tout au long de l’année, et ce durant les évènements religieux chiites, a pour objectif d’avoir un aperçu concret du phénomène social qu’est la prière de demande (invocation), mais aussi les autres actes qui se font avant et après la réalisation de ces invocations. La présence dans ces lieux chiites permettra également des échanges avec la communauté chiite, les entretiens avec les fidèles et les responsables de ces lieux. Enfin, la soumission des questionnaires aura lieu également dans ces endroits mais nous comptons transmettre ce questionnaire et obtenir des entretiens dans d’autres contextes et endroits, mais toujours par le biais d’autres personnes de confession chiite ou qui sont en contact avec la communauté chiite.

 

2.2.1  L’analyse qualitative :

Nous souhaitons réaliser une analyse qualitative au sein de ces différents lieux. Une analyse qualitative nous a semblé être la méthode la plus adaptée puisqu’il s’agit de rencontrer les croyants d’obédience chiite et de leur demander la représentation qu’ils ont du livre étudié par le biais de questionnaires mais aussi d’entretiens. Ainsi, toute étude qui se prévaut d’un caractère scientifique se doit de comporter un cadre théorique. Aussi, pour effectuer notre analyse, nous avons décidé de nous appuyer sur la théorie des représentations sociales. Nous tenterons de justifier le choix pour lequel nous avons opté en lui apportant un cadre définitionnel.

  1. Durkheim fut le premier à utiliser les représentations, plus particulièrement les représentations collectives. C’est d’ailleurs de son travail qu’est né le concept de représentations sociales et le théoricien Moscovici a repris des acquis durkheimiens. Plusieurs auteurs ont étudié ce sujet, notamment dans le domaine de la psychologie sociale Muchielli et Jodelet sont les deux principaux auteurs. Denise Jodelet, définit les représentations sociales comme une « forme de connaissance courante, dite « de sens commun », caractérisée par les propriétés suivantes : 1. elle est socialement élaborée et partagée ; 2. elle a une visée pratique d’organisation, de maîtrise de l’environnement (matériel, social, idéel) et d’orientation des conduites et communications ; 3. elle concourt à l’établissement d’une vision de la réalité commune à un ensemble social (groupe, classe, etc.) ou culture donné. »
  2. Flament a également abordé ce cadre théorique qu’il définit comme suit : « les représentations sociales sont un ensemble organisé de cognitions relatives à un objet, partagées par les membres d’une population homogène par rapport à cet objet ».[1]

Aussi, le sociologue Abric proposa  une théorie au sein de la notion de représentation sociale en 1976. Cette théorie inspirée par Moscovici s’intitule : « la théorie du noyau central. » D’après ce modèle, une représentation sociale s’organise autour d’un noyau central, ce noyau étant un composant fondamental qui détermine la signification et l’organisation de la représentation.  Abric ajoute que ce noyau est « consensuel et collectivement partagé ».  Il est caractérisé par une cohérence et une stabilité afin qu’il puisse résister à des changements. Il est la conséquence des déterminismes historiques, symboliques et sociaux et structure les pensées relatives à l’objet.

Alors que d’autres éléments, dits « périphériques » sont par leur caractéristique instables et moins « prégnants » dans la représentation sociale. Ces éléments s’organisent autour du noyau central. Ce système périphérique, permet, d’une certaine manière, « l’adaptation de la représentation à des contextes sociaux variés ».

  1. Flament utilise l’image du « pare-chocs » pour expliquer que le système périphérique « absorbe les conflits entre la représentation et la réalité »[2].

Moscovici propose trois dimensions liées aux représentations sociales : l’attitude, l’information et le champ de représentation. Selon lui, l’attitude permettrait d’exprimer « des dispositions favorables ou défavorables de l’individu et du groupe envers l’objet de la représentation.», alors que l’information « renvoie à la somme et à l’organisation des connaissances sur l’objet de la représentation ». Il ajoute que ces informations peuvent être nombreuses, stéréotypées, etc. Enfin, le champ de représentation est l’ensemble d’informations organisées et structurées par rapport à un objet

Abric propose quatre fonctions principales aux représentations sociales : une fonction de savoir, celle-ci sert aux individus et permet de comprendre et d’expliquer la réalité. La deuxième fonction est la fonction identitaire, puisque les représentations sociales permettent de définir l’identité sociale de chaque individu et de préserver la spécificité des groupes sociaux. La fonction d’orientation permettra au sujet « d’anticiper, de produire des attentes mais également de se fixer ce qu’il est possible de faire dans un contexte social particulier ». Enfin, la quatrième fonction, nommée fonction justificatrice servira à justifier nos choix et attitudes. Par là, elles jouent un rôle essentiel dans le maintien ou le renforcement des positions sociales.

