22/11/2016

Revue de presse semaine 16 novembre 2016

Erdogan sous-entend qu’il pourrait faire un référendum sur la question de l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne-Arab News-14/11/2016.

Le président Turc Erdogan reproche à l’Europe d’essayer de la pousser à abandonner sa procédure d’adhésion à l’Union Européenne. Il soutient que la patience de son pays a des limites, et que l’UE devrait prendre une décision claire. Il affirme également qu’il considère consulter sa population à ce propos. Les relations euro turques sont devenues plus tendues depuis la tentative de coups d’État l’été dernier.

La peine de mort de l’ex-président Morsi a été annulée-Aljazeera-15/11/2016

La justice annule la peine de mort du premier président élu Mohamed Morsi. Celui-ci avait été dépossédé en 2013 suite au coup d’État initié par le général Al Sissi. La Cour de Cassation a estimé que le procès avait été politique et violait le droit de millions d’Égyptiens.

À Marrakech, l’adaptation de l’Accord de Paris avance à (très) petits pas-Huffington post Maghreb-16/11/2016.

Suite à l’adoption de l’accord de Paris l’année dernière, se tient depuis la semaine dernière la COOP 22 au Maroc. Le but de ce rassemblement est de discuter les modalités d’application de l’accord. Jusqu’à présent, les avancées de celui-ci ont été modestes, même si les négociations sur la mise en place de l’accord sont terminées. De fait, le contenu du plan de travail tarde à être abordé selon une militante.

Une centaine de personnes sont considérées comme étant décédée alors qu’un bateau coule en quittant la Libye-The Guardian-17/11/2016.

Cent personnes sont mortes noyées après avoir quitté la Libye par bateau. Celui-ci a commencé à couler après sa mise à l’eau, une fois que les passeurs aient retiré l’équipement de sauvetage et le moteur.Seules 27 personnes ont survécu à la catastrophe. Les passeurs mettent désormais les migrants sur des embarcations n’ayant pas assez de matériel, ou de carburant pour gagner l’Italie. Ils espèrent que ceux-ci seront interceptés par des organisations caritatives et rapatriées en Europe.

L’entourage politique de Trump libellé comme étant radical inquiète les musulmans, même si certains y voient des aspects positifs-The Washington Post-18/11/2016.

La nomination de certaines figures politiques au sein de l’administration Trump inquiète la population musulmane au Moyen-Orient. En effet, certains d’entre eux, notamment Lt. Gen. Flynn est connu pour leurs attitudes ouvertement antimusulmanes. Selon certains experts travaillant sur la violence et la radicalisation pense que cela risque de renforcer la vision qu’ont les djihadistes du monde. D’autres musulmans voient au contraire la nomination d’un staff aussi radicale comme l’espoir que la lutte américaine contre l’EI va s’intensifier.