La crise mondiale et les pays arabes (2010)

Tout d’abord, la crise de l’euro est quelque chose de totalement nouveau mais ce qui nous importe le plus est la situation financière mondiale et la crise financière et économique qui a démarré en 2008.

Les pays arabes ne représentent pas un bloc homogène au niveau économique. Si les pays du Golfe ont des économies basées sur l’exportation d’hydrocarbures, les pays du Maghreb ont des économies diversifiées. Les conséquences varient selon les pays. L’Union Européenne et les Etats du pourtour méditerranéen et du Golfe ont de très fortes relations économiques. En effet, l’UE compte parmi les premiers partenaires économiques des pays arabes.

La baisse de l’Euro

Les Etats arabes dont les principaux produits de bases sont les hydrocarbures, il faut noter que les exportations se font en dollar. Ainsi, lorsque leur prix diminue, le pouvoir d’achat de ces pays baisse.

Cependant, si ces Etats arabes vendent en dollars, ils achètent en euro. Par conséquence, une baisse de l’euro est bénéfique pour l’économie de ces pays  et pour les pays européens car cela permet d’accroitre leurs exportations vers ces Etats.

La crise mondiale

La crise financière et la crise économique mondiale ont eu des conséquences sur l’économie de tous les pays, notamment les pays européens et les Etats Unis.

Concernant les pays arabes, leurs économies ont globalement moins été touchées. Pour certains, ce sont les secteurs immobiliers et bancaires qui ont le plus subi la crise. Aucune banque arabe n’a été en faillite.

Il faut savoir que, généralement, les pays arabes prennent beaucoup moins de risques au niveau bancaire que les pays du Nord. De plus, leur système bancaire est différent et la politique monétaire ne leur permet justement pas de prendre des décisions à risques.

Dans les pays arabes, aucun taux de croissance négatif n’a été enregistré. Si, globalement, la croissance économique était autour de 8%, elle a enregistré une baisse pour atteindre les 3 ou 4%.

La Tunisie

L’économie tunisienne a bien sur été touchée par la crise mondiale. Ce sont surtout les exportations qui ont enregistré une baisse. Le secteur des services  et celui de l’industrie ont également subi les conséquences du climat économique mondial. C’est le secteur du tourisme qui, comme au Maroc et en Egypte, a connu une baisse importante.

Le Maroc

Concernant le Royaume marocain, la balance commerciale a été affectée par la crise et le déficit commercial a été aggravé. Mais les effets de la crise restent globalement limités. Le Maroc a une économie jeune, forte, dynamique et très diversifiée. De plus, avec son statut avancé auprès de l’Union Européenne, il bénéficie d’avantages pour l’exportation de certains produits.

Par ailleurs, les recettes du pays proviennent entre autre de sa main d’œuvre, de son agriculture ainsi que des marocains résidents à l’étranger. Même si ces derniers observent une baisse de leur pouvoir d’achat en Europe, ils continuent d’investir dans leur pays d’origine.

Avec la crise mondiale, les matières premières connaissent une augmentation de leurs prix. De plus, le Maroc est le 3ème exportateur mondial de phosphate et ce secteur n’a point été touché.

Cependant, c’est le secteur touristique qui a subi une baisse significative.

Relations Euro-arabes en temps de crise

Aujourd’hui avec la crise grecque, plusieurs questions sont soulevées notamment sur l’Union pour la Méditerranée. En effet, cette situation de crise montre bien que l’Europe fait face à de réelles difficultés et l’UpM étant basée sur des projets économiques, l’on est en droit de se demander quelles conséquences cette crise va-t-elle avoir sur le partenariat euro-méditerranéen.

Les pays partenaires commerciaux de l’Europe, tel que le Maroc, vont obligatoirement subir les effets d’ordre commercial et financier.