Les représentations sociales ont dans notre recherche un caractère religieux dans le sens où nous utilisons ce cadre théorique pour comprendre certains comportements et croyances d’un groupe d’individus spécifique. Les représentations sociales sont ici des représentations collectives puisque c’est avec des entretiens individuels, semi-directif et des questionnaires que notre travail de terrain et nos sources ont été menées, sans oublier une observation participante. La représentation collective est constituée de « deux types fondamentaux de phénomènes religieux, les croyances et les rites, un imaginaire fait de mythe et de légendes, et des modes d’action spécifiques. »

2.2.2 Les concepts de références

Nous avons choisis deux concepts qui permettront de réaliser notre travail de recherche au mieux, le concept de la perception sociale et celui des stéréotypes. Le choix de ces concepts s’explique par un cadre théorique des représentations sociales. Nous commencerons par définir chacun de ces concepts.

2.2.2.1 La perception sociale « est la représentation que l’on se fait des gens et de leur environnement social et jugement que l’on porte sur eux.[3] »

La théorie de l’effet de Halo met en exergue les distorsions dans la perception d’autrui. Un exemple qui permet de comprendre cette « formation d’impressions sur autrui [4]» a été proposée par Brunswick. Dans son étude, il présente à des sujets des dessins représentant des visages. Les dessins sont différents par leurs caractéristiques morphologiques comme l’écartement des yeux ou la longueur du nez. Les résultats de cette étude nous prouvent que les sujets ont une impression identique. Brunswick en déduit que cette impression identique vient des différentes caractéristiques morphologiques proposées sur les dessins[5].

Bruner et Tagiuri proposent, quant à eux, des théories implicites de personnalités : pour ces deux auteurs la cohérence aux observations et aux informations de la personne en question est due à des « connaissances préalables de la personnalité d’autrui » : c’est ce que l’on appelle les théories implicites de personnalités. C’est une « croyance générale à propos de la fréquence d’un trait, à propos de sa variabilité et de sa liaison avec d’autres traits [6]».

Ce concept va nous être d’une grande utilité puisqu’il s’agit d’analyser ce qu’un groupe d’étudiantes a comme représentation de la pratique des invocations.

2.2.2.2. Les stéréotypes sont définis comme des « croyances généralement partagées relatives aux caractéristiques personnelles, souvent des traits de personnalité mais aussi des comportements possédés par des individus en raison de leur appartenance à un groupe social »[7]

Lippman exprime la notion de stéréotypes de cette manière : propos de certaines catégories de personnes, des images simplificatrices et généralisantes qui produisent des distorsions de jugement et qui s’accompagnent de sentiments plus ou moins négatifs vis à vis de leur objet et qui sont susceptibles d’influencer notre comportement. Il prend comme exemple celui des étrangers.[8]

2.2.3 Connaître la communauté chiite de Belgique par le biais d’entretiens.

Force est de constater qu’il n’existe à ce moment que fort peu d’éléments sur la communauté chiite en Belgique, nous ajouterons des entretiens nous permettant d’en savoir un peu plus sur leur histoire mais nous utiliserons également l’outil des entretiens lorsque nous aurons à rencontrer certains responsables religieux dans le cadre de la partie théorique de cette recherche mais aussi pour la partie empirique.

2.2.3.1 L’aspect d’origine : Les entretiens auront pour objectif de rencontrer les différents groupes de la communauté chiite, qui sont répartis en fonction de la nationalité d’origine. Nous pouvons répertorier les différentes nationalités où une communauté chiite est présente sur Bruxelles comme suit : Maroc, Iran, Liban, Irak, Afghan, Pakistan, Guinée, Autres (nous utilisons le terme « autre » afin que nous puissions y intégrer des minorités lors de notre rencontre avec les fidèles chiites d’autres origines).

2.2.3.2 L’aspect générationnel : Un autre élément à intégrer lors de ces entretiens et l’élément générationnel, qui en fonction de l’interlocuteur, changera forcément en fonction de si la personne est née en Belgique, si elle parle français, etc. Le fait d’être première ou deuxième ou même troisième génération aura certainement un impact quant à la manière dont le croyant va s’accaparer le phénomène spirituel, et dans ce cadre, en fonction de l’origine, l’histoire est différente…

2.2.3.3 Le lieu des entretiens : Divers mais sur Bruxelles.

2.2.3.4 Méthode utilisée lors des entretiens : Questions ouvertes et fermées.

2.2.3.5 Le nombre d’entretien : Le nombre d’entretien est illimité puisque nous nous investissons dans un milieu peu connu du monde la recherche mais surtout, il s’agira de les réaliser au sein des différentes nationalités de la communauté chiite de Bruxelles. Cependant, nous souhaitons avoir au moins 150 questionnaires afin d’avoir un échantillon représentatif.

