by Mohamed Riyad M. Almosly, Phd Student, Gent University

Introduction

A consistent approach in the European Union (EU) external relations preserves its credibility in the world and makes it a more effective international actor (Lannon, 2015: 82). To avoid any fragmentation in this respect, Article 21(3) of the Treaty on European Union (TEU) provides that “The Union shall ensure consistency between the different areas of its external action and between these and its other policies. The Council and the Commission, assisted by the High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy [HRVP], shall ensure that consistency and shall cooperate to that effect”.[1]

Although the EU has created several policies towards its Southern Mediterranean neighbours such as the Euro-Mediterranean Partnership (EMP) (1995-2006), the European Neighbourhood Policy (ENP) (2007 onwards) and the Union for the Mediterranean (UfM) (2008 onwards), it has not yet established a comprehensive and consistent multilateral framework that includes all its 22 partners from the League of Arab States (LAS). Since the failure of the Euro-Arab Dialogue in the 1973 (Brauch et al., 2000: 20) , the 2003 SPMME was the first initiative proposed to bring almost all the EU North African and Middle Eastern Arab partners around one table but this Partnership was not eventually implemented. Recently, the Global Strategy for the European Union’s Foreign and Security Policy (EUGS) advocated a similar approach to that of the SPMME and stressed the need to create a “practical” “cooperative regional orders” that link between the EU, North Africa, Middle East, Sahel and Horn of Africa (HRVP, 2016: 34). This article will analyze the SPMME and examine whether the EU is required to reconsider its current multilateral structures in the light of the EUGS.

Section I: the need for a strategic and comprehensive framework to preserve consistency between the EU external policies

The current EU regional frameworks (ENP and UfM) were designed to cover, in addition to other States,[2] only the EU immediate Arab Mediterranean neighbours: Algeria, Egypt, Jordan, Lebanon, Morocco, Palestine, Syria (suspended) and Tunisia.[3] Unfortunately, these policies have failed to bring peace, security and prosperity even in the EU’s immediate neighbourhood for several reasons related to, inter alia, the ineffectiveness of their instruments and cooperative methods; the lack of coordination between them; and the absence of a strategic vision to link cooperation between the EU immediate Southern neighbours and their neighbours in the Sahel, Horn of Africa and the Arab Gulf (Lannon, 2012: 17-21 & 2014: 11-12; Bicchi & Gillespie, 2012: i). During the 2015 review process of the ENP, the European Commission and HRVP realized the “clear need to review the assumptions on which [this] policy is based, as well as its scope, and how [its] instruments should be used” and recognized the necessity to create a new approach that can reinvigorate cooperation with countries located behind the ENP borders, i.e. the neighbours of the EU neighbours (EC & HRVP, 4/3/2015: 3; EC & HRVP, 18/11/2015: 2 & 18).

In this direction, since the so called ‘Arab Spring’, the EU and its 22 Arab partners are moving slowly but managed to create a cooperative channel between them. They held Four Foreign Affairs Ministerial Meetings[4] the main outcomes of which were: 1) the launching of the ‘EU-LAS Strategic Dialogue’ in November 2015 to cooperate on various issues of common interests such as conflict prevention and counter-terrorism; 2) the signature of a Memorandum of Understanding in January 2015 by the HRVP and the Secretary General of LAS; 3) the adoption of the 2016-2018 ‘EU-LAS Joint Work Program’ to facilitate cooperation on key areas related to “early warning, humanitarian assistance, human rights, civil society and women empowerment”.[5]

However, despite such improvements, the EU-LAS Strategic Dialogue has not yet created the necessary measures that are required to transform the nature of this relationship. The EU is still counting on the ‘reviewed’ ENP and the UfM to solve the challenges of the Arab region.[6] In other words, although the European Commission recognised in 2015 the failure of these policies, the EU has once again relied on them in 2016 under the newly launched Strategic Dialogue. This would have been justifiable if the 2015 ENP review or the EUGS has introduced new instruments to the ENP and the UfM but neither of them has done so nor have they suggested a concrete work plan to connect the EU immediate Southern neighbours with their own neighbours. On the contrary, the EU multilateral policies are still fragmented and characterized by the lack of consistent implementation in their instruments. A clear manifestation to such fragmentation can be found in the application of different multilateral frameworks to the Arab States as follows:

  1. ENP and UfM: cover the EU immediate Mediterranean neighbours (see above).
  2. African, Caribbean and Pacific (ACP) States framework: Comoros, Djibouti, Mauritania, Somalia and Sudan.
  3. Gulf Cooperation Council (GCC) Member States: Bahrain, Kuwait, Oman, Qatar, Saudi Arabia, and the United Arab Emirates under the 1988 EU-GCC Cooperation Agreement.
  4. Arab States not included in any EU multilateral policy: Iraq, Libya and Yemen.

It might be argued that a single multilateral framework gathering all these four categories is not visible due to the differences in their economic level and political situations. In addition, the EU priorities in each sub-region are not similar. For instance, in the ACP Arab States the concentration is on development cooperation through the Economic Partnership Agreements (EPAs) while on the other hand the EU is seeking to enlarge its Internal Market to the Mediterranean countries via the conclusion of Euro-Mediterranean Association Agreements (EMAAs) and Deep and Comprehensive Free Trade Agreements (DCFTAs). Though it relies on correct grounds, this argument cannot be upheld in that despite such differences at the internal and sub-regional levels, the establishment of a cooperative mechanism among these sub-regions is visible to tackle the current transnational challenges, such as terrorism, human trafficking and environment pollution, which are common problems not only to the Arab sub-regions but also to the international community as a whole. Furthermore, considering that the Arab States are already gathered under LAS, this organisation notwithstanding its limited cooperative role could increase the visibility of the cooperation in question. Secondly, in the medium term, the EU is not required to replace its current regional frameworks with a single one but at least to launch a well institutionally structured cooperative regional order that links between the institutions, instruments and financial resources of the existing frameworks as well as reformulates and harmonizes the priorities of these frameworks to make them more consistent and effective. For instance, when it comes to the essential elements (conditionality) clauses, there is no reason to differentiate between the ACP Arab States by obliging them to respect a detailed article regarding human rights under the 2000 Cotonou Agreement on the one hand and the Mediterranean States to which a circumscribed version of conditionality provisions were inserted in the EMAAs on the other hand (Lannon, 2015: 82).[7] Thirdly, the creation of such coordination between the Arab sub-regions is an introductory step to link between the EU, its immediate Southern Mediterranean neighbours and the neighbours of its Southern neighbours. This is due to the fact that LAS comprises both the EU immediate Southern neighbours and some of the neighbours of the EU neighbours. In this regard, the SPMME was the only framework formulated to, initially, cover all the Arab States as will be examined below.

