MORATINOS, Miguel Angel

Diplomate espagnol né en 1951, Miguel Angel Moratinos a été en poste dans les ambassades d’Espagne en Yougoslavie (Premier Secrétaire en 1979-1980, Chargé d’affaires de 1980 à 1984) puis au Maroc (Conseiller politique de de 1984 à 1987) avant d’occuper plusieurs postes de haut fonctionnaire au Ministères du Affaires Etrangères au département « Afrique et Moyen-Orient ».

Il devient Ambassadeur d’Espagne en Israël en juin 1996 avant d’être nommé Envoyé Spécial du Conseil des ministres européens pour le Processus de Paix au Moyen-Orient en décembre de la même année. Il dispose pour sa mission d’un secrétariat à Bruxelles, au siège du Conseil des Ministres, mais est techniquement basé à Chypre d’où il peut aisément se rendre dans les différentes capitales où sa présence peut être utile.

Selon l’Action Commune adoptée le 25 novembre 1996 par le Conseil, sa mission est:

d’établir et maintenir des contacts étroits avec toutes les parties au processus de paix, les autres pays de la région, les Etats-Unis et d’autres pays intéressés, ainsi que les organisations internationales compétentes, afin d’œuvrer avec eux au renforcement du processus de paix;

d’observer les négociations de paix entre les parties et être prêt à offrir les conseil de l’UE et ses bons offices si les parties en font la demande;

de contribuer, lorsque cela est demandé, à la mise en oeuvre des accords internationaux conclus entre les parties et engager avec elles un processus diplomatique en cas de non-respect des dispositions de ces accords;

d’établir des contacts constructifs avec les signataires d’accords dans le cadre du processus de paix afin de promouvoir le respect des normes fondamentales de la démocratie, y compris le respect des droits de l’homme et de l’état de droit;

de rendre compte aux instances du Conseil des possibilités pour l’UE d’intervenir dans le processus de paix et de la meilleure manière de poursuivre les initiatives de l’UE ainsi que ses activités en cours liées au processus de paix, y compris les aspects politiques des projets de développement de l’UE intéressant la région;

de suivre les actions des parties qui risquent de porter atteinte au résultat des négociations sur le statut final.

Pour l’ambassadeur Moratinos, il importe avant tout que l’Europe gagne la confiance d’Israël et « n’apparaisse pas plus pro-palestinienne que les Palestiniens ». C’est pour ces raisons qu’il a notamment pris l’initiative d’intervenir personnellement devant la commission des Affaires étrangères du Congrès des Députés d’Espagne en novembre 1996 afin de les convaincre de ratifier malgré leurs réticences l’Accord Euro-Méditerranéen d’Association entre l’UE et Israël signé en novembre 1995. De même il est intervenu au Parlement Européen en décembre 1998 en faveur du nouvel Accord de Coopération Scientifique entre l’UE et Israël alors même que le Conseil des Ministres était très divisé sur l’opportunité d’inclure Israël dans le 5ème programme européen de coopération scientifique du fait du non-respect par Israël des accords de Wye River. Suite à l’élection d’Ehud Barak et la relance du processus de paix, l’Ambassadeur Moratinos est également parvenu à convaincre la Commission Européenne de ne pas prendre de mesures pour empêcher les produits des colonies israéliennes en territoire palestinien de bénéficier abusivement – puisque l’Europe considère ces colonies comme illégales et ne faisant pas partie d’Israël – des avantages consentis aux produits israéliens.

L’ambassadeur Moratinos, émissaire de l’UE pour le Proche-Orient a été le rédacteur du non paper sur les négociations de paix de Taba (Egypte) en Janvier 2001. Le document de Moratinos était l’unique recensement systématique émanant d’une partie tiers présente aux négociations de Taba et couvrait toutes les questions, notamment celles des territoires, de la ville de Jérusalem, des réfugiés et de la sécurité. Le document a été reconnu par les deux parties, israélienne et palestinienne, qui l’ont décrit comme une description relativement fidèle des résultats des négociations. Ce document pourrait servir de base à de futures négociations de paix israelo- palestinienne (voir le dossier spécial MEDEA : Que s’est-il passé à Camp David?)

Le mandat de M. Moratinos a pris fin le 30 juin 2003. En avril 2004 il a été nommé Ministre des Affaires Etrangères du nouveau gouvernement socialiste de José Luis Zapatero en Espagne.

Le 4 juillet 2003, le Conseil européen a nommé M. l’Ambassadeur Marc Otte (Belgique) représentant spécial de l’Union européenne au Moyen-Orient. Marc Otte a été ambassadeur pour la Belgique en Israël et a servi comme diplomate aux USA et au Congo. Depuis quatre ans Marc Otte travaillait comme conseiller de Javier Solana, le haut représentant de l’Union européenne pour la politique extérieure de sécurité et de défense (PESC).

Voir également:

Actions Communes adoptées par le Conseil relative à la désignation d’un envoyé spécial de l’Union Européenne pour le processus de paix au Moyen-Orient

Allocution de l’Envoyé Spécial de l’Union Européenne pour le Processus de Paix, S.E.M. Miguel Angel MORATINOS (Dubaï, 3 avril 1997)

UE- Moyen Orient (Déclarations PESC, Résolutions PE)