2.2.3.6 Soumettre un questionnaire : aux différentes mosquées et centres chiites à propos des tendances chiites auxquelles les croyants se sentent appartenir mais aussi à propos de l’ouvrage étudié, à savoir le Mafatih Al-Jinan.

2.2.3.6.1 Les raisons des questions posées :

Chaque question posée a pour objectif de répondre à notre question de départ qui est : « Quel est  la place et l’impact du livre Les clés du paradis sur les rapports à Dieu et aux Imams des croyants chiites ? ». Pour ce faire, le questionnaire peut être divisé en trois parties. La première partie a pour objectif de savoir qui est la personne qui répond à ces questions, il ne s’agit pas de connaître la personne en tant que telle, mais bien de quel genre est-elle, son âge, ses origines, si la personne est belge, quelle est sa langue maternelle etc. Ensuite, il s’agira d’évaluer les connaissances de la personne à propos de l’ouvrage étudié. Les questions posées porteront sur le contenu de l’ouvrage et manière dont la personne connaît ou ne connaît pas le livre de Abbas Qummi. Enfin, la dernière partie consistera à savoir si la pratique des invocations est pour la personne questionnée un exercice qu’elle réalise, et si oui, durant quelle(s) période(s), dans quel(s) lieu(x) etc.

Pour le questionnaire : la tranche d’âge sera assez large, de 15 ans à 60 ans voire plus. Il s’agira de réaliser un questionnaire avec des questions fermées et ouvertes, permettant d’avoir des informations subjectives, propre à chaque croyant d’obédience chiite afin qu’il puisse exprimer ce qu’il souhaite mais aussi nous fournir des informations précises sur les différentes caractéristiques de cette minorité musulmane vivant à Bruxelles plus précisément, les chiites étant majoritairement présent dans la capitale au regard des différents instituts existant sur Bruxelles.

L’objectif du recueil de ces informations sera d’analyser ces données, d’observer notamment si il y a relation entre l’objectif de l’ouvrage en question et l’utilisation qu’en font les croyants chiites. Plus clairement, après avoir recueilli toutes les données, nous essayerons d’analyser le lien entre la première partie de notre recherche et la partie empirique. Enfin il s’agira toujours d’apporter des réflexions dans cette idée de répondre à notre question principale qui est « Quels sont la place et l’impact du livre Les clés du paradis sur les rapports à Dieu et aux Imams des croyants chiites. » Puis, nous terminerons par une conclusion de cette première recherche sur l’ouvrage en question mais aussi, sur les invocations au sein de la communauté chiite de Belgique à Bruxelles.

2.2.3.6.2 Le questionnaire :

Questionnaire dans le cadre d’une recherche à l’ULB sur « Les invocations dans la tradition chiite, minorité musulmane. Illustration avec le livre intitulé « Mafâtih al Jinân», « Les clés du paradis » de Abbas Qummi. »

  1. Sexe : F / M
  2.  Âge :
  3. Origine :
  4. Avez-vous la nationalité belge ? : oui/non
  5. Quelle est votre langue maternelle ? ………………………………………………………
  6. Êtes-vous de confession musulmane ? oui/non
  7. Êtes-vous d’obédience chiite ?

Si non, de quelle obédience êtes-vous ? : …………………………………………

  1. Si vous vous considérez comme chiite, de quelle tendance vous identifiez-vous ?
  1. Duodécimain 
  2. Ismaélien
  3. Alaouite
  4. Yazidite
  5. Druze
  6. Autre ? : ……………………………

 

  1. Connaissez-vous le livre de Abbas Qummi intitulé le « Mafâtih al Jinân», « Les clés du paradis » ?

Oui – Non

Si oui : de quelle manière l’avez-vous connu ? : ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

  1. Avez-vous l’habitude d’utiliser cet ouvrage ?

Oui – Non

Si oui : Durant des moments de la journée, de la semaine ou des périodes en particuliers ?

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Est-ce que la prière de demande (du’a) est une pratique importante pour vous ?

