Revue de Presse

Cette semaine dans la revue de presse:

“Le décret anti-immigration de Trump menace la lutte contre l’Etat Islamique » ; « L’Iran déclare que son teste missile ne viole pas l’accord sur le  nucléaire », « La Russie demande à ce que la Syrie puisse réintégrer la Ligue des Etats Arabes », « Le Roi de Jordanie avertit Trump sur les conséquences qu’amènerait le déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem », « Les forces Israéliennes ont fait un raid dans la prison de Nafha, agressant des prisonniers palestiniens »

En lire plus.

 

Press Review

This week in the Press Review:“Trump’s travel ban threatens U.S. partnership with Iraq against Islamic State”, “Iran: Missile tests not in violation of nuclear deal”, “Russia calls for Syria’s return to Arab League”,” Jordanian king warns Trump about moving US embassy to Jerusalem”,  “Israeli forces raid Nafha prison, assault Palestinian prisoners”. Read more.

 

Astana : les rebelles semblent vouloir évincer l’Iran dans la mise en place du cessez-le-feu-The Guardian-23/01/17

Les rebelles syriens ont rencontré les forces pro-Bachar Al Assad pour la première fois depuis le début de la guerre civile. Cette rencontre a eu lieu à Astana, la capitale Kazakhe lors de négociations sponsorisées par l’Iran, la Turquie et la Russie. À l’issue de ces discussions, les rebelles semblent avoir rejeté la participation de l’Iran en tant que modérateur du cessez-le-feu. En lire plus dans « The Guardian ».

L’ARP reprend l’examen du projet de loi complétant la loi relative aux élections et aux référendums-Huffington Post Maghreb-24/01/17

Après plusieurs mois, l’Assemblée des Représentants du Peuple a repris l’examen du projet de loi relative aux élections et au référendum proposé en janvier 2016. Celui-ci avait suscité à l’époque de vives polémiques. Celles-ci concernaient principalement le droit de vote aux forces armées et de sécurité intérieures.

Libye : les forces du maréchal Haftar annoncent avoir repris un fief des djihadistes près de Benghazi-Jeune Afrique-25/01/2017

Le maréchal Khalifa Haftar a déclaré avoir repris l’entièreté de la région de Qanfouda avec l’Armée Nationale libyenne. Cette région, située à une quinzaine de kilomètres de Benghazi, était l’un des derniers bastions islamistes de l’est de la Libye. Benghazi, la deuxième ville libyenne, est par les groupes islamistes depuis trois ans. Si l’ANL a repris une partie de la ville, elle n’a toujours pas réussi à totalement expulser les djihadistes.

Les enfants de Mossoul peuvent enfin retourner sur le banc des écoles-le courrier international-26/01/2017

Après deux ans et demi d’attente, les enfants peuvent enfin se réinscrivent à l’école dans un quartier de Mossoul duquel a été expulsé le groupe État islamique. Des parents ont témoigné leur extrême contentement à ce que leur enfant puisse avoir accès à l’éducation, et cela pour la première fois pour certains. Un père a en effet déclaré avoir refusé que son fils assiste au cours dispensé par les djihadistes. Les écoles ne disposent cependant pas encore ni d’eau, ni d’électricité, ni de manuels scolaires. La reconstruction du système éducatif risque de prendre plusieurs mois ; et rappelons que 300 000 enfants sont toujours coincés dans des quartiers aux grippes de l’EI.

La Russie annonce que les négociations de Genève sur le conflit Syrien sont postposées-Aljazeera-27/01/2017

Le ministre des affaires étrangères russe a annoncé que les négociations sur le conflit syrien du 8 février seraient postposées à la fin du mois de février. Le porte-parole des Nations unies a néanmoins annoncé ne pas être en mesure de confirmer ce retardement. La première réunion entre les groupes rebelles le régime syrien étaient censés se rencontrer pour la première fois à Astana, avant que les opposant à Bachar Al Assad ne refusent de venir et force les traducteurs à faire la médiation entre les deux camps.

 

Syria peace talks: rebels appear to rule out ceasefire role for Iran-The Guardian-23/01/17

The Syrian rebels met the strengths pro-Bashar Al Assad for the first time since the beginning of the civil war. This meeting took place in Astana, Kazakh capital, during negotiations sponsored by Iran, Turkey and Russia. At the end of these discussions, the rebels seemed to have rejected the participation of Iran as moderator of the cease-fire. Read more in « The Guardian ».