Section II: The EU Strategic Partnership with the Mediterranean and the Middle East (SPMME)

Genesis and geographical coverage

On the basis of the European Council invitation in 2003 (European Council, 19-20/6/2003, paras. 66-67), the European Commission and the High Representative of the EU submitted four reports[8] in which several proposals have been introduced to revitalize the EU relationship with the Arab World through the creation of the SPMME. The reports were entitled:

  1. Strengthening the EU’s Partnership with the Arab World on 9/12/2003;
  2. Interim Report on an EU Strategic Partnership with the Mediterranean and the Middle East on 22/3/2004;
  3. Final Report on an EU Strategic Partnership with the Mediterranean and the Middle East in June 2004;
  4. Interim Report on an EU Strategic Partnership with the Mediterranean and the Middle East in December 2006.

Initially, the SPMME was designed to all the Arab States but then four ACP Arab States (Comoros, Djibouti, Somalia and Sudan) were excluded on the grounds that they face different challenges than the rest of the Arab States.[9] Mauritania was the only ACP country included in the SPMME due to its membership in the Arab Maghreb Union (AMU)[10] and on the basis of the Cotonou Agreement instruments.[11] Hence, with the exclusion of the four ACP States, the SPMME geographical coverage was shifted to cover the EU North African and Middle Eastern neighbours. The countries of these regions were divided into two categories:[12]

  1. The EMP (currently ENP and UfM) Arab Mediterranean participants (Algeria, Egypt, Jordan, Lebanon, Morocco, Palestine, Syria and Tunisia) plus Israel and Turkey. Libya was also planned to be included in the SPMME after its acceptance to the EMP acquis.
  2. The ‘Wider Middle East’: comprises the Arab States that are located East of Jordan (i.e. the six GCC Member States, Iraq and Yemen) in addition to Iran.

Objectives and principles

The SPMME sets very broad objectives. The Second Report underlined 11 objectives, which were extended to 18 “Principles for Actions” in the Third Report.[13] Nonetheless, the SPMME’s main objectives can be summarized as the following:

  1. The promotion of peace, prosperity and stability in the SPMME partners;
  2. Encouraging political, economic and social reforms;
  3. Conflict Prevention: solving the Arab-Israeli conflict was considered as a “strategic priority” for the SPMME. However, no reference was made to other conflicts in the region such as the one concerning Western Sahara despite the severe impact of this issue on the Maghreb regional cooperation;
  4. Achieving coherency and consistency among the EU policies;
  5. Controlling Migration and concluding readmission agreements with the partners.

It can be inferred from the abovementioned four Reports on the SPMME that this Partnership relies on three main principles to achieve its objectives: first, co-ownership of the partnership which means that the EU shall consult the partners in question regarding the formulation and implementation of the SPMME. In other words, the partners shall be involved in the process to avoid the SPMME from being perceived as an EU unilateral instrument (Lannon, 2008: 366). Second, complementary partnership that relies on the existing cooperative frameworks. Third, differentiation, the SPMME aims at coordinating the different instruments of the EU policies but at the same time it is not a “one-size-fits-all” States model.[14] The last two principles entail two dimensions: at the regional level, the existing policies (EMP and ENP) will be maintained with the Mediterranean States and other frameworks will be launched vis-à-vis the Wider Middle East. At the bilateral level, the EMAAs will remain the bilateral cooperative model with the Mediterranean Sates while other agreements that respect the needs and ambitions of each partner will be concluded with the Middle Eastern States.

Instruments:

The SPMME was intended to perform as a coherency-preserver mechanism among the existing different EU policies instead of being an independent framework on its own. It did not aim at replacing the bilateral and multilateral frameworks that were already created by the EU towards some of its Arab partners (i.e. EMAAs, Cotonou Agreement, EMP and ENP), but rather its main purpose was to coordinate the instruments and objectives of these frameworks and put forward certain recommendations towards the Wider Middle East States.[15] With regard to the Mediterranean States, the SPMME was presumed to build on the EMP instruments as well as the ENP and its bilateral Action Plans, which were adopted or will be adopted with each ENP partner. On the other hand, the EU recognised that “The Cooperation Agreement [with the GCC] has allowed for a limited political dialogue” and that the “economic and social characteristics” of the Wider Middle East necessitate the existence of different cooperative mechanisms than those created under the EMP and ENP.[16] Therefore, a ‘Wider Middle East Strategy’ and “Regional Stability Strategy” were proposed to be established with the GCC, Iraq, Iran and Yemen.

The complementary nature of the SPMME has been one of the main reasons behind its failure because it made the implementation of this Partnership, with regard to the Mediterranean partners, depends on the EMP and the ENP. The principles of the SPMME are simply incompatible with those of the ENP. For instance, how is it possible to respect the co-ownership principle of the SPMME through the EMP and the ENP while there is a “perceived lack of co-ownership by the Mediterranean partners” regarding these two policies as noticed by the European Commission (EC, 20/5/2008: para. 13; EC & HRVP, 4/3/2015: 4 & 9). With its (positive and negative) conditionality principle and benchmark system, the ENP was considered by the EU partners as being mainly a unilateral and euro-centred instrument rather than a commonly agreed partnership between equal sovereign States (Van Elsuwege & Petrov, 2011: 694).[17] Therefore, the SPMME should have revised the instruments and principles of the EMP and ENP before relying on them.

Conclusion:

The EU was originally created to maintain peace among its Member States but its internal security has now become more than ever dependant on the stability of its neighbourhood (De Búrca, 2014: 37). For this reason, the EU should act as a stability preserver and “security provider” even beyond the borders of its Member States (Council of the EU, 6/3/2017, para. 2). The SPMME was the first framework directed towards the EU’s immediate neighbours and some of the neighbours of its neighbours. Its initial geographical coverage and intention to solve the ongoing conflicts was innovative and strategic. However, the SPMME was not implemented because of the following reasons: first, it deviated from its original geographical coverage and included two regional actors the political vision and interests of which are not identical, namely the GCC and Iran. The EU should have mediated a rapprochement between those two sides before including them in the SPMME. Secondly, it was a security-obsessed partnership in that it required the Arab States “to play the role of a buffer zone” (Lannon, 2008: 361) without offering them a substantial assistance in return. Third, it did not create new instruments, co-owned reviewing mechanisms and institutional structures that harmonize and revise those of the EMP and ENP within a more strategic set of priorities. Fourth, no follow-up was done by the EU institutions after 2006 to develop the content of the SPMME.

As of now, due to the ENP and UfM failure, the EU should draw lessons from the SPMME in formulating a comprehensive and consistent framework that revises the ENP and UfM and links between North Africa, the Sahel, Horn of Africa and the Middle East. For this to materialize, a sub-regional framework that takes into consideration the interests of Iran and Turkey must be created with the GCC, Iraq and Yemen.

