Relations UE-Egypte

1. Historique

Le premier accord de coopération entre la CE et l’Égypte a été signé en 1977. L’accord de coopération a été mis en œuvre par la conclusion de quatre protocoles d’accord bilatéraux, de 1977 à 1995. L’accord de coopération prévoyait des aides économiques, techniques et financières ainsi que la coopération commerciale.

Avec la coopération économique, technique et financière, la CE visait à participer au développement de la production et l’infrastructure économique égyptiennes afin de diversifier sa structure économique. Cette industrialisation comprenait notamment l’industrialisation égyptienne et la modernisation de son agriculture, ainsi que la coopération dans les domaines de la science, la technologie, la protection de l’environnement, le secteur de la pêche et l’encouragement des investissements privés qui sont dans l’intérêt mutuel des deux parties.

Les principales actions financées par les protocoles et fonds bilatéraux UE-Égypte étaient les suivants: réforme des entreprises publiques et programme de privatisation (€ 43 millions), Programme de Développement du Secteur Privé (€ 45 millions), la réforme du secteur financier / Banque centrale (€ 11,7 millions), l’appui au Programme de population en Haute-Égypte (10 millions €).

2. Le partenariat euro-méditerranéen

Le programme MEDA

Le programme MEDA a constitué jusqu’en 2000 le principal instrument pour gérer les aides dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen, adopté à Barcelone en Novembre 1995. Le programme MEDA avait été créé pour encourager et soutenir la réforme des structures économiques et sociales des partenaires méditerranéens, en vue de la création, d’ici 2010 d’une zone de libre-échange autour de la Méditerranée.

Les ressources MEDA étaient attribuées bilatéralement, dans le cadre des Programmes indicatifs nationaux tandis que le programme indicatif régional couvre les activités multilatérales.

Au titre de MEDA, € 320 millions ont été dépensés sur la transition économique de soutien alors que 365 M € ont été consacrés à la préservation de l’équilibre socio-économique. En outre, la Banque européenne d’investissement avait accordé des prêts pour € 1.350 millions au cours de la période 1992-2000.

Les priorités du programme MEDA II (2000-2006), renommé suite à des modifications apportées au programme MEDA initial, sont l’appui à l’application de l’accord d’association et la maintenance d’un équilibre entre développement économique et social.

Accord d’Association

L’accord d’association entre l’UE et l’Egypte a été signé en Juin 2001 après près de cinq ans de négociations, entrant en action en 2004.

Bien que tous les euro-méditerranéen d’association signé entre l’UE et ses partenaires méditerranéens est convenu sur une base bilatérale, il ya certains aspects communs à l’ensemble d’entre eux: le dialogue politique, le respect des droits de l’homme et la démocratie, la création de l’OMC libre-échange compatible sur une période transitoire pouvant aller jusqu’à 12 ans, les dispositions relatives à la propriété intellectuelle, services, marchés publics, règles de concurrence, aides d’État et des monopoles, la coopération économique dans un large éventail de secteurs, la coopération concernant les affaires sociales et de la migration (y compris la réadmission des illégaux les immigrants et la coopération culturelle).

Les Accords créent deux institutions communes, le Conseil d’association, au niveau ministériel, et le comité d’association, au niveau des hauts fonctionnaires, qui se réunissent à intervalles réguliers.

Le respect des droits de l’homme et des principes démocratiques sont un élément important de la coopération politique entre les partenaires. Les accords prévoient la possibilité d’être suspendu en cas de violations graves des droits de l’homme.

La conclusion d’un accord euro-méditerranéenne de libre-échange d’ici 2010 est la conséquence la plus importante dans le cadre du chapitre économique. Les deux parties se sont engagés à poursuivre la libéralisation de leur commerce bilatéral et d’aider à s’assurer que les entreprises égyptiennes et les consommateurs bénéficient de la poursuite du développement du commerce international et l’investissement.

L’accord bilatéral de libre-échange sera basé sur la libéralisation tarifaire réciproque pour l’industrie et l’agriculture. Tous les droits industriels seront démantelés sur une période de transition de 12-15 ans. En ce qui concerne les produits agricoles, les contingents égyptiens accordés par l’UE sont élargis pour les principales exportations égyptiennes et de nouveaux contingents tarifaires pour des produits actuellement exclus des traitements préférentiels sont également établis.

L’accord d’association comprend la mise en place de nouvelles structures institutionnelles pour l’intensification du dialogue politique et de coopération dans les domaines de l’éducation et de la culture, ainsi que la lutte contre la criminalité.

Politique Européenne de Voisinage

Les relations UE-Egypte actuellement en place sont construites autour du Plan d’Action défini par la Politique Européenne de Voisinage. Les aspirations égyptiennes vers la consolidation des liens avec l’UE et une plus profonde intégration dans l’économie globale, ainsi que les intérêts européens pour le développement d’un partenariat stratégique avec les nations voisines, ont pu bénéficier de la création du Plan d’Action UE-Egypte. Ce Plan d’Action cherche à promouvoir et maintenir la paix, stabilité et sécurité dans la périphérie sud de l’UE.

L’intensification des relations entre les deux parties cherchent également à moderniser l’économie et la société égyptienne, notamment à travers des objectifs et intérêts mutuels, ainsi que la mise en place de réformes sociales, politiques et économiques en accord avec le Plan National de Développement 2002-2007 égyptien.

La principale source d’assistance financière proposée par l’UE à l’Egypte s’inscrit dans le cadre de la PEV. L’Egypte bénéficie en effet d’une part des € 11,9 millions constituant le budget mis à disposition des pays voisins à travers l’Instrument de Voisinage et de Partenariat Européen, successeur du programme MEDA II en 2007.

Le respect et l’adhésion à ces objectifs et valeurs seront décisifs pour le progrès accompli en termes de libéralisation commerciale, l’ouverture du marché intérieur Européen et la coopération politique.

3. Relations commerciales

Les relations commerciales entre l’Egypte et l’UE se sont renforcées au cours de ces dernières années, principalement depuis la mise en place de l’Accord d’Association. Depuis cette date, la moitié des exports industriels européens ont été libéré, alors que le commerce agricole a été intensifié grâce au traitement préférentiel du secteur agricole.

En 2007, on compte € 10,3 millions de produits européens exportés en Egypte, et € 7 millions d’exportations de produits égyptiens vers l’UE. Les imports Européens provenant d’Egypte sont dominés par l’énergie (43,4%) ainsi que par les habits et textiles (10%). L’exportation européenne vers l’Egypte est formée en priorité de machineries et produits chimiques (15,4%).

En termes de services, les exports égyptiens vers l’UE étaient dominés, en 2006, par les services de transport (31%) et de voyage (57%), alors que les services commerciaux (57%) représentent le secteur principal d’importations européennes.

Les réformes et privatisation économiques égyptiennes initiées en 2005 ont entrainé une augmentation des Investissements Directs Etrangers. Sur un stock total de € 5,3 milliards, l’investissement direct européen représente € 1 milliards.