The ARP takes back the examination of the bill completing the law relative to elections and referendums- Huffington Post Maghreb-24/01/17.

After several months, the Assembly of the people’s representatives resumed the examination of the bill concerning elections and referendum, proposed in January 2016. At that time, this proposition had stimulated violent debates. The bill mainly concerns the armed forces and internal security’s voting rights.

The forces of General Haftar took back a jihadi fief near Benghazi-Jeune Afrique-25/01/2017

Marshal Khalifa Haftar declared to have taken back the whole region of Qanfouda. This region, situated about fifteen kilometers from Benghazi, was one of the last Islamist fiefs in East Libya. Benghazi is the second Libyan city and has been occupied by the Islamist groups for three years. If the ANL took back a part of the city, it has not managed yet to expel all jihadists.

Children in Mosul can finally go back to school-Le courrier international-26/01/2017

After two years children can finally reregister at the school in a district from Mosul which has been liberated from the group Islamic State. Relatives showed their extreme satisfaction to see their children having access to education. It was the first time for some of them. Indeed, a father declared having refused his son to attend classes dispensed by jihadists. Schools have still nor water, nor electricity, or textbooks. The reconstruction of the education system risks to take several months.

Geneva talks on Syria postponed, Russia says-Aljazeera-27/01/2017

Russian Minister of Foreign Affairs announced that the negotiations on the Syrian conflict of February 8th would be postponed at the end of February. The spokesman of United Nations nevertheless announced not to be capable of confirming this delay. The first meeting between the rebel groups the Syrian regime were supposed to meet for the first time to Astana, before setting them to Bashar Al Assad refuse to come and force the translators to make the mediation between both camps.

 

By Chloé de Radzitzky

It has been now six years since Egyptians mobilized in Cairo and in other cities of Egypt to denounce the poor economic conditions; and police violence committed by the Mubarak regime. These uprisings occurred ten days after the beginning of the Tunisian revolution, and were quickly transformed into a revolution demanding the fall of the regime. Egyptian president Al Sissi pronounced a speech for this occasion in which he congratulates the direction took by his country[1]. He asked the young people having participated in the revolution that the country « needed their efforts to continue to move forward on the path of the reform, the construction and the development « [2]. However, as during the previous anniversaries of the uprising, the president required the police to be present in the streets of Cairo to avoid any demonstrations.

 

If Sissi congratulates himself on the direction which took his country, certain experts regret the Egyptian economic, social and political situation since its arrival to power. They consider the outcomes of the Egyptian revolution as mitigated. First of all there was no real change at the level of the power. Second, the claiming concerning the social justice, the democracy and the economy did not manage to be concretized.

 

The realization of a real revolution requires a radical and rapid change within the structures of the state, (as much at the level of the institutions as  » in that of the people occupying positions with being able to) as well as in the structure of the social orders and ideology[3]. However, these changes did not occurred in the Egyptian case. Indeed, the Egyptian revolution occurred so quickly that the opposition did not have time to set up foundations for a new State institutional order. Furthermore, the fact that the army committed a coup d’état dismissing of its functions the democratically elected president democratically Mohammed Morsi echoed the words of Asef Bayât[4]. He asserts that a risk of sabotage by the former elites exists during the aftermath of a revolution. To survive, the revolutions must revolutionary enough to avoid the restoration of the old regime. If the army had declared itself neutral during the revolution, it was nonetheless part of circles gravitating around Mubarak. Consequently, the Egyptian revolts failed to cause this radical change in the structures of the State ; and to fully achieve its revolutionary goals.

 

Concerning the causes having led Egyptians to rise up itself against the Mubarak regime, the inheritance of January 25th revolts is also disappointing. Since his coming to power, President Sissi took several measures to limit the space within which the civil society could express itself, limiting to gain earned during the uprising. He created an « anti-demonstration » law in November, 2013; and hundreds of activists are now behind bars to have violated it[5].More recently, a project of bill was proposed to the parliament prohibiting human rights organizations; as well as organizations financed by the international community such as the UN, to act on the Egyptian territory.

 

The economic situation of the country is hardly better; and the efforts of the current regime are constrained by corruption that already existed during the area Mubarak. Indeed, the private sector is dominated by a small number of companies occupying a position favored within the system. These limit the growth of small and medium-sized enterprises, contract the creation of new jobs to absorb people present on the labor market[6]. The unemployment rate has risen by 3,5% since 2011[7]. Moreover, the increase the population growth rate led to further pressure on infrastructures.