 

* PhD candidate at Ghent University\ Faculty of Law under the supervision of Professor Dr. Erwan Lannon. The candidate’s main field of research includes the multilateral and bilateral legal instruments and strategic frameworks linking the EU and its North African and Middle Eastern partners. The author would like to thank Professor Lannon for his valuable comments on this article. Email: MohamedRiyadM.Almosly@ugent.be

[1] See also Articles (13) TEU, 18(4) TEU and (7) of the Treaty on the Functioning of the European Union (TFEU).

[2] Armenia, Azerbaijan, Belarus, Georgia, Moldova and Ukraine under the ENP and Albania, Bosnia and Herzegovina, Mauritania Monaco, Montenegro and Turkey under the UfM.

[3] Libya does not have a bilateral agreement with the EU nor is it included in any of the EU multilateral policies.

[4] In Malta (February 2008), Egypt (13/11/2012), Greece (10-11/6/2014) and Egypt (20/12/2016).

[5] Declaration adopted at the Fourth League of Arab States – European Union Ministerial Meeting, Egypt-Cairo, 20/12/2016, paras. 1, 4, 11 & 19. Available at: <https://eeas.europa.eu/headquarters/headquarters-homepage/17651/declaration-adopted-fourth-league-arab-states-european-union-ministerial-meeting_en> The EU-LAS Liaison Office ECLASLO will “facilitate the implementation of the Joint Work Program”.

[6] Ibid, paras. 20-21.

[7] See Article (9) of the 2000 Cotonou Agreement (OJ L 317/3 on 15/12/2000) as amended in 2010 (OJ L287/3 on 4/11/2010) in comparison with Articles (2) of the EMAAs with Algeria (OJ L265/2 on 10/10/2005), Egypt (OJ L304/39 on 30/9/2004), Morocco (OJ L70/2 on 18/3/2000) and Tunisia (OJ L97/2 on 30/3/1998).

[8] The Presidency of the General Affairs and External Relations Council (GAERC), which was one of the Configurations of the Council of the EU, participated in the preparation of the second, third and fourth reports. During that time, the Secretary General of the Council of the EU, Mr. Javier Solana, was performing the tasks of the High Representative of the EU. GAERC does not currently exist as it was divided into two bodies; the first works on the General Affairs while the second on External Relations.

[9] First Report, see the references list, p. 7.

[10] The AMU is a regional organisation that was established between five North African Arab States (Algeria, Libya, Mauritania, Morocco and Tunisia) on the basis of the Treaty Establishing a Maghreb Union on 17/2/1989.

[11] Second Report, p. 9; Third Report, p. 17. Mauritania was admitted to the EMP in 2007 (9th Euro-Med Conference, 5-6/11/2007: 4) but the EMP was eventually absorbed by the ENP and the UfM and Mauritania currently participates only in the UfM.

[12] First Report, p. 3 & 7.

[13] Second Report, pp. 10-12. Third Report, pp. 3-5.

[14] Third Report, p. 3.

[15] First Report, p. 8 & 12.

[16] Ibid, p. 7, 9 & 12; Second Report, p. 9; Third Report, p. 7.

[17] On the basis of the conditionality principle, the EU evaluates its partners’ commitment to several priorities (e.g. respect for human rights). According to the results of such evaluation, the EU either sanctions the partner in question, through for instance the suspension of the bilateral relationship (negative conditionality), or on the contrary offers such a partner better access to its Internal Market, specific programmes/agencies and more financial and technical support (positive conditionality) (EC, 11/3/2003: 15-17; EC & HRVP, 8/3/2011: 5).

References

Books and Articles

  • Bicchi, F. & R. Gillespie (2012). The Union for the Mediterranean, London: Routledge, 2012.
  • Brauch H. Günter, A. Marquina & A. Biad (2000). Introduction: Euro-Mediterranean Partnership for the 21st Century. In: H. Günter Brauch, A. Marquina & A. Biad (eds.), Euro-Mediterranean Partnership for the 21st Century, pp. 3-25. Houndmills: Macmillan.
  • De Búrca, G. (2014). Europe Raison d’être. In: D. Kochenov, and F. Amtenbrink (eds.), The European Union’s Shaping of the International Legal Order, pp. 21-37. Cambridge: Cambridge University Press.
  • Lannon, E. (2008). The European Union’s Strategic Partnership with the Mediterranean and the Middle East: A New Geopolitical Dimension of the EU’s Proximity Strategies. In: A. Dashwood and M. Maresceau (eds.), Law and Practice of EU External Relations: Salient Features of a Changing Landscape, pp. 360-375. Cambridge: Cambridge University Press.
  • Lannon, E. (2012). Introduction. In: E. Lannon (ed.), The European Neighbourhood Policy’s Challenges, College of Europe Studies, Vol. 14, pp. 17-21. Brussels, New York, Peter Lang, 2012.
  • Lannon, E. (2014). Introduction: The “Neighbours of the EU’s Neighbours”, the “EU’s Broader Neighbourhood and the “Arc of Crisis and Strategic Challenges” from the Sahel to Central Asia. In: S. Gstöhl and E. Lannon (eds.), The Neighbours of the European Union’s Neighbours: Diplomatic and Geopolitical Dimensions beyond the European Neighbourhood Policy, pp. 1-25. Farnham, Surrey, UK: Ashgate.
  • Lannon, E. (2015). The 2015 Review of the European Neighbourhood Policy and the Future of Euro-Mediterranean Relationships. In: O. Aksoy (ed.),Dis Politika – Foreign Policy – A biannual Journal of the European Foreign Policy Institute. Volume 42, pp. 69–83. Presented at the Euromesco annual Conference “Reviewing Euro-Mediterranean Relations” Ankara, Turkey: Seyfi Tashan.
  • Van Elsuwege, P. & R. Petrov (2011). Article 8 TEU: Towards a New Generation of Agreements with the Neighbouring Countries of the European Union? European Law Review, 36: pp. 688-703.

