ABDELSHAFI, Haidar

Originaire de Gaza, où il naquit en 1919, le Dr Haïdar Abdel Chafi est un nationaliste respecté par l’ensemble des forces politiques palestiniennes pour son dévouement et son patriotisme. Il est proche de la gauche palestinienne, la mouvance communiste en particulier. Très populaire, il a obtenu le nombre de voix le plus important lors des élections palestiniennes de janvier 1996. Vice-Président du CNP et président intérimaire de l’OLP de 1967 à 1968 (élection de Yasser Arafat), il n’en est plus formellement membre. l’. Il est modéré mais est ferme dans ses positions.

Après avoir étudié la médecine à l’Université Américaine de Beyrouth et avoir servi dans l’armée jordanienne en tant qu’officier médecin, il retourne à Gaza en 1945. Il occupe alors des positions importantes au sein de diverses institutions éducationnelles et sanitaires. Depuis 1972, il est à la tête du Croissant Rouge palestinien à Gaza.

Président du parlement palestinien à Gaza (1962-1965) lorsque le territoire était sous administration égyptienne, il devient une figure éminente de la scène politique palestinienne quand il est désigné vice-président du premier Conseil National Palestinien (CNP), qui se réunit à Jérusalem-Est le 28 mai 1964. Ses activités politiques lui valent d’être déporté de la bande de Gaza au Sinai pour trois mois en 1967 et, trois ans plus tard, au Liban pour la même période par les autorités d’occupation israéliennes. Il est également interdit de voyage à l’étranger pendant de nombreuses années.

Il est à la tête de la délégation palestinienne officielle aux pourparlers de paix initiés à Madrid en 1991 (voir conférences pour la paix au Moyen-Orient).

Critique à l’égard des Accords d’Oslo (voir processus de paix d’Oslo) – qui font, selon lui, trop de concessions à Israël – et à l’égard de la dérive autocratique de l’Autorité Nationale Palestinienne (ANP) contrôlée par l’OLP, il a créé un front d’opposition loyale, la Coalition Démocratique Nationale. Membre du Conseil Législatif Palestinien (CLP) élu en janvier 1996, il est également politiquement proche d’Hanane Achraoui et de feu Faisal Husseini.