 

In conclusion, the hopes carried by the Egyptian revolution are far from having become a reality. Indeed, police brutality, repression of the activities and the journalists, the disastrous economic situation and the dominance of the pro-governmental elements to the parliament bring certain experts to believe the current regime to be a worse dictatorship than the one preceding the revolts of 2011[8]. However, hopes for new uprising are not lost. Revolutions are slow processes that often face pressure coming from counter-revolutionary forces. Will the Egyptian people have the strength to rise up again to denounce its condition ?

[1] http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2017/01/egypt-war-attrition-revolutionaries-170125074249216.html

[2] http://www.middleeasteye.net/news/egypt-right-track-six-years-after-revolution-says-sisi-1169055645

[4]Asef Bayât in Haddad, Bassan, Rosie Bsheer and Ziad Abu Rish (eds.), The Dawn of the Arab Uprisings: End of an old order? (London: Pluto, 2012), Section 1

[5] http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/01/egypt-january-revolution-anniversary-alive-challenges.html

[6] http://www.middleeasteye.net/news/egypt-right-track-six-years-after-revolution-says-sisi-1169055645

[7] http://www.worldbank.org/en/country/egypt/overview

[8] http://www.aljazeera.com/news/2016/01/160122114637805.html

 

Par Chloé de Radzitzky

Cela fait maintenant six ans que les égyptiens se sont mobilisés au Caire ainsi que dans d’autres villes d’Égypte pour dénoncer les conditions économiques désastreuses ; et pour réclamer la fin des violences policières perpétrées par le régime du président Mubarak. Ces soulèvements se sont produits dix jours jours après le début de la révolution tunisienne, et se sont rapidement transformée en une révolution réclament la chute du pouvoir en place. A l’occasion de cet anniversaire, le président Égyptien Al Sissi a prononcé un discours dans lequel il félicite la direction qu’a prise son pays. Il a affirmé que l’Égypte prenait actuellement une bonne direction[1], et a demandé aux jeunes ayant participé à la révolution que le pays « avait besoin de leurs efforts pour continuer d’avancer sur le chemin de la réforme, de la construction et du développement »[2]. Cependant, comme lors des précédents anniversaires du soulèvement ayant eu lieu le jour de la police, le président a exigé que la police soit présentes dans les rues du Caire pour éviter toute manifestation lors de ce jour de congé national.

 

Si Sissi se félicite de la direction qu’a prise son pays, certains experts déplorent la situation économique, sociale et politique de l’Égypte depuis son arrivée au pouvoir ; et le bilan de la révolution égyptienne s’en retrouve en vérité plus que mitigé. Tout d’abord qu’il n’y a pas véritablement eu de changement au niveau du pouvoir, ensuite parce que les revendications portant sur la justice sociale, la démocratie et l’économie n’ont pas réussi à être concrétisées.

 

La réalisation d’une véritable révolution requiert un changement radical et rapide des structures de l’état, (autant au niveau des institutions qu’’à celui des personnes occupant des positions de pouvoir), des structures sociales et de l’idéologie[3]. Ces changements n’ont cependant pas réussi à se réaliser totalement dans le cas Égyptien. En effet, la révolution égyptienne s’est produite si rapidement que l’opposition n’a pas eu le temps de poser les fondements de nouvelles institutions qui auraient pu représenter la base de construction pour un nouvel État. De plus, le fait que l’armée ait perpétré un coup d’État destituant le président démocratiquement élu Mohammed Morsi de ses fonctions fait écho aux paroles d’Asef Bayat[4]. Il affirme qu’il existe un risque de sabotage de la révolution par les anciennes élites ; et que pour survivre, les révolutions doivent être assez révolutionnaires que pour éviter la restauration de l’ancien régime. Si l’armée s’était déclarée neutre lors de la révolution, elle ne faisait pas moins partie des cercles gravitant autour de Mubarak lorsque celui-ci était encore au pouvoir. En conséquent, les révoltes égyptiennes ont échoué à provoquer ce changement radical dans les structures de l’état essentiel à la réalisation d’une révolution.