Official Documents:

  • Council of the EU, Agreed Conclusions of the 9th Euro-Mediterranean Meeting of Ministers of Foreign Affairs 5-6.11.2007, Lisbon, 14743/07 (Presse 255), 6/11/2007.
  • Council of the EU, Council Conclusions on Progress in Implementing the EU Global Strategy in the Area of Security and Defence, Press Release 110/17, 6/3/2017. Available at: < http://www.consilium.europa.eu/en/press/press-releases/2017/03/06-conclusions-security-defence/>
  • Declaration adopted at the Fourth League of Arab States – European Union Ministerial Meeting, Egypt-Cairo, 20/12/2016. Available at: <https://eeas.europa.eu/headquarters/headquarters-homepage/17651/declaration-adopted-fourth-league-arab-states-european-union-ministerial-meeting_en>
  • European Commission Communication, Wider Europe – Neighbourhood: A New Framework for Relations with our Eastern and Southern Neighbours, COM(2003) 104 Final, Brussels, 11.3.2003.
  • European Commission Communication, Barcelona Process: Union for the Mediterranean, COM(2008) 319 (Final), Brussels, 20/5/2008.
  • European Commission & High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy Joint Communication, A Partnership for Democracy and Shared Prosperity with the Southern Mediterranean, Brussels, 8/3/2011.
  • European Commission & High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy Joint Consultation Paper, Towards a new European Neighbourhood Policy, JOIN(2015) 6 final, Brussels, 4/3/2015.
  • European Commission & High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy Joint Communication, Review of the European Neighbourhood Policy, JOIN(2015) 50 final, Brussels, 18/11/2015.
  • European Council Presidency Conclusion, Thessaloniki European Council 19-20/6/2003, Council of the EU 11638/03 Brussels, 1/10/2003.
  • High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy, A Global Strategy for the European Union’s Foreign and Security Policy “Shared Vision, Common Action: A Stronger Europe”, June 2016.
  • The four main reports of the SPMME:
  • First Report: European Commission and High Representative Joint Report, Strengthening the EU’s Partnership with the Arab World, annexed to the Note from the Secretariat General of the Council of the European Union, 15945/03, PESC 791, Brussels, 9/12/2003.
  • Second Report: Presidency of the Council of the EU, High Representative and European Commission Joint Report, Interim Report on an EU Strategic Partnership with the Mediterranean and the Middle East, annexed to the Outcome of Proceedings from the Secretariat of the Council of the European Union, Brussels, 7697/04 COMEM 4, COMAG 4, 22/3/2004
  • Third Report: Presidency of the Council of the EU, High Representative and European Commission Joint Report, Final Report on an EU Strategic Partnership with the Mediterranean and the Middle East, June 2004, p. 7, annexed to Council of the EU, Brussels European Council 17-18/6/2004 Presidency Conclusions, 10679/2/04 REV 2, CONCL 2, Brussels, 19/7/2004.
  • Fourth Report: Presidency of the Council of the EU, High Representative and European Commission Joint Report, EU Strategic Partnership with the Mediterranean and the Middle East Interim Report December 2006, annexed to the Note from the Presidency of the Council of the European Union, 15968/1/06, REV 1, LIMITE, COMEM 147, COMAG 26, Brussels, 1/12/2006.

 

 

Press Review

The Press Review (6th-10 of March) is now online

 

Civils pay high price for the yemeni conflict-L’Orient le Jour-6/03/2017

The Lebanese newspaper “l’Orient le Jour” reports that Yemen, one of the poorest countries in the Middle East, is close to famine. The UN asserts that  humanitarian support is crucial, but NGOS in charge of food aid have troubles reaching the population. It is due to the conflict that has been raging in the country  for three years now on.

Israel imposes entry ban on foreign boycott activists-The Washington Post-7/03/2017

Foreign supporters of the BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) might have trouble traveling to Israel, and by extension to the Palestinian territories. Indeed, the Knesset has passed a law on Monday denying visa to foreigners supporting economic, cultural and academic boycott of Israel. Read more in the Washington Post.

The Israeli Parliament voted a law to silent muezzin-Le Soir-8/03/2017

Following the travel for the supporters of BDS, the Knesset passed a law on Wednesday to forbid mosques to do the call to prayer between 11 pm and 7 am. Another more restrictive text was also voted to forbid muezzin in urban areas.

Islamic State fighters returning to UK ‘pose huge challenge-The Guardian-9/03/2017

The last bastions of the Islamic State in Iraq and in Syria should fall by the summer, posing the challenge of returning soldiers to their home country. The British Security officers are actively the coming back jihadists. They are afraid that these ones  would come back with young and indoctrinate children.

Putin and Erdogan clear their Syrian dispute-Le Figaro-10/03/2017

Turkey and Russia avoid the contentious subjects on the Syrian situation. Indeed, both countries hold different positions as regards the Kurdish implication in the conflict. While Erdogan is afraid of the creation of a Kurdish homogeneous territory on the south border of its country, Putin considers them as his allies. This disagreement embarrasses the Russians, who saw recently a confrontation between the Turkish army and the Syrian army in the city of Manbij

 

 

Revue de Presse

La revue de presse de la semaine du 6 Mars 2017 est désormais en ligne

 

Les civiles paient au prix fort la guerre yéménite-L’Orient le Jour-6/03/2017

Le Yémen, l’un des pays les plus pauvres de la région du Moyen-Orient, est aujourd’hui aux portes de la famine rapport le quotidien libanais l’Orient le Jour. L’ONU rapporte qu’un  soutient humanitaire est crucial, mais les ONGs chargées de l’aide alimentaire peinent à atteindre les populations concernée, à cause du conflit faisant rage depuis maintenant trois ans.

Israël imposent une interdiction d’entrée concernant les activistes étrangers prônant le boycott-The Washington Post-7/03/2017

Les supporters du BDS(Boycott, Divestment and Sanctions)    pourraient désormais avoir du mal à se rendre en Israël, et par extension dans les territoires Palestiniens. En effet, le Knesset a voté une loi limitant l’attribution de visas aux personnes appelant au boycott économique, culturel et académique d’Israël.

Le parlement israélien vote la limitation des appels à la prière des mosquées-Le Soir-8/03/2017

Dans la foulée de l’interdiction de voyager en Israël pour les supporters du BDS, le Knesset a voté une loi mercredi visant à interdire l’appel à la prière des mosquées entre 23h et 7h du matin. Un autre texte plus restrictif a également été voté pour interdire cet appel à la prière dans les zones urbaines.

Le retour en Grande-Bretagne des combattants de L’Etat Islamique pose un sérieux problème -The Guardian-9/03/2017

Les derniers bastions de l’État islamique en Irak et en Syrie devraient tomber d’ici l’été, posant le problème du retour de certains soldats dans leurs pays d’origine. La sécurité britannique se prépare d’ailleurs activement au retour des djihadistes. Ils craignent que ceux-ci ne rentrent avec de très jeunes enfants, endoctrinés et dangereux pour la Grande-Bretagne.

Poutine et Erdogan déminent leur différend syrien-Le Figaro-10/03/2017

Redevenus alliés, la Turquie et la Russie évitent les sujets contentieux sur la situation Syrienne. En effet, les deux pays tiennent des positions différentes en ce qui concerne l’implication Kurde dans le conflit. Alors qu’Erdogan craint la création d’un territoire homogène kurde à la frontière sud de son pays, Poutine les considère comme ses alliés. Ce désaccord embarrasse les Russes, qui ont vu récemment s’affronter l’armée turque et l’armée syrienne dans la ville de Manbij.

