MEDEA in the media

 

– La «fête de l’indépendance» tunisienne célébrée au Parlement européen par Wajdi Khalifa dans Kapitalis, 23 mars 2012

Organisée à l’occasion de la « fête de l’indépendance de la Tunisie » (20 mars), la rencontre entre parlementaires et membres de société civile tunisiens et européens « a été l’occasion de débats, parfois houleux mais francs, dans un climat démocratique et pluriel au sein de l’institution européenne la plus représentative des citoyens européens ». « L’idée de cette conférence a été lancée par l’eurodéputée franco-algérienne Malika Benarab-Attou, lors d’un séjour de travail à Tunis, il y a quelques mois. Elle a rapidement été soutenue dans son projet par son collègue espagnol l’euro-député Vicent Garcès mais aussi par l’Assemblée des Citoyens et Citoyennes de la Méditerranée et d’autres associations. »

Read more

– Ennahda veut se démarquer du courant salafiste par Baudouin Loos dans le Soir, 21 mars 2012

« La question des radicaux islamistes hante de plus en plus de citoyens tunisiens, qui ont manifesté mardi à Tunis ». « Au cœur du ressentiment, les assauts verbaux et parfois physiques d’une minorité de salafistes, de plus en plus visibles et arrogants, et l’attitude souvent jugée ambiguë envers ces fondamentalistes radicaux du puissant parti islamiste Ennahda, désormais au pouvoir en coalition avec deux partis de centre-gauche. Ce mardi à Bruxelles se déroulait justement une conférence au Parlement européen qui a permis d’entendre plusieurs Tunisiens sur ce thème. La journée intitulée « La Tunisie face à l’expérience démocratique » était organisée par le Cercle des chercheurs sur le Moyen-Orient, l’Institut Medea et l’Assemblée des citoyens de la Méditerranée ».

Read more

– Le CNS syrien reçu à Bruxelles par Vincent Braun et Christophe Lamfalussy dans La Libre Belgique, 24 novembre 2o11

Cinq membres du Conseil national syrien (CNS), emmenés par leur président francophone Burhan Ghalioun, ont été reçus mardi soir par les autorités européennes à Bruxelles, pour la première fois de façon officielle.(…) « Mais ce n’est pas qu’une opposition de l’extérieur puisque, même si la direction se trouve à l’étranger, la moitié des membres du CNS seraient des Syriens de l’intérieur, dont les noms sont tus pour assurer leur protection« , relève Manon-Nour Tannous, doctorante en sciences politique, rattachée au centre de recherche Thucydide à l’université Panthéon-Assas (Paris II), lors d’une conférence organisée mercredi à Bruxelles par l’Institut européen de recherche sur la coopération euro-arabe (Medea).

Read more

– Pour un « grand prix » méditerranéen par Michel Theys, Fenêtre sur l’Europe, 4 juillet 2011

Auteur du livre Le Manifeste des Arabes, l’Algérien Hasni Abidi n’est pas un scientifique complaisant. A la tribune de l’Institut Medea (Institut européen de recherche sur la coopération méditerranéenne et euro-arabe), ce chercheur invité à l’Université Paris I n’en a pas moins salué bas, la semaine dernière à Bruxelles, un discours royal « même en avance par rapport à ce que demandait la classe politique » locale.

Read more

 

« Il faut fuir la logique suicidaire », interview d’Hasni Abidi par Baudouin Loos, Le Soir, 1er juillet 2011

Le conflit en Libye a dépassé les cent jours. L’intervention d’une coalition militaire internationale pour protéger les civils n’a pas mis un terme à la confrontation entre le régime de Kadhafi et les rebelles. Le point avec un expert du monde arabe, Hasni Abidi, invité par l’Institut Medea.

Read more

 

– Interview de Nathalie Janne d’Othée, directrice de l’Institut MEDEA par Jean-François Cadet dans l’émission « Allô Bruxelles » sur RFI

La transition démocratique en Tunisie, on en a aussi parlé cet après-midi dans l’hémicycle du Parlement européen. Les eurodéputés ont en effet débattu du « Printemps arabe », en présence du secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, qui est aussi candidat déclaré à l’élection présidentielle égyptienne. Nathalie Janne D’Othee, directrice de l’Institut MEDEA, l’Institut européen de recherche euro-arabe nous explique qu’aujourd’hui l’Union européenne a envie de se remettre en cause, elle veut aider et appuyer le processus démocratique dans ces pays que sont la Tunisie et l’Egypte.

Read more