 

Concernant les causes ayant menée les Égyptiens à se soulever contre le régime de Mubarak, l’héritage des révoltes du 25 janvier est également décevant. Depuis son arrivée au pouvoir, le Président a pris plusieurs mesures pour limiter l’espace au sein du quelle la société civile pouvait s’exprimer . Il a de faire passer une loi « anti-manifestation » en novembre 2013[5] ; et des centaines d’activistes sont maintenant derrière les barreaux pour l’avoir violé[6]. Plus récemment, un projet de loi a été proposé au parlement pour interdire aux organisations de défense des droits humains ; ainsi que les organisations financées par la communauté internationale telle que l’ONU d’agir sur le territoire Égyptien.

 

 

La situation économique du pays ne se porte guère mieux ; et la marche de manœuvre du régime est limitée de par la corruption. Cela existait déjà pendant l’aire Mubarak. En effet, le secteur privé est dominé par un petit nombre d ‘entreprises occupant une position privilégiée au sein du système. Celles-ci limitent la croissance des petites et moyennes entreprises,contrat la création de nouveaux emplois.[7] Le taux de chomage a d’ailleurs augmenter de 3,5% depuis 2011[8] ; et besoin de réformes économiques se fait encore plus ressentir que la croissance de la population a augmenter, faisant pression sur les infrastrcutures.

 

En conclusion, les espoirs portés par la révolution égyptienne sont loin de s’être réalisé. En effet, les brutalités policières, la répression des activites et des journalistes, la situation économique désastreuse et la prédominance des éléments progouvernementaux au parlement amènent certains experts à penser qu’il s’agit d’une dictature bien plus dure que celle précédant les révoltes de 2011[9]. Les espoirs d’un nouveau soulèvement ne sont cependant pas perdus. Rappelons que les révolutions sont des processus lents et jalonés d’épreuves et de pression venant de forces contre-révolutionnaires. Le peuple égyptien aura-t-il encore la force de se soulever une nouvelle fois pour dénoncer sa situation ?

[1] http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2017/01/egypt-war-attrition-revolutionaries-170125074249216.html

[2] http://www.middleeasteye.net/news/egypt-right-track-six-years-after-revolution-says-sisi-1169055645

[4] Asef Bayât in Haddad, Bassan, Rosie Bsheer and Ziad Abu Rish (eds.), The Dawn of the Arab Uprisings: End of an old order? (London: Pluto, 2012), Section 1

[5] La loi a reçu certains amendements que les sceptiques qualifient de ‘cosmétique’ voir almonitor

[6] http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/01/egypt-january-revolution-anniversary-alive-challenges.html

[7] http://www.middleeasteye.net/news/egypt-right-track-six-years-after-revolution-says-sisi-1169055645

[8] http://www.worldbank.org/en/country/egypt/overview

[9] http://www.aljazeera.com/news/2016/01/160122114637805.html

 

Network News from the Anna Lindh Foundation

We are glad to present to you the 1st edition of the Newsletter «Network News»  that the ALF Secretariat in Alexandria is putting in place to further share information about activities from across the 42 National Networks. In this first issue we compiled 14 Activities which we received from 12 National Networks in chronological order, first the Network Meetings and then the other activities carried out by the National Networks in the past 2 months.

We believe that your future contributions in the content of the« Network News » will enrich and further develop its content with the activities of the Network of Networks.

 

We hope you will enjoy reading the « Network News »  and we would like to wish you warmest Greetings for the New Year.

 

Press Reveiw: January 23, 2017- January 27, 2017

 

Revue de Presse : semaine du 23 janvier 2017

 

1ère édition de la « Network News » de la Fondation Anna Lindh

Nous sommes heureux de vous présenter la 1ère édition du bulletin «Nouvelles du Reseau-FR» que le Secrétariat de la FAL à Alexandrie met en œuvre pour partager davantage les informations sur les activités des 42 Réseaux Nationaux.

Dans ce premier numéro, nous avons compilé 14 Activités que nous avons reçues de 12 Réseaux Nationaux en ordre chronologique, d’abord les Réunions du Réseau puis les autres activités menées par les Réseaux Nationaux durant ces  2 derniers mois.

Nous croyons que vos contributions futures  aux « Nouvelles du Réseau » enrichiront et développeront davantage son contenu avec les activités du Réseau des Réseaux.

Nous espérons que vous prendrez plaisir à lire les « Nouvelles du Réseau » et nous vous souhaitons une bonne année.