 

« Quand Fatima se fait appeler Sophie » de Ali Bader 

bientôt au Théâtre140!

AWSA-Be a le plaisir de vous annoncer que la pièce de théâtre 

« Quand Fatima se fait appeler Sophie » 

sera jouée 

à 10h30 et 14h

le mercredi 19 avril 2017!

 

Synopsis

« Quand Fatima se fait appeler Sophie » est l’histoire vraie d’une jeune femme qui a fui le Moyen-Orient peu de temps après l’attentat suicide de son mari. Elle arrive clandestinement en Belgique où elle souhaite commencer une nouvelle vie. Fatima observe les femmes belges et devient peu à peu Sophie. Elle nous raconte le périple qui l’a menée jusqu’à nous, sa vie là-bas et sa vie ici. En perte de repères, Fatima/Sophie n’a plus de limites. Jusqu’où ira-t-elle dans sa quête identitaire ?

Cette histoire met en scène des questions cruciales qui touchent à la condition des femmes, aux violences sexuelles qu’elles subissent mais aussi à la liberté, l’amour, le rapport homme-femme, la radicalisation, l’intégration, la double identité et bien d’autres thèmes.

 

 Quels sont les facteurs qui déterminent l’attribution de l’aide publique au développement aux pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ?

Par Chloé de Radzitzky

Afin de discuter les facteurs influençant l’attribution de l’aide dans la région MENA, cet article se penchera dans un premier temps sur ce qu’est l’aide étrangère, comment elle contribue au développement économique des pays les plus pauvres; ainsi que sur les trois modèles identifiant les facteurs déterminant l’attribution de cette aide. La seconde section de cet article se penchera par la suite sur les motivations de quatre types de donneurs aidant les pays de la région de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient : les institutions financières de la Banque Mondiale et du Fond Monétaire Internationale, les pays de l’Union européennes, les Etats Unis et les pays arabes. Cet article démontrera que dans tous les cas, à une échelle plus ou moins importante, les intérêts économiques, idéologiques et politiques du pays ou de l’institution émetteurs sont plus importants que les besoins économiques du pays destinataire dans l’attribution de l’aide étrangère.

Lire la suite

 

 

Par Chloé de Radzitzky

Afin de discuter les facteurs influençant l’attribution de l’aide dans la région MENA, cet article se penchera dans un premier temps sur ce qu’est l’aide étrangère, comment elle contribue au développement économique des pays les plus pauvres; ainsi que sur les trois modèles identifiant les facteurs déterminant l’attribution de cette aide. La seconde section de cet article se penchera par la suite sur les motivations de quatre types de donneurs aidant les pays de la région de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient : les institutions financières de la Banque Mondiale et du Fond Monétaire Internationale, les pays de l’Union européennes, les Etats Unis et les pays arabes. Cet article démontrera que dans tous les cas, à une échelle plus ou moins importante, les intérêts économiques, idéologiques et politiques du pays ou de l’institution émetteurs sont plus importants que les besoins économiques du pays destinataire dans l’attribution de l’aide étrangère.

 

Tout d’abord, interrogeons-nous sur ce qu’est l’aide étrangère. Selon le Comité d’Aide au Développement (CAD), le concept d’aide peut être définit comme « a transfer abroad of public resources on concessional terms (with at least 25% grant element), a significant objective of which is to bring about an improvement in economic, political and social conditions in developping countries » (Lancaster, 2000 :9). Cette aide peut être bilatérale ou multilatérale. Afin d’identifier son attribution aux pays de la région MENA, cet article comparera les trois modèles. Le premier base ses conclusions sur « les besoins du pays récepteur », le second sur « les intérêts du pays émetteur » et le dernier est un modèle dit « hybride », combinant les arguments des deux premiers.

 

Nous allons nous intéresser dans un premier temps au modèle argumentant que l’attribution de l’aide publique au développement est basée sur les besoins du pays bénéficiaire. Pour comprendre ce modèle, il est nécessaire de déterminer en quoi ces pays peuvent-ils bénéficier de l’aide publique au développement. La définition du Comité d’Aide au Développement souligne l’importance de ce type d’aide au développement économique des pays les plus pauvres. En effet, ce genre de transfert peut contribuer à combler deux types de décalages. Le premier concerne l’écart entre l’épargne et l’investissement d’un pays, de par ses faibles niveaux de capitaux. Le second écart pouvant être réduit par l’aide publique au développement concerne l’insuffisance de devise étrangère. Cela devient problématique lorsque « la production domestique n’ pas de parfait substitut à certains produits étrangers » (Harrigan, 2002 :87). Ces pays ont donc besoin de devises étrangères pour importer les technologies et les matériaux.

 

Maintenant que nous avons expliqué en quoi l’aide publique au développement pouvait contribuer au développement économique des pays pauvres, penchons-nous sur le modèle soutenant que l’allocation d’aide est basée sur les besoins du pays récepteur.  Ce modèle est basé une croyance selon laquelle il existe un contrat sociale implicite au sein de la sphère internationale, soutenant que le monde devrait être plus équitable (Riddel :2007).  Ce modèle soutient que l’allocation de l’aide publique au développement  est  donc distribuée aux pays récepteurs en fonction de leurs niveaux de pauvreté, la taille de leurs populations… afin de réduire les deux types de décalages détaillés dans le paragraphe précédent.

 

Le second modèle est basé sur l’idée que les intérêts du pays donateur déterminent distribution de l’aide publique au développement. Le but de cette aide est donc, selon ce modèle, de créer un climat favorable pour le pays émetteur. Celui-ci peut utiliser l’aide comme un outil de politique étrangère ou comme moyen de promotion d’une idéologie particulière (par exemple pour promouvoir les valeurs démocratiques et néolibérales) (Hjertholm and White, 2000). L’aide peut également utiliser pour satisfaire les besoins économiques du donneur. En effet, ceux-ci vont alors sélectionner les pays récepteurs qui sont les plus « susceptibles d’absorber les investissements et les exports du donneur » (Harrigan, 2011 :4). Il s’agit du principe du ‘Tied aid’ (aide liée).  Les pays bénéficiant de l’aide doivent en utiliser une partie pour acheter les biens produits par le pays émetteur, parfois à des prix peu concurrentiels. Enfin, ce modèle affirme que l’aide publique au développement est plus facilement accordé aux pays bénéficiant de liens diplomatiques particuliers avec le pays donateur (comme par exemple l’existence d’un passé coloniale).

