Congrès National Irakien – CNI

Plusieurs groupes d’opposition irakiens se sont rassemblés en 1992 au sein du Congrès National Irakien (C.N.I.) afin d’unir leurs forces pour faire tomber le régime irakien actuel. La création du CNI a ouvert la voie aux contacts officiels de l’opposition irakienne avec Washington et Londres.

Réuni à Vienne en juin 1992, le CNI a élu une Assemblée Nationale de 87 membres qui s’est élargie à 234 membres à Salaheddin (nord de l’Irak) en octobre 1992 quand le CNI a organisé la première réunion de l’opposition sur le sol irakien depuis la prise de pouvoir du parti Baath en 1968.

Suite à cette réunion, le CNI a établi son quartier général à Salaheddin tout en maintenant une base extérieure à Londres.

L’Assemblée Nationale du CNI a également élu un Conseil Exécutif de 26 membres présidé par Ahmed Chalabi pour gérer les affaires courantes. Les membres du Conseil Exécutif représentent un large éventail de groupes d’opposition basés en Irak, en Iran, en Arabie Saoudite, en Syrie et dans les les pays européens.

Le CNI a subi deux chocs importants:

En 1995, le mécontentement grandissant à propos de la présidence de M. Ahmed Chalabi, considéré un temps comme un « shadow Prime Minister », a conduit à la démission de certains groupes comme l’Appel Islamique, l’Union Démocratique Irakienne et le Parti National Arabe. La présidence de M. Chalabi est notamment controversée à cause de sa mauvaise connaissance de la situation sur le terrain (né en 1949, il a quitté l’irak en 1956) et à cause du secret qui entoure les comptes du CNI, vraisemblablement plus approvisionnés par Washington et d’autres gouvernements que par des Irakiens. D’autre part, des charges pèsent toujours sur M. Chalabi en Jordanie après la faillite de la Banque Petra qu’il dirigeait et qui, au début des années 80 a ruiné des milliers d’épargnants jordaniens et libanais.

En août 1996, les combats entre les deux principaux mouvements kurdes en Irak – tous deux officiellement membres du CNI – ont gommé sa présence dans le Nord du pays quand le PDK a reçu l’assistance de Bagdad contre l’UPK pour prendre Arbil, principal centre administratif de la région. Suite à cette action, les Etats-Unis ont évacué plus de 6000 collaborateurs locaux ainsi que les personnalités du CNI qui se trouvaient dans la région.

Etant donné les problèmes internes du CNI, l’administration américaine apporterait désormais un soutien croissant à un autre groupe d’exilés basé à Amman, l’ANI, l’Accord National Irakien.