KOREI, Ahmed (Abu Ala)

Ahmed Koreï (aussi transcrit Qorei), plus connu sous son nom de guerre Abou Ala, est né à Abou Dis (près de Jérusalem) en 1937. Membre du Fatah, il fut désigné en 1983 à la tête du Département Economique du Comité Exécutif de l’OLP. Il y a notamment supervisé la préparation du « Programme pour le Développement de l’Economie Nationale Palestinienne (1994-2000) », document central dans la stratégie de l’OLP du développement des territoires palestiniens.

Il a été membre de la cellule responsable des contacts entre l’OLP « extérieure » et la délégation palestinienne officielle lors de la Conférence de Madrid. Chef de la délégation palestinienne aux négociations secrètes qui ont mené à l’Accord d’Oslo en septembre 1993 (voir « processus de paix d’Oslo »), il a ensuite conduit les négociations qui menèrent à l’Accord de Paris (sur les relations économiques entre les territoires palestiniens autonomes et Israël) en avril 1994 et à l’Accord Intérimaire sur la Cisjordanie et Gaza (Accord de Taba) en septembre 1995. Il dirige actuellement le comité (« steering committee ») qui en assure la mise en application.

Spécialiste des questions économiques et financières, il est également, depuis la création du « Conseil Economique de Palestine pour le Développement et la Reconstruction » (PECDAR) en 1993, son vice-directeur et, en fait, le véritable pilier. Ministre de l’Economie et du Commerce -et Ministre de l’Industrie- au sein de l’Autorité Nationale Palestinienne (ANP) de 1994 à 1996, il a été élu à Jérusalem lors des élections de janvier 1996 membre du Conseil Législatif Palestinien (CLP) dont il a été le Président pendant sept années.

Ahmad Korei assure le poste de Premier Ministre depuis la démission de Mahmoud Abbas le 7 septembre 2003, engendrée par un conflit de pouvoir avec Yasser Arafat, et par l’absence de progrès du processus de paix. Le 5 octobre 2003, il fut nommé par Yasser Arafat à la tête d’un nouveau cabinet d’urgence, composé de huit membres. Suivant sa nomination, il est pris dans une longue dispute avec Arafat concernant le poste de Ministre d’Intérieur et le contrôle des forces sécuritaires, et menace de donner sa démission. Peu après, Korei accepte de diriger un cabinet d’urgence jusqu’à fin octobre, sans ministre de l’Intérieur. Nasser Youssef, qu’Arafat avait refusé au poste de Ministre de l’Intérieur, est ainsi écarté du cabinet. Il accepte ensuite de diriger un gouvernement élargi à partir de début novembre, et arrive à un compromis avec Arafat sur la composition de celui-ci. Le poste-clé de l’Intérieur est confié à Hakam Balaoui, dont les prérogatives sont limitées au domaine civil. Les affaires de sécurité restent aux mains d’un Conseil National de la Sécurité présidé par Arafat, dans lequel siège Korei.

Ahmad Korei bénéficie du soutien des Etats-Unis et de l’Union Européenne, à condition qu’il parvienne à améliorer la sécurité. Il entend accorder une grande importance a celle-ci, sous la pression d’Israël et des Etats-Unis de combattre les groupes armés. Une rencontre était prévue avec le Premier Ministre israélien Ariel Sharon en mi-mars 2003, mais fut annulée suite à un double attentat palestinien dans lequel 10 Israéliens ont trouvé la mort.

Qorei est considéré comme une figure modérée et pragmatique, favorable à la démocratie. Il est politiquement proche de Yasser Arafat. Dans la question de la succession de Yasser Arafat, il était alors officiellement (selon le projet de Loi de Base de l’ANP) la personne qui devrait le remplacer à la tête de l’Autorité Nationale Palestinienne.

A la mort de Yasser Arafat en janvier 2005 Mahmoud Abbas est élu Président de l’Auorité Palestinienne. Ahmed oreï est quant à lui désigné comme formateur du gouvernement. Il présente dans un premier temps une première équipe de ministres mais celle-ci est refusée par le Parlement. La seconde équipe présentée par Ahmed Koreï obtient la confiance des députés présents (54 pour, 10 contre et 4 abstentions).

Ahmed Qoreï a déclaré vouloir centrer son attention sur les questions de l’occupation, de la colonisation et du mur de sécurité d’Israël, ainsi qu’à la sécurité des citoyens.

Suite à la victoire du Hamas aux législatives de janvier 2006, Ahmed Qorei annonce sa volonté de démissioner. Ismaïl Haniyeh lui succède le 29 mars 2006.

Suite à la conférence d’Annapolis de novembre 2007, Ahmed Qorei est chargé de superviser les négociations aux côtés de la Ministre des Affaires Etrangères israéliennes Tzipi Livni.