 

Le troisième et dernier modèle développé dans cet article est le modèle ‘hybride’. Celui-ci a été élaboré suite aux critiques exprimées à l’égard des modèles ‘orienté besoin du pays émetteur ou du pays destinataire’. Etant donné que ces deux modèles ne prennent en considération que, soit les intérêts du pays donateur. Le modèle hybride soutient la nécessité de prendre tous ces facteurs en considération, tout en évaluant lesquels prévalent en fonction des cas. La deuxième partie de cette analyse sera basée sur ce modèle théorique.

 

 

Le but de cet article est de montrer que ce sont les intérêts du donneur qui déterminent principalement l’attribution d’aide publique au développement aux pays de la région MENA. Dans un premier temps, nous nous pencherons sur les motivations des donneurs occidentaux, tels que le FMI, la Banque Mondiale, les Etats Unis et les pays de l’Union européenne. Ensuite, cet article se penchera sur les motivations des pays arabes.

 

Selon Maizels et Nassanke (dans Hjertholm et White, 2000), il est possible d’expliquer l’allocation de l’aide des agences multilatérales, tels que le FMI et la Banque Mondiale avec le modèle des « besoins du destinataire ». Cette hypothèse est basée sur l’idée que l’aide multilatérale est moins influencée par des considérations politiques que l’aide bilatérale (Rodrik dans Hjertholm et White, 2000). Néanmoins, les deux agences multilatérales analysées dans le cadre de cet article (cfr le FMI et la Banque Mondiale) bien que dépourvues d’agenda politique propre sont souvent influencée par les intérêts de ses « actionnaires majoritaires occidentaux, et particulièrement les Etats Unis » (Harrigan et El-Said, 2011 :10).

 

Harrigan et El-Said ont analysé les déterminants de l’attribution du FMI et de la Banque Mondiale d’aide publique au développement via un modèle Probit.  Le but est d’évaluer le poids des facteurs « intérêts du donneur » et « besoins du destinataire ». Ces autres prennent en comptent trois variables indépendantes afin d’expliquer la variable dépendante (l’obtention d’un prêt par le FMI). Il s’agit i) des besoins économiques du pays destinataires, ii) l’influence américaine sur le pays et iii) les facteurs politiques internes. Les résultats du test Probit démontrent que mis à part les cas de l’Egypte (1976) et de la Jordanie (1989), les besoins du destinataire ne justifiaient pas l’obtention d’un prêt. Par contre, les facteurs idéologiques et politiques ont un impact important sur l’obtention d’un prêt du FMI et de la Banque Mondiale.

 

En ce qui concerne  les facteurs idéologiques, il est important de rappeler que les prêts de la Banque Mondiale et du FMI sont rattachés à certaines conditions reflétant l’esprit du consensus de Washington (Riddell, 2007). En effet, ces prêts sont souvent basés sur une idéologie prônant la globalisation et le libéralisme (Harrigan et Wang, 2011). Ces agences sont donc peu enclines à aider des pays dans le besoin si ceux-ci refusent d’implanter des mesures néolibérales. Il existe toutefois des exceptions. La Jordanie par exemple, considérée comme un modèle de réussite en ce qui concerne la mise en place des programmes d’ajustements structurels,  a refusé d’implémenter certaines réformes. Cela prouve qu’il y a d’autres facteurs œuvrant à la détermination de l’allocation de l’aide publique au développement dans la région MENA.

 

Le facteur le plus important déterminant l’attribution de l’aide des deux agences multilatérales  aux pays du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord sont les intérêts politiques de leurs actionnaires majoritaires. Les résultats du modèle Probit démontrent que la politique étrangère des pays bénéficiaires ainsi que leurs compatibilités avec les intérêts américains, comme par exemple la signature d’un traité de paix avec Israël, influencent la probabilité des pays de la région MENA à obtenir un prêt du FMI. L’Egypte par exemple a bénéficié d’un prêt en 1987 alors que ses variables macroéconomiques étaient stables. D’autre part, l’aide du FMI à la Jordanie a été suspendue entre 1990 et 1991, lorsque le pays a refusé de soutenir la coalition menée contre l’Irak par les Etats-Unis (Harrigan et El-Said, 2009).

 

Le fait que les agences multilatérales de la Banque Mondiale et du FMI souhaitent soutenir les régimes pro-occidentaux est une autre forme d’influence politique et idéologique. L’Algérie était considérée comme communiste, et donc comme hostile à l’Occident dans les années 1970 et 1980. Alors qu’Alger mettaient en place des mesures de libéralisation similaires à celles prônées par Washington dans les années 1980, le pays n’a pas ou que peu bénéficié d’aide. L’Algérie a finalement bénéficié de l’aide du FMI en 1989, bien que ses indicateurs macroéconomiques ne montraient aucun signe que le pays traversait une période de crise particulière par rapport aux cinq années précédentes. L’obtention de ce prêt ne peut donc être justifiée par les besoins économiques du pays bénéficiaires. Par contre, il peut être expliqué par l’entrée de l’Algérie dans l’Union du Maghreb Arabe, connue pour entretenir de bon rapport avec l’Union Européenne et comme se battant pour contenir l’Islam radical (Harrigan et El Said, 2009). Ce revirement de situation est arrivé pile au moment où le discours américain concernant la sécurité au Moyen Orient changeait de la crainte de l’expansion du communisme, à la crainte de l’expansion du radicalisme Islamiste.

 

Ayant analysé les motivations de l’attribution d’aide publique au développement des agences multilatérales, cet article se penchera maintenant sur les motivations des Etats Unis et des pays de l’Union Européenne. Les donneurs européens sont influencés par trois types de facteurs : historiques (présence ou non d’un passé coloniale), politiques et économiques. Même si le traité de Barcelone met en avant des facteurs idéologiques, comme l’établissement de «  paix et stabilité basées sur le respect des droits de l’homme et sur la démocratie » (DFID, 2003 :11), il est possible de remarquer l’influence particulière des intérêts économiques des donneurs. En effet, « dans presque tous les cas d’assistance européenne, bien que moins en ce qui concerne les pays scandinaves, les considérations commerciales jouent un rôle crucial » (Nonneman, 1988 :84). Le but est de créer une dépendance pour certaines commodités produites par le pays donateur, pour avoir un meilleur accès au marché local, ainsi que pour sécuriser l’accès au pétrole. La France par exemple, a tendance à favoriser les transferts vers l’Algérie, la Tunisie et le Maroc pour des raisons économiques, politiques et historiques (Harrigan, 2011). Les raisons politiques peuvent être comprises en termes de migration. Les pays européens sont généralement réticents à ouvrir leurs frontières. L’aide économique aux pays d’origines des migrants est vu comme un moyen plus acceptable de gérer les problèmes migratoires. Cela aide à réduire les motivations à venir en Europe en créant un climat économique favorable sur place (Reynaert, 2011). Tous ces intérêts sont repris dans les accords de Barcelone de 1995 qui établissent un partenariat euro-méditerranéen. Il est intéressant de constater que l’aide en provenance de l’Union européenne vers les pays de la méditerranée a augmenté depuis leurs signatures (Harrigan, 2011).

