BEN BARKA, Mehdi

Mehdi Ben Barka (1920-1965) est une figure historique du mouvement national marocain. Il était un des dirigeants les plus jeunes de l’Istiqlal, le parti qui a mené le Maroc à l’indépendance. Il a également été président de l’Assemblée Consultative du Maroc de 1956 à 1959. Au sein de l’Istiqlal, il était à la tête d’une faction de gauche opposée au leadership traditionnel. En 1959, il fait sécession et fonde l’Union Nationale des Forces Populaires. Il était politiquement proche d’Abderrahman Youssoufi, l’actuel Premier Ministre marocain.

Accusé de complot et d’actes de subversion, il part en exil en France. En 1963-64, il est jugé et condamné à mort par contumace par les autorités marocaines (le Roi Hassan II lui accordait ultérieurement son pardon). En octobre 1965, Ben Barka disparaît en France. Il est généralement admis qu’il a été enlevé et assassiné par les services secrets marocains. Son corps n’a jamais été retrouvé.

En janvier 1966, la France a lancé un mandat d’arrêt à l’encontre de Mohammed Oufkir, le ministre marocain de l’Intérieur et chef des Services Secrets. Un procès a ensuite eu lieu (1966-1967) à l’issue duquel Oufkir était condamné par défaut à la réclusion à perpétuité. Oufkir disparaît en 1972: instigateur d’un putsch manqué contre le roi, il est convoqué au palais où il se serait donné la mort selon la version officielle.

L' »Affaire Ben Barka » a provoqué une crise grave dans les relations franco-marocaines pendant plusieurs années, du moins jusqu’à la retraite du Général de Gaulle et l’élection à la présidence française de Georges Pompidou.

Le scandale n’a jamais été mentionné officielment au Maroc. des révélations d’un ancien membre des Services de rensignement marocains publiées dans le journaux français et marocains en juin 2001 ont relancé l’affaire et ont confirmé que le Ministre de l’Intérieur de l’époque, mohammed Oufqir était directement responsable de la mort de Ben Barka. Après lerepatriament du corps de Ben Barka, il avait été disous dans un bain d’acide sur ordre d’Oufqir. Des associations des Droits de l’Homme onr demandé une enquête judiciaire pour clarifier la disparition de Ben Barka et des centaines d’autres militants d’opposition.