Sommets islamiques

L’idée d’une rencontre au sommet des chefs d’état des pays islamiques est lancée pour la première fois lors du 3ème Sommet Arabe (Casablanca, 1965). Reprise par le Roi Faisal d’Arabie Saoudite qui lui donne pour but de « renouer les liens entre pays musulmans, veiller à la sauvegarde des Lieux Saints de l’Islam et combattre les idéologies étrangères », elle se heurte à l’opposition du Président égyptien Nasser qui y voit un instrument contre les Etats arabes progressistes. Ce n’est qu’après la défaite égyptienne de 1967 qui mène à l’occupation de Jérusalem et à l’incendie de la mosquée Al-Aqsa que le projet de « Sommet Islamique » aboutit.

Entre les Sommets, les « Conférences Islamiques » rassemblent les ministres des Affaires Etrangères des Etats membres de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) pour examiner les moyens de mise en oeuvre de la politique générale de l’Organisation.

1er Sommet Islamique: RABAT 1969

25 participants. Les pays arabes n’obtiennent pas la rupture par tous les pays islamiques de leurs relations avec Israël mais le Sommet demande le retour de Jérusalem à son statut d’avant juin 1967 et le soutien à la cause palestinienne. Il décide la création de l’OCI, l’Organisation de la Conférence Islamique.

2ème Sommet Islamique: LAHORE 1974

37 participants dont tous les membres de la Ligue Arabe. En plus de la question du Moyen-Orient, le Sommet se préoccupe de l’aide au développement des pays islamiques les plus pauvres.

3ème Sommet Islamique: TAEF 1981

38 participants ainsi que 20 observateurs (absents: Egypte, Afghanistan (tous deux suspendus), Libye et Iran). Ouvert à La Mecque, il se tient à Taef. Les travaux sont centrés sur le Moyen-Orient et la lutte contre l’intervention soviétique en Afghanistan.

4ème Sommet Islamique: CASABLANCA 1984

42 participants. L’Iran boycotte le Sommet et l’Egypte et l’Afghanistan sont toujours suspendus. Les débats sont centrés sur la réintégration de l’Egypte, finalement admise.

5ème Sommet Islamique: KOWEIT 1987

44 participants. La participation de l’Afghanistan est toujours suspendue et l’Iran boycotte la réunion qui a pour but d’essayer d’apporter une solution au conflit Iran-Irak. le Sommet avait été menacé par plusieurs organisations clandestines pro-iraniennes.

6ème Sommet Islamique: DAKAR 1991

45 participants. L’Irak boycotte la réunion. Ce Sommet reflète les divisions provoquées par l’invasion irakienne du Koweit. Douze Chefs d’Etat n’y ont pas participé mais s’y sont seulement faits représenter pour protester, semble-t-il, contre la présence de la Jordanie et de l’OLP qui avaient soutenu l’Irak.

En dépit de points de désaccord entre les participants, il est décidé d’arrêter le soutien au Jihad de l’OLP dans les Territoires Occupés. L’initiative, prise par l’OLP elle-même, a pour but de faire progresser le processus de paix.

7ème Sommet Islamique: CASABLANCA 1994

Le Sommet se penche sur la situation en Bosnie. Il demande notamment une intervention armée contre les Serbes en Bosnie et réclame une aide pour les Musulmans bosniaques.

Il condamne également le terrorisme comme moyen d’action politique. Dans un effort de lutte contre les groupes extrémistes musulmans, les participants adoptent un « Code de conduite pour combattre le terrorisme international » qui enjoint les Etats à ne pas soutenir, ni à participer directement dans des actes de terrorisme.

L’OCI soutient la décision de l’Irak de reconnaître le Koweit mais demande également le respect de toutes les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité.

8ème Sommet Islamique: TEHERAN 1997

Tous les membres de l’OCI y ont pris part. Les participants ont adopté une position ferme à l’égard d’Israël et regretté la coopération militaire entre la Turquie et Israël.

Ils ont également demandé la promotion du rôle de la femme dans les sociétés musulmanes et ont insisté sur la nécessité de renforcer la société civile.

Ce Sommet est un succès médiatique et diplomatique pour l’Iran qui a renoué à cette occasion avec les pays arabes (notamment l’Egypte et l’Arabie Saoudite).

9ème Sommet Islamique: DOHA 2000

Une session spéciale du sommet a été consacrée à l’Intifada Al-Aqsa. Les Rois et Chefs d’Etat ont reaffirmé leur solidarité avec le peuple Palestinien et ont plaidé pour une paix juste et équitable au Moyen orient, basée sur l’application, de la part d’Israël, des résolutions ayant legitimité internationale.

La Conférence a souligné l’impossibilité de résoudre le problème afghan par des moyens militaires et a fait appel aux parties pour coopérer et installer un gouvernement multiethnique et represéntatif.

Les participants ont souligné la nécessité de respecter la securité et l’integrité territoriale de Koweit ansi que de l’Irak.

A propos des questions économiques, les Rois et les Chefs d’Etat ont souligné l’importance de la coopération régionale et sous-régionale ainsi que la necessité d’établir un marché commun entre les pays islamiques, y compris une zone de libre échange.

10ème Sommet Islamique: PUTRAJAYA 2003

Il est réitéré la nécessité de la création d’un Etat Palestinien et de la fin des attaques de l’Etat d’Israël contre celui-ci ainsi que contre ses voisins que sont les Etats du Liban et Syrien.

Il est primordial que l’Etat d’Israël fasse application du droit international et qu’il cesse la construction du mur de « l’apartheid ».
Un appel est lancé à l’Europe, aux Nations Unis, aux Etats Unis et la République Russe sur l’instauration d’une paix juste et globale au Moyen-Orient.

La Conférence s’est félicitée des efforts déployés par le gouvernement afghan de transition en vue d’asseoir l’autorité de l’Etat, et de réhabiliter les institutions de ce pays, et exprime sa satisfaction au vu de la création d’un Fonds d’assistance au peuple afghan.

La Conférence a appelé les pays développés à œuvrer à une plus grande libéralisation des échanges commerciaux, à travers une ouverture accrue de leurs marchés aux produits et services en provenance des pays en développement.

Cette conférence souligne l’importance de la coopération et du maintient de la solidarité entre les Etats Membres.