 

L’aide américaine vers les pays MENA est fortement influencée pour sa part, par des facteurs économiques et politiques. Les facteurs idéologiques ont également un poids considérable, mais cet article les considérera ensemble avec les intérêts économiques. D’un point de vue économique, l’aide américaine peut être soumise à certaines conditions étant économiquement intéressantes pour les Etats-Unis. Pour Nonneman, «  les intérêts économiques domestiques- tel qu’un prix au-dessus de celui du marché et la quasi-garantie d’acheter les produits aux agriculteurs américains, la diminution des coups de stockage pour le gouvernement américain et la pénétration des entreprises américaines sur les marchés locaux sont flagrants » (1988 :85).

 

Ce sont néanmoins les intérêts politiques qui sont les plus déterminants dans l’allocation de l’aide publique américaine au développement. Selon Harrigan et Wang, ces facteurs ont une plus grande importance que pour les autres donneurs occidentaux (2011). Les Etats-Unis favorisent, par exemple, les pays ayant accepté d’avoir des relations diplomatiques avec Israël. Le but de l’aide est dès lors double. Tout d’abord les Etats-Unis ont la tendance d’allouer l’aide publique au développement au pays du Moyen Orient dans le but de maintenir les régimes pro-occidentaux au pouvoir. Ensuite, dans le cas de l’Egypte, du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie, Washington les ont orienté (grace à l’allocation d’une aide), a calqué leurs politiques étrangères sur celle des Etats-Unis (Nonneman, 1988). De fait, pendant la Guerre Froide, les Etats-Unis donnaient de l’aide aux pays aidant à contenir l’influence du Communisme dans la région MENA (et qui par la suite s’est transformé en cordon sanitaire contre la progression de l’Islam radicale).

 

L’Egypte a par exemple commencé à bénéficier de l’aide des Etats-Unis lorsqu’elle s’est éloignée de l’Union Soviétique. C’est devenu par la suite un des pays bénéficiant le plus de l’aide américaine suite à la signature du traité de paix avec Israël. Le pays a également reçu de l’argent après avoir soutenu la coalition menée par les Etats-Unis contre l’Irak en 1990. Comme nous l’avons déjà expliqué dans la partie traitant de l’aide accordée par les agences multilatérales, rien ne justifiait ces transferts automatiques d’aide d’un point de vue économique. Un autre exemple est celui de la suspension de l’aide américaine en direction de la Jordanie en 1978, lorsque le roi a refusé de signer les accords de paix avec Israël. Une fois signés en 1994, la Jordanie est devenue un des plus grands bénéficiaires de l’aide américaine (Harrigan et El-Said, 2009).

 

La prévalence des intérêts des américains dans leurs attributions de leur aide publique au développement dans la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord a été vérifiée par le modèle Probit élaboré par Harrigan and Wang. Il prend en considération des mesures permettant d’évaluer les besoins du bénéficiaire de l’aide étrangère (comme par exemple la taille de sa population, le PIB par habitant…). Le modèle évalue également le taux de retour de l’aide pour le donneur. Les résultats démontrent que comparé aux autres donneurs, les américains sont particulièrement influencés par leurs propres intérêts. Harrigan et Wang se sont particulièrement penchés sur les pays de la région MENA, étant donné que Washington est impliqué dans une Guerre contre le Terrorisme. Ces auteurs ont conclu que : « les intérêts du donneurs (…) a un impact positif fort sur l’allocation de l’aide américaine en direction d’Israël et de la Jordanie, deux des alliés les plus stratégiques des Etats-Unis dans la région, et un impact négatif fort sur l’allocation de l’aide américaine aux pays traditionnellement hostiles à la politique étrangère des Etats-Unis dans la région, tels que le l’Iran, le Soudan et le Yémen » (2011 :3).

 

Ayant évalué le rôle des intérêts des pays donneurs occidentaux dans l’attribution de l’aide au développement aux pays de la région MENA, certains auteurs soutiennent que les pays arabes sont moins susceptibles de motiver l’allocation de l’aide en fonction de leurs intérêts économiques, politiques et idéologiques (Neumayar, 2004). Neumayar utilise le travail d’Heckman pour analyser les motifs de l’allocation de l’aide arabe au développement. Il affirme que les pays les plus pauvres, islamiques et arabes sont plus enclins à bénéficier de transferts. Le fait que le niveau de pauvreté soit un des facteurs les plus déterminants renforce la thèse que dans le cas des donneurs arabes, les besoins du destinataire prévalent. Cet élément est appuyé par Nonneman qui affirme en parlant de l’allocation de l’aide saoudienne au développement que « l’engagement à développer les pays du tiers-monde et les motifs de développement économique à long terme (…) ne devraient être écartés » (1988 :155). Cependant, cet article soutient que les motivations politiques et idéologiques ne devraient pas être ignorées.

 

Toujours en utilisant le travail de Neumayar, l’absence de relations diplomatiques avec Israël est un facteur déterminant dans l’attribution de l’aide arabe au développement dans la région MENA. Les pays donneurs tels que le Koweït, l’Arabie Saoudite, et les Emirats Arabes Unis ont favorisé les transferts d’aides à l’Egypte, la Jordanie et la Syrie pendant la guerre des 6 jours en 1967. L’aide arabe a par la suite arrêtée d’être allouée à l’Egypte lorsque le pays a signé les accords de Camp David.  Un autre exemple prouvant l’importance du facteur Israël dans l’allocation de l’aide arabe est le fait que le Koweït ait continué à envoyer de l’aide en Syrie, à cause de ses frontières avec Israël, bien que le Ministres des affaires étrangères koweïti ait déclaré que l’aide s’arrêterait à cause du soutien syrien à l’Iran dans les années 1980.

 

Un autre élément politique important déterminant l’allocation de l’aide est la similarité de la politique étrangère des pays bénéficiaires avec celle de l’Arabie Saoudite. Ce pays est le donneur arabe le plus important selon Nonneman.  Ryhad est particulièrement sensible aux facteurs politiques et idéologiques dans l’attribution de l’aide. Par exemple, la République Arabe du Yemen a commencé à recevoir l’aide saoudienne une fois que celle-ci s’est détournée de l’Union Soviétique dans les années 1970. En conclusion, les intérêts des donneurs arabes (qu’elle soit bilatérale ou multilatérale),  les intérêts du donneur jouent un rôle dans le processus de sélection des pays bénéficiaires et lorsque le montant du prêt est fixé. Les intérêts du récepteur, quant à eux, ne sont pris en compte que lors du processus de sélection (Neumayar, 2004).