Oui – Non

Dans les deux cas, justifier votre réponse : …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Il existe plusieurs invocations qui sont récitées quotidiennement, sur celles proposées ci-dessous, lesquelles vous touchent le plus ?
  1. Du’a al-Wihda
  2. Du’a al-Faraj
  3. Du’a At-Tawassul
  4. Du’a Kumayl
  5. Du’a an-nudba
  6. Du’a jawch al-Kabir
  7. Autres :……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Et à propos des ziarats ? (Textes qui rendent visite aux Imams)

  1. Ziarat ‘Achoura
  2. Ziarat du prophète Muhammad
  3.  Ziarat de l’Imam Rezza
  4. Ziarat de l’Imam Mahdi
  5. Ziarat de l’Imam Ali
  6. Ziarat de Fatima Autres :……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

  1. En quelle langue lisez-vous ces textes ? ………………………………………………
  2. A quel(s) endroit(s) effectuez-vous l’acte des invocations ? ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
  3. Le livre de Abbas Qummi est-il important pour votre spiritualité ?

Oui  – Non

Dans les deux cas, veuillez argumentez : ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Si vous êtes disposé à effectuer un entretien dans le cadre de cette même recherche, n’hésitez pas à indiquer votre adresse email ou numéro de contact : ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Merci !

 

 

                                              

Méthodologie dans le cadre des entretiens :

Il est question ici d’évoquer la manière dont les entretiens vont se réaliser. Il s’agira de rencontrer les personnes chiites qui souhaitent parler de leur histoire avec cette spiritualité mais il y aura également une question en lien avec la question des invocations et de l‘ouvrage étudié. L’idéal serait de rencontrer quelques personnes des différentes origines évoquées plus haut tout en laissant ouverte la possibilité de recevoir des personnes d’autres nationalités. Les questions seront complètement ouvertes : l’idée est de permettre à la personne de raconter son histoire et ses représentations et ses croyances. Il sera évidemment demandé si l’enregistrement des entretiens ne pose pas problème. Les lieux de rencontre seront évoqués dans le travail de recherche.

 

2.2.3.6.3 Observation participante aux différents évènements et occasions en lien avec le calendrier chiite et où la communauté chiite de Belgique notamment, organise et se rassemble lors de ces moments spirituels.

Nous souhaitons nous investir dans les différentes mosquées et centres à Bruxelles car en Belgique, nous sommes en face de différents lieux religieux organisés en fonction de la nationalité et de l’origine des personnes. Cet élément est extrêmement important à relever puisque cela prouve que l’aspect linguistique sera un motif à prendre en compte lors de la rédaction de notre questionnaire. En effet, la communauté est d’origines diverses et les langues sont multiples (persan, urdu, dari, arabe, francophone…). C’est pourquoi nous avons décidé d’écrire notre questionnaire en plusieurs langues : en français, en anglais, en arabe et enfin en persan. Cela permettra de recevoir beaucoup plus d’informations à ce sujet mais aussi, de permettre aux personnes concernées de pouvoir s’exprimer clairement en fonction de la langue qu’elles maîtrisent le plus

 

[1] https://sociologies.revues.org/993 (consulté le 15/12/15)

[2] http://www.psychoweb.fr/index2.php?option=com_content&do_pdf=1&id=131 (consulté le 15/12/15)

[3]http://www.scienceshumaines.com/la-perception-une-lecture-du-monde_fr_21020.html

[4]http://www.scienceshumaines.com/la-perception-une-lecture-du-monde_fr_21020.html

[5]http://alex.g.pagesperso-orange.fr/psycho/d2/perception.htm

[6]http://alex.g.pagesperso-orange.fr/psycho/d2/perception.htm

[7]Klein, O. et Pohl, S; 2006. Psychologies des stéréotypes et des préjuges. Editions Labor, p. 11.

[8]http://www.psychoweb.fr/articles/psychologie-sociale/123-stereotypes-definition-et-caracterist.html

 

Stage

MEDEA instituut rekruteert een Nederlandstalige stagiair (Januari 2017).
MEDEA is een instituut voor onderzoek over mediterrane en euro Arabische samenwerking.
Wij zijn op zoek naar een Nederlandstalige stagiair voor een periode van minimum vier maanden, beginnende vanaf nu.

Taken:

Meewerken aan de redactie van persoverzichten en editorials.
Meewerken aan de organisatie van evenementen van het instituut.
Beheer van de website van het MEDEA instituut en het netwerk van de Anna lindh stichting.
Beheer van de Facebook pagina en Twitter.
Nederlandstalige vertalingen.

Profiel :
Opleiding : diploma in communicatie, internationale betrekkingen.
Interesse voor de Arabische wereld.
Drietalig zijn; Frans, Nederlands en Engels (perfect gesproken én geschreven kennis van Engels en Nederlands).

CV and cover letter to be send : secretariat@medeainstitute.org