 

Conclusion

 

Tout comme le modèle hybride le soutient, les intérêts du bénéficiaire et du donneur d’aide jouent un rôle dans l’attribution de celle-ci. Le but de cet article était de démontrer que, même s’ils jouent une rôle, les intérêts des pays de la région MENA bénéficiant d’aide au développement ne sont pas déterminant dans le processus d’attribution de cet aid. Comparée à d’autres régions du monde plus pauvres, celle du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord reçoit énormément d’aide. De plus, les bénéficiaires principaux sont des pays à revenus intermédiaires.

 

Les intérêts politiques des donneurs sont ceux ayant le plus d’influence dans le processus d’attribution. Le FMI et la Banque Mondiale sont influencés par les intérêts politiques de leurs gros actionnaires occidentaux, malgré la croyance générale que les agences multilatérales oeuvrent uniquement dans l’intérêt des pays  bénéficiant d’une aide au développement. Les Etats-Unis sont le donneur le plus influencé par les considérations concernant la politique étrangère. Celles-ci changent avec le temps. Pendant la Guerre Froide, Washington favorisait les pays hostiles au communisme, alors qu’après les années 1990, ils ont commencé a favorisé les pays s’opposant à la diffusion de l’Islamisme radical. L’existance d’un traité de paix avec Israël est également déterminant. Les donneurs européens sont quant à eux moins influencé par les facteurs politiques que les Etats-Unis, même si ces facteurs restent importants dans l’attribution de l’aide au développement. Enfin, la croyance que l’aide des pays arabes est attribuée en fonction des besoins de leurs voisins a été remise en cause dans la dernière section de cet article. En effet, les donneurs arabes sont plus enclins à envoyer de l’aide aux pays ayant une politique étrangère similaire à la leur. En conclusion, il est possible d’affirmer que dans le cas des pays de la région MENA, les intérêts politiques du donneur est le facteur principal à l’attribution d’aide au développement.

 

Bibliographie

El-Said, H., & Harrigan, J. (2006). Globalization, international finance, and political Islam in the Arab      world. The Middle East Journal, 444-466.

DFID (2003). Middle East and North Africa Regional Assistance Plan. London: Department for   International Development.

Lancaster, C., & Institute for International Economics., 2000. Transforming foreign aid: United States     assistance in the 21st century. Washington, D.C.: Institute for International Economics.

Harrigan. J. (2002) “International Finance for Development” Chpt. 10 in Kirkpatrick, C., Clarke, R.         and Polidano, C. (eds) Handbook on Development Policy and Management, Edward Elgar:     Cheltenham, UK.

Harrigan, J. and El-Said, H. (2009), Aid and Power in the Arab World: The IMF and World Bank Policy-Based Lending in the Middle East and North Africa, Palgrave Macmillan, Chapter 2.

Harrigan, J. (2011), The Political Economy of Aid Flows to North Africa. UNU WIDER (World    University of Development Economic Research, Working Paper no. 2011/72

Harrigan, J., and C. Wang (2011). ‘A New Approach to the Allocation of Aid among Developing Countries: Is the US Different from the Rest?’. World Development, 39.

Hjertholm P. and White H. (2000), “Survey of Foreign Aid: History, Trends and Allocation”, DERG        Working Paper, University of Copenhagen

Neumayer, Eric (2003). What factors determine the allocation of aid by Arab countries and multilateral     agencies? [online] London: LSE Research Online. Available at:             http://eprints.lse.ac.uk/archive/00000615

Neumayer, E. (2004), “Arab-related Bilateral and Multilateral Sources of Development Finance: Issues.     Trends and the Way Forward”, The World Economy Feb 2004, vol. 27, Issue 2.

Nonneman, G. (1988) Development, Administration and Aid in the Middle East, Routledge: London.

Reynaert, V 2011, ‘Explaining EU aid allocation in the Mediterranean: a fuzzy-set qualitative       comparative analysis’, Mediterranean Politics, 16, iii, pp. 405-426, Index Islamicus,        EBSCOhost, viewed 15 March 2016.

Riddell, R., & dawsonera., 2007. Does foreign aid really work? Oxford ; New York: Oxford University   Press.

 

L’Institut Medea a le plaisir de vous informer que Laba ASBL organisera une conférence-débat  consacrée à « La refondation de la pensée théologique Islamique  » le samedi 11/03/17 à 17h30 à l’ULB (auditoire à confirmer dans un prochain envoi). La conférence sera donnée par Ghaleb BENCHEIKH.

Double formation scientifique et philosophique. Docteur en sciences, physicien, islamologue. Écrivain essayiste, Ghaleb Bencheikh est grand défenseur de la laïcité et par ailleurs, Président de la Conférence mondiale des religions pour la paix.

 

Depuis les attentats de Bruxelles et bien avant, Paris, Berlin, Nice, Istanbul, la question islamique n’a jamais été posée avec autant d’acuité que ces temps-ci. Elle est cruciale, au centre d’enjeux nationaux et internationaux.

L’Algérie a été le premier pays à faire face seule au terrorisme islamique durant la décennie noire, un des plus tragiques épisodes de l’Histoire récente du pays. Elle avait averti la Communauté internationale de ce fléau mais on ne la prenait pas trop au sérieux. Sous couvert du statut de réfugié politique, les capitales occidentales accueillaient les islamistes sur leur territoire malgré les mises en garde de la société civile algérienne. Il a fallu le 11 septembre pour s’en rendre compte.Aujourd’hui l’Algérie est un acteur incontournable dans la lutte antiterroriste en Afrique du Nord et joue un rôle majeur dans la stabilité de la région.

Nos jeunes en perte de repère partent pour la désillusion d’un djihad réparateur, les médias nous dit tout et son contraire et certains politiques ne font qu’attiser la discorde. Tout est confus et la population ne sait plus, la peur, les relents populistes, xénophobes, islamophobes, replis sur soi, se matérialisent en actions nauséeuses. Propos haineux et replis sur soi ruinent tout effort en faveur du Vivre Ensemble.

Notre invité essaiera de nous expliquer par ses mots, sa pensée et sa réflexion comment en est-on arrivé là. Son éclairage nous apportera peut-être des pistes de solution pour sortir de la crise dans laquelle nous nous trouvons.

Animée par Corinne Torrekens, experte auprès du Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles/Officiel, elle nous apportera également un éclairage d’académicienne.

 

Présentation par Ghezala Cherifi, Présidente de Laba Asbl

 

PAF : 7 €

